« Sire, surtout ne faites rien ! » de Charles Gave

Dans un style inimitable, souvent exubérant, toujours limpide, « Sire, surtout ne faites rien ! » a le grand mérite de poser les bonnes questions et les vrais problèmes, à rebours des idées préconçues.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

« Sire, surtout ne faites rien ! » de Charles Gave

Publié le 18 décembre 2016
- A +

Par Thierry Godefridi.

Charles Gave a réuni dans un nouveau livre intitulé Sire, surtout ne faites rien ! (allusion à la réponse d’armateurs bretons à une question de Louis XIV qui leur demandait comment il pourrait les aider à concurrencer les Anglais) les meilleurs articles parmi les 200 qu’il a publiés ces cinq dernières années sur le site de l’Institut des Libertés.

Avouant être devenu économiste presque « à l’insu de son plein gré », Charles Gave dit avoir consacré cinquante ans de son existence à réfléchir et à comprendre comment fonctionne l’économie.

Dans Sire, surtout ne faites rien !, il aborde le sujet sous trois angles :

  • ce qu’il faut faire pour que ça marche ;
  • ce qu’il ne faut pas faire et pourquoi et comment ceux qui le font le font quand même ;
  • ce qu’il faut en retenir pour comprendre l’actualité économique en temps réel.

Dans la première partie de son recueil, Charles Gave propose treize clefs de lecture, à commencer par son concept de base, la nécessaire prééminence de l’individu sur la tribu. Dès que sur le plan de la responsabilité, l’on repasse du primat de l’individu à celui de la collectivité, la civilisation effectue un recul, constate-t-il, puisque c’est un retour à l’état primitif. La prééminence de l’individu constitue le socle de la civilisation occidentale et des progrès qu’elle a engendrés. Reconquérir sa liberté devrait être au cœur des préoccupations de chacun.

À cet égard, il faut tenir compte de ce mal nécessaire que sont les États et de leurs modes de fonctionnement. L’auteur en recense trois : celui de l’État de droit dont le but est de garantir la liberté individuelle ; celui du droit supérieur de l’État qui vise à établir une égalité ex post entre les citoyens ; celui de l’État de droit divin dans lequel l’individu est soumis à la volonté divine telle qu’elle est interprétée par de grands prêtres.

Pour Charles Gave, l’Angleterre et les États-Unis sont les parangons des États du premier ordre, ceux qui mettent la liberté individuelle avant et au-dessus du pouvoir de l’État et ont adopté le marché libre comme type d’organisation économique. La Révolution française, dont l’URSS était la fille légitime, a par contre instauré la primauté de l’État sur l’individu, avec comme objectif patent l’égalité ex-post. Bien que l’Histoire ait démontré la remarquable inefficacité du modèle de l’égalité ex post, l’idée d’une organisation socio-économique de type soviétique garde des partisans. Gènes libertaires et démocratie, d’un côté ; gènes étatiques et technocratie, de l’autre : voilà qui explique bien des choses, comme les sympathies d’une certaine nomenklatura française pour l’URSS au temps de sa splendeur présumée et le fait que Londres soit devenu la « sixième plus grande ville de France » à une époque plus récente. Tous les Français n’ont pas perdu le sens de l’orientation.

De la rencontre du travail et du capital naît l’économie. Dès le moment où, comme ce fut le cas en Angleterre à partir du XVIIIe siècle, le capital est alloué à ceux qui le font fructifier au mieux (conformément à la parabole des talents dans l’Évangile selon Matthieu), la quantité de capital que les travailleurs peuvent utiliser croît, entraînant une hausse de leur productivité et du niveau de vie. Certes, les entreprises non rentables seront condamnées mais c’est le propre du capitalisme d’être un système de type darwinien, explique Charles Gave, et c’est ce qui fait qu’il marche.

Et a contrario c’est ce qui effraie l’auteur dans la décision de la Banque centrale européenne de faire baisser les taux d’intérêt à zéro, en ce que cela favorise ainsi les plus gros destructeurs de capital, les États (qui ne sont pas soumis à la destruction créatrice) et cela interrompt le processus de sélection naturelle qui génère la croissance. L’auteur de Sire, surtout ne faites rien ! s’insurge contre ce qui fausse les prix du marché et ceux qui confondent valeur et prix, richesse et monnaie.

Charles Gave pourfend les idées fausses (par exemple, l’augmentation de la liquidité comme moyen d’accroître l’activité économique) et les faux parleurs (socialistes, technocrates, oints du seigneur, hommes de Davos, partisans de l’homme providentiel, écologistes, tartuffes de tout crin). Il n’élude pas les questions qui fâchent. Le capitalisme est-il moral ? Qui crée des emplois ? (Et non comment créer des emplois ?) Et si nous parlions des libertés (politiques, sociales, économiques) ? L’Europe est-elle mal partie ? Qu’est-ce qui finira par faire sauter le système ? Quels seront les gagnants et les perdants ? Que faire pour protéger son épargne ?

Dans un style inimitable, souvent exubérant, toujours limpide, Sire, surtout ne faites rien ! témoigne d’une pensée cohérente et courageuse, à rebours des idées préconçues. Ce recueil a le grand mérite de poser les bonnes questions et les vrais problèmes, quand bien même toutes les réponses et solutions avancées par l’auteur peuvent ne pas faire l’unanimité. Que vous ne soyez ni « longs » sur la livre britannique (au vu de son parcours depuis plus d’un demi-siècle), ni « courts » sur l’Union européenne (étant donné les alternatives et les risques qu’elles comportent), ne vous empêchera pas de prendre beaucoup de plaisir à la lecture de ce factum décapant.

Sur le web

Voir les commentaires (4)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (4)
  • Toujours très intéressant Mr Charles.
    Merci.
    Il reste néanmoins que si nous nous individualisons, nous devons veiller à notre prochain.

  • Assez paradoxalement, depuis ce XVIIIe siècle, l’émergence des Etats de droit et de plus récents « amendements fondamentaux » aux promulgués D.H. version 1949 semble avoir donné le primat de la tribu (organisation collectiviste) sur ceux de tout individu normalement constitué.
    Allons en chercher les causes et des raisons ?

    Sinon, il est heureux que Mr Gave ose clamer ce que beaucoup pensent silencieusement.

  • Merci de nous encourager à lire Charles Gave. Une excellente idée pour un cadeau de Noël!

  • La France et la « primauté de l’État sur l’individu ». Charles Gave appuie où ça fait mal.

    L’objectif principal de l’individu comme de l’état devrait être la SURVIE. C’est clairement le cas de l’individu. Une entreprise non rentable meure, tout simplement. L’état pour sa part, a une infinité d’objectifs, tous basés sur de « bonnes raisons » au sens de Raymond Boudon. Pour les assurer, il prélève, il taxe, il manipule les taux etc. et se moque comme d’une guigne des conséquences malthusiennes de ses actes et en conséquence de sa propre survie. Sa responsabilité est totalement diluée au contraire de l’individu.

    C’est aussi au nom de ces « bonnes raisons » que l’état (« nous » on ne fait pas de bénéfices) est implicitement perçu comme légitime (et seul à l’être) du fait de ses « nobles objectifs alors que le privé est jugé illégitime, car son action est supposée basée sur l’égoïsme. Cette perception fallacieuse des choses vient probablement de l’inculture économique des Français.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

« La vraie question que vous devriez vous poser est : aujourd’hui l’État français prélève à peu près 62% de la richesse française et rien ne marche […] Qu’est-ce qu’ils font de notre pognon ? »

 

Ces mots de Charles Gave prononcés à l’antenne de Sud Radio sonnent comme du bon sens. Si la question initiale visait le secteur régalien, elle se pose également pour la politique environnementale. Cette année, le ministère de la Transition écologique a été doté d’un budget de 45,5 milliards d’euros, soit cinq fois celui des Affair... Poursuivre la lecture

liberté
10
Sauvegarder cet article

Il est communément dit qu’en France, le libéralisme n’aurait aucun ancrage populaire, aucune existence politique, aucun passé et donc par voie de conséquence, aucun avenir.

On est en droit de se poser la question de savoir si c'est une réalité ou un mythe savamment entretenu à la fois par les libéraux désespérés du niveau de collectivisme du pays et par les collectivistes habitués à prendre leurs vues pour des réalités.

Si cela était vrai, pourquoi entendons-nous parler tout le temps de libéralisme ?

Certes, c’est princip... Poursuivre la lecture

Par Finn Andreen.

Les libertariens se demandent souvent pourquoi le socialisme continue à être si populaire, alors qu’il s'est avéré être un tel échec en tant qu’idéologie politique et système économique. Bien que l’idéologie de l’éducation publique et des médias traditionnels soient des raisons importantes qui expliquent cela, la persévérance obstinée du socialisme est aussi quelque peu fictive, car le socialisme a évolué : le socialiste d'aujourd'hui n'est pas le socialiste d'antan.

Cette distinction est importante à garder en... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles