Primaires de la droite : n’est pas De Gaulle qui veut

La vie politique ne serait pas si ennuyeuse que cela : les primaires à droite sont déjà riches en rebondissements.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Primaires de la droite : n’est pas De Gaulle qui veut

Les points de vue exprimés dans les articles d’opinion sont strictement ceux de l'auteur et ne reflètent pas forcément ceux de la rédaction.
Publié le 20 novembre 2016
- A +

Par Philippe Bilger.

Primaires de la droite
Alain Juppé By: Foreign and Commonwealth OfficeCC BY 2.0

Dire que certains traitent la vie politique, la respiration démocratique avec condescendance ou mépris ou, pire, avec indifférence.

La primaire LR est déjà un grand succès et ceux qui en récusaient le principe au nom du gaullisme en sont pour leurs frais.

De Gaulle aurait-il récusé les primaires de droite ?

Charles de Gaulle est une nostalgie grâce à son intégrité absolue mais il a une double incidence négative sur notre Histoire : n’importe quel solitaire en politique a pu penser qu’il ressemblait au Général !

Et le rapport exceptionnel qu’il a entretenu avec le peuple français a laissé croire que l’élection présidentielle devait se fonder exclusivement, et tout de suite, sur un lien fort entre une personnalité et les citoyens.

Ce qui était vrai pour de Gaulle n’est pas forcément généralisable et la primaire est un moyen à la fois plus modeste et plus sûr pour dégager le meilleur de son camp. Ensuite, pour l’élection présidentielle, quelle impressionnante légitimité sera apportée au candidat !

Quelques questions sur les primaires de la droite

Les instituts de sondage sont prudents, d’abord parce qu’on ne peut pas deviner l’ampleur de la participation. Moins de trois millions, trois millions ou plus de trois millions de votants ? (Le Figaro, le Parisien)

  • Le trio de tête est-il encore, dans l’ordre, Alain Juppé, Nicolas Sarkozy et François Fillon ?
  • La remontée indiscutable de celui-ci peut-elle le conduire seulement à se rapprocher très près du deuxième ou, mieux, à le situer dans les deux premiers ?
  • Les joutes médiatiques ont-elles été décisives ?
  • Chaque citoyen prêt à voter a-t-il pris son parti ?
  • Le socle du noyau dur des militants LR garantit-il à Nicolas Sarkozy d’être présent parmi les deux premiers ?
  • Alain Juppé pourrait-il être éliminé malgré la constance de sa position en tête selon les instituts et en dépit de son effritement des derniers jours ?
  • Pourrait-on se retrouver pour le deuxième tour avec une confrontation Juppé-Fillon ?
  • La configuration la plus plausible sera-t-elle validée, Juppé et Sarkozy face à face, ou un double coup de tonnerre alternatif plausible ? Juppé exclu, Sarkozy sur la touche ?
  • Dans le désordre, le trio en question sera-t-il très resserré ou non ?
  • Alain Juppé ou Nicolas Sarkozy en tête ?
  • Quel écart entre les deux premiers ?
  • François Fillon peut-il même coiffer sur le poteau l’un des deux autres pour la première place ?

Sans doute d’autres questions encore peuvent-elles se poser. Mais les miennes me suffisent et j’ai hâte d’être ce soir pour obtenir ma réponse. Encore quelques heures d’attente.

Il paraît que la vie politique française est ennuyeuse ? Quand on a la chance de se voir offrir une primaire de la droite et du centre, il faut voter en masse.

Sur le web

Voir les commentaires (3)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (3)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Nathalie MP Meyer.

On ne sait pas encore sous quelle forme exacte sera désigné le candidat des Républicains (LR) en vue de l’élection présidentielle de l’an prochain, mais une chose est d’ores et déjà certaine : que ce soit dans ou hors primaire, les candidatures s’accumulent follement – à tel point que l’on se demande si dans bien des cas, il ne s’agirait pas plutôt de marchander plus ou moins habilement un futur poste ministériel, y compris auprès des deux candidats de tête Macron et Le Pen. Après tout, il y a le précédent Le Mai... Poursuivre la lecture

Par Frédéric Mas.

Interrogé au journal télévisé de TF1, Xavier Bertrand a répété qu’il serait candidat à l’élection présidentielle et pas à la primaire envisagée par certains ténors de la droite. Ce serait pourtant un excellent moyen de transformer une querelle de personnes en débat d’idées, avec à la clef la possibilité de réintroduire le libéralisme dans l’offre politique à droite.

Le traditionalisme gaulliste de Xavier Bertrand

Xavier Bertrand a insisté sur la « cohérence » de sa candidature, qu’il relie à « sa conception » d... Poursuivre la lecture

Par Frédéric Mas.

[caption id="attachment_279452" align="aligncenter" width="640"] François Fillon By: European People's Party - CC BY 2.0[/caption]

Les révélations, vraies ou fausses, légales ou illégales, ont entaché la réputation du candidat de la droite et du centre François Fillon. Parce qu’il se présentait comme le candidat de la réforme et de la mesure, la déception d’une partie de son électorat fut grande. Quand celle-ci a découvert que par bien des côtés, leur candidat était à l’image de cette classe politique qui depui... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles