Canada : la preuve que la concurrence se porte bien

L’état de la concurrence sur les marchés des cartes de crédit est critiqué en Ontario. Pourtant, la décision de Walmart de refuser les cartes visas pour des raisons de frais bancaire prouve que la concurrence y est vigoureuse.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Canada : la preuve que la concurrence se porte bien

Publié le 23 juillet 2016
- A +

Par Mathieu Bédard.
Un article de l’Institut économique de Montréal

Canada : la preuve que la concurrence se porte bien
By: Leonel PonceCC BY 2.0

Certains magasins Walmart situés en Ontario ont cessé ces derniers jours d’accepter les cartes de crédit Visa à la suite d’un désaccord au sujet des frais d’interchange associés à ces cartes qui sont payés par les magasins. L’état de la concurrence sur les marchés des cartes de crédit est critiqué depuis longtemps par certaines associations de commerçants et un projet de loi fédéral a été récemment déposé, visant à plafonner ces frais. Pourtant, la décision de Walmart prouve que la concurrence est vigoureuse sur le marché des cartes de crédit.

Le mythe de l’insuffisance de la concurrence

L’idée qu’il n’y a pas suffisamment de concurrence entre les opérateurs de cartes de crédit est un mythe qui subsiste depuis longtemps. Ce mythe a été récemment utilisé comme excuse pour menacer de réglementer davantage les programmes de récompenses. Il est étrange qu’il persiste à une époque où toutes sortes d’alternatives émergent et prennent de l’essor, comme les cartes de paiement spécifique à certains magasins, les innovations financières parfois appelées « fintechs » comme Bitcoin, ou encore les solutions de rechange comme Apple Pay.

Le fait que Walmart soit en mesure de ne plus accepter les cartes Visa, historiquement la carte de crédit la plus populaire, en dit long sur le pouvoir de marché présumé des sociétés de cartes de crédit. Il n’est tout simplement pas si important que ça. Vous avez un pouvoir de marché important lorsque vous êtes incontournable, pas quand les commerçants peuvent se débarrasser de vous pour réduire leurs coûts.

Qu’une grande entreprise renonce à un type particulier de carte peut faire partie d’un processus concurrentiel sain. Mais lorsque c’est le gouvernement qui plafonne certains frais par voie de la législation n’améliore pas la situation de la concurrence. Bien qu’il n’y ait pas de doute qu’une société importante et prospère comme Walmart ait fait ses devoirs et pense maintenant qu’elle peut vivre sans Visa, les frais de cartes de crédit payées par les commerçants financent une foule d’avantages.

Non seulement les commerçants acquièrent-ils la capacité de mieux servir les utilisateurs des dites cartes de crédit, mais ils obtiennent aussi une protection contre la fraude et une garantie de recevoir le paiement, le transfert immédiat des fonds, une plus grande sécurité puisqu’il y a moins d’argent dans la caisse, et une simplification de la comptabilité grâce au traitement électronique des données.

Les fausses promesses du plafonnement des frais d’interchange

Il existe de nombreux exemples de pays ayant plafonné les frais d’interchange des cartes de crédit. La plupart du temps, cela a été accompagné d’une promesse que les prix baisseraient pour le consommateur. Cela ne s’est jamais matérialisé dans aucun des endroits qui ont adopté ces politiques. Ce qui est par contre arrivé, c’est que les frais annuels payés directement par le consommateur ont augmenté.

En Australie, les frais annuels pour les cartes de crédit de base ont augmenté de 22 %, et ceux pour les cartes avec un programme de récompenses de 77 %, alors que la valeur des récompenses a chuté d’un quart. En Espagne, les frais moyens annuels ont augmenté de 11 euros et les taux d’intérêt ont également augmenté. Aux États-Unis, alors que 76 % des comptes chèques offerts par les banques étaient gratuits en 2009, cette proportion est tombée à 38 % en 2013, après que la nouvelle loi soit entrée en vigueur.

Ces changements étaient prévisibles. Sans revenus provenant des frais d’interchange, les institutions financières doivent trouver de nouvelles façons de financer le fonctionnement du système de paiement.

Aux États-Unis, les effets pervers d’une mauvaise législation peuvent tout particulièrement servir de mise en garde. Une loi similaire à celle récemment introduite à la Chambre des communes a fait en sorte que les frais d’interchange sur les petites transactions ont explosé. Puisque les frais sont maintenant calculés de la même façon peu importe le montant de la transaction et qu’ils comportent une part de frais fixe et une part variable en fonction de la valeur de la transaction, ils ont augmenté jusqu’à 1000 % pour les plus petites transactions et sont maintenant négligeables pour les gros montants. Les vendeurs d’items dispendieux ont été les grands gagnants de cette réforme, puisque le financement du système de paiement a été déplacé de façon disproportionnée vers les magasins qui vendent des articles peu coûteux.

Les interventions du gouvernement dans l’économie ont souvent des effets inattendus qui vont à l’encontre des intérêts de ceux qu’on souhaite aider. Chercher à aider les consommateurs canadiens en réglementant les frais des cartes de crédit entraînerait assurément des effets pervers à leur détriment, comme cela a été le cas ailleurs dans le monde.

Sur le web

Voir le commentaire (1)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (1)
  • Quand je lis les multiples avantages dont profitent les commerçants a accepter l’usage de CB, j’ai envie de pleurer.
    la garantie de paiement doit elle être rémunérée, si oui, j’appelle ça du racket.
    Le transfert immédiat des fonds, le lendemain, comme les autres moyens de paiement.
    C’est une plus grande sécurité pour le détenteur de la CB aussi.
    Simplification de la compta, je ne vois pas en quoi.
    Financer une foule d’avantage pour les uns avec l’argent des autres, c’est tendance mais ça me gonfle.
    Je suis commerçant et mème en ayant négocié un taux relativement bas avec mon banquier, il me taxe 4% de ma marge par an en commission et forcement je ne peux pas être d’accord avec vous.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don
sécurité sociale
2
Sauvegarder cet article

Récemment, la Cour des comptes a refusé de certifier les comptes de la Sécurité sociale pour des raisons de fiabilité sur le montant de son déficit. Entre autres : un désaccord de près de 10 milliards d'euros sur le déficit du régime général entre 2020 et 2021… mais aussi des erreurs importantes sur le versement des prestations de retraite.

Cela n’aura échappé à personne : en plus d’être une gabegie financière, la Sécurité sociale souffre d’un cruel manque de transparence. Aujourd’hui, le niveau d’étatisation est tel que la France occu... Poursuivre la lecture

Par Cécile Philippe.

Alors que la liberté d’expression et plus généralement les libertés civiles sont plébiscitées par les Français, le libéralisme économique, quant à lui, continue de susciter la suspicion voire le rejet chez la plupart des gens, y compris à droite. Ce terme est en effet connecté à des questions difficiles comme la mondialisation, le profit, les délocalisations, la loi du plus fort, etc., et génère des sentiments négatifs comme la peur ou l’envie.

 

Pour pallier les défauts d’un libéralisme « débrid... Poursuivre la lecture

Par Chelsea Follet. Un article de Human Progress

 

Aujourd'hui marque le lancement d'une nouvelle série d'articles par HumanProgress.org intitulée "Les centres du progrès". Où le progrès se produit-il ? L'histoire de la civilisation est à bien des égards l'histoire de la ville. C'est la ville qui a contribué à créer et à définir le monde moderne. Cette chronique bi-hebdomadaire donnera un bref aperçu des centres urbains qui ont été le théâtre de progrès décisifs dans les domaines de la culture, de l'économie, de la politiqu... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles