Faillite de Viadeo : c’est aussi votre argent qui est parti en fumée

Les pouvoirs publics ont brûlé près de 20 millions € dans deux prises de participation douteuses au sein de ce réseau social français dont les chances de réussir étaient pourtant très incertaines.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Faillite de Viadeo : c’est aussi votre argent qui est parti en fumée

Publié le 6 décembre 2016
- A +

Par Éric Verhaeghe.

Viadeo, brève histoire d’un échec
By: Robin WautersCC BY 2.0

En redressement judiciare pour trois mois, Viadeo est au bord de la faillite, une faillite qui coûterait environ 30 centimes € par Français, grâce à la brillante politique d’investissement menée par la BPI. Les pouvoirs publics ont en effet brûlé près de 20 millions € dans deux prises de participation douteuses au sein de ce réseau social français dont les chances de réussir étaient pourtant très incertaines.

Viadeo, brève histoire d’un échec

Viadeo est une sorte de cousin germain de Linkedin. Né en 2004 sous le nom de Viaduc, Viadeo prend son envol en 2007 sous la conduite de Dan Serfaty. En décembre 2013, Viadeo emploie 300 personnes à travers le monde.

Linkedin est né à la même époque. L’un est toujours en vie, l’autre vient de déposer le bilan. Encore un ratage français dans la compétition mondiale.

Le capital français marche à l’envers

Sur le fond, la mécanique qui condamne Viadeo est bien connue. Essentiellement développé sur fonds propres, le réseau français a besoin de cash pour se développer. Il fait donc payer les clients par avance (ce qui limite sa compétitivité) quand son concurrent américain Linkedin peut largement recourir à la gratuité, fort d’investissements apportés par les capital-riskers. C’est ici qu’on mesure le poids du capitalisme de connivence en France : ennemi du risque, il peine à porter des projets à long terme et s’intéresse essentiellement aux projets matures, ou aux amis qui vous veulent du bien.

Le business model « fermé » de Viadeo le condamne à ne pas dépasser les frontières françaises, et à subir un lent étranglement par son concurrent américain.

Le risque capitalistique et Linkedin

Pour mémoire, Linkedin a largement bénéficié d’une forte prise de risque de la part des fonds américains d’investissement. Dès 2003, le fonds Séquoia met près de 5 millions $ dans l’opération. En 2004, Greylock Partners met 10 millions $. On ne voit évidemment pas la vie de la même façon ni l’avenir de son entreprise quand on lève plusieurs millions $ par an.

La différence entre les capitalismes est ici : les 10 millions € levés auprès de la BPI par Viadeo arrivent près de 10 ans après la levée de Linkedin…

Viadeo en 2012 : chronique d’un ratage annoncé

En 2012 (cinq ans après la création du réseau…), le Fonds stratégique d’investissement, précurseur de la BPI, met une première ligne de 10 millions € dans Viadeo.

« Viadeo est un champion français de l’internet, qui s’inscrit dans une dynamique de forte croissance et que le FSI a choisi d’accompagner pour accélérer son développement dans le marché mondial attractif, mais compétitif, des réseaux sociaux professionnels », commente de son côté Jean d’Arthuys, directeur et membre du comité exécutif du FSI.

En 2012, Viadeo affiche un chiffre d’affaires d’environ 30 millions d’euros, soit près de 20 fois moins que Linkedin, créée en même temps. Viadeo réalise la quasi-totalité de son chiffre d’affaires en France et ne monétise aucun abonnement à l’étranger.

Errare humanum est, perseverare diabolicum

En 2014, la BPI ajoute 8,5 millions d’euros, sans l’afficher directement, à l’occasion de l’introduction de Viadeo en bourse. Autant l’investissement de 2012 pouvait se comprendre, autant celui de 2014 obéit à des déterminants mystérieux.

En effet, comme l’indique alors Sébastien Laye, Viadeo a « cashburné » près de 14 millions € en 2013, soit 50% de son chiffre d’affaires. Au premier trimestre 2014, le chiffre d’affaires diminue de près de 5%. La situation ne s’annonce donc pas sous les meilleures auspices…

C’est pourtant à ce moment que la banque publique décide de réinvestir…

La BPI et le capitalisme de connivence

Quelle est la logique de la politique d’investissement de la BPI ? Personne ne le sait. Elle n’est pas expliquée. On sait juste que la BPI s’appuie sur un comité exécutif qui semble prendre, avec l’argent des contribuables, des décisions discrétionnaires, voire arbitraires.

Son investissement de 8,5 millions dans l’introduction en bourse de Viadeo de 2014 (qui permet à l’entreprise française de lever 22 millions d’euros, dont 40% d’argent public…) illustre bien le caractère très opaque de sa stratégie. Les mauvais esprits (dont le mien) ne manqueront pas de déplorer, une fois de plus, l’esprit de connivence qui marque le capitalisme français, avec sa manie de mélanger les structures publiques et les structures privées pour financer des arrangements incompréhensibles.

La France est-elle en train de manquer la révolution numérique ?

Si l’on admet l’hypothèse que la révolution numérique repose d’abord sur la capacité du capital traditionnel à financer des activités à haut risque… la réponse est donnée. Viadeo, avec ses levées tardives à un moment où son business model était déjà très mal en point, en constitue un superbe exemple.

Sur le web

Voir les commentaires (28)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (28)
  • Bonjour à toutes et à tous,

    Quand un Business Angel investit avec son propre argent dans des startups, la décision de « couper la branche » quand les résultats ne sont pas au rendez-vous est déjà difficile … On comprend qu’avec l’argent du contribuable et de la dette, ce le soit encore beaucoup plus !
    Ceci dit, nous sommes 4 500 en France rassemblés dans France Angels, et à peine quelques dizaines de « gros » Business Angels individuels, Xavier Niel étant l’arbre qui cache le néant …
    Quand nous serons 100 000 à France Angels, le pays ira vraiment beaucoup mieux !
    Mais ça demande incitation et pédagogie de la part des pouvoirs publics : de notre côté, nous faisons ce que nous pouvons ! 🙂
    https://www.linkedin.com/pulse/partageons-efficacement-notre-épargne-pierre-tarissi
    Amitiés,
    Pierre
    .

  • Il ne faut pas critiquer la BPI qui a tout de même réalisé une démarche positive, mais certes un peu tardive: ce sont les dirigeants de VIADEO qui sont responsables de la situation pour ne pas avoir demandés de l’aide plus tôt. Il est vrai que la France n’est pas propice à l’émergence d’entreprises (fiscalité et charges plétoriques…banques préhistoriques…), malgré un effort de dynamisation créé par les organisations patronales.
    C’est bien triste.
    francis / start UP

    • Tous les projets rentables financés par la BPI sont des projets qui auraient pu et auraient vraisemblablement été financés par des banques privées, si l’Etat n’assêchait pas l’épargne disponible avec sa dette galopante. C’est facile de poser un pansement après un coup de couteau. Ca arrange les choses mais le mieux reste quand même d’arrêter de remuer e couteau dans la plaie.

  • Viadeo…le réseau social qui pratique le renouvellement tacite de l’abonnement premium avec fourberie par prélèvement. Aucune pitié. Tant pis pour l’argent gratuit, un peu plus, un peu moins…

  • C’est toute la différence entre ceux qui investissent leur propre argent, ou celui de leur clients, ce qui revient au même par ricochet, et ceux qui dépensent l’argent des autres, sans aucun risque pour eux-mêmes.

  • De toutes façons, tout ce qui est créé en France avec participation de l’état fonctionne sur le modèle « service public » donc, ne peut pas dépasser nos frontières.

    De plus avec notre modèle « gestion syndicale service public » se trouve à être « obligatoirement » en permanent deficits et donc sous perfusion de l’Etat…

    ça ne peut ni marché ni intéressé…

  • il m’ avaient pourtant remboursés en 2014 !

  •  » …. 30 centimes € par Français … »

    Je serais curieux de connaitre le forcément fallacieux diviseur utilisé comme TOUJOURS dans ce cas
    Mais comme l’école n’apprend pas la lecture critique (Cf. autre sujet en cous) diviseur . Personne ne réagit

    « cashburné » : pas trouvé dans dictionnaire français quel qu’il soit.
    Vive l’impérialisme anglophone grégaire.

  • Bof,la CDC a acheté pour plus de 500 millions d’actions Soitec en 2011,à 7 euros l’action.Allez voir ce qu’elle vaut maintenant.

  • tout à faut, le capital risque en France est balbultiant (ou agonisant… c’est selon). Les intentions de la BPI sont louables mais ne remplacera jamais une vraie politique d’incitation à l’investissement privé en France.
    sur l’exemple de Viadeo, ce dernier a aussi été trop gourmand : plutôt que privilégier son coeur de marché : la France, elle a trop vite eu des folies expansionnistes (et s’est retrouvé dans un gouffre financier dans les pays émergents). Les levées de fond des dernières années auraient surtout dû asseoir sa légitimité sur le territoire français en retentant une conquête des cadres qui avaient fui la plateforme au profit de linkedin.

    • Vous oubliez juste qu´il n´y a pas de marché français, Cela est encore plus frappant dans le numérique.

    • Intentions louables!?

      Si les élus et fonctionnaires se rêvent en businessman et veulent jouer les apprentis investisseurs qu’ils fassent comme les autres, c’est-à-dire avec leur pognon pas avec celui des Français qui n’ont jamais donné leur accord. C’est du vol. Ces gens là s’amusent avec votre argent. C’est immonde, rien de louable à faire porter les risques sur les autres.

  • De toute façon, linkedin ou viadeo, c’est pareil : de pauvres salariés en mal être qui se dévoilent à la terre entière afin de se faire débaucher et enfin peut-être pouvoir quitter leur foutue entreprise … … et quand la fin de linkedin ?

    • @ bleubv
      Pas du tout! Je ne suis pas salarié, je ne cherche pas à changer de boulot mais je suis en « relation » avec des collègues répartis partout dans le monde!
      Linkedin n’est pas près de fermer boutique!

    • C’est vrai c’est injuste ce sujet et dur procès à la France. Ces réseaux sont obsolètes! Linkedin meurt de son inutilité et finira comme Viadeo.

      D’ailleurs dans son grand malheur elle a trouvé un repreneur, une petite société apparemment très maladroite dans sa tentative de croissance externe.

      Microsoft a racheté Linkedin $26 Mds. Vingt-six Milliards de dollars. Ca fait quelques 0 dans la poche de ceux qui ont mis quelques millions. L’article l’oublie.

      Vive la france et ses fiers aveugles.

    • Vous avez raison bleubv Paul’Emploi fait le même boulot en mieux grâce à la générosité du contribuables.

      Ces « pauvres salariés » ne connaissent pas le bonheur qu’ils ont de rester dans la même société toute leur vie. Ils devraient plutôt gentiment faire comme vous le préconisez : ne pas bouger et attendre qu’on décide à leur place comment ils doivent gèrer leur carrière.

      Votre commentaire est éclairant de sagesse.

      • Merci HarryC, je pensais être le seul à être indigné par le commentaire de bleubv.

        A mes yeux, Linkedin permet principalement de conserver un réseau de liens faibles, que l’on peut activer selon le contexte pour dégager des opportunités professionnelles…
        On est bien loin de l'(in)efficacité d’un Pole Emploi.

  • hum les millions remis par la BPI lors de l’IPO étaient une condition de la réussite de celle ci au vu de mon expérience de capital risqueur, les dirigeants de la BPI ont agi sous l’emprise du court terme (alors qu’il était clair que le business model était un échec, puisque le chiffre d’affaires s’effondrait) il fallait absolument éviter la faillite de Viadéo mais c’était reculer pour mieux sauter. On peut aussi demander si les autorités boursières n’ont pas été influencées pour cette introduction en Bourse

  • La France est-elle en train de manquer la révolution numérique ?
    La question de pose t elle vraiment…le train est partie depuis très longtemps et la France est encore dans la gare…

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Le système des prix est un synonyme de liberté. Ou du moins, il est une condition nécessaire à l’existence des libertés les plus primaires, ce dont la plupart de nos contemporains n’ont pas conscience, eux qui fustigent facilement l’économie de marché.

En général, ils souhaitent donc des formes d’organisation sociales plus solidaires, impliquant l’abolition du système de prix et de la monnaie, accusée de conduire à un règne de la marchandisation de l’homme. Il ne se passe guère un jour sans qu’un intellectuel quelconque rédige des pamp... Poursuivre la lecture

Par Samuele Murtinu. Un article de l'IREF Europe

Le « néolibéralisme », c’est-à-dire la version du capitalisme démocratique moderne qui met en scène des marchés et des échanges guidés par de puissantes institutions publiques mondiales, ne doit pas être confondu avec la vision libérale classique de la société libre formulée par Adam Smith, John Stuart Mill, Lord Acton ou F. A. Hayek. De nombreux problèmes associés au néolibéralisme sont en fait le résultat d’une intervention trop lourde de l’État, de la recherche de rentes et d’autres f... Poursuivre la lecture

Par Dora Triki, Alfredo Valentino, and Anna Dimitrova.

Bien que le nombre de décès dus au terrorisme ait diminué de 14 % en 2021, le nombre d’attentats terroristes dans les pays de la région Afrique du Nord et Moyen-Orient (MENA) reste élevé, et en conséquence, le terrorisme demeure une menace importante dans ces pays. Encore récemment, un attentat revendiqué des forces rebelles Houthis du Yémen a eu lieu à quelques kilomètres du site du Grand Prix de Formule 1 d’Arabie saoudite, qui réunissait fin mars l’élite du sport automobile inte... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles