L’économie réelle expliquée à mon petit-fils

Le marché libre est une mécanique bien huilée qui s’autorégule et permet d’amortir les cycles économiques…jusqu’à ce que les banques centrales commencent à intervenir.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

L’économie réelle expliquée à mon petit-fils

Publié le 8 septembre 2016
- A +

Par Bill Bonner.

By: Max Talbot-MinkinCC BY 2.0

L’économie américaine aurait progressé au rythme d’1% environ, au cours des trois premiers trimestres 2016.

Nous avons expliqué à notre petit-fils James que les calculs relatifs à la croissance économique dépendent de quelque chose que l’on nomme déflateur de PIB : il traque les changements intervenant sur les prix à la consommation, et fait l’objet de devinettes et de manipulations.

Considérant la marge d’erreur et la tendance de l’État à surévaluer la croissance, l’économie pourrait bien se trouver en dépression depuis ces quelques dernières années.

C’est ce que l’ex-secrétaire du Trésor américain, Larry Summers, appelle stagnation séculaire. Mais c’est simplement une excuse, destinée à dissimuler la cause réelle du déclin que lui et ses confrères initiés ont provoqué.

Ils pensaient pouvoir améliorer le système en gérant sa masse monétaire, ses taux d’intérêt, et ses politiques en matière de crédit bancaire. À présent, ils en ont fait un beau gâchis.

Le visage de James a grimacé lorsque j’ai évoqué Summers. Peut-être a-t-il hérité de son grand-père ce scepticisme instinctif à l’égard de Summers, Bernanke, Krugman, Reich, Rubin, Yellen, Draghi… et tous les autres je-sais-tout qui prétendent améliorer le monde.

En fait, il dormait profondément, apparemment. Mais j’ai tout de même poursuivi. (Je conseille à nos chers lecteurs d’éteindre la lumière et de s’installer confortablement en position horizontale).

Le saut « d’obstacles »

Dans un contexte économique sain, les taux d’intérêt suivent (à peu près) naturellement la croissance économique.

Une faible croissance signifie une faible demande en faveur de l’épargne. Les sociétés ne se développent pas. Les consommateurs n’achètent pas. Les investisseurs ne spéculent pas. Les taux d’intérêt chutent en réaction à la baisse de la demande.

Et lorsque l’économie s’emballe, les taux d’intérêt devraient augmenter, reflétant ainsi la hausse de la demande en faveur de capitaux.

Vous remarquerez qu’il s’agit d’un système cyclique qui s’auto-corrige. Les taux d’intérêt élevés amplifient les obstacles auxquels les nouvelles entreprises doivent faire face. Elles doivent être plus rentables afin de les franchir.

Donc, les dirigeants d’entreprises et les investisseurs doivent se montrer plus prudents. Si leurs projets ne parviennent pas à produire suffisamment de nouveaux revenus (richesses) pour couvrir le coût des ressources utilisées, ils perdent de l’argent.

La voilà, la vérité cruciale au sein d’une économie réelle. Les capitaux y sont toujours rares. Il faut donc s’en servir avec sagesse. Les taux d’intérêt révèlent simplement le degré de rareté de ces capitaux.

Normalement, les taux d’intérêt en hausse taillent dans les nouveaux projets, ralentissent l’économie, puis baissent d’eux-mêmes. Alors, à mesure que les obstacles se réduisent, les entrepreneurs se lancent dans de nouveaux projets. Et l’économie se relance.

À partir de cette simple description, les docteurs en économie tels que Summers ont sombré dans l’absurdité.

Si des taux d’intérêt élevés ralentissent une économie… et que des taux d’intérêt bas la relancent… tout ce que nous avons à faire, se sont-ils dit, c’est de baisser les taux. Et alors, l’économie fonctionnera tout le temps à fond !

Quelle reprise ?

Il y a huit ans, la Fed – ce n’était pas la première fois – a mis ce plan en œuvre.

Elle a baissé les taux d’intérêt à un niveau très proche de zéro, le “zero bound“, pour essayer de stimuler la reprise.

La Fed a signalé ainsi aux entrepreneurs que des volumes de capitaux étaient disponibles dans des proportions proches de l’infini, et ce à un coût négligeable.

Inutile d’être prudent. Inutile d’utiliser cet argent avec sagesse. Allez-y et achetez… investissez… spéculez !

Mais attendez… C’est quoi, ça ?

Elle est où, la reprise ?

David Stockman, ex-directeur du budget du président Ronald Reagan, a calculé qu’un Américain moyen gagne désormais 40% de moins – ajustés comme il se doit à l’augmentation du coût de la vie – qu’au début de ce siècle.

Que s’est-il produit ?

L’État a donné à l’économie suffisamment de stimulus pour réveiller les morts. Mais au lieu d’enregistrer une croissance du PIB, l’économie semble avoir suivi la même direction que les taux d’intérêt bidons de la Fed : vers le bas, donc.

Pour les esprits puérils à la Fed, cela doit sembler impossible. Mais il semblerait que la baisse des taux d’intérêt ait également fait ralentir l’économie.

Comment cela a-t-il pu se produire ?

James a légèrement bougé. Nous avons pensé qu’il allait peut-être se réveiller. Alors nous avons poursuivi…

Un dangereux brouhaha

Dans le contexte d’une économie saine, les taux d’intérêt sanctionnent l’équilibre entre l’excédent de capital disponible et la demande correspondante.

Ils contiennent des informations précieuses, telles que le laps de temps en secondes pendant lequel vous pouvez tenir une grenade avant qu’elle n’explose.

C’est pareil avec l’argent. L’argent, ce n’est pas la même chose que la richesse, et le ticket de la voiture que l’on a garé dans un parking, ce n’est pas la même chose que la voiture. Le ticket de parking constitue une information, pas de la richesse.

C’est pourquoi une économie ne produit pas par magie davantage de richesse sous prétexte que vous falsifiez les taux d’intérêt afin de distribuer davantage de faux dollars.

Autant imprimer davantage de tickets de parking ! Le nombre de voitures garées dans le parking ne va pas augmenter.

Les vrais tickets de parking constituent une information précieuse. Les tickets de parking bidons produisent un dangereux tumulte… trompeur et malhonnête.

Ils ne font rien pour que l’économie fonctionne mieux, de façon plus efficace et productive. Ils en font juste un gâchis… comme Summers et al l’ont fait… et ils appauvrissent les gens.

Pour plus d’informations et de conseils de ce genre, c’est ici et c’est gratuit

Voir les commentaires (4)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (4)
  • Combien de temps avons nous avant une prochaine crise de type 2008 ou même 1929 ?

    • Il est très difficile de donner une date de crise, précisément du fait du hasard.
      Un possible début de réponse: iriaf.univ-poitiers.fr/images/medias/fichier/j-1-s4-1-gallois_1402057528851-pdf

  • Excellente, l’analogie avec les tickets de parking ! Mieux encore que celle des jetons de Bastiat :
    http://bastiat.org/fr/maudit_argent.html

  • Merci pour cet article détaillé et bien expliqué. Il y a certes eu des erreurs de faites. Et comme vous le dites si bien, « Dans le contexte d’une économie saine, les taux d’intérêt sanctionnent l’équilibre entre l’excédent de capital disponible et la demande correspondante. » Je suis persuadée que dans une économie saine, les prêts ne sont pas vus de manière aussi négative. Après les années de crise en France, le prêt est gouffre à n’utiliser qu’en dernier recours. Dans une économie saine, le prêt est une possibilité, non seulement de se procurer le nécessaire, mais aussi s’offrir ses rêves sans être opprimé financièrement. Le prêt, bien utilisé est un outil de consommation positif pour l’économie et les ménages. C’est lorsqu’il mène au surendettement d’une importante partie de la population qu’il devient dangereux.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Elle est revenue. Avec une vengeance.

L'inflation est remontée à des niveaux inconnus depuis quarante ans un peu partout dans le monde. À plus de 9 % en rythme annuel en juin au Royaume-Uni et aux États-Unis, presque 8 % en Allemagne. En France, elle ne dépasse pas encore 6 %, au plus haut depuis quand même trente-sept ans, mais sa dynamique peut la porter vers 10 % d’ici la fin de l’année.

 

Inflation : le rôle marginal de la guerre en Ukraine

Quelles sont les causes, et donc sans doute les responsabilités de cette... Poursuivre la lecture

Il y a quelque intérêt à ne pas effacer de la mémoire collective ce qu’ont pu être les grands débats qui ont infléchi notre histoire.

Les acteurs de ces débats ont en effet avancé des prédictions qui ont pesé sur la décision du peuple souverain lorsqu’il a été appelé à se prononcer, comme ce fut le cas pour le référendum sur le traité de Maastricht. On est en droit de juger de ces arguments et de ces prédictions à l’aune de ce que l’on a pu observer dans la durée.

 

Il y a juste 30 ans, le 20 septembre 1992, les Fran... Poursuivre la lecture

Par Frank Shostak.

 

La demande de biens s'explique par les avantages perçus. Par exemple, les individus demandent de la nourriture parce qu'elle les nourrit. Ce n'est cependant pas le cas des morceaux de papier que nous appelons monnaie, alors pourquoi les acceptons-nous ?

Selon Platon et Aristote, l'acceptation de la monnaie est un fait historique entériné par un décret de l’État. C'est ce décret, dit-on, qui fait qu'une chose particulière est acceptée comme moyen général d'échange. Néanmoins, Carl Menger doutait d... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles