Rencontre Obama Trump : derrière les faux-semblants, des rancœurs tenaces

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
By: dcJohn - CC BY 2.0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Rencontre Obama Trump : derrière les faux-semblants, des rancœurs tenaces

Publié le 11 novembre 2016
- A +

Par Théo El Ayachi-Le Mat.

Rencontre Obama Trump : derrière les faux-semblants, des rancœurs tenaces
By: dcJohnCC BY 2.0

Avant-hier, le président américain encore en mandat, Barack Obama, accueillait à la Maison Blanche Donald Trump, président élu et son successeur à la présidence des États-Unis d’Amérique.

Une rencontre inattendue

Cette rencontre entre les deux hommes avait pour vocation de mettre au clair les premières modalités de la transition du pouvoir. En effet, le président démocrate qui fut agréablement surpris par le professionnalisme du camp républicain (camp Bush) en 2008 pour faciliter son investiture, souhaiterait réitérer cela avec son successeur.

Outre l’arrivée originale de Trump par avion privé, l’entretien de près d’une heure et demi entre les deux hommes, au lieu de quinze minutes initialement prévues d’après Donald Trump, fut « excellent » selon Barack Obama, ce dernier ayant même promis de faire « tout son possible » pour faciliter la transition au républicain, afin de le mettre dans les meilleures conditions possibles.

Le républicain, futur 45ème président des États-Unis, s’est quant à lui dit « ravi » et « réjoui  de pouvoir échanger avec ce président et de pouvoir travailler en bonne collaboration avec le président en exercice ».

Il s’agissait là du premier meeting entre les deux hommes, étonnement cordial puisque loin de s’établir sous les meilleurs auspices. Effectivement, ces protagonistes de la scène politique américaine n’en sont pas à leur premier contentieux.

Une relation Trump Obama complexe…

Rappel de faits :

Et un Obama tout aussi critique

Barack Obama, depuis toujours, met clairement en lumière l’incompétence du républicain quant à l’exercice du mandat présidentiel. Il ne fut pas le seul, puisque la candidate déchue, Hillary Clinton n’a cessé d’utiliser cet argument pour décrédibiliser Trump durant la campagne présidentielle.

Ainsi, cela nous amène à nous poser la question de la bonne foi des commodités parfaitement bien menées par la White House en accueillant Trump ce jeudi 10 novembre 2016 : est-ce finalement l’acceptation pleine d’amertume d’un camp, d’un monde dont la donne actuelle n’est pas celle que l’on croyait être, et comme Clinton le signifie « Trump [et tout le symbole autour de l’homme politique] est notre nouveau président. Nous lui devons d’être ouverts d’esprit » ?

Ou s’agit-il encore d’un Obama paternaliste, à l’instinct presque protecteur à travers la volonté d’accompagner jusqu’au bout l’investiture de Trump, puisqu’ayant conscience de laisser la place à tout ce contre quoi il a œuvré durant ses huit années au pouvoir ?

Voir les commentaires (2)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (2)
  • Rien qui étaye un titre prometteur.
    Gaspillage de bande passante.

  • Je ne sais pas si c’est vrai mais apparemment, Trump s’est lancé en politique parce qu’il a été humilié publiquement par Obama en 2011. J’ai vu cela dans un reportage.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don
0
Sauvegarder cet article

Par Albin Wagener. Un article de The Conversation.

Considéré avant tout comme un emblème très actuel de la (contre-) culture web, les mèmes pullulent désormais sur les boards (ces plates-formes collaboratives alternatives comme 4chan, Reddit ou 9gag) ou les réseaux sociaux – et ont même permis l’émergence de groupes de chineurs de mèmes (ou neurchi), dédiés au rassemblement de consommateurs et de producteurs de mèmes, attirant ainsi à nouveau une population plus jeune sur Facebook. Mais les mèmes ne sont pas que de simples objets humor... Poursuivre la lecture

Par Jean-Éric Branaa.

Depuis le 6 janvier 2021, se pose la question de la place de Donald Trump dans le débat public, notamment en vue des prochaines échéances électorales. Cette interrogation relance en même temps la question de la survivance de ce que l’on a appelé le « trumpisme ». Après quelques mois de sidération face à une victoire qui n’avait pas été anticipée, en 2016, on a vu se multiplier l’utilisation de ce terme, régulièrement invoqué dans les articles ou les reportages les plus dramatiques sur l’état du pays de Lincoln.Poursuivre la lecture

Lors d’un échange avec les lecteurs du journal Le Parisien, Emmanuel Macron a déclaré :

« Eh bien, là, les non-vaccinés, j’ai très envie de les emmerder. Et donc on va continuer de le faire, jusqu’au bout. C’est ça, la stratégie. »

Ces propos ont vite été médiatisés et pour cause : ils ne sont pas dignes d’un président.

Un président doit rassembler et non pas diviser

L’une des principales critiques des médias à l’encontre de Donald Trump était sa vulgarité. Force est de constater que sur la forme, Emmanuel Macron n'est ic... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles