Found in translation

Avec les récentes avancées sur le plan matériel et logiciel, la traduction automatique devient un véritable outil d'émancipation culturelle et commerciale.
Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
HAL9000 by RV1864 on flickr - CC BY-ND 2.0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Found in translation

Les points de vue exprimés dans les articles d’opinion sont strictement ceux de l'auteur et ne reflètent pas forcément ceux de la rédaction.
Publié le 16 décembre 2016
- A +

En février 2011, alors que la France, fraîche et innocente, croyait encore impossible de faire pire que Sarkozy et que le monde, groggy, se remettait à peine d’une crise carabinée, je découvrais une nouvelle application Google qui permettait de réaliser de la traduction à la volée, non plus textuellement mais oralement.

L’idée générale, maintenant relativement banalisée, était la suivante : un utilisateur enregistre les paroles d’une tierce personne, et les fait traduire par Google qui se charge ensuite de les faire prononcer dans le langage cible par le téléphone. En somme, Google avait ajouté une solide reconnaissance vocale (« speech-to-text ») à son outil de « Traduction Google », et terminait la manœuvre par une opération exactement inverse dans la langue cible, de synthèse vocale (« text-to-speech »).

L’intérêt de la manœuvre se situait dans l’automatisation de ces différentes étapes et dans l’utilisation du téléphone portable comme simple médium de prétraitement, avec, en tâche de fond, l’ensemble de la puissance du nuage informatique fourni par l’infrastructure Google. Petit-à-petit, avec cette amélioration, on arrivait à voir ce que la traduction à la volée, dans le cours d’un dialogue, pouvait produire comme richesse supplémentaire. En effet, en abaissant ainsi et même partiellement la barrière de la langue, ce genre d’applications informatiques permet d’améliorer notoirement les relations humaines ; n’importe qui peut alors acheter ou vendre dans un pays qui lui est étranger.

Oh, bien sûr, l’application d’alors ne permettait évidemment pas d’entrer dans les subtilités de chacune des deux langues concernées, mais pour les opérations de bases, celles qui permettent à des humains moyens de commercer, c’était amplement suffisant.

Quelques années ont passé, la technologie a évolué et d’autres idées ont éclos.

Pour les idées, voici que sont récemment apparues d’intéressantes petites oreillettes qui permettent de faire ce que le téléphone faisait précédemment ou, plus exactement, qui permettent d’affranchir la personne de toute manipulation avec son téléphone.

Encore une fois, il ne s’agit pas ici d’une révolution, mais bien d’un saut, petit mais sensible, dans l’amélioration technique d’un ensemble de fonctionnalités qui, auparavant, nécessitaient à la fois une solide puissance de calcul, généralement pas disponible de façon portable (on parle de centaines, voire de milliers de serveurs pour obtenir les résultats actuels), et une bonne capacité d’analyse et de reproduction vocale. Dans ce cadre, la société Waverly, qui entend commercialiser ces oreillettes dans le courant de l’année 2017, propose sa propre version de traduction à la volée, dans cinq langages à son lancement.

On ne connaît pas encore la qualité de la traduction que ce procédé offrira, mais on peut cependant parier qu’il sera décent, tant les progrès en la matière sont sensibles. Du reste, il doit être possible de basculer sur les outils d’autres ténors du domaine.

Et dans ceux-là, difficile de passer à côté de Google qui, en parallèle de ces évolutions technologiques, nous propose une véritable révolution. Le mot de révolution n’est ici pas galvaudé puisqu’on apprend, dans un récent papier publié le 14 novembre dernier dans la revue arXiv de la Cornell Université que les chercheurs de Google, spécialisés en intelligence artificielle, ont réalisé une première, à savoir la traduction d’un langage à un autre sans passer par une langue pivot, et sans que les corrélations sémantiques ou grammaticales entre ces deux langues ne lui aient été apprises.

Il faut bien comprendre toute la portée de la prouesse réalisée ici : jusqu’à présent, traduire une langue vers une autre supposait un certain nombre d’étapes relativement complexes pour une machine. Ces étapes comprenaient l’acquisition de lexiques, de dictionnaires, une description de la grammaire des deux langages. En outre, en utilisant de grands corpus de documents traduits dans de multiples langues (exemples typiques : les documents produits par la Commission Européenne, produits en 24 langues, ou ceux des Nations Unies, disponibles au moins dans les 6 langues officielles de l’institution) et des analyses statistiques plus ou moins poussées, il est possible de réaliser des « ponts » d’une langue à une autre. Enfin, en utilisant une langue pivot, on peut passer d’une langue à une autre sans trop déformer le résultat final : en substance, le traducteur automatique sait passer de la langue A à la langue B, et de la langue B à la langue C, il peut donc traduire, au moins à peu près, de la langue A à la langue C, la B servant alors de pivot.

Dans le cas de Google, cependant, l’utilisation de techniques d’intelligence artificielle (réseaux neuronaux et apprentissage « profond »), les résultats obtenus sont d’une nature différente puisque, sans qu’on ait réalisé les étapes ci-dessus, la machine a déduit d’elle-même les éléments de base des langues A et C pour les traduire sans passer par une langue pivot. En quelque sorte, le logiciel construit ses propres versions conceptuelles des éléments manipulés par le langage source pour les ré-exprimer dans le langage de destination.

Plus concrètement encore, cette application de l’intelligence artificielle a été mise en place pour le commun des mortels puisque, début décembre, elle a été greffée sur le « google translate » disponible en ligne. Si certains d’entre vous ont l’habitude d’utiliser cette facilité, peut-être ont-ils noté la franche amélioration des résultats de traduction fournie par « Translate » dernièrement : là où, auparavant, la traduction pouvait à peu près tenir la route sur une phrase complète mais nécessitait régulièrement de repasser par un traducteur humain pour polir les dernières (grosses) aspérités et s’avérait carrément impraticable pour des textes un peu longs ou ardus, la traduction à la volée offerte actuellement montre des signes évidents d’une bien meilleure compréhension ou d’une plus profonde appréhension des mécanismes du langage.

Oh, il est bien sûr encore loin le moment où l’humour d’un texte, les jeux de mots et les calembours seront habilement traduits à la volée. De ce point de vue, le métier de traducteur n’est pas encore mort et il faudra encore quelques années pour que les machines puissent professionnellement les remplacer.

Mais d’une part, on ne parle plus que de quelques années, pas de longues décennies. Et d’autre part, pour les traductions non professionnelles, d’un humain à un autre, ce dont on dispose maintenant est largement suffisant.


—-
Sur le web

Voir les commentaires (18)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (18)
  • Fin de l’anglais commercial et de l’Espéranto ?

  • vite une taxe car ça va supprimer des postes!!

  • Progrès incontestable du point de vue technique mais, côté humain, mettre un machine en intermédiaire c’est éloigner l’homme de l’homme.

    Diviser pour mieux régner en maitre… isoler les hommes donne le même résultat ,la dictature,google sera t il notre dernier tyran?

    • Excusez moi mais j’ai du mal à suivre votre résonnement, car avec ce système vous serez face à votre interlocuteur et la compréhension sera immédiate.

      • Vous voulez rire ! Le malentendu et le quiproquo deviendront la règle, au contraire. Sans parler de l’usage que feront les traducteurs de l’information sensible/sensitive captée…
        « I have difficulty following your resonance »

      • François: Excusez moi mais j’ai du mal à suivre votre résonnement

        Personne n’arrive à suivre les « raisonnements » de réactitude depuis deux ans.

    • Idem. Cette outil supprime la plus grosse barrière au rapport humain : la langue.
      Plutôt qu’une division, je vois dans ces innovations la possibilité du rapprochement des humains et des cultures; le vieux rêve du traducteur universel des récits de Science-Fiction.
      Je tiens également à souligner que nous sommes passer d’une interface nécessitant une machine, une vraie (téléphone ou ordinateur), à une simple oreillette, ce qui est une nouvelle fois un rapprochement. Comme dans tous les progrès techniques, on supprime les intermédiaires (ici l’interpréteur/traducteur ou le dictionnaire); je ne vois donc pas très bien en quoi il s’agit d’un éloignement…

    • Il m’est insupportable qu’une série de machines se soient mises entre votre message et les lecteurs de ce post.
      Prière de faire du porte à porte et nous transmettre ceci de vive voix …

    • Reactitude: L’homme qui vit dans le « c’était mieux avant ».

    • Comme d’habitude vous vous trompez du tout au tout: en diminuant la barrière du langage, l’informatique rapproche hommes et cultures…

  • Et les profs des langues vivantes dans tout ca?? Il faut écraser cette saleté avent qu’il ne soit trop tard!!

  • Je vais pouvoir copier tout ce que me traduira ce « Google speech » et apprendre plus vite que les autres (ceux qui n’aiment pas faire des efforts pour apprendre) à parler les milles et une autres langues du monde. Mais, je risque d’être condamné pour avoir « copié » car à l’école en France les représentants de l’EN, n’aime pas qu’on copie. Il faut tous être « égalitaire ».
    Merci, monsieur Kern de votre commentaire car avec cette innovation, mon interlocuteur ne subira plus mon accent du sud de la France et pourra me comprendre.

  • C’est enfin arrivé ? Alléluia, Douglas Adams a imaginé le babel fish et waverlylabs l’a réalisé ! Et cela a pris moins de 42 ans 😉

  • Quand on reçoit un charabia incompréhensible, le reflexe, c’est de demander: « c’est du Google? »

  • Et depuis quelques années on trouve même des études permettant de « plaquer », sur la voix de synthèse, le timbre de la voix originale.

    En comparaison, quand on voit la lenteur de nos administrations, fonctionnant avec des papiers photocopiés, des appariteurs pour dispatcher les courriers dans les services, … On appelle cela du moquage de bouche

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Scott Shackford. Un article de Reason

Un document de travail récemment publié prétend montrer que les vastes lois sur la confidentialité des technologies mises en œuvre par l'Union européenne en 2018 ont considérablement étouffé l'innovation des apps et potentiellement privé les consommateurs de produits utiles.

Le rapport a été publié par le National Bureau of Economic Research, et il tente de calculer les effets sur les consommateurs du Règlement général sur la protection des données (RGPD), une loi de l'Union européenn... Poursuivre la lecture

Nous sommes à l’aube d’une nouvelle rupture technologique qui pourrait, à terme, bouleverser le marché de l’emploi. Le développement des solutions d’intelligence artificielle sur des pans entiers du marché de l’emploi aura des externalités positives indéniables, encore trop mal perçues des travailleurs.

Des transformations structurelles sans destruction massive

Selon le rapport de référence « Automatisation, numérisation et emploi » du Conseil d’orientation pour l’emploi (janvier 2017), moins de 10 % des emplois existants seront menacé... Poursuivre la lecture

Par Doug French. Un article du Mises Institute

Relatant une boutade de l'économiste soviétique Nikolai Fedorenko, Yuri Maltsev a illustré le problème du socialisme dans sa préface à l'ouvrage de Ludwig von Mises intitulé Economic Calculation in the Socialist Commonwealth. Fedorenko a déclaré à l'époque, selon les mots de Maltsev, "[Un] plan économique entièrement équilibré, vérifié et détaillé pour l'année suivante serait prêt, avec l'aide des ordinateurs, dans 30 000 ans."

L'intelligence artificielle comme outil socialiste ?

Vi... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles