Le capitalisme est moral !

Le capitalisme, quand il n’est pas détourné, est le système économique le plus moral qui soit. Voici pourquoi.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Enjoy Capitalism (Crédits : Bureaucrash, image libre de droits)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Le capitalisme est moral !

Publié le 28 décembre 2016
- A +

Par Chris Hattingh.

Enjoy Capitalism, image de Bureaucrash sur le capitalisme
Enjoy Capitalism (Crédits : Bureaucrash, image libre de droits)

Un article de Libre Afrique.

Le capitalisme est le seul système économique et social qui nous offre à tous la liberté de choix, car il supprime la contrainte, ce qui fait de lui le seul système moral. Au lieu de restreindre les interactions humaines à travers différents types de contraintes (réglementations gouvernementales excessives, lois étouffant les petites entreprises, appels d’offres corrompus), comme le font tous les autres systèmes sociaux, le capitalisme repose sur la liberté : la liberté d’utiliser notre raison et nos idées comme bon nous semble, afin de survivre et de prospérer. La liberté et la coercition ne peuvent cohabiter sans que la moralité n’en souffre.

La liberté de choisir

Qu’il s’agisse de décider où acheter notre prochaine bouteille de lait ou dans quelle banque déposer notre salaire, nous avons besoin de liberté pour faire de tels choix. Nous avons besoin d’informations pour faire un choix raisonné et le plus juste. Si ces signaux sont faussés et si le choix est contraint, la décision ne nous appartient plus. En tant qu’êtres humains, nous avons besoin de notre libre arbitre pour survivre dans ce monde. Il appartient à chacun de nous de décider si X est meilleur que Y pour lui-même. D’autres animaux ont leurs propres outils de survie, les humains ont la raison, et nous devons être libres de l’utiliser si nous voulons survivre.

Les êtres humains prennent des décisions incohérentes, inattendues et très différentes, surtout quand il est question d’argent. Ils achètent des choses que d’autres pourraient considérer comme irrationnelles et stupides, mais il n’en demeure pas moins que c’est leur choix fait avec leur argent comme ils le souhaitent (à condition qu’ils ne portent pas atteinte aux droits des autres personnes).

De la plus haute autorité du gouvernement à l’homme qui essaye de vendre des fruits en bord de route, la pensée humaine et la prise de décision doivent être libres. Peu importe la qualité des intentions d’un ministre lorsqu’il alourdit le cadre juridique des affaires. Qu’elles soient bonnes ou mauvaises, cela va compliquer la vie des petites entreprises qui vont devoir surmonter davantage d’obstacles pour gagner leur vie. Si le ministre réalise cela, il devrait faire de son mieux pour libérer la voie et ne pas entraver la marche de l’homme d’affaires. La coercition doit faire place à l’incitation plus productive et respectueuse de la liberté. Même si la Corée du Nord peut se vanter d’un taux d’emploi à 100 %, ce n’est pas le lieu vers lequel les gens se bousculent. Au contraire, ils essayent de s’échapper vers les pays où ils peuvent profiter de plus de liberté.

Le fait que certaines entreprises ont des pratiques d’exploitation ou illégales ne signifie pas que toutes doivent être jugées immorales. Nous avons besoin d’établir des lois rationnelles, claires et ciblées et non de pénaliser toutes les entreprises en leur rendant la vie très difficile. Quand un individu, une société ou un gouvernement agit de façon immorale, nous devons les condamner et les punir.

Mais nous ne pouvons pas punir tout le monde par anticipation. Comme l’a écrit Ayn Rand dans Capitalism: The Unknown Ideal :

Dans une société capitaliste, toutes les relations humaines sont volontaires. Si des individus prennent de mauvaises décisions, la réalité va les punir en conséquence, car ils seront libres de coopérer ou non, de traiter ou non les uns avec les autres, comme leurs propres jugements, convictions et intérêts individuels l’exigent. On parle souvent du droit à la liberté d’expression, mais nous ne discutons pas assez du droit d’être en désaccord qui est peut-être plus crucial. Pour ne prendre qu’un exemple, si un entrepreneur fait preuve de racisme, nous pouvons refuser d’être client, ce qui conduit à la mort de son entreprise. Nous, en tant que consommateurs, en utilisant notre pouvoir d’achat comme droit de vote, nous sommes plus puissants que tout ministre du gouvernement utilisant la force de la législation, pour éliminer à jamais le racisme dans notre société.

Le capitalisme n’est pas l’anarchie

L’État est nécessaire dans notre société, parce que son rôle est de protéger les individus contre la coercition imposée par les autres. Le rôle de l’État devrait se limiter à cela.

Ainsi, il ne s’agit pas de déterminer si la nature humaine est fondamentalement bonne ou mauvaise mais plutôt de considérer que les êtres humains sont complexes et que leurs actions et décisions devraient être le fruit de leur propre libre arbitre.

Quand ils agissent bien, le marché les récompensera et à l’inverse, ils seront naturellement punis. L’incitation à bien agir est bien plus efficace que la coercition.

Chris Hattingh, analyste pour The Free Market Foundation – Article initialement publié par la Free Market Foundation – Traduction réalisée par Libre Afrique – Le 26 décembre 2016.


Sur le web

Voir les commentaires (78)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (78)
  • Vous ne démontrez nullement que le capitalisme est un système économique moral, vous démontrez seulement que vous ignorez jusqu’à la définition même de la morale. Nuance.

  • Bel article propagandiste et répétiteur sur les bienfaits inaliénables du capitalisme. Avec hélas beaucoup de fautes d’orthographe et de grammaire. Quand à Libre Afrique! (libreafrique.org) pas un seul nom derrière ce site qui a tous les ingrédients du site propagandiste de désinformation au service des néocolonisateurs. Il suffit de voir la liste des médias partenaires dans la bonne droite ligne mainstream. Un commentaire supplémentaire est superflu.

    • Pour parler de fautes, vous feriez bien de corriger les vôtres : « Quant à Libre Afrique »…

      • Au temps pour moi. Je ne me suis pas relu et cette faute tient au fait que je voulais écrire une autre phrase. Alors inutile d’écrire « fautes » au pluriel car là il n’y en a qu’une seule; sinon pour dénigrer(?). Quant au reste du contenu, merci pour vos critiques constructives… Mais comme je l’ai dit un commentaire supplémentaire est superflu sur un site convaincu, comme ses lecteurs d’ailleurs, de l’infaillibilité du système capitaliste et de sa justesse humaniste. Prendre comme photo l’emblème de Coca Cola avec le message détourné (vive le behaviorisme) en dit long sur le soft power des médias mainstream (tous en mains de multinationales peu reluisantes) qui n’ont rien retenu de la claque magistrale qu’ils sont en train de prendre depuis quelques mois. Ils oublient que le rôle des journalistes est d’informer et non de diffuser une idée propagandiste soit-elle si chère à ses dirigeants ou actionnaires. Oui je sais le Communisme était l’abomination la plus totale, vive la Liberté, surtout celle « libérale »! Au fait, de quelle liberté parle-t-on? Celle de l’individu? Celle de l’état? Celle des multinationales? Celle des entrepreneurs? Celle des « terroristes »? Celle des anarchistes? Celle des consommateurs? Celle des technocrates? Celle des ploutocrates? Celle des malades? Celle des retraités? Celle des chômeurs? Etc.

    • @Amora
      « Un commentaire supplémentaire est superflu. »

      Et cette phrase vous enfonce totalement, je comprends mieux que vous vouliez discréditer l’article plutôt que de répondre sur le fond.

      Pour ma part ce paragraphe de l’auteur me gêne, plus précisément les deux dernières phrases :

      « Ainsi, il ne s’agit pas de déterminer si la nature humaine est fondamentalement bonne ou mauvaise mais plutôt de considérer que les êtres humains sont complexes et que leurs actions et décisions devraient être le fruit de leur propre libre arbitre. Quand ils agissent bien, le marché les récompensera et à l’inverse, ils seront naturellement punis. L’incitation a bien agir est bien plus efficace que la coercition. »

      Il y a un côté bisounours et une vision morale du capitalisme et du libéralisme apparemment universelle et absolue.

      Alors qu’en fait le principal c’est la liberté, hors de tout jugement pour savoir si elle est ou non bien utilisée.

      • à Akhthot :

        aucune vision moral du capitalisme ou libéralisme bisounours : si la concurrence est respectée, cad si il y a suffisamment de libéralisme et donc de capitalisme, alors c’est le consommateur qui a le pouvoir, et le consommateur va forcer les producteurs à bien le servir (cf Adam Smith qui le premier y à fait référence).

        Le marché, c’est le libre choix du consommateur nno entravé par l’état, et oui, ça c’est éminemment moral.

        Enfin, la Liberté mal utilisée je ne vois pas trop, à moins que vous confondiez avec la liberté réelle de Marx que seul les socialistes reconnaissent, et pourtant qu’ils critiquent en l’attribuant au libéraux (comique).

    • non, je suis le premier à critiquer les dérives du capitalisme et les comportement énergivores et anti-vie (l’élevage intensif…) mais l’article n’a pas totalement tort ; je veux dire, ça reste encore par la libre-entreprise qu’il y a des innovations . Pour que le capitalisme soit vraiment moral, c’est de ne pas faire du commerce dans des activités immorales, de développer une politique paternaliste dans l’entreprise et de bonnes conditions de travail (comme chez Google)…à la rigueur, la seule autorité publique à-meme de faire contre-pouvoir et de jouer de politique « socialistes » (pas forcément par des moyens coercitifs), c’est la municipalité où la démocratie locale joue réellement.

      • Comique ! La prétendue démocratie locale porte, au choix, trois étiquettes bien connues : féodalité, mafia ou Commune (de Paris par exemple). On peut remonter encore plus loin avec les « clientèles » du temps des Romains. Bref, que de charmantes perspectives se terminant invariablement dans un bain de sang.

        • mec, la démocratie participative tu connais ?

          • vous parliez de municipalité et vous répondez démocratie participative dont à titre personnel je suis incapable de donner une définition…
            sui s allé voir wiki…

            La démocratie participative est une forme de partage et d’exercice du pouvoir, fondée sur le renforcement de la participation des citoyens à la prise de décision politique. On parle également de « démocratie délibérative » pour mettre l’accent sur les différents processus permettant la participation du public à l’élaboration des décisions, pendant la phase de délibération. La démocratie participative ou délibérative peut prendre plusieurs formes, mais elle s’est d’abord instaurée sur le terrain de l’aménagement du territoire et de l’urbanisme, avant de s’étendre dans les champs de l’environnement. Dans ces cadres, les associations jouent un rôle central en tant qu’interlocuteurs pour les autorités publiques..

            autrement dit vous voyez d’abord renforcement…donc on devrait parler si je ne m’abuse de démocratie plus participative qu’une autre…c’est un concept relatif…

            l’appel à la démocratie participative est de la paresse intellectuelle.
            C’est ballot de nos jours plus on use d’adjectif qualificatif moins on est précis.

          • Vos provocations langagières ne réduiront pas le caractère absolument délirant des carabistouilles socialoïdes qui vous tiennent péniblement lieu de pensée. Si vous croyez pouvoir impressionner qui que ce soit, vous perdez votre temps.

            Ahhh, la démocratie participative locale, si chère à la Grande (Duduche) Ségolène. Vous avez déjà assisté à des séances de démocratie participative ? Mouhahaha ! Alors, on va la résumer, votre démocrassouille de pacotille : un maire qui oriente les débats par sa maîtrise de l’ordre du jour et qui, de toutes façons, se moque comme d’une guigne des résultats de la consultation puisque les décisions ont déjà été prises ailleurs, face à quelques activistes qui n’ont rien à faire du local sauf pour imposer leur vision du monde obsédante dévoyée par l’idéologie, ces fines équipes étant cernées par des cohortes de vieux séniles et de mères de famille s’ennuyant fermement, incapables de comprendre un traître mot des enjeux réels, mais qui réagissent à la confiture des bons sentiments dégoulinant de la tartine idéologique, à l’exclusion de toute réflexion intelligible. Sérieusement, vous croyez que vous réussirez à nous imposer vos lubies socialistes avec ces bandes de bras cassés ?

            Devinez, quelle est la part d’impôts nets réellement payés par les acteurs de cette parodie de démocratie ? Et vous croyez sincèrement que ceux qui créent toutes les richesses et n’ont pas une seconde à perdre avec la pathétique comédie, vont se laisser faire ?

            • et ça se dit libéral…je croyais que le libéralisme c’était se prendre en main ? Bah voilà, certains citoyens se prennent en main, ne vous en déplaise et soulèvent des débats publics…quitte à toucher à la sacro-sainte propriété de quelques-uns. Allez rejoindre la World Company, Bolloré et consorts, ils pensent pareil… « bouhouhouh les citoyens veulent pas de mon entreprise, je vais chouiner! » et les appels aux boycott, c’est aussi de la lubie socialo-bobo qui fait fuir les richesses ?
              enfin bref, j’abandonne; impression de dialoguer avec un évangélique…aussi borné et incapable d’accepter les contradictions du libéralisme, à cataloguer celui qui n’est pas assez libéral comme un méchant socialiste coco staliniano-trostkyste
              Dans tous les cas à la fin, Dieu sera juge.
              Laissons nous sur ces propos

        • et la FIFA est une entité bien plus mafieuse que les communes…

          • Sauf que c’est une entité que ,mis à part quand des élus décident de lui donner du fric , je me fous royalement.

            et aux dernière nouvelles la fifa ne vient pas me menacer de me flinguer ou me mettre en taule si je ne lui file pas de blé!!! Entité corruptrice certainement …mais parce qu’en face vous avez des politiques prêts à être corrompus et pire à faire des règlement qui sont des opportunités de corruption.

            • Non…dites ça à ceux expropriés pcq on souhaite construire des stades (Lyon, Rio…etc) . Le BOPE a bien servi à l’organisation de la coupe du monde et les JO au Brésil

              • la fifa a exproprié des gens????????????

                • ah ah je le sentais venir: « uhh ça appartient à l’Etat donc c’est la faute de l’Etat bouhouhh!! » …qui en a profité ? La FIFA et les politiques corrompus, et ses abrutis de con-sommateur. Mais on s’en fout, on est LIIIBRE!!! Le capitalisme de connivence dans toute sa splendeur. Alors oui le BOPE appartient au gouvernement brésilien, mais ne nous leurrons pas…dans le capitalisme de connivence, les entités privées ont toute leur part de responsabilité! ¨Petite piqure de rappel:
                  https://www.youtube.com/watch?v=DUjYkhWEEgo&feature=youtu.be
                  https://www.youtube.com/watch?v=Vbhua3Ejqa8
                  https://www.youtube.com/watch?v=l1QfzQ-oVwo

                  Enfin, ça sonnera « socialo-bobo ». L’exploitation de l’homme par l’homme ne se fait pas que via l’Etat mais aussi par les structures privées de manière plus pernicieuse en faisant qu’on est libre de contracter avec elle…mais alors l’alliance des deux est ce qui me fait le plus vomir. Les uns se font réélire, les autres veulent s’enrichir, les consommateurs veulent applaudir des bouffons en short et les vrais pauvres déjà pauvres trinquent alors que les deniers publics auraient mieux servi à l’éducation ou la construction d’un hopital…

                  • flev689102 : Le capitalisme de connivence dans toute sa splendeur.

                    Tiens, vous rejoignez le constat des libéraux maintenant ? Amusant.

                    Dans la Déclaration des Droits de l’Homme et du Citoyen de 1789, assez proche du libéralisme, la propriété est un droit intangible.
                    Ce n’est QUE parce que votre état socialiste s’assied sur les préceptes libéraux et la DDHC de 1789 qu’il peut exproprier des gens et les racketter pour donner ce fric et ces biens à leurs amis, FIFA, corporations et entreprises d’État ou associées.

                    À chaque commentaire vous vous atomisez vous même en exposant un à un tous les travers des pays non libéraux.

                  • je répète, la fifa a exproprié qui que ce soit??? digresser n’est pas une réponse…

                    ce sont les élus qui sont corruptible mais surtout qui multiplient les situations qui leur permettent d’etre corrompus!!!

                    la fifa n’est absolument pas une mafia, il me semble qu’une mafia est un système dans lequel des gens en contraignent d’autres à verser de l’argent pour ne pas avoir à subir de violence …rien ne ressemble plus à une mafia qu’un état qui se mêle d’économies…

                    que pensez vous de la dernière innovation d’une municipalité : prendre du fric aux citoyens pour leur donner des tickets pour aller dépenser leurs sous dans des magasins « sympathique »…

                    On peut multiplier les exemples qui mettent en évidence les problèmes qui se posent avec les élus locaux..

  • La liberté individuelle est effectivement centrale dans le capitalisme : la liberté de choisir. Est-ce que vous avez une idée comment peut-on réconcilier la liberté de choisir avec l’existence des monopoles sur le marché, qui par définition contraignent l’individu de profiter de leurs services ? Merci.

  • Encore une fois règne dans cet article une énorme confusion entre capitalisme et libéralisme, au grand détriment de ce dernier. Le libéralisme a été souvent enterré à cause précisément de cette confusion. Or j’estime que le libéralisme est le seul vrai rempart contre le capitalisme. Ce qui différencie les deux c’est d’abord que le capitalisme n’a pas pour objectif la libre concurrence puisqu’il recherche la concentration des pouvoirs économiques, et ce faisant concentre le pouvoir de décision dans l’offre et non dans la demande, contrairement à ce qui est écrit dans cet article, avec le capitalisme, le client perd tout ses moyens d’action.

    • @ Labeye : le capitalisme, c’est la propriété privée des moyens de production, rien de plus, rien de moins, et c’est donc une conséquence du libéralisme (cf le droit de propriété).

      Vous confondez le capitalisme avec ce que l’on nomme improprement le capitalisme de connivence, cad la corruption des fonctionnaires et élus par des gens peu scrupuleux voulant que l’état maltraite la société à leur profit. Rien à voir.

      le pouvoir de décision n’est pas lié au capitalisme de connivence, mais au pouvoir de l’état : qui empêche le consommateur en France d’utiliser d’autres trains que la SNCF ? l’état …

      • « la corruption des fonctionnaires et élus par des gens peu scrupuleux »

        Voilà une formulation qui laisse à penser que dans la relation corrupteur-corrompu, c’est le corrupteur le principal coupable. Certes, l’infâme capitaliste avide commet là une bien vilaine action mais quid du gentil fonctionnaire dévoué et de l’élu représentant du peuple ? Le corrompu est-il moins coupable ? Est-ce normal ou inéluctable (faire suivre de la tirade habituelle sur les fonctionnaires mal payés) ? Je pense que NON ! Le corrompu est de loin le plus coupable car il vend son âme mais surtout il trahit la confiance mise en lui, base de son identité soit de fonctionnaire, soir d’élu. Eradiquer la corruption ne peut se faire qu’en punissant sévèrement les corrompus et en limitant leurs pouvoirs.

      • c’est un peu difficile techniquement d’utiliser d’autres trains que ceux de la SNCF, donc que ce soit public ou privé il y aura un monopole de fait vu la logique du réseau ferré français, tandis que pour les avions rien n’empeche d’ utiliser Easy Jet ou RyanAir plutot qu’Air France, ou du Corsica Ferry plutot qu’un bateau SNCM…

        • @ flev : et pourquoi c’est difficile d’utiliser d’autres trains que la SNCF si ce n’est car monopole défendu par l’état ? (et dénoncé par l’UE depuis longtemps entre nous)

      • mais étant apartisan et m’intéressant plus aux religions et aux valeurs morales communes aux religions (http://www.global-ethic-now.de/index-fra.php site très intéressant), le reste pour moi n’est que détail et les questions sont qu’est-ce qu’on fait de tout ça (pour moi le libéralisme est un outil plus qu’une fin en soit) et qu’est-ce qui est le plus efficace (en cela je ne développe pas une allergie aveugle aux pouvoirs publics, j’estime juste que le centralisme est le problème…le fédéralisme est une meilleur organisation des Etats…suffit de voir l’Alsace qui tire partie de ses frontières et de ses talents).

        • @ flev : votre site est plutôt moyen moyen, rien que cela : pas de morale universelle trouvée depuis 2000 ans !!!

          Je vous encourage à découvrir et lire Murray Rothbard et Hans-Hermann Hoppe, qui montrent sans l’ombre d’un doute que la seule morale universelle (l’éthique étant l’ensemble des comportements moraux) et universalisable peut se déduire des concepts de Liberté et de Droits naturels, donc du libéralisme.

          Quand à dire que le libéralisme est un outil plutôt qu’une fin en soi, cela s’appelle de l’utilitarisme, et est à l’origine de monstruosités (voir dans « théorie de la Justice » de John Rawls une excellente critique de l ‘utilitarisme).

          Non, la fin ne justifie pas les moyens, et le Libéralisme est la seule théorie du Droit permettant la plus grande efficacité économique avec la plus grande Justice (mais c’est lié, ce qui n’est pas Juste n’est pas efficace économiquement) et qui permet à chacun des membres de la communauté de rechercher le bonheur.

          Enfin, pour avoir vécu en Alsace, ce n’est pas grâce à ses frontières ou ses talents ou un quelconque fédéralisme qu’elle est économiquement en meilleure forme que le reste de la France.

          • le libéralisme est un concept occidental…comme si les pays musulmans en avaient quelque chose à foutre
            Pour la morale universelle basée sur les religions, tâtez un peu le site, vraiment.

            • @ flev : le libéralisme, un concept occidental, mais ouiiiiiiiiiiiiiii,mais bien sûuuur …

              comme le bonheur ? comme aimer ses enfants plutôt que de les décapiter ou de les manger ?

              un vrai conseil, ouvrez un dictionnaire à la rubrique droits naturels, et à la rubrique relativisme.

              Un musulman reste un homme (ou une femme) et donc a des droits naturels.

              Ensuite, si des communautés n’en ont rien à f… des droits de l’homme, elles se condamnent tout simplement à la misère, à la violence et à l’asservissement, pas très moral tout ça …

              déjà fait pour votre site, qui en déduit qu’il n’y a pas de morale universelle, ce qui est faux, et provenant tout bonnement d’une incapacité chronique pour ceux qui évoque la morale à tout bout de champs, de la définir clairement.

    • Oui sur la confusion, non sur la distinction

      Le libéralisme n’a pas d’objectifs économiques ou sociétaux : les objectifs politiques sont le fait de l’Etat et le libéralisme laisse à l’Etat cette fonction, sous réserve que celui-ci place les libertés individuelles avant l’autorité souveraine.

      Le capitalisme est un système économique ayant comme objectif l’optimisation de la production et de la croissance par la concentration des moyens de production.

      A relire cet excellent article de CP : https://www.contrepoints.org/2015/07/17/214359-capitalisme-essai-sur-le-mot

  • Il me semble que cet article fait une confusion : Un système politique, un état, un pays, ne sont que des constructions abstraites, des concepts. Or les concepts n’agissent pas, ne prennent pas de décision. Seuls les Hommes le font.

    Il est donc plus exact de dire que seul le libéralisme permets aux individus d’agir moralement, car il est impossible d’être moral sous la contrainte, puisque la notion de morale est intrinsèquement liée au choix et au libre-arbitre.

  • « le capitalisme repose sur la liberté ».

    Sauf que nous savons, depuis la Grèce antique, que LA LIBERTE, en tant que telle, n’existe pas. Il n’existe que des libertés relatives. C’est bien parce que le capitalisme repose sur ce mythe que la mise en application de ce système économique aboutit à une triple impasse : sociale, environnementale et anthropologique.

    • @ Stéphane :

      les libertés relatives, connait pas …

      Sauf que nous savons, depuis la glorieuse révolution anglaise, la révolution américaine et la française, que la Liberté, c’est bien défini, et cela repose sur les droits naturels.

      Définition de la liberté d’Adam Smith (l’une des meilleures définitions) :

      « C’est la possibilité pour chaque homme, aussi longtemps qu’il ne transgresse pas les règles de la Justice (ie : le respect des droits fondamentaux d’autrui), de poursuivre ses propres intérêts à sa propre manière. »

      enfin, veuillez utilisez un autre prénom sur ce site svp…

  • J’ai décroché dès la première phrase… le capitalisme sans contrainte….c’est l’anarchie et donc sans morale…la morale étant une contrainte culturelle imposée par une religion, un état, un homme pour créer une société homogène et donc facilement gouvernable.. et asservie.

    • @ reactitude : l’anarchie, c’est une communauté sans état, pas forcément sans morale.

      La morale n’est pas imposée, ce n’est pas une loi, elle est sensé définir le bien et le mal dans les actions humaines. et si vous pensez que la morale a pour but d’asservir, cela dépends de la morale !!!

  • @Stéphane
    Il y a 2 types de morale, l’individuelle et la collective…. lorsque les 2 s’accordent on a le sentiment d’être libre.
    La morale collective s’implante toujours par la contrainte…exemple, l’écologie punitive…..dans 20 ans ,l’écologie fera partie de la morale individuelle si ce n’est pas encore le cas et on sera heureux de voir des milliers d’éoliennes nous gâcher la vie.

    • L’expression « morale individuelle » fait preuve d’une logique ayant l’apparence de l’intelligence mais se révélant en réalité stupide.

      La morale est nécessairement collective. Par conséquent, la morale est forcément une et universelle.

      Une morale individuelle, non universelle, nul ne sait précisément ce que c’est, mais tous peuvent être sûrs et certains qu’il ne s’agit pas de morale.

  • « Le capitalisme, quand il n’est pas détourné, est le système économique le plus moral qui soit. Voici pourquoi. »

    Je me suis arrêté là !

    Car le  » quand il n’est pas détourné  » avait déjà tout dit .
    Aucun exemple cité où le capitalisme n’a jamais été détourné , aucun dans toute l’histoire humaine !

    Abolir toutes les contraintes , réglementations , lois , mais bien sur ……….

    Dans une région non encore contrôlé par l’état et des lois , au 19 ème siècle , dans le far west , le capitalisme non contrôlé et donc ,suivant l’auteur, non détourné , se faisait à coups de Colt 44 .
    Alors parler de l’offre et de la demande sans contrainte , j’en ris encore ! 🙂

    Té , encore un Bisounours qui prend ses rêves pour des réalités .

    • Ohohoho, bingo, on a touché le Gros Lot du Nouvel An !

      Le bon gros cliché du Far West et du colt 44 faisant la loi… Sérieusement, arrêtez-vous quelques instants pour faire une pause, dans votre cas, c’est une question de survie.

      • J’aurais pu en prendre un millier d’autres aux cours des siècles de bons gros clichés , si celui ci vous gène , cela ne changerait strictement rien au constat .

        J’en suis arriver à penser que c’est les notions du bien et du mal qui sont le problème .

        Connivence , le mot est maintenant connoté négativement , et pourtant , les Lions ( les Lionnes plutôt ) chassent en groupe pour bousiller la gazelle et la bouffer , personne ne se dit que ce n’est pas morale ça pour la pauvre Gazelle , elle a aucune chance contre un clan de Lions ligué contre elle non ?
        Et pourtant là cela n’offusque personne .
        Car le but des Lions , dans cette tactique , est une meilleur efficacité , pour pouvoir bouffer et se partager la Gazelle .

        Donc en quoi , un capitalisme de connivence est il différent ?
        En quoi le fait de s’allier pour obtenir une efficacité supérieure et couler la concurrence est il mal ?

        Les alliés industriels et politiques sont donc plus nombreux à bouffer , et là , c’est mal , car vous ne participez au festin et êtes plutôt dans le rôle de la Gazelle .

        Une seule loi sur cette planète : bouffer ou être bouffé , alors si des hommes intelligent s’allient et préfèrent bouffer qu’être bouffer , même si moralement ( eh oui moi aussi je tombe dans ce penchant du bien et du mal ) c’est répréhensible , je ne vois pas en quoi ils ont tord .

        La connivence , alliance , accord , comme vous voulez , n’ a qu’un seul but , efficacité à atteindre un but , seule la morale nous dit que c’est mal .

        • oaip
          Et je rajoute que le désenchantement du monde joue aussi. Nul doute que de la redistribution des richesses (par l’Etat ou de lui-meme) n’offusquerait pas un patron croyant:
          « Il est plus difficile à un riche d’accéder au royaumes des cieux qu’à un chameau de passer par le trou d’une aiguille »
          « Ne vous amassez pas des trésors sur la terre, où la teigne et la rouille détruisent, et où les voleurs percent et dérobent; mais amassez-vous des trésors dans le ciel, où la teigne et la rouille ne détruisent point, et où les voleurs ne percent ni ne dérobent.…
          Et le meilleur : « Jésus dit au jeune homme (qui était un marchand):
          Si tu veux être parfait,
          va, vends ce que tu as, donne-le aux pauvres,
          tu auras alors un trésor dans le ciel.
          Puis viens, et suis-moi. » (le marchand s’en est allé tout triste…car attaché à son droit de propriété et son patrimoine)

          Et le bouddhisme j’en parle pas. Bouddha croulait sous le luxe puis il a abandonné sa vie princière en voyant la brièveté de la vie et souhaitant trouver un moyen de se libérer de la souffrance. Il a tenté l’ascèse mais a failli mourir. Il a finalement opté pour la Voie du Milieu: il se contente du nécessaire (le manger, le boire, le vetir) et il s’agit de se libérer des attachements matériels.

          Les religions ne sont pas contre les entreprises, ni contre une forme de liberté pourvu de pas se rendre esclave de ses passions à raison (le juste milieu). Mais tous ces talents devraient servir tout le monde et non pas l’enrichissement personnel à outrance. Et c’est ce que je remarque avec beaucoup de libéraux économiques qu’ils critiquent le capitalisme de connivence mais je doute que leur entreprise réussissait, qu’ils n’iraient pas rejoindre le festin et faire du lobbying pour faire passer des lois dans leur sens, pour protéger son intérêt… survivre. Prendre la place du calife, pour le meilleur ou pour le pire. Car les situations monopolistiques ne me dérangent pas personnellement (Disney, Ubisoft, Facebook, Lindt…). Et la création de monopole est la logique du libéralisme économique: il y aurait une saturation sur le marché à avoir des entreprises sur un même secteur.
          En fait tout dépend ce qu’on fait de tout ça et comment on le fait; qui on sert exactement. Un patron serait-il pret à accepter un salaire maximum ? Non… comme aucune personne censée ne souhaite bosser dans une entreprise pour un salaire de misère, en Occident en tout cas. P-e qu’en Chine, les ouvriers sont heureux d’avoir du travail. La frustration est relative mais l’idée se situe bien dans la survie 🙂

          Dans une société sécularisée, comment blamer l’enrichissement. On a qu’une vie, faut bien profiter et tant pis pour les autres. Il n’y a plus d’espérance de l’au-delà. Je rigole des débats entre socialistes et libéraux, quand le problème de ce monde est bien plus ontologique…
          Personnellement, je suis encore tiraillé entre la logique « profites de la vie » et « si Dieu existe, mieux vaut miser sur l’Eternité non ? »

          • Je ris avec vous , croyez moi .
            De tous ces hypocrites donneurs de leçons , qui seraient les premiers à ce présenter au festin étatique , si il se présente à eux .

          • flev689102: Et c’est ce que je remarque avec beaucoup de libéraux économiques qu’ils critiquent le capitalisme de connivence, mais je doute que leur entreprise réussissait

            Non une PME/TPE n’a besoin que d’une législation et une fiscalité raisonnable et universelle (égalité en droit, souvenez-vous) pour prospérer. Il y en a ainsi des dizaines de millions en Europe.

            flev689102: et faire du lobbying pour faire passer des lois dans leur sens, pour protéger son intérêt… survivre

            Les TPE et PME sont tabassées à mort en France par les normes, règles et la fiscalité confiscatoire. Par contre les entreprises d’état SNCF en tête, celles ou l’état à investi (L’argent des citoyens, lol) et les amis comme Dassault, Total ou G7 disposent de toutes les attentions législatives et fiscales.

            Quant on vous dit qu’un état qui sort des préceptes libéraux de liberté et de droit universel devient mafieux vous le dénier pour nous exposer 30 secondes plus tard tous les défauts de cette connivence permise pas ces violations du droit.

            flev689102: Et la création de monopole est la logique du libéralisme

            N’importe quoi, vous tordez les mots et les concepts.
            https://fr.wikipedia.org/wiki/Monopole

            Un monopole ne peut être établi QUE par la force en violation totale des préceptes libéraux, d’autant plus que la force est l’exclusivité de l’état dans nos pays.

            La durée moyenne de vie d’une entreprise étant de 50 ans dans nos pays, la plupart des géants actuels n’ont même pas la moitié de cet âge parce qu’ils ont remplacé d’autres géants qui dominaient pourtant le marché. Par contre, la SNCF pour ne prendre qu’elle a toujours le monopole depuis 1937 grâce à la coercition de l’état alors que sa dette monstrueuse et ses déficits chroniques auraient du la tuer depuis longtemps au profit d’une entreprise qui fait correctement son métier sans racketter les citoyens.

            Ce n’est que très récemment que le monopole législatif est soi-disant tombé, mais il y a encore des dizaines de dispositifs législatifs et fiscaux qui le maintiennent de fait.
            https://fr.wikipedia.org/wiki/Ouverture_%C3%A0_la_concurrence_du_transport_ferroviaire_en_France

          • mais ne reprochez pas à des gens de faire avec un système qu’ils n’ont pas créé!!!

            le moindre type qui verse un bakchich a un policier ou un fonctionnaire dans un pays du tiers monde n’approuve pas forcement la corruption, il fait avec!

          • « et il s’agit de se libérer des attachements matériels. »
            En fait, se libérer de tout attachement de quelque ordre que se soit.
            C’est la seule liberté que nous ayons réellement.

            La liberté dont « tout le monde » parle, libéraux compris, n’est pas la liberté.
            Il n’est question que de liberté d’un être attaché (à ses sous, à sa femme, à ses enfants etc…) et donc déjà pas libre par définition.
            C’est une illusion de liberté qui est demandée par les libéraux ainsi que par la plupart des humains.
            Un être non attaché donc vraiment libre ne réclame rien, il est(libre), c’est tout.

            • Non les libéraux ne font pas (tous) cette confusion entre liberté, transgression et autonomie, c’est Rousseau qui a introduit ce sophisme persistant qui est un des pires ennemis de la compréhension du libéralisme.

              La liberté est une grace innée, un droit naturel lié a la conscience, c’est un fait inhérent a la nature humaine.

              La licence ou transgression est la version gauchiste (Rousseauiste) de la liberté, celle que vous prêtez a tort aux libéraux, c’est cette fausse liberté qui consiste à avoir le droit de faire tout ce que l’on veut (tant que cela ne nuit pas à autrui)

              L’autonomie est la capacité d’exercer sa liberté, c’est la version matérielle de la liberté.

              • « La liberté est une grace innée, un droit naturel lié a la conscience, c’est un fait inhérent a la nature humaine. »
                ça je prend ! 🙂

                « …la liberté, celle que vous prêtez a tort aux libéraux, c’est cette fausse liberté qui consiste à avoir le droit de faire tout ce que l’on veut (tant que cela ne nuit pas à autrui) »
                Je ne suis pas certain que cela soit également compris de tous les intervenants ici se réclamant du libéralisme, d’où en partie ma confusion.
                Que fait la police Libérale ? 🙂

                A notre époque, beaucoup de choses passent par le net.
                Des vidéos didactiques pourraient être intéressantes pour expliquer ce qu’est vraiment le libéralisme prétendument vertueux, concrètement , simplement, sans prise de tête.
                Le libéralisme n’est souvent abordé que par l’angle économique, comme ici:
                https://www.youtube.com/watch?v=XKGjVImBWog
                mais sa sphère d’influence est plus large.

                Tout ce qui sort d’un esprit humain peut être compris par un autre esprit humain, il suffit d’employer un discours exprimé simplement.
                C’est effort didactique ne peut être fait que par des libéraux maîtrisant la chose.

        • Régis33 : Connivence , le mot est maintenant connoté négativement , et pourtant , les Lions ( les Lionnes plutôt ) chassent en groupe

          C’est de la coopération et pas du tout de la connivence.
          http://www.larousse.fr/dictionnaires/francais/connivence/18301

          Quand vous aurez réglé votre problème de compréhension des mots, les notions les plus simples vont devenir bien plus claires pour vous.

          • on se fiche des mots, c’est du détai, on regarde les faits
            oui, les quasi-monopoles privés résultent des « coopérations », de fusions-acquisitions (regardez LucasFilm racheté par Disney), c’est viable économiquement pour une entreprise en difficulté, et ça créer des empires pour le meilleur ou pour le pire… le problème des multinationales: sauvegarder le marché en nous rendant dépendants de leur produit, sans laisser aux petites entreprises plus innovantes. Quand je vois Starbuck ou la FIFA sont exemptés d’impots et qu’un nouveau petit restaurant vegan et de type fast food paiera beaucoup plus… ou l’entreprise FairPhone étouffée par Nokia, Samsung et compagnie… et ne mettons pas EXCLUSIVEMENT la faute sur les Etats, les gros groupes privés feront naturellement du lobbying (et à l’échelle de l’UE il est puissant) pour faire voter des lois en leur faveur, tout à fait naturel. Pour le meilleur ou pour le pire… Ca va meme jusqu’à nous bombarder de publicités mensongères type « les produits laitiers sont nos amis pour la vie », financées par nos deniers publiques et voulues par le lobby du lait.
            Et je parle meme pas de la consommation d’insecte…je serais le premier à dire amen à l’Etat (et dans les faits, l’Union Européenne) s’il interdisait la consommation d’insectes pcq il y a un vrai danger sanitaire et autres prétextes. Mais on sait que c’est faux. On sait tous que les insectes sont l’avenir de notre alimentation mais non, on autorise personne à vendre des insectes…y voyons-nous encore une fois un ptit lobbying de l’industrie de la viande ? Pcq celui qui se créer un marché avec les insectes, il va s’enrichir et va franchement concurrencer cette dernière… c’est certain.

            Par ailleurs, je profite pour faire un peu de publicité sur cette petite entreprise: https://www.facebook.com/FoodLinK68/

            • sans laisser les entreprises innovantes avoir leur chance*

              • @ flev : ouvrez les yeux, le lobbying n’existe que parce que l’état a du pouvoir et que les fonctionnaires sont corruptibles …

                un monopole, c’est quand un concurrent est empêché d’entrer sur le marché, or, qui dispose du monopole de la force pour empêcher ce concurrent d’entrer sur le marché ? l’état.

                tout est dit, allez réviser les notions de concurrences et de monopole svp …

                • les deux sont fautifs…je suis p-e anarchiste à refuser leur autorité :p
                  Nan plus sérieusement je m’en fiche: la vraie liberté est se libérer du désir et de l’attachement matériel…le consumérisme n’a rien de libéral… Le dieu Mammon (argent) nous rend esclave, envieux, égoiste, avare, jaloux… Encore une fois, le pb de la société est ontologique.

                  • @ flev : le consumérisme, d’abord, c’est la consommation intelligente, ouvrez un dictionnaire bon sang !!!

                    ensuite, surement que vous faites référence à la société de consommation actuelle : cela n’a aucun rapport avec le libéralisme.

                    Il s’agit de préférences individuelles, le libéralisme dit juste que cela ne regarde que chacun de nous.

                    « l’argent nous rends esclave » phraséologie de gauchiste qui n’a pas de sens.

                    Encore une fois, comme tout bon gauchiste, le problème des gens c’est les gens eux-mêmes, ils faut donc tous els détruire pour construire une société nouvelle, bonne, faites de bisounours aux ordres d’êtres supérieurs comme vous.

                  • flev689102: on se fiche des mots

                    Non, ils désignent des concepts précis.
                    Le fait que vous les mélangiez aboutit à une soupe indigeste et puérile.

                    je m’en fiche: la vraie liberté est se libérer du désir et de l’attachement matériel…

                    Non, ce n’est pas la définition de la liberté.
                    La liberté c’est que personne ne vous interdit vos choix, comme se libérer du « consumérisme » si vous le désirez.
                    Le problème c’est que vous voulez forcer les autres à adopter vos choix et ça, c’est de la répression.

                    Le dieu Mammon (argent) nous rend esclaves, envieux, égoiste, avare, jaloux…

                    Vous avez quel âge franchement ?

                • https://www.youtube.com/watch?v=lDiIxPO_r6M
                  https://www.youtube.com/watch?v=t1PJkbT29B4

                  Et visitez le site Mr Mondialisation. C’est un très beau complément à Contrepoint…

                  • https://www.youtube.com/watch?v=TfCgdOfdYKw et non il est pas bobo socialiste machin-chose collectiviste…il veut rien imposer à personne mais clairement faire prendre conscience…bien sur il gene les aficionados des hamburgers-coca-football…

                  • Quelle soupe débile… Un simple clip youtube bien monté vous tiens lieu d’idéologie…
                    Avec un peu de chance vous allez grandir et sortir de cette adolescence ou on est décidément pas très malin.

                    Si on veut le bien des autres la seule chose qui aie jamais marché, c’est la liberté et le droit.

    • Le capitalisme a commencé a être détourné par les Etats à partir du moment où les Etats se sont mis à s’occuper de tout, c’est à dire à partir du milieu du XIX° en Europe. C’est d’ailleurs à partir de cette époque que ce mot est apparu : ce qui était naturel avant est alors devenu un enjeu politique.

  • Juste ….

    – Le libéralisme est une philosophie politique qui place les libertés individuelles avant l’autorité souveraine.
    – Le capitalisme est un système économique ayant comme objectif l’optimisation de la production et de la croissance par la concentration des moyens de production.
    – L’économie de marché est une évolution du modèle productif d’exploitation de ressources au modèle économique de création de valeur via l’échange.
    – Le libre marché est un marché dans lequel les prix ne sont pas réglementés mais agréés par consentement mutuel.

    L’article a été publié par la free market foundation, il faut donc, en préambule, lire que le capitalisme, comme il permet la mise en place d’un libre marché … est moral.

  • Voilà ci-dessous les lois morales, si vous trouvez que le capitalisme est moral, il faut qu’il obéisse à cela :
    « Quel est le premier de tous les commandements?
    Jésus répondit: Voici le premier: Écoute, Israël, le Seigneur, notre Dieu, est l’unique Seigneur;
    et: Tu aimeras le Seigneur, ton Dieu, de tout ton coeur, de toute ton âme, de toute ta pensée, et de toute ta force.
    Voici le second: Tu aimeras ton prochain comme toi-même. Il n’y a pas d’autre commandement plus grand que ceux-là. » (Marc 12 :28-31)

    « Tout ce que vous voulez que les hommes fassent pour vous, faites-le de même pour eux car c’est la loi et les prophètes. » (J.C.)

    • oui mais ce commandement ne parle pas de « liberté » voyons…
      Collectivisme ou libéralisme, les deux sont basés sur l’envie et oublient la vraie morale. Une morale christique enseignée à l’école et les deux sont contents:
      -les libéraux==>la charité serait naturelle donc inutile de faire des dépenses sociales
      -les collectivistes==> pas d’inquiétude sur l’aide aux nécessiteux.
      Mais les deux critiqueraient le fait qu’on impose la méchante morale du « aimez-vous les uns les autres » rah ! Un retour à la vraie spiritualité est urgent…libéralisme économique et collectivisme économique sont liés au matérialisme, et basés sur la cupidité et la jalousie. Les uns veulent s’enrichir, les autres sont jaloux des riches…c’est simple…

      • @ flev : vous êtes décidément un cuistre :

        le libéralisme est une philosophie du droit, qui prône le respect absolu des droits fondamentaux de chaque individu, où voyez vous une quelconque envie là dedans ???

        Alors c’est quoi la vraie morale selon vous, qu’on rigole ? (aimez vous les uns les autres n’est pas une morale)

        Les libéraux disent que la vraie charité, c’est quand on donne sans être poussé par un fusil dans le dos….

        les libéraux critique ce qui est imposé à l’individu, c’est tout, ouvrez un dictionnaire, lisez contrepoints, vous n’avez encore rien compris au libéralisme, alors arrêtez d’affirmer des énormités, c’est usant (enfin moi ça me fait rire, un troll qui s’ignore :-))

        allez lire la définition du matérialisme avant d’employer ce mot, vous accumulez les contre sens que cela en devient risible, une erreur par phrase 🙂

      • flev689102 : Mais les deux critiqueraient le fait qu’on impose la méchante morale du « aimez-vous les uns les autres » rah !

        imposer avec un flingue sur la tempe que les gens s’aiment !?
        Quand vous aurez 20-25 ans, relisez vous et préparez vous à rire un bon coup.

    • @ Pignard :

      aucun rapport, vous citez Jésus Christ, qui fait de la philosophie personnelle, alors que le libéralisme traite de philosophie politique.

      De plus, je vous conseille de lire un petite livre « ce libéral nommé Jésus » de Charles Gave, pour bien vous imprégnez de la philosophie du Christ, qui prône le libre arbitre et la responsabilité, cad du libéralisme.

      Enfin, la parabole du bon samaritain, dont vous citez juste le début, n’a pas pour but d’énoncer une loi morale, mais d’étendre le principe d’aimer son prochain et surtout de démontrer que la seule loi humaine au dessus de toutes les autres, c’est l’amour.

      Ce n’est pas une morale cela, je vous rappelle que la morale, c’est la science qui permet de qualifier les actions de bonnes ou de mauvaises, de bien et de mal.

      • Jésus le libéral…comme Jésus est communiste pour les communistes
        Stop la dénaturation du christianisme!

        • Après avoir tenté de nous expliquer le libéralisme avec un comique sans faille digne des plus hautes écoles de ce noble art, vous vous attaquez désormais à la définition du Christianisme, ce qui représentera votre Everest personnel à n’en pas douter.

          Alors là, franchement, n’hésitez plus une seconde : lâchez-vous sans aucune retenue ! On vous écoute avec toute l’attention que mérite cet exploit. Je spécule qu’on va bien se gondoler.

          • Christianisme = religion fondée sur la croyance au Christ (sa mort, sa résurrection, le salut, son enseignement…). Oh, d’un point de vue libéral, il l’était…sauf que sa conception de la liberté, c’est se libérer du péché. Le libre arbitre ? Il veut rien imposer bien sur, mais il va de soit qu’en lisant le livre de l’Apocalypse, Jésus reviendra et jugera les hommes. Il n’y aura franchement rien de libéral là dedans…
            Vous voulez quoi comme détails. Les divisions entre trinitaires et ariens ? Entre catholiques, protestants et orthodoxes. Parmi le protestantisme on parle de quoi ? Le calvinisme, le luthéranisme, le méthodisme, l’anabaptisme ? Les mennonites ? Savoir si les Témoins de Jéhovah et les Mormons sont chrétiens peut-etre ? Ou du protestantisme libéral et de la réaction avec les mouvements de réveil (évangéliques).
            Ou parlons du gnosticisme également . Les Cathares et les Vaudois sont pas mal également.
            Ou parlons du catholicisme charismatique.
            Ou parlons du christianisme paulinien…
            On peut faire pareil pour le bouddhisme…

            Franchement, je sais pas d’où vous sortez mais votre mépris de l’autre est détestable et…sectaire.

            • @flev:

              Oh la la … que de contresens (ou de mensonges)

              Jésus n’a jamais dit que l’homme devait se libérer du péché, il a dit exactement l’inverse : que l’homme était incapable de se libérer du péché, que ce n’était pas ni dans rôle ni dans ses compétences.

              Le livre de l’Apocalypse ne parle pas de Jésus et ne parle pas de jugement humain … c’est exactement le contraire également.

              Le christianisme n’est pas une religion fondée sur la croyance au Christ, vous faites référence au concile de Nicée et vous targuez de comprendre ce qu’est l’Arianisme, alors cela semble complétement incroyable que vous prêtez aux Chrétiens le dogme schismatique Arien …

              D’ailleurs votre phrase « se libérer du péché » me laisse penser que vous faites également la confusion entre péché et mal, un autre dogme schismatique, Manichéen celui-là.

              Cette rhétorique est complétement fausse, même si utilisée depuis deux cent ans par les anticléricaux qui raffolent d’instrumentaliser les schismes les plus théologiques pour discréditer le christianisme.

              J’ai tendance à ne pas présumer de la bonne foi des gens, mais là il me semble que je pencherais pour l’opinion de Cavaignac sur votre imposture : soit vous répétez la doxa anticléricale, soit vous êtes de mauvaise foi, mais vous n’avez de toute évidence pas creusé le sujet.

            • flev689102: Franchement, je sais pas d’où vous sortez mais votre mépris de l’autre est détestable et…sectaire.

              Celle-là est bien bonne, vous haïssez en bloc toute la société moderne et vous rêvez du jour prochain de la « révolution » qui ne se fera qu’avec des doses massives de répression.

              flev689102: Christianisme = religion fondée sur la croyance au Christ

              Je suis athée, j’ai pourtant lu la Bible quand j’avais 22 ans et vous racontez n’importe quoi comme d’habitude.
              Pensez à ouvrir un ou deux livres de temps en temps.

              • « Je suis athée, j’ai pourtant lu la Bible quand j’avais 22 ans et vous racontez n’importe quoi comme d’habitude. » dites ça aux évangéliques qui la connaissent mieux que chacun de nous.
                Le christianisme c’est ça, et rien d’autre. Sinon quoi? La croyance au Père Noel ? Elle est bien bonne…

                • dites ça aux évangéliques qui la connaissent mieux que chacun de nous.

                  Eux oui, vous non. Vous n’avez rien lu, n’avez aucune culture et n’écoutez rien, mais vous êtes absolument certains que vos élucubrations à base de deux clips YouTube et trois slogans simplistes ont un sens.

                  Ce phénomène à un nom:
                  https://fr.wikipedia.org/wiki/Effet_Dunning-Kruger

                  • Je vous trouve bien dur et peu charitable envers notre ami flev, mon cher Ilmryn, surtout en cette période de fêtes célébrant la naissance du Christ.

                    S’il est chrétien, tout n’est pas perdu. Même s’il se trouve encore dans l’erreur, la vérité finira par lui apparaître :

                    05 Thomas lui dit : « Seigneur, nous ne savons pas où tu vas. Comment pourrions-nous savoir le chemin ? »
                    06 Jésus lui répond : « Moi, je suis le Chemin, la Vérité et la Vie ; personne ne va vers le Père sans passer par moi.
                    07 Puisque vous me connaissez, vous connaîtrez aussi mon Père. Dès maintenant vous le connaissez, et vous l’avez vu. »
                    08 Philippe lui dit : « Seigneur, montre-nous le Père ; cela nous suffit. »
                    09 Jésus lui répond : « Il y a si longtemps que je suis avec vous, et tu ne me connais pas, Philippe ! Celui qui m’a vu a vu le Père. Comment peux-tu dire : “Montre-nous le Père” ?

                    Jean 14:5-9

                    Il pourrait aussi parcourir le blog de NathalieMP, sur le thème « politique, libéralisme, catholicisme », en particulier, vu l’époque, cet article sur l’Avent.

                  • c’est bien pcq je les ai cotoyé que j’ai étudié la Bible avec eux 😉 (je les ai cotoyé pour une histoire de fille…expérience enrichissante au passage…à la POC de Mulhouse)
                    Et par la meme leur lecture fondamentaliste (« retour aux fondements », interprétation littérale des textes sacrés) : https://fr.wikipedia.org/wiki/%C3%89vang%C3%A9lisme ! Et j’ai étudié la Bible. Et oui, Jésus est mort sur la croix pour nos péchés…en tout cas en se référant à leur explication qui me parait biblique.
                    Vous n’avez pas le monopole du savoir. Je ne suis pas un singe savant et j’ai bp à apprendre, mais dsl, au niveau des religions, je sais de quoi je parle (énormément de conversations métaphysiques avec des évangéliques et des musulmans). Ce n’est pas pcq je n’ai pas vos lunettes libérales que je suis dans le faux, je vous trouve bien arrogant…

  • Et dire que des français veulent voter Marine Le Pen qui souhaite mettre en place une politique économique interventionniste…

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don
ISF
2
Sauvegarder cet article

On attribue cette expression à Jacques Chirac lorsqu’il était Premier ministre, alors qu’il jurait contre les députés de sa majorité qui critiquaient Simone Veil et son projet de réforme, en les traitant de « cons comme une valise sans poignée ». C’était le temps où les valises avaient des poignées rivetées, avant que l’on développe les valises avec poignée intégrée, avec des roulettes (invention de Delsey, en 1972).

C’est vrai qu’une valise sans poignée, c’est vraiment con.

Mais que dire d’une poignée sans valise alors ?

Poursuivre la lecture

Dans une tribune publiée dans le Financial Times, Janan Ganesh estime que les démocraties occidentales ont un grave problème de personnel. Ce ne sont pas les électeurs qui préfèrent des troisièmes couteaux aux véritables hommes d’État disponibles, mais une classe politique qui peine à recruter : « (d)es personnes aptes, de tendance libérale ou modérée, [qui] ne sont pas assez nombreuses à se lancer en politique ».

L’auteur de la tribune a en tête la succession de Boris Johnson en tant que Premier ministre du Royaume-Uni. Il est facile ... Poursuivre la lecture

Par Alain Mathieu.

 

Le 11 janvier 2018, quatre ministres, dont celui des Finances, écrivaient à Jean-Dominique Sénard, président de Michelin, et Nicole Notat, ancienne secrétaire générale de la CFDT, pour leur demander de remettre le 1er mars, soit quelque six semaines plus tard, leurs «  réflexions sur la relation entre entreprise et intérêt général », sachant « qu’il est aujourd’hui demandé à l’entreprise d’assumer une responsabilité à l’égard de ses parties prenantes, mais aussi à l’égard de la société… Répondre aux déf... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles