Qui est le plus Trump-compatible des politiques français ?

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Qui est le plus Trump-compatible des politiques français ?

Publié le 12 novembre 2016
- A +

Par Alexis Vintray.

Qui est le plus Trump-compatible des politiques français ?
Crédits : Statista, CC-BY-SA

À l’issue d’une élection serrée et tendue, Donald Trump a été élu 45ème président des États-Unis. Si Trump a été préféré à Hillary Clinton aux États-Unis, les Français, eux, sont bien plus sceptiques et critiques : selon un sondage Odoxa pour France Info, plus des trois quarts des Français sont mécontents de sa victoire à l’élection présidentielle américaine. 80 % des personnes interrogées estiment que cette victoire changera l’avenir du monde et pour 65 %, elle aura également un impact sur l’avenir de la France. La grande majorité des répondants voit dans le futur président des États-Unis un personnage agressif (85 %), raciste (82%) et dangereux (75%).

Illustration de la façon dont les Français situent Donald Trump, deux tiers des répondants au sondage (66%) estiment que Marine Le Pen serait la personnalité politique qui s’entendrait le mieux avec Donald Trump. Suit derrière avec 17% Nicolas Sarkozy. Plus on est à droite ou à l’extrême droite, mieux on s’entendrait avec Trump selon la sagesse populaire française…

Voir les commentaires (7)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (7)
  • selon un sondage…..comment les croire ?

  • Ce sondage n’a aucun sens, Marine Le Pen a un programme bien à gauche (notamment sur le plan économique), tout le contraire de Trump.

  • Si les sondés avaient su que les pays du golfe ainsi que les plus grandes banques d’affaire avait donné à la dame chacun entre 10 et 15 millions de dollars, le résultat aurait été le même?

  • Ce qui prouve que les merdias français ont bien fait leur travail de désinformation et que les Français « sont des veaux ». Mais je préfère les veaux .

  • selon les français qui n’ont comme source d’information que ce qu’on en disait dans les médias français…

  • je dirais plutôt  » selon la sagesse médiatique française  » non !??

  • Le matraquage anti-Trump dans les médias est à double bande puisqu’il sert à matraquer également M. le Pen par association, sachant par ailleurs que le FN (d’extrême droite) est parait-il, très proche de Mélenchon par son programme. Donc par son programme, D. Trump est très proche de Mélenchon?

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Après un barrage non-stop de couverture négative des médias envers le croquemitaine orange – c’était justifié à l’occasion – le « sauveur » Joe Biden est arrivé. Un an après son inauguration, est-ce que l’enthousiasme débordant des médias à l’époque se justifie encore ?

Continuité des politiques de Trump avec Joe Biden

Non, en fait, il n’a jamais été justifiable considérant la trop grande proximité idéologique (antilibérale) des deux principaux concurrents pour la Maison Blanche en 2020.

C’est tellement évident que l’on peut dif... Poursuivre la lecture

0
Sauvegarder cet article

Par Albin Wagener. Un article de The Conversation.

Considéré avant tout comme un emblème très actuel de la (contre-) culture web, les mèmes pullulent désormais sur les boards (ces plates-formes collaboratives alternatives comme 4chan, Reddit ou 9gag) ou les réseaux sociaux – et ont même permis l’émergence de groupes de chineurs de mèmes (ou neurchi), dédiés au rassemblement de consommateurs et de producteurs de mèmes, attirant ainsi à nouveau une population plus jeune sur Facebook. Mais les mèmes ne sont pas que de simples objets humor... Poursuivre la lecture

Par Jean-Éric Branaa.

Depuis le 6 janvier 2021, se pose la question de la place de Donald Trump dans le débat public, notamment en vue des prochaines échéances électorales. Cette interrogation relance en même temps la question de la survivance de ce que l’on a appelé le « trumpisme ». Après quelques mois de sidération face à une victoire qui n’avait pas été anticipée, en 2016, on a vu se multiplier l’utilisation de ce terme, régulièrement invoqué dans les articles ou les reportages les plus dramatiques sur l’état du pays de Lincoln.Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles