L’or, l’argent, l’Inde : 1,3 milliard de cobayes résistent

Le gouvernement indien a spolié son propre peuple en taxant lourdement l’or. Le problème peut-il apparaître en France ? Méfiance !

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Narendra Modi (Crédits Al Jazeera English, licence Creative Commons)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

L’or, l’argent, l’Inde : 1,3 milliard de cobayes résistent

Publié le 16 décembre 2016
- A +

Par Simone Wapler.

L’or, l’argent, l’Inde : 1,3 milliard de cobayes résistent
Narendra Modi (Crédits Al Jazeera English, licence Creative Commons)

Chez nous aussi, les autorités aimeraient tenter une grande expérience monétaire similaire à celle de l’Inde.

Comment enfermer des bipèdes dans un système monétaire entièrement contrôlé par l’État ?

En Inde, ces bipèdes sont suspicieux de la monnaie d’État elle-même, la roupie. Peut-être que notre vieille expression française de « roupie de sansonnet » pour désigner une valeur insignifiante vient de là. Dès qu’ils le peuvent, les Indiens se débarrassent de leurs roupies en achetant de l’or pour thésauriser.

Dans sa grande bienveillance et son omniscience, pour contrer cette détestable habitude, l’État taxait lourdement l’importation d’or. Mais cela ne dissuadait pas le recyclage du papier en or.

Emprunts d’État contre or

Signalons une autre initiative intéressante récemment mise en place : des emprunts d’État à remboursement du principal garanti en or. Le fonctionnement est le suivant : vous apportez votre or, on vous remet un titre d’État rapportant un rendement sur une certaine durée. À échéance de cette obligation d’État vous avez une garantie de pouvoir retrouver la même quantité d’or que ce que vous aviez apporté. Mais les bipèdes indiens — décidément rétifs — n’ont pas mordu à cet hameçon doré tendu par leur bon gouvernement.

Avertissement aux lecteurs ne pratiquant pas l’ironie : le paragraphe suivant contient de l’humour. Inutile de m’envoyer un déluge d’e-mails pour exprimer toute votre indignation…

Mais reprenons :

Donc, comment drainer l’épargne dans les banques afin de pouvoir « fabriquer de la croissance » comme les pays développés quand l’économie tourne avec du cash et quand l’épargne préfère se diriger vers l’or plutôt que vers les emprunts d’État ? Drainer l’épargne : étape indispensable pour devenir une grande puissance économique grâce aux immenses bienfaits d’une politique keynésienne qui saura mieux que 1,3 milliard de crétins quoi faire de l’argent que ces mêmes crétins ont su gagner et veulent épargner ?

Oui, l’Inde affiche une croissance annuelle de 7,3 % et les Indiens n’ont pas l’air de vouloir gonfler une bulle de crédit. Mais pourquoi respecter leur choix ?

Première étape : démonétiser les billets les plus utilisés, ce qui oblige les gens à se diriger vers une banque pour (au pire) échanger leurs coupures contre les nouvelles et (scenario idéal) ouvrir un compte en banque car il n’y a pas assez de nouveaux billets disponibles.

Deuxième étape : taxer l’or (encore !).

Troisième étape : recourir à la force brutale (mais légale). Envoyer des agents du fisc pour prendre l’or. Pour un bon résumé de la situation, vous pouvez lire ce texte (en anglais) de l’éditorialiste indien Mihir Sharma, publié sur Bloomberg : « Message à Modi : arrêtez de nuire ».

Mais les cobayes résistent encore, voyez-vous…

Voilà qu’ils se tournent vers l’argent (je parle du métal).
Source Gold-Eagle

En 2011, 78 % de l’épargne des Indiens était en or mais avec les taxes à l’importation, ils se sont tournés vers l’argent…

Les manœuvres stupides du gouvernement Modi vont probablement réussir à faire monter les cours de l’argent en accélérant la bascule.

Et vous, comment vous préparez-vous à résister aux manœuvres spoliatrices de notre propre gouvernement : mise hors la loi progressive du cash, lois Sapin, loi de résolutions bancaires ?

Nous avons des idées sur la question… Pour plus d’informations et de conseils de ce genre, c’est ici et c’est gratuit

 

Voir les commentaires (5)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (5)
  • Chère Simone Wapler,
    Un léger contresens (probablement pour les besoins de la cause mais) que je relève pour le plaisir de la langue.
    L’expression « roupie de sansonnet » ne concerne en rien la roupie monnaie, mais un vieux sens du mot voulant dire morve. Oui, moins exotique…
    Voici ce qu’en dit le CNRTL: Roupie: Vieilli. Humeur sécrétée par la muqueuse nasale et qui pend au nez par gouttes. http://www.cnrtl.fr/definition/roupie
    Très cordialement

  • J’ai bien fait de garder l’argenterie de mon grand père.

  • Le Venezuela s’y est mis également, avec étrangement le meme procédé :
    1-retrait de la coupure la plus utilisée, le billet de 100, qui n’est plus acceptée nulle part
    2- promesse de pouvoir échanger ces coupures contre de nouveaux billets aux valeurs faciales plus élevées
    3- ruée sur les banques, qui renvoient les gens a la banque centrale du pays, banque qui n’a pas encore lesdits nouveaux billets

    les billets ont été retirés au prétexte de lutter contre les mafias (nous sommes dans un état policier) manipulées par les USA (nous sommes dans un état socialiste).
    vu les émeutes et le chaos provoqué, je ne serais pas surpris que cela signe l’arret de mort du neosocialisme dans ce pays…

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Loin de nous l’idée d’être des profiteurs de guerre. La guerre en Ukraine est évidemment dramatique humainement. Mais elle a dans le même temps des répercussions économiques et financières. Aussi, de nombreux ménages s’inquiètent pour leur épargne et les valeurs refuge (or notamment) attirent de nouveau. Dans quoi investir dans ce contexte de crise ukrainienne ? Certains placements sont-ils meilleurs que d’autres pour investir son épargne en 2022 ?

L’or : toujours une valeur refuge ?

En période de crise, on pense tout de suite à l’or e... Poursuivre la lecture

Première partie ici.

Avant l’invasion de l’Ukraine par la Russie, la BCE avait prévu de relever ses taux et de mettre fin à ses rachats de dette tardivement et modestement. Le 7 février, Christine Lagarde déclarait devant la Commission des affaires économiques et monétaires du Parlement européen :

« Il n'est pas nécessaire de se précipiter vers une conclusion prématurée pour le moment […] Les chances ont augmenté que l'inflation se stabilise à notre objectif (2 %). Rien n'indique que l'inflation sera constamment et significative... Poursuivre la lecture

0
Sauvegarder cet article

Par Mohit Anand. Un article de Conflits.

Vingt années de guerre, 2000 milliards de dollars dépensés et près de 2400 soldats morts, pour une sorte de retour à la case départ. Le retour des talibans en Afghanistan touche l’ensemble de l’Asie du sud-est. En réorganisant les relations avec le Pakistan et la Chine, ce retour oblige aussi l’Inde à se repositionner.

Vingt années d’intervention, 2000 milliards de dollars dépensés et environ 2352 soldats américains morts plus tard, la bataille d’Afghanistan est perdue pour les États-Unis... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles