L’agriculture cellulaire, c’est l’avenir… sauf en France ?

Le danger est que les Français se retrouvent à consommer des produits fabriqués ailleurs et que la France rate cette opportunité de compétitivité qu’offre le développement des protéines alternatives avec l’agriculture cellulaire.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Photo by Alexander Kovacs on Unsplash

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

L’agriculture cellulaire, c’est l’avenir… sauf en France ?

Publié le 28 décembre 2020
- A +

Un entretien avec la directrice de l’association Agriculture Cellulaire France, Nathalie Rolland, réalisé par Constance Péruchot pour Contrepoints.

Dans un essai datant de 1931, Winston Churchill parlait de la nécessité d’échapper à l’absurdité de devoir élever un poulet entier, pour produire uniquement la partie qui sera mangée. Déjà, la classe politique s’intéressait à notre assiette et son futur.

Depuis quelques années, l’élucubration de Churchill ne semble plus si fantaisiste. En 2013, les futurs fondateurs de Mosa Meat présentaient au monde le premier steak haché cultivé en laboratoire. La méthode consiste, dans les grandes lignes, à prélever un petit échantillon de tissu musculaire sur un animal pour isoler une cellule musculaire et la faire développer dans un milieu adapté afin d’obtenir des fibres musculaires et enfin, du tissu musculaire qui sera la base de la viande cultivée.

Une première mondiale suivie par de nombreuses innovations issue de l’agriculture cellulaire : poulet (Super Meat, Future Meat Technologies), lait (Perfect Day), blanc d’œuf (Clara Foods), porc (New Age Meats, Higher Steaks, Meatable). Aujourd’hui, la recherche et développement arrivent à un point de maîtrise qui rapproche de plus en plus ces produits de nos rayons de supermarché.

Début décembre, Singapour a été le premier État à autoriser la mise sur le marché des produits Eat Just Inc., issus de l’agriculture cellulaire. Pour les entreprises du secteur, il s’agit du premier pas vers un développement massif de l’échelle de production. Progrès sanitaire, éthique et potentiellement environnemental, l’agriculture cellulaire suscite de vives réactions de la part de certaines personnalités politiques, dont le ministre français de l’Agriculture et de l’Alimentation.

Dans un tweet, Julien Denormandie a déclaré sa défiance envers la technologie de l’agriculture cellulaire, en concluant « Comptez sur moi pour qu’en France, la viande reste naturelle et jamais artificielle ! »

Nous avons souhaité interroger la directrice de l’association Agriculture Cellulaire France, Nathalie Rolland, à propos de cette réaction ainsi que des perspectives du secteur en France. Créée en 2019, Agriculture Cellulaire France a pour mission d’informer, alimenter la réflexion autour de l’agriculture cellulaire et encourager la recherche. L’un des défis principaux de l’association est d’accompagner les décideurs publics dans leur connaissance du secteur.

C : Nathalie, quel pourrait être l’impact de la prise de position de Julien Denormandie pour le marché de l’agriculture cellulaire en France ?

Nathalie Rolland : Le tweet de M. Denormandie est une réaction personnelle aux événements récents d’autorisation de commercialisation de la viande cultivée à Singapour, qui n’engage la France ni dans le présent ni dans l’avenir.

L’autorisation d’un nouvel aliment est une décision prise au niveau européen. Des individus, décideurs et organisations souhaitent que le domaine de l’agriculture cellulaire se développe en France. Il nous semble important que les consommateurs qui souhaitent se tourner vers les produits de l’agriculture cellulaire puissent le faire.

Le danger est que les Français se retrouvent à consommer des produits fabriqués ailleurs et que la France rate cette opportunité de compétitivité qu’offre le développement des protéines alternatives, domaine sur lequel notre pays a toutes les capacités de se positionner en leader.

C : Dans certains pays, l’agriculture cellulaire est en effet soutenue par les gouvernements. En Israël, Benyamin Netanyahu a visité il y a quelques jours les laboratoires de l’entreprise Aleph Farms, qui développe des steaks cultivés. C’est avec enthousiasme et même émotion que le Premier ministre a exprimé son soutien à cette innovation qui « change la réalité humaine », selon ses termes.

Qu’attend l’association Agriculture Cellulaire France du gouvernement français?

Nathalie Rolland : Nous pensons que le gouvernement français doit soutenir le développement de ce domaine afin d’aider à résoudre les problèmes posés par l’élevage industriel. Ces produits sont développés pour être meilleurs pour l’environnement, la santé et le bien-être des animaux. Ils devraient produire moins de gaz à effet de serre si des énergies propres sont utilisées, demander beaucoup moins de terres et d’eau, moins polluer l’eau, lutter contre la déforestation et ainsi préserver les habitats naturels.

En plus de demander moins de ressources naturelles, ces produits aideront à lutter contre l’antibiorésistance et la propagation de maladies zoonotiques.

Enfin, aucun animal ne devra être tué dans le développement de ces produits. C’est pourquoi d’autres gouvernements soutiennent leur développement, comme par exemple le gouvernement flamand qui a octroyé une subvention de 3,6 millions d’euros à la recherche sur le développement de cellules de graisse. Plusieurs projets ont également reçu des soutiens financiers de l’Union européenne (ex : Meat4All, CCMeat, Cultured Beef, etc.).

C : Où en est la recherche au niveau mondial dans le domaine de l’AC ?

Nathalie Rolland : Il y a de plus en plus de projets de recherche financés par des gouvernements et des ONG. Nous pouvons donc dire que la recherche avance. En Allemagne, l’université technique de Munich est en train de mettre en place une chaire sur l’agriculture cellulaire.

Cependant, la recherche sur ce sujet est encore sous-développée, ainsi que ses financements. Côté français, nous ne connaissons aucun projet de recherche publique sur le sujet et nous déplorons cette situation. Il ne faudrait pas que la France prenne trop de retard sur le sujet.

C : Les réticences politiques à l’égard de l’agriculture cellulaire sont en partie liées à ses conséquences sur la filière viande en France et ses éleveurs. Vers quel modèle se dirige-t-on ?

Nathalie Rolland : Il est difficile d’estimer les transformations du marché de la viande en raison de l’agriculture cellulaire. Le développement de l’agriculture cellulaire pourrait évoluer vers un petit marché de niche avec peu d’implications pour le marché de la viande. Ce domaine pourrait aussi représenter une partie significative de ce marché dans quelques années comme le suggèrent certaines études (35 % du marché en 2040).

Nous pensons que ces produits mettront encore du temps à arriver sur le marché. Ce que nous espérons est que l’agriculture cellulaire remplacera une partie significative de la production industrielle de produits animaux pour que se réalisent ses bénéfices potentiels sur l’environnement, notre santé et les animaux.

L’élevage conventionnel continuera à exister, et nous espérons que les éleveurs pourront retourner à un élevage plus traditionnel et qualitatif. Certains chercheurs estiment que l’agriculture cellulaire peut être compatible avec le maintien d’une production locale, et offrir des opportunités aux éleveurs.

Il est par exemple possible d’envisager un scénario dans lequel des animaux (à la campagne ou dans des fermes urbaines respectueuses des animaux) serviraient de donneurs vivants de cellules souches pour la production de la viande.

De manière générale, on peut s’attendre à ce que les éleveurs continuent d’adresser la demande des consommateurs privilégiant les produits animaux conventionnels et que l’agriculture cellulaire aidera à répondre à une très forte demande mondiale en produits animaux.

Retrouvez toutes les informations sur l’association Agriculture Cellulaire France sur leur site : https://agriculturecellulaire.fr/

Voir les commentaires (15)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (15)
  • En gros, l’agriculture cellulaire a réinventé le yaourt.

  • L’avenir est assurément la culture de viande pour alimenter les sans dents de steaks hachés…..

  • C’est une excellente nouvelle que cela soit au point. Ceux qui n’aime pas la souffrance animale pourront se nourrir correctement, avec modération très certainement.
    Quand à l’énergie, le nucléaire est renouvelable pour quelques milliers d’années, donc aucun souci.

  • Il faut, bien sûr, montrer au monde entier à quel point le français est débile et Julien Denormandie y parvient très bien, dans cet Absurdistan!

  • 2 méthodes :
    soleil vert ou rouge roman (1966) de Harry Harrison
    poulgrain (planète à gogos, Cyril M. Kornbluth et Frederik Pohl)

  • Vous connaissez l’aphorisme en matière d’innovation:
    – l’Amerique découvre une innovation,
    – l’Asie la développe
    – l’Union Européenne la réglemente
    – et la France l’interdit.

    Rien de nouveau.
    Un effet du principe de précaution sans doute…

  • Toujours est-il qu’on ne parle pas du coût du produit final de ces gentilles productions dans cet article. Un oubli sans doute?
    On ne parle que de subventionnement… une fois de plus ce qui n’est pas bon signe.
    Des innovations à fort potentiel de rentabilité avec un marché potentiel aussi énorme devraient attirer des investisseurs sans problème donc sans investissement étatique.

    S’il s’agit de subventionner des productions inabordables en coût pour qu’elles le deviennent permettant à une frange de la population de satisfaire ses lubies végans et antispécistes, non merci.
    Laissons faire le marché sans interventionnisme étatique.

    • Effectivement, les seuls arguments évoqués en faveur de cette nouvelle filière sont leur étiquette eco-friendly et leur financement largement subventionné.
      On nous a vendu les énergies renouvelables avec le même discours, ce qui devrait suffire à susciter le doute.
      L’angle sanitaire est plus convaincant avec la prévention des zoonoses, ce qui à l’avantage d’être en phase avec l’actualité. Mais rien sur les coûts ni la valeur nutritionnelle ou gustative.

      Donc oui, « Laissons faire le marché sans interventionnisme étatique ».

      Curieusement, cette viande est considérée comme kasher, vu qu’Israël va en produire. Mais sera-t-elle Halal ? 🙂
      A titre personnel, j’en mangerai sur Mars…

      • En fait, c’est loin d’être la panacée :

        « … des études plus récentes suggèrent que son impact environnemental pourrait être supérieur sur le long terme à celui de l’élevage. Contrairement aux travaux précédents, ceux-ci ont pris en considération non seulement la nature des gaz émis, mais aussi le coût énergétique des infrastructures nécessaires aux cultures cellulaires.

        Les animaux disposent d’un système immunitaire les protégeant contre les infections, notamment bactériennes. Or, ce n’est pas le cas des cultures cellulaires, ce qui pose de sérieux problèmes. En effet, dans un milieu riche en nutriments, les bactéries se multiplient bien plus rapidement que les cellules animales. Si l’on veut éviter d’obtenir un steak de bactéries, il est donc indispensable que les cultures soient réalisées dans des conditions de haute stérilité, afin d’éviter les contaminations. »

        « Chez l’animal, le volume musculaire croît lentement et les cellules satellites musculaires se multiplient peu. Pour obtenir en quelques semaines in vitro ce que l’animal met plusieurs années à fabriquer, il faut stimuler de manière continue la prolifération des cellules satellites musculaires par des facteurs de croissance, dont des hormones sexuelles anabolisantes.

        Ces hormones sont présentes chez l’animal et chez l’être humain, ainsi que dans la viande conventionnelle. Elles stimulent la synthèse des protéines dans les cellules, entraînant une augmentation de la masse musculaire. Elles peuvent donc être présentées à juste titre par l’industrie comme des « facteurs de croissance naturels ». Cependant, une surexposition à ces hormones a des effets délétères biens établis.Quelle sera la concentration finale de ces hormones dans la viande cultivée ? »

        source :
        https://theconversation.com/la-viande-cultivee-en-laboratoire-pose-plus-de-problemes-quelle-nen-resout-126662

  • « L’élevage conventionnel continuera à exister, et nous espérons que les éleveurs pourront retourner à un élevage plus traditionnel et qualitatif »

    Question: c’est quoi, un élevage plus traditionnel?
    C’est Martine à la ferme?
    La première fonction d’une activité, c’est d’être rentable et les modèles « traditionnels » sont une vue de l’esprit car l’élevage doit s’adapter aux contraintes économiques, sanitaires. les modèles dits traditionnels ne permettent pas leur perenité.
    De même, il est faux d’associer la qualité aux modèles dits traditionnels: un élevage rationnel et intensif est plus à même de produire un produit correspondant à la demande des consommateurs, beaucoup de paramètres rentrent en ligne de compte (génétique, bâtiments, alimentation…).

    Comme l’ont indiqué certains commentaires, je suis curieux de voir comment vont évoluer les prix de ces produits. déjà, en 2012, la société israélienne citée, annonçait être compétitive pour 2020.
    La viande de synthèse nécessite des substrats élaborés, donc onéreux, contrairement à l’élevage qui valorise des ingrédients très grossiers pour les « transformer » en produits très sophistiqués: exemple typique, la cellulose des fourrages est transformée en viande, lait par les ruminants…
    Et ne parlons pas des infrastructures.
    L’argument « écologique » est un totem d’immunité qui semble imparable, mais selon les modes de calcul, les résultats divergent énormément (ex, la ressource en eau est un problème en France?).
    Comme le dit Jean Louis Perrault, directeur de l’INRAE, on a trop longtemps considéré l’impact de l’élevage sur l’environnement comme si on ne regardait l’impact des voitures uniquement en ne regardant que le pot d’échappement.

    Mais après tout, si des gens veulent investir dans ce business, pourquoi pas.
    Mais je pense que le potentiel est surestimé.

  • Lire cet article de propagande me donne tout simplement des hauts-le-coeur.

    • Je vous comprend mais il ne faut pas. 🙂
      Au contraire, mieux vaut être au courant ainsi que des nombreux arguments en modérant grandement l’intérêt. Car vous pouvez être sûr que tout ce que les médias comptent de soutiens aux causes végan et antispéciste, vont reprendre ce type de nouvelle.

  • Un article (hélas) très vague restant dans une généralitée banale (des gouvernements : sans les nomer, …), d’une présidente d’association qui finances des extrèmes vert. Un avenir de mal bouffe : OUI ! mais pas en France ni en Europe : Amis de tous pays luttons pour que l’on puisse contiunuer à manger de la vrai viande !

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

La Russie vient en aide au Sri Lanka, selon Bloomberg :

Le Sri Lanka reçoit du pétrole brut de Russie, qui lui permettra de produire les carburants dont a besoin ce pays en situation de faillite, qui fait face à des pénuries de gasoil et d’essence. Le pétrole [russe] permettra de redémarrer pour la première fois en deux mois [son unique raffinerie,] à Sapugaskanda. Le Sri Lanka fait face à la pire crise financière de son histoire en tant que pays indépendant, avec des pénuries allant du pétrole à la nourriture. Les réserves de carburan... Poursuivre la lecture

Par Chelsea Follet. Un article de Human Progress

 

Aujourd'hui marque le lancement d'une nouvelle série d'articles par HumanProgress.org intitulée "Les centres du progrès". Où le progrès se produit-il ? L'histoire de la civilisation est à bien des égards l'histoire de la ville. C'est la ville qui a contribué à créer et à définir le monde moderne. Cette chronique bi-hebdomadaire donnera un bref aperçu des centres urbains qui ont été le théâtre de progrès décisifs dans les domaines de la culture, de l'économie, de la politiqu... Poursuivre la lecture

Les dommages causés par l'invasion de l'Ukraine par la Russie aux chaînes d'approvisionnements alimentaires mondiales semblent être encore plus importants que ce que l'on craignait. Selon certaines estimations, la production agricole de l'Ukraine destinée au marché mondial serait réduite de moitié. La pénurie mondiale d'engrais, également exacerbée par la guerre, menace de réduire les récoltes. Combinée à la sécheresse, l'Organisation des Nations unies pour l'alimentation et l'agriculture (FAO) met en garde : "Une action humanitaire ciblée es... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles