USA : la reprise est là, mais pas grâce à Obama [Replay]

Tout va bien aux États-Unis, mais si la reprise semble revenue, ce n'est certainement pas grâce à Obama et à sa politique...
Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
By: Marc Nozell - CC BY 2.0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

USA : la reprise est là, mais pas grâce à Obama [Replay]

Les points de vue exprimés dans les articles d’opinion sont strictement ceux de l'auteur et ne reflètent pas forcément ceux de la rédaction.
Publié le 14 septembre 2016
- A +

Par Jean-Pierre Chevallier.

USA : la reprise est là, mais pas grâce à Obama
By: Marc NozellCC BY 2.0

Les Démocrates exultent : tout va bien aux États-Unis… grâce à eux ! En effet, les créations nettes d’emplois se poursuivent sans interruption depuis 70 mois consécutifs, ce qui ne s’était jamais vu dans l’Histoire des États-Unis !

Document 1 :
chev1
En fait, Hillary Clinton est bien placée pour savoir qu’Obama n’est pour rien dans cette réussite car ce sont les gens de la Fed qui en sont les auteurs… après avoir fait un grand ménage avec Ben Bernanke,

Document 2 :
chev2
Le nombre d’emplois est revenu dans sa tendance haussière longue après des dépassements intempestifs dus à la politique volontariste menée par Alan Greenspan,

Document 3 :
chev3

Hillary Clinton est heureuse, comme tous les Américains diplômés des grandes universités, du fait de la pénurie de main d’œuvre hautement qualifiée (les bac + 4 et +) mais ce bonheur n’est pas partagé par tous les Américains qui perçoivent très bien la baisse de la croissance depuis le début de l’année 2015, ce qui n’a pas échappé à Donald Trump,

Document 4 :
chev4
Le taux de croissance du PIB (d’une année sur l’autre) baisse inexorablement parce que les Américains n’ont pas confiance, parce qu’ils ressentent que quelque chose ne va pas quelque part.
En conséquence, ils réagissent en augmentant leur épargne, ce qui se voit dans l’augmentation de l’agrégat monétaire M2-M1

Document 5 :
2016.08.06.5.m2m1yoy
qui est largement supérieure à celle du PIB nominal,

Document 6 :
chev6

La part de l’épargne des Américains par rapport au PIB annuel augmente inexorablement. Elle est nettement supérieure à sa bande de fluctuation normale qui est entre 40 et 45 % (du PIB) pour dépasser la ligne rouge des 50 %,

Document 7 :
chev7

Plus de 2 000 milliards de dollars se trouvent donc en trop dans les caisses d’épargne des Américains (et qui ne circulent qu’en partie) qui auraient dû soit les dépenser, soit les investir en biens immobiliers (ce qui aurait stimulé la demande, donc la croissance dans ces deux cas) ou en valeurs mobilières, ce qui aurait renforcé la capacité de financement des entreprises, donc l’investissement et finalement la croissance,

Document 8 :
chev8
Comme la croissance du PIB est inversement proportionnelle à la variation de la masse monétaire libre, cette croissance du PIB continue à baisser,

Document 9 :
chev9

Les derniers chiffres hebdomadaires des agrégats monétaires publiés par la Fed confirment cette tendance,

Document 10 :
chev10

Tout va bien aux États-Unis où les fondamentaux sont bons, mais pas pour les Américains disons moyens, qui sont inquiets.

La politique menée par les Reaganomics dont Alan Greenspan a donné d’excellents résultats : l’inflation y a été jugulée, les communistes de l’URSS ont disparu (officiellement du moins), l’économie de la Chine a décollé mais il y a des limites à la libération des échanges mondiaux : s’il est profitable pour tout le monde que des activités à faible productivité soient stimulées dans des pays pauvres comme c’était le cas en Chine, et disparaissent des pays développés, il n’est pas admissible par exemple, que les industriels des États-Unis ferment des usines dans lesquelles sont fabriqués des produits à haute valeur ajoutée dans leur pays pour en construire au Mexique afin de vendre ces produits aux États-Unis, comme par exemple les automobiles.

L’Amérique a besoin de remettre un bon ordre dans les règles économiques.

Donald Trump l’a bien compris. Son projet de baisser le taux de l’impôt sur les bénéfices des sociétés à 15 % stimulerait spectaculairement une croissance durable ainsi que d’autres mesures.

Beaucoup d’électeurs américains l’ont bien compris.


Sur le web

Voir les commentaires (11)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (11)
  • Lol inadmissible pour qui? L’ opinion publique? Les populistes?

    Si ces voitures sont fabriquées au Mexique et non au States c est que les acteurs économiques y trouvent leur intérêts et cet intérêt doit être respecté.

    Qui a décrété que le Mexique devrait fabriquer des roulottes ad vitam éternam et les USA des gros 4×4?

    Marrant comment ce que l on considère comme normal dans les autres zones du mondes devient tout à coup « inadmissible » au USA: je vous suspecte de protectionisme déguisé.

    A qualité égale le coût de la main d’oeuvre est un avantage décisif, il vous à échappé de que les pays émergents commencent à savoir fabriquer dans des domaines croissants à qualité égale mais à moindre coût 🙂

    Et cela va continuer à s’intensifier plus particulièrement dans les pays émergents où les écarts de développement internes se creusent. Pour un même process de fabrication le coup de la main d’oeuvre sera différent selon les zones à l’interieur d’un même pays.

    • Oui, mais si les américains sont aux chômage, parce que il n’y a plus d’usines de voitures, qui va acheter les voitures fabriquées au Mexique !

    • Sébastien Maurice
      11 août 2016 at 21 h 26 min

      Effectivement je suis surpris qu’un tel article puisse être posté sur contrepoints, d’une part à cause de ce commentaire protectionniste, et d’autre part à cause de l’analyse keynésienne qui précède

  • Avec une baisse d’impôt a 15%, plus besoin de montage offshore complique pour payer moins d’impôts, bref les gros qui ne payent pratiquement pas d’impôts risquent de re-localiser aux US.

  • Pour une fois qu’un article de M. Chevallier n’est pas d’un optimisme béat sur les USA.

    La classe moyenne a pas mal morflé depuis 2007 mais c’est vrai que les hautement qualifiés sont gâtés par la nouvelle économie.

    Politiquement, une société en « sablier » où la classe moyenne n’est plus le « gros » peut-el survivre en démocratie ?

    • vous avez raison, la classe moyenne a subi les revers de cette mondialisation et que les gens hautement qualifies ( technologiquement) apprecient cette economie dite nouvelle.mais les educateurs pensent tous les jours aux Etats Unis A former des nouveaux etudiants qui pourront affronter cette nouvelle economie( iLS IMAGINENT DES CLASSES 21 CENTURY).. Je ne sais pas en France? mais ici oui..Ils pensent aux solutions,, solution focused theories.

  • Le document 5 n’est il pas erroné ❓

    • Pourquoi ?
      « En conséquence, ils réagissent en augmentant leur épargne, ce qui se voit dans l’augmentation de l’agrégat monétaire M2-M1… »

  • Donald Trump l’a bien compris. Son projet de baisser le taux de l’impôt sur les bénéfices des sociétés à 15 % stimulerait spectaculairement une croissance durable ainsi que d’autres mesures.

    Ses petites phrases néfastes, tout le monde les voit. Par contre, ce qui est important, le 15%, cela est masqué par les polémiques qu’il provoque.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don
1
Sauvegarder cet article

Dans ce qui précède dans la première partie, je continue de me placer dans le cadre d'un écosystème bancaire traditionnel de nature essentiellement territoriale, avec un marché monétaire domestique rattaché à la présence d'une banque centrale nationale souveraine. Or au cours des cinq dernières décennies, cet écosystème a subi une mutation fondamentale, fruit de l'interaction entre le mouvement mondial de libéralisation économique  et les développements de l'innovation technologique financière.

Le nouvel étage du « Global Money »

Mondi... Poursuivre la lecture

Après un barrage non-stop de couverture négative des médias envers le croquemitaine orange – c’était justifié à l’occasion – le « sauveur » Joe Biden est arrivé. Un an après son inauguration, est-ce que l’enthousiasme débordant des médias à l’époque se justifie encore ?

Continuité des politiques de Trump avec Joe Biden

Non, en fait, il n’a jamais été justifiable considérant la trop grande proximité idéologique (antilibérale) des deux principaux concurrents pour la Maison Blanche en 2020.

C’est tellement évident que l’on peut dif... Poursuivre la lecture

Le monstre de l’inflation est sorti de son placard dans les pays occidentaux. Et pas sûr qu’il y retourne gentiment.

La dérive des prix a atteint 7 % l’an dernier aux États-Unis, du jamais vu depuis… 39 ans. En zone euro, elle est passé en douze mois de presque zéro à 5 %, un niveau atteint pour la dernière fois il y a trente ans sur le continent. La France est en retrait, à 2,8 %, mais sans doute plus pour longtemps.

Cette flambée est essentiellement la conséquence des restrictions imposées suites au covid. Les confinements, fe... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles