Circulation alternée à Paris : et c’est reparti ! [Replay]

Publié Par Serge Federbusch, le dans Environnement

Par Serge Federbusch.

Circulation alternée à Paris : le délire permanent

Anne Hidalgo chasse les voitures-Anne Hidalgo by Parti socialiste(CC BY-NC-ND 2.0)

« La circulation alternée, cela n’a aucun effet et, médicalement, cela n’a aucun intérêt »,

avait déclaré le Pr Bertrand Dautzenberg en 2014, lors d’une expérience précédente de circulation alternée.

Une mesure « inutile » et sans « aucun effet mesurable significatif », avait pointé le fameux pneumologue de La Pitié-Salpêtrière et président de l’Office français de prévention du tabagisme.

Il poursuit :

« La circulation alternée a peut-être l’avantage de faire prendre conscience qu’il y a un problème, mais la météo a une influence bien plus grande sur la qualité de l’air. Sans compter que la pollution sur Paris est bien moins importante qu’il y a dix ans ».

L’impact des particules fines

Les particules en suspension sont les ­fines particules solides portées par l’air. En France, l’objectif est de 30 microgrammes de particules par mètre cube d’air en moyenne annuelle. C’est donc l’exposition annuelle qui a un impact sur la santé et non des dépassements ponctuels.

« Le risque de santé publique est majeur », passe son temps à répéter Hidalgo. Pour les pneumologues, au contraire les taux de pollution en France sont très éloignés de ceux qu’on observe en Chine par exemple, et surtout, l’exposition aux particules n’est en rien comparable au fait de fumer.

« C’est peanuts, comparé au tabac ! C’est de l’ordre d’un facteur un à un million »,

a confié un pneumologue au Figaro lors de la dernière expérience en la matière.

« Je n’ai pas observé ces derniers jours une hausse des consultations chez les patients souffrant d’insuffisance respiratoire ou chez les asthmatiques. » 

En définitive, les promoteurs de ce type de mesures se réfugient derrière les admonestations de la Commission européenne qui fustige le peu d’empressement de la France à lutter contre la pollution de l’air. Mais cela ne signifie pas que des mesures inadaptées et purement démagogiques doivent être prises en lieu et place, par exemple, d’un rappel à l’Allemagne de la grande nocivité de ses centrales à charbon qui nous envoient leur pollution de manière beaucoup plus significative.

Dans la longue série des décisions d’Anne Hidalgo, on se préparera aussi, dès le 16 janvier prochain, à l’inénarrable vignette Crit’Air qui aura pour effet d’interdire la circulation des véhicules antérieurs à 1997 (2000 pour les deux-roues) le plus clair de la semaine. Gare aux amendes qui auront surtout pour vertu de remplir les caisses vides de la mairie !

Sur le web

  1. Cette femme n’a aucune limite, son idéologie dépasse l’entendement, ses décisions ne reposent sur rien, pénalisent la population parisienne, les habitants de banlieue et les quelques provinciaux qui ont à faire sur Paris pour des raisons professionnelles, qui peuvent désormais oublier leur voiture. Ou leur job.
    Les « vieilles » voitures bannies de Paris sont désormais invendables, et les gens qui s’en servent encore ne pourront pas en changer (trop cher un modèle validée par Sainte Âne).
    En d’autres temps, en d’autres lieux, cette femme aurait vu sa vie écourtée avec une certaine satisfaction de son peuple opprimé.
    Mais en ces autres temps et ces autres lieux, cette femme n’aurait jamais pu être élue, a aucun poste, et n’aurait pu obtenir aucune responsabilité en entreprise, tant sa réflexion et son aptitude à convaincre qu’elle est dans le vraie sont inexistantes.
    Ségolène, sort de ce corps !

  2. Surtout que la maire n’y est pas pour rien dans les bouchons de notre capitale…
    Pour le péage dans paris (comme à Londres) (sauf pour les voitures électriques, pour inciter à l’achat et à l’installations de bornes), et cela nous permettra de financer un transport en commun bien maillé et efficace ! Et libérons les routes et les avenues parisiennes!!!

    1. Et libérons les routes et les avenues parisiennes!!!

      C’est malin, qui payer ces infrastructures ❓ Ah, le CONtribuable parisien ❗ fautes de taxes sur les carburants, ils faudra augmenter les taxes foncières.

      Bien joué Callaghan ❗

  3. A Tokyo, les autorités ont mis en place des mesures bien plus strictes pour lutter contre la pollution (mise aux normes obligatoires, contrôles draconiens, disparition presque totale du diesel…) Résultat : des émissions de particules fines réduites de plus de moitié en dix ans. Donc oui, si on prend de vraies mesures, ça peut marcher… Le problème en France, c’est surtout qu’on reste en permanence dans la demi-mesure, le compromis foireux, ce qui fait que les solutions sont rarement efficaces. Bien sûr que ce n’est pas la circulation alternée quelques jours par an qui va changer quoi que ce soit, c’est purement cosmétique et symbolique, et surtout moins risqué que de s’attaquer aux lobbys du diesel…

    Quant à dire « c’est moins pire qu’en Chine », l’argument est un peu léger vu la pollution qu’il y a là-bas : si on attend d’en arriver là pour faire quelque chose, on est mal partis…

  4. Quant à recommander aux parisiens de prendre le métro, dont l’air est bien plus chargé en particules qu’aux abords du périphériques, on atteint les niveaux d’une reine de France !

  5. Faux! Le japon a fait machine arrière sur le Diesel et propose même un bonus écologique. Renseignez-vous au lieu de colporter les phrases toutes prêtes du manuel ecolo bobo de ces bonimenteurs de la Mairie de Paris. Un peu d’info : http://www.leparisien.fr/automobile/automobile-le-japon-donne-un-coup-de-pouce-aux-voitures-diesel-21-07-2015-4961183.php

  6. je ne comprends pas pourquoi TOUTES les villes ne mettent pas en place leur petit plan d’interdiction individuelle…ce serait amusant.

  7. Je suis l’un des auteurs de cette mesure de circulation alternée, au printemps 1997 en application de la loi sur l’air. Pour mémoire, c’est un gouvernement de droite qui l’a instituée.
    Il y a 20 ans, cette mesure se voulait éducative et elle était efficace (seules les grosses cylindrées de moins de 5 ans étaient équipées d’un pot catalytique et les diesels étaient beaucoup plus polluants qu’aujourd’hui). Elle n’a été alors appliquée qu’une seule fois, le 1er octobre 1997 et il n’y a plus eu besoin de la mettre en oeuvre par la suite.
    Elle a récemment été déclenchée une fois en 2014, une fois en 2015, puis cette semaine. Nous ne sommes plus en 1997, le pic de pollution est beaucoup moins grave qu’au 20è siècle et, en tout état de cause, il ressort principalement du chauffage, qui ne fait pas l’objet de mesures de restrictions.
    Je peux donc assurer que cette mesure ne sert plus à rien aujourd’hui, alors qu’elle coûte excessivement cher à la société (perte de PIB) et au contribuable francilien (compensation de la gratuité des transports). Je regrette que le préfet de police ait cédé à la pression de Hidalgo en prenant un arrêté.
    Il est temps de mettre fin aux méfaits de Hidalgo et de ses alliés verts.

  8. Aurait-on un recours contre de telles conneries ?

    1. Il faudrait un recours au Tribunal Administratif contre les arrêtes préfectoraux instituant la circulation alternée. Par exemple, samedi 17, le seuil d’alerte était dépassé pour les seules particules, mais pas du tout pour les oxydes d’azote et l’ozone. Dès lors, appliquer la circulation alternée aux voitures à essence est une atteinte aux libertés non justifiée.
      Les choses devraient aller mieux en 2017 avec les vignettes Crit’Air, qui permettront de cibler les véhicules réellement polluants, pour autant que Hidalgo ne poursuivre pas sa chasse idéologique anti-voitures.

  9. Moi je me demande pourquoi on n’impose pas le tout électrique en ville, entre le gaz et le mazout du chauffage ou de la gaziniere,l’auto pollue modestement…. y aurait il devilins fonciers derrière tout ça ??

  10. bon…le problème c’est plutôt qu’on ne voit aucune estimation des effets globaux de la circulation alternée qui a de multiple conséquences et répercussions..et des coûts cachés.
    il ne faut pas oublier que le but est l’amélioration de la santé publique, la pollution n’est pas une fin.

    donc combien ça coûte, quel effet sur la santé publique?

    On ne peut pas vraiment railler la mesure on doit être choqué de sa non évaluation!

  11. De mesure aberante en mesure aberante on fini par ne plus pouvoir vivre et travailler a PARIS
    comment fait-on quant on a un metier ou il faut se deplacer avec de lourdes serviette et qu’on ne peux monter les escaliers du metro?

  12. Une question!
    Un moteur avale la pollution bien mieux que nos poumons ,ne devrions nous pas, au contraire augmenter le nombre de voitures en circulation dans nos villes pour les ventiller et les dépolluer?

  13. « Je n’ai pas observé ces derniers jours une hausse des consultations chez les patients souffrant d’insuffisance respiratoire ou chez les asthmatiques. » :
    http://www.aphp.fr/contenu/ap-hp-point-sur-les-travaux-menes-sur-les-consequences-sanitaires-de-la-pollution
    Quelle incompétence de dire ça…

    1. Zole, il faut aussi lire les liens que vous fournissez. Votre lien ne contient strictement aucune donnée concernant: « les patients souffrant d’insuffisance respiratoire ou chez les asthmatiques ». Il relève même que nous sommes en épidémie de bronchiolite entraînant des consultations spécifiques à cette épidémie. Avec un minimum de réalisme on peut en déduire que l’augmentation actuelle de 20 à 30% colle avec une épidémie de bronchiolite.

  14. Stop à la tyrannie des politiques.

    Quand les politiques comprendront-ils qu’ils sont là pour trouver des solutions pour les citoyens, et pas pour leur poser des problèmes sans avoir d’abord trouvé les solutions correspondantes.

    Dans ce cas, les possesseurs de voitures anciennes en bon état de marche sont spoliés sans indemnité.
    S’ils ne vont pas à leur travail, ils le perdent, eux.

    Ils n’ont pas la chance d’être comme les politiques de ce pays, « responsables politiquement et complètement irresponsables en réalité » et ne se prennent jamais les pieds dans le Tapie.

  15. donc problème de santé publique, on y consacre de l’argent, on est supposé voir des effets… on parle un peu dans le vide…
    il faut grosso modo réussir à mettre en place une métrique évalue le coût par « unité d’amélioration de la santé publique » pour voir si c’est une mesure tant soit peu intelligente.

  16. Voilà ce qui arrive lorsqu’on confie les clefs d’une grande ville à une personne non préparée bouffi d’orgueil et d’idéologie
    Paris va devenir une ville de moindre importance bien à la hauteur des bobos qui la hantent
    Où est passé Napoleon III qui su rénover sí bien cette cité millénaire
    Félicitations aux votants

  17. Elle se fiche des banlieusards, on la comprend ils ne votent pas sur Paris.
    Mais elles mécontentent aussi les commerçants et les Parisiens qui veulent partir en vacances, erreur de tir pour la démagogue de l’Hotel de ville qui, n’en doutons pas, va et vient sur Paris en voiture avec une flopée de motards devant et derrière.

  18. Les dogmatiques français contemporains (écolos et socialos) sont des champions pour prendre des mesures qui ne servent à rien, sauf à satisfaire un ego surdimensionné.

  19. Nos bobos dechristianilises ont trouvé plus sale que le sexe pour contrôler la populace : l’air que nous respirons.
    En fait ce sont eux qui nous polluent l’existence avec leur cerveau embrumé de toutes les dépravations de petits bourgeois et de petites bourgeoises dont ils sont coupables

  20. bonsoir

    petite question

    si la pollution atmospherique tue les parisiens comme des mouches comment se fait-il que les franciliens vivents, en moyenne deux ans de plus que les autres français (source insee) ?

Les commentaires sont fermés.