Bientôt, c’est votre peau qui sera connectée

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Bientôt, c’est votre peau qui sera connectée

Publié le 27 juillet 2016
- A +

Par Luca Santarelli.
Un article de The Conversation

e skinLa technologie peut se révéler fâcheuse. Nos poches s’alourdissent de smartphones de plus en plus gros au point de devenir difficiles à extirper lorsque nous sommes pressés. Et jusqu’à présent, les tentatives de rendre nos appareils plus facilement accessibles avec des montres connectées ont échoué. Mais qu’arriverait-il si une partie de votre corps devenait votre ordinateur, grâce à un écran sur votre bras, voire un lien direct à votre cerveau ?

Un jour, la peau artificielle électronique (e-skin) pourrait rendre cela possible. Les chercheurs sont en train de mettre au point des circuits électroniques flexibles, faciles à courber, voire à étirer, et même susceptibles d’être appliqués directement sur l’épiderme. Tout en transformant votre peau en écran, le procédé peut aussi aider à restituer les sensations si vous avez souffert de brûlures ou d’atteintes au système nerveux.

La version la plus simple de cette technologie, c’est le tatouage électronique. En 2004, des chercheurs américains et japonais ont levé le voile sur un circuit de capteurs de pression. Construit de fines lamelles de silicium préalablement étirées, il pouvait être appliqué sur l’avant-bras. Mais des matériaux non organiques comme le silicium sont rigides alors que la peau est flexible et élastique. Les scientifiques sont donc à la recherche, pour cette e-skin, de circuits électroniques que l’on fabriquerait à partir de matériaux organiques (comme des plastiques spéciaux ou des formes de carbone comme le graphène, bon conducteur d’électricité).

La e-skin classique est une matrice de divers composants électroniques – transistors flexibles, LED organiques, capteurs, cellules photovoltaïques (solaires) organiques – reliés les uns aux autres par des fils conducteurs étirables ou flexibles. Ces appareils sont souvent fabriqués à partir de très minces couches de matériaux vaporisés ou évaporés sur une base flexible, afin de former un circuit électronique étendu (jusqu’à des dizaines de cm2) et semblable à de la peau.

Durant ces dernières années, bien des efforts entrepris pour créer cette technologie ont été rendus possibles par la robotique et le désir de donner aux machines des capacités sensorielles analogues à celles des humains. Nous avons désormais des dispositifs de e-skin qui peuvent détecter des objets à l’approche, mesurer la température, et faire sentir une pression. Cela peut aider les robots à travailler plus sûrement en étant plus attentifs à leur environnement (et à toute personne humaine qui se trouverait là). Mais, intégrés dans une technologie portable, ces appareils pourraient rendre le même service aux humains en détectant, par exemple, des mouvements dangereux pendant la pratique du sport.

La technologie a aussi conduit à la création d’écrans flexibles tandis qu’au moins une société espère faire de la peau un écran tactile utilisant des capteurs et un « pico-projecteur » plutôt qu’un affichage visuel.

Mais allons-nous un jour intégrer cette technologie directement dans notre corps et est-ce que cela sera courant ? Pour l’instant, le problème, avec l’électronique organique, c’est qu’elle n’est pas très fiable et n’apporte qu’une performance électronique relativement médiocre. Tout comme la peau véritable, l’e-skin se ride, finalement. Voilà qui conduit à la dislocation des couches qui la composent et à la faillite de ses circuits. De plus, l’organisation des atomes dans les matériaux organiques est plus chaotique que dans les matériaux inorganiques utilisés dans l’électronique traditionnelle. Cela signifie que les électrons bougent mille fois plus lentement dans ces matériaux organiques. Résultat : les appareils conçus à partir de ces matériaux fonctionneront beaucoup plus lentement et seront moins performants pour gérer la chaleur que les circuits génèrent.

Bio-compatibilité

L’autre grande question est de savoir comment intégrer l’e-skin au corps humain pour qu’elle ne provoque pas de problèmes de santé et pour qu’elle puisse interagir avec le système nerveux. Les matériaux organiques sont faits à partir de carbone (comme notre corps). Donc, ils sont plus susceptibles d’être biocompatibles et de ne pas être rejetés par l’organisme. Mais les particules de carbone se débrouillent très bien pour passer dans les cellules de notre corps et cela pourrait conduire à une inflammation, entraînant une réponse immunitaire pouvant même, selon certaines théories non vérifiées, générer des tumeurs.

Cependant, les scientifiques ont d’ores et déjà connu un certain succès en reliant des appareils électroniques au système nerveux. Des chercheurs de l’université d’Osaka sont à la pointe d’une recherche qui vise à faire fonctionner un implant dans le cerveau. Élaboré à partir d’une matrice flexible de transistors organiques minces comme un film, cet implant serait activé, juste en y pensant. La difficulté est qu’une approche aussi invasive pourrait conduire à de futurs problèmes, surtout quand elle commencera à être testée sur les humains.

Dans les années à venir, nous pourrions bien voir apparaître des prototypes de e-skin sous forme de capteurs à porter sur soi, qui seraient capables de puiser leur énergie à partir des mouvements du corps. Ce qui va prendre davantage de temps, ce sont les circuits plus compliqués comme ceux que l’on trouve dans les smartphones. Et l’autre grande question à laquelle nous devons encore répondre se résume ainsi : combien de personnes voudront accepter sur elles des implants électroniques permanents ou semi-permanents ? Seriez-vous partant pour devenir vraiment un cyborg ?

La version originale de cet article a été publiée en anglais.

Sur le web

Article publié sous licence Creative Commons-CC BY-ND 4.0.

The Conversation

Voir les commentaires (3)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (3)
  • Ca existait il y a des décennies pour les gens qui avaient la flemme de remonter quotidiennement leur montre… L’été est la période où les laboratoires se battent à coups de communication déconnectée des simples lois de la physique et de la thermodynamique afin de trouver des recherches sexy faute d’être rentables.

  • devenir un cyborg ?non merci , trés peu pour moi ;pas confiance dans ces machins là ;

  • Perso, je m’arrêterais au smartphone. Mon côté archaïque 😉

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don
0
Sauvegarder cet article

Par Sophie Kayech et Karl Eychenne.

L’Homme est bien la seule espèce vivante à savoir faire du surplace en courant. Il doit ce formidable pouvoir à l’invention d’un objet technique un peu curieux : le tapis roulant. Plus qu’un objet technique, le tapis roulant symbolise en réalité bien des paradoxes du monde contemporain, de l’atonie de la croissance économique malgré les nouvelles technologies, à notre insatisfaction chronique malgré tous les progrès en termes de bien - être.

Le tapis roulant économique

Le premier témoignage s... Poursuivre la lecture

Un entretien avec la directrice de l’association Agriculture Cellulaire France, Nathalie Rolland, réalisé par Constance Péruchot pour Contrepoints.

Dans un essai datant de 1931, Winston Churchill parlait de la nécessité d’échapper à l’absurdité de devoir élever un poulet entier, pour produire uniquement la partie qui sera mangée. Déjà, la classe politique s'intéressait à notre assiette et son futur.

Depuis quelques années, l'élucubration de Churchill ne semble plus si fantaisiste. En 2013, les futurs fondateurs de Mosa Meat prés... Poursuivre la lecture

Par Frédéric Mas.

Il était attendu depuis des mois et des mois : le jeu Cyberpunk 2077 est enfin disponible depuis jeudi 10 décembre. En novembre dernier, les fans s’exaspéraient encore. Une nouvelle fois, CD Projekt Red avait décidé de repousser la sortie d’un jeu initialement prévue le 16 avril dernier.

Selon les mots des concepteurs polonais de The Witcher III, le projet allait être particulièrement complexe à gérer. Ce sont en effet 9 versions du même jeu qui sont prévues à la vente.

We ha... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles