Sécurité, terrorisme, santé : la stratégie socialiste de l’échec !

Panique au sommet de l'État ! Le gouvernement Valls est incapable d'organiser la protection des citoyens et préfère se concentrer sur l'interdiction des cigarettes !

Par Serge Federbusch.

Sécurité, terrorisme, santé : la stratégie socialiste de l'échec !
By: c-logCC BY 2.0

Alors que des détraqués assassinent à tour de roues et poignardent à tour de bras, voilà soudain Marisol Touraine fourbissant un décret pour interdire les Gauloises, marque qui en elle-même inciterait à consommer du tabac. Crime honteux !

Telles sont les priorités d’un gouvernement incapable d’organiser les services de renseignement et de police pour protéger la population contre des meurtriers de masse. Grâce à eux, la France vient d’obtenir la médaille de bronze dans le tournoi mondial des pays victimes du terrorisme.

Selon une compilation effectuée par Les Échos, avec 216 morts sur les 12 derniers mois nous dépassons l’Afghanistan et la Somalie et ne sommes battus d’une courte tête, toute référence aux décapitations étant mal venue, que par l’Égypte (231 morts) et la Turquie (268). La Syrie, l’Irak et le Nigeria sont « hors catégorie » en raison de l’impossibilité de distinguer les attentats des faits de guerre civile. Mais bientôt, nous pourrons les rejoindre dans ce hors concours car les conflits inter-ethniques pointent leur museau en France.

Cette volonté de traquer la gauloiserie jusque dans les cartouches est symptomatique d’une emphase de la lutte contre les libertés les plus anodines allant de pair avec une démission sur les missions les plus fondamentales de l’État. Il n’y a plus de différence entre ce gouvernement et une bande de schizophrènes.

Panique au sommet de l’État

Au sommet de l’État, c’est la panique. Pour tenter de se disculper, Manuel Valls annonce que la France a échappé à 16 attentats depuis 2012. Si on les ajoute à la bonne dizaine de crimes en série ou individuels ayant été perpétrés pour de bon, nous en serions donc à un rythme d’une tentative tous des deux mois environ. L’Égypte et la Turquie n’ont qu’à bien se tenir …

Et face à cette séquence endiablée que faut-il faire selon lui ? «Apprendre à vivre avec». Quant à son chef, un Mou-Président de mieux en mieux nommé, il part en guerre contre Daech en Syrie alors que la menace est partout en France, histoire de pousser encore plus loin son jeu dangereux. Et, deux jours plus tard, c’est en Libye que nos soldats sont frappés.

À ce niveau d’échec, cela devient du génie.

Sur le web