Fraude au compteur électrique : c’est vous qui payez !

Très répandue en France, la fraude au compteur électrique fait augmenter les coûts du gestionnaire du réseau et donc les tarifs de l’électricité. Au final, c’est le consommateur qui ne fraude pas qui paye.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Fraude au compteur électrique : c’est vous qui payez !

Les points de vue exprimés dans les articles d’opinion sont strictement ceux de l'auteur et ne reflètent pas forcément ceux de la rédaction.
Publié le 7 octobre 2016
- A +

Par Guy Dartiailh.

Fraude au compteur électrique : c'est vous qui payez !Ralentir son compteur avec un aimant, le retourner ou l’incliner pour le faire ralentir, desserrer sa vis de réglage, le bloquer à l’aide d’une aiguille, etc. Les techniques pour trafiquer son compteur électrique sont nombreuses et inventives.

Des pratiques de fraude trop courantes

Elles sont même facilement accessibles grâce à une myriade de sites web qui les listent, les décortiquent, les commentent… Bref, frauder son compteur est devenu presque banal en France, à tel point que les personnes s’adonnant à cette pratique sont rarement inquiétées par la justice.

Les pertes globales (techniques et non techniques) du gestionnaire du réseau de distribution sont passées de 22 à 25 térawattheures (TWh) entre 2009 et 2011. Une augmentation qui ne saurait avoir pour principale origine les pertes techniques « car celles-ci sont fonction de la vétusté du réseau, qui ne s’est pas dégradé », explique-t-on chez Enedis. Reste donc les pertes non techniques, autrement dit les fraudes, qui ont progressé sur fond de crise et d’augmentation des prix de l’énergie.

La justice trop clémente

Or, Enedis est directement en charge de la limitation des pertes non techniques, et doit par conséquent lutter contre la fraude et le vol dont souffrent les fournisseurs d’électricité. Problème : ces fraudes ne sont pas toujours détectables et la justice s’avère un peu trop clémente à l’égard des fraudeurs.

En 2008, EDF découvre qu’un compteur trafiqué à Lille a conduit à une sous-estimation de 2 000 à 6 000 euros sur la consommation d’une trentaine de locataires HLM. L’énergéticien est pourtant débouté de ses demandes de régularisation au motif de vices dans le calcul des sommes demandées.

En 2012, un ex-employé d’EDF est condamné à 2 ans de prison, dont 18 mois de sursis, pour avoir bricolé le compteur électrique de nombreux ménages moyennant rémunération. Ses clients ont pour leur part été condamnés à des amendes, la plupart assorties d’un sursis.

Baisser sa facture légalement, c’est possible

Comme eux, de nombreux citoyens croient pouvoir frauder en toute impunité, l’argument des difficultés économiques pouvant être brandi à tout moment. Pourtant, il existe des moyens légaux de faire baisser sa facture d’électricité et il est même possible de se rapprocher des fournisseurs pour se faire conseiller sur la question.

Des gestes aussi simples que comparer les offres d’électricité ou vérifier la puissance de son compteur peuvent aider à faire d’importantes économies sans passer par l’illégalité.

L’installation de Linky, le nouveau compteur communicant d’Enedis, permettra également de réaliser des économies en identifiant les appareils électriques et les comportements qui font gonfler sa facture.

Des économies via le nouveau compteur

De son côté, le gestionnaire du réseau pourra procéder aux interventions et relevés de compteurs sans déplacement, ce qui débouchera sur un gain de temps et donc d’argent pour Enedis et pour le client. Selon l’ADEME, la connaissance en temps réel de l’ensemble des consommations permettra aux gestionnaires de réseaux d’identifier les lieux de pertes techniques et non techniques du réseau et de mener les actions pour les réduire.

Plus important encore, ce nouveau compteur a été en partie pensé pour lutter contre la fraude. Il peut détecter toute sous-consommation, chute de tension ou d’intensité anormale et transmettre une alerte à Enedis.

De quoi se demander si sa capacité d’agir contre la fraude n’est pas une des raisons qui motivent les anti-Linky. Nombreux sont ceux qui profitent des diverses formes de trucage et en font un business. De leur côté, les citoyens honnêtes seront en revanche les principaux bénéficiaires du nouveau compteur.

En effet, Enedis réalise une mission de service public et se rémunère via le tarif d’utilisation des réseaux publics d’électricité (TURPE). Payé par les clients, ce tarif se base sur les coûts de l’entreprise, qui augmentent à mesure que les fraudes progressent. Aujourd’hui, c’est donc l’ensemble des consommateurs qui en paient le prix, notamment ceux qui ne fraudent pas et qui voient pourtant leur facture augmenter.

Voir les commentaires (8)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (8)
  • la fraude, elle est insignifiante par rapport aux factures impayées et aux pertes en ligne et au bradage des énergies renouvelables !
    linky est un outil …pour optimiser la gestion du réseau et éviter la ruine totale de la filière énergie française en produisant et en investissant plus que nécessaire .

  • Quel curieux article si complaisant avec le monopole étatique d’ERDF (appelons un chat, un chat). Linky est imposé par l’Etat français à ses concitoyens via un bon gros système de copinage dont la France à le secret (je serais curieux de voir si l’appel d’offre qui a débouché sur la sélection de sagem s’est bien fait dans les règles…) et qui consiste à adresser au final, la facture fort salée au contribuable captif…

  • « De leur côté, les citoyens honnêtes seront en revanche les principaux bénéficiaires du nouveau compteur. »
    Là je vous trouve naïf… ou complaisant ? Malaise à vous lire : Il me semble lire un article commandité par Enedis.
    Article intéressant, toutefois, mais la résistance à Linky peut avoir d’autres motivations (inquiétudes sur la santé…) plus
    ou moins fondées : vous ne les suggérez pas. Dommage.
    Bien entendu, je n’encourage pas la fraude.
    Dans cette affaire Linky, rien ne semble transparent. Dommage qu’on n’ait pas pris soin d’informer les clients avant le
    départ de cette vaste opération nationale. Comme d’habitude, en France, on ne connait que le passage en force !
    Ah ! 49.3 quand tu nous tiens !

  • Soit vous êtes honnête, et ce genre d’article ne fait que vous rappeler combien vous êtes impuissant à empêcher qu’on vous mange la laine sur le dos avec le soutien de l’Etat, soit vous êtes malhonnête et ça vous rappelle un petit profit qui vous correspond et que vous pourriez avoir oublié, pourtant garanti sans risque par le gouvernement…

  • « Aujourd’hui, c’est donc l’ensemble des consommateurs qui en paient le prix, notamment ceux qui ne fraudent pas et qui voient pourtant leur facture augmenter. » : ça, c’est une constante, c’est toujours les gens honnêtes qui paient pour les tricheurs (produits consommés ou volés dans les grandes surfaces, voyageurs sans titre de transport …)
    D’autre part, c’est curieux que dans les commentaires, on ait pas eu le droit au petit couplet traditionnel sur le tarif des agents EDF et sur le coût de leur CE. Un petit oubli sans doute.

  • Article honteux, non parce qu’il s’en prend aux tricheurs, mais en faisant croire que les usagers profiteront des économies réalisées. EDF et consorts ne songent qu’à continuer à profiter de leurs avantages acquis, électricité à 10% du prix public, retraites à 55 ans au pire, et cumulent déjà plus de 50 milliards de pertes que nous allons payer. Alors…,

    • Dans le prix de l’énergie, on paye effectivement les régimes sociaux délirants des énergéticiens en plus du coût de la fraude des indélicats.

      Mais on paye également les taxes prélevées par l’Etat, plus ou moins 50% du prix de vente final, et plutôt plus que moins. Sans compter que ce prix final n’est pas un prix, c’est-à-dire découvert quotidiennement par le marché, mais un tarif fixé arbitrairement par une coterie de fonctionnaires, du haut de leur souverain mépris pour leurs contemporains.

      Lorsqu’on désigne à raison certains voleurs, il ne faut pas omettre de les citer tous, parce que tous sont affectés de la même immoralité.

  • Tout à fait d’accord : on paye pour les fraudeurs et l’état doit y remédier. Il va donc promouvoir les transports individuels – pour qu’on ne paye plus pour ceux qui voyagent sans billet – et encourager les citoyens à quitter la sécurité sociale – pour qu’on ne paye plus pour les arnaques aux allocations, les secondes paires de lunettes à un euro, les voyages de praticiens financés par les laboratoires pharmaceutiques et autres innombrables magouilles …

    Ou alors, j’ai raté un épisode. Ou encore, j’ai mal compris la rhétorique ?

    Sinon pour la fraude au compteur, privatisez EDF, et vous verrez qu’ils sauront détecter les fraudeurs sans avoir besoin de changer les compteurs …

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Le réseau européen est fragile, et la guerre en Ukraine n’arrange rien mais n’en est pas la cause. Il le restera encore pour longtemps car le problème est structurel et découle directement de vingt ans d’incurie des dirigeants européens.

 

Qu’est ce qu’un black out ?

Comme son nom l’indique, un black out c’est la plongée dans le noir d’une zone géographique par une coupure générale du réseau électrique, avec une mise hors service de tout ou partie de l’appareil de production.

C’est un évènement accidentel, dû à une p... Poursuivre la lecture

Il y a de cela 50 ans, Sacheen Littlefeather s’était présentée à la cérémonie des Oscars en lieu et place de Marlon Brando pour refuser le prix du meilleur acteur en signe de contestation face au « mauvais traitement des Indiens d’Amérique dans l’industrie du cinéma ». Habillée en costume traditionnel apache, elle qui se présentait volontiers comme indienne, tout en consacrant toute son existence à la défense des droits de la minorité amérindienne, se fit à la fois applaudir et huer.

Dans un entretien pour Variety sorti en septembre el... Poursuivre la lecture

Par Daniel Lacalle.

 

Une politique énergétique qui interdit les investissements dans certaines technologies sur la base d'opinions idéologiques et ignore la sécurité de l'approvisionnement est vouée à un échec cuisant.

La crise énergétique dans l'Union européenne n'a pas été créée par les défaillances du marché ou le manque d'alternatives. Elle a été créée par des pressions et des contraintes politiques.

Les énergies renouvelables sont une force positive au sein d'un mix énergétique équilibré, mais pas en soi... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles