Not To Disappear, de Daughter

Avec l’album Not To Disappear, Elena Tonra et ses acolytes ont forgé une œuvre post-rock/folk à mi-chemin entre Radiohead, Florence & The Machine, Coldplay et Emiliana Torrini.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Elena Tonra from Daughter in 2014 by dingram_kiwi(CC BY-ND 2.0)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Not To Disappear, de Daughter

Publié le 25 juillet 2016
- A +

Par Charles Bwélé.

Elena Tonra from Daughter in 2014 by dingram_kiwi(CC BY-ND 2.0)
Elena Tonra from Daughter in 2014 by dingram_kiwi(CC BY-ND 2.0)

 

Le label britannique 4AD a l’art de dénicher des artistes/groupes qui forcent le respect et l’admiration : Cocteau Twins, Dead Can Dance, This Mortal Coil, Camera Obscura, Bon Iver, Atlas Sound, Grimes, Ariel Pink, Deerhunter, U.S. Girls… et Daughter, composé de la chanteuse anglaise Elena Tonra, du guitariste suisse Igor Hafaeli et du batteur français Remi Aguilella. En 2013, leur première mouture If You Leave avait marqué quelques critiques de la scène indie mais manquait d’un fil conducteur tant sur le plan lyrique qu’instrumental.

Trois ans plus tard, ils ont sculpté, policé et dérivé cette matière première pour concevoir Not To Disappear (paru en début 2016), sous la supervision du producteur français Nicolas Vernhes qui a auparavant chaperonné Animal Collective, Deerhunter, Spoon, Atlas Sound et The War On Drugs – pour ne citer qu’eux – dans son studio new-yorkais. Bref, une pointure sur la scène post-rock/folk et indie.

Chanteuse, parolière et guitariste, la londonienne Elena Tonra est incontestablement le pilier et la pointe de ce trident. Dans l’espace acoustique laissé vacant par les guitares saturées de Hafaeli et les percussions incisives d’Aguilella, sa voix claire, bassement mélancolique et délicatement accrocheuse, prend une dimension à la fois lunaire et intime, livrant des textes passablement torturés avec parcimonie.

Not To Disappear dévoile des influences qui s’étendent de Radiohead à Coldplay (à ses débuts) en passant par Florence & The Machine, avec un je-ne-sais-trop-quoi d’Emiliana Torrini et de The National. Entre mélodies folk, orages rock et réverbérations pop, Daughter a l’art d’alterner vol plané et post-combustion, et la manière d’illuminer les pénombres de l’existence.

Sur le web

Voir le commentaire (1)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (1)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don
Bob Marley
0
Sauvegarder cet article

Par Selecta Nardus.

Les réfractaires à Bob Marley forment un bataillon important. On en trouve chez les droitards, les catholiques « intègres », la gauche du Café de Flore et même chez certains puristes du reggae.

Ils abhorrent ce rasta fumeux, ce chanteur criard, cette usine à tubes commerciaux, cet « arbre qui cache la forêt ».

Cet article s’adresse à eux.

Une vie de souffrance

Marley a été façonné par les épreuves, les frustrations et la souffrance.

Dès sa naissance, le 6 février 1945 dans un petit hamea... Poursuivre la lecture

Par Gérard-Michel Thermeau.

Minuit, chrétiens est, sans conteste, un des plus célèbres chants de Noël. Même si son appellation devient parfois Minuit chrétien ! Il est, en effet, de tradition de chanter ou d’écouter à cette période de l’année, un certain nombre de chants évoquant Noël.

Pourtant, en dépit des apparences, Minuit, chrétiens n’est pas un « chant traditionnel ». Né dans un contexte très particulier, composé par un musicien célèbre en son temps, il a toujours été tenu, malgré son titre, en suspicion par l’église catho... Poursuivre la lecture

10 chansons
0
Sauvegarder cet article

Par Bill Wirtz. Un article de Freedom Today Network

1. Miley Cyrus - We Can't Stop

Oui, on sait bien, quand on pense à l'activisme pro-liberté, ce n'est certainement pas Miley Cyrus qui nous vient à l'esprit. Mais je vous assure que, volontairement ou non, We can't stop est une intéressante version de "Occupe-toi de tes affaires".

Le refrain, certes d'une grande simplicité, affirme :

"It's our party we can love who we want We can see who we want"

("C'est notre fête, on peut aimer qui on veut, Et voir qui on veut")<... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles