Brexit : les bourses européennes surréagissent-elles ?

Les marchés européens se sont effondrés ce matin suite au Brexit. Pourtant les gérants de fonds appellent à la raison face à une baisse exagérée.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Marchés financier bourse (Crédits : Rafael Matsunaga, licence CC-BY 2.0), via Flickr.

La liberté d’expression n’est pas gratuite!

Mais déductible à 66% des impôts

N’oubliez pas de faire un don !

Faire un don

Brexit : les bourses européennes surréagissent-elles ?

Publié le 24 juin 2016
- A +

Par Alexis Vintray.

Marchés financier bourse (Crédits : Rafael Matsunaga, licence CC-BY 2.0), via Flickr.
Marchés financier bourse (Crédits : Rafael Matsunaga, licence CC-BY 2.0), via Flickr.

Largement convaincu jusqu’à 23h encore hier que le Brexit n’aurait pas lieu, les marchés actions et devises européens ont ouvert dans la panique complète ce matin, avec des baisses de plus de 10% avant l’ouverture. Cette panique boursière est-elle justifiée ?

Une baisse de la bourse qui ramène simplement aux cours d’il y a 10 jours

Pour Paras Anand, responsable de la gestion actions européennes chez Fidelity International, cette panique est excessive : « Le vote des britanniques a pris les marchés actions et devises par surprise. Mais gardons à l’esprit que l’échelle des mouvements que nous constatons se fait dans un contexte où la livre sterling et les marchés actions ont enregistré de fortes hausses au cours des dernières séances. »

En effet, le CAC 40 par exemple, malgré sa baisse de 7,5% à 4150 à 11h20, revient à son niveau du 14 juin. C’est la hausse de lundi à jeudi qui était déraisonnable.

Les entreprises européennes, immunisées contre le Brexit ?

En outre, le profil des entreprises cotées les immunise assez largement contre le Brexit, comme le souligne toujours Paras Anand de Fidelity :

« Dans ce contexte, rappelons également que ce type d’événement n’impacte qu’à la marge les perspectives de long terme des entreprises. En effet, une des caractéristiques des marchés européens est d’être très internationaux et moins domestiques que les marchés US ou asiatique. Dans ce scénario où la demande au UK et plus largement Europe serait impactée au-delà de ce que l’on peut anticiper, il est important de rappeler qu’à un niveau agrégé, pan européen, cela ne devrait pas se traduire de façon trop marquée sur les perspectives des entreprises. Enfin, notons que les entreprises européennes détiennent des bilans particulièrement solides et l’environnement propice aux opérations capitalistiques se maintiendra. Ceci devrait également atténuer l’ampleur de la baisse des marchés sur les prochaines semaines et à moyen terme »

Et l’analyste de conclure que la baisse actuelle est probablement excessive, et qu’il faut se méfier des annonces de scénario catastrophe : « Pour résumer, même si la victoire du Brexit implique un potentiel baissier accru, nous n’anticipons pas un scénario catastrophe et des replis marqués des prix devraient accroître les opportunités d’investissement. »

Un impact réel de 0,25% du PIB pour la France

Cela ne veut pas dire pour autant que le reste de l’économie ne sera pas impacté. En particulier car les entreprises cotées en bourse ont des profils très différents des PME qui font le gros du tissu économique européen, mais la réaction des marchés boursiers semble à la hauteur de l’excès d’optimisme des jours qui ont précédé le vote. Temps de retrouver le juste milieu. Malgré la difficulté de l’exercice, le gérant Vincent Durel se lance dans un calcul de l’impact du Brexit : « On peut estimer un impact de l’ordre 0,2%-0,3% par an pour le PIB français au cours des deux prochaines années. » On est bien loin de la catastrophe…

Voir les commentaires (5)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (5)
  • Comme pour l’or ou les matières premières ces derniers temps, de la pure spéculation sur la livre, les taux d’intérêt à 5 et 10 ans des autres pays de l’UE, voire une sorte de billard à 3 bandes autour des cours du pétrole. Bref, dans le gros merdier des taux négatifs, des dettes monstrueuses et des planches à billets, un léger clapotis jusqu’à la prochaine crise, la mer de chine, le brésil, l’iran, la macédoine, l’ukraine…

  • Le carburant a la Pompe va t’il baisser ?

  • Les valeurs bancaires souffrent terriblement depuis l’annonce du Brexit.
    Avec mon portefeuille chargé d’actions du Crédit Agricole, j’ai pris aujourd’hui une très grosse gifle !

  • Les bourses ne savent plus sur quel pied danser…et ça fait déjà plusieurs mois voir plusieurs années. Comme avec la crise chinoise de l’année dernière les bourses retrouveront des sommets quand on annoncera une pluie de liquidité…

  • « Un impact réel de 0,25% du PIB pour la France. »

    Abavala, c’est la fotobrexit !

  • Les commentaires sont fermés.

La liberté d’expression n’est pas gratuite!

Mais déductible à 66% des impôts

N’oubliez pas de faire un don !

Faire un don

Alors que la France se prépare à accueillir prochainement les épreuves des Jeux Olympiques en distribuant de plus en plus largement l’argent gratuit des autres, notamment à ceux qui lui font des clés de bras, on apprend que Total, le groupe pétrolier français, envisage de déplacer sa cotation principale de la Bourse de Paris à celle de Wall Street, à New York.

Il apparaît en effet que Patrick Pouyanné, l’actuel patron du groupe, a récemment confié à Bloomberg que la question d’un changement du lieu principal de la cotation était légiti... Poursuivre la lecture

Par Alexis Vintray.

Alors que depuis 2000 le CAC 40 évoluait sous son record historique, il bat record sur record et est aujourd'hui 14 décembre pour la première fois au-dessus des 7600 points. Même si l'économie mondiale résiste bien malgré l'inflation, on peut s'interroger sur le fait que la bourse soit ainsi au plus haut dans un contexte qui reste anxiogène.

Alors faut-il prendre ses bénéfices ? Pas si simple...

 

Le CAC 40, un indice sans dividendes

Le premier point à garder à l'esprit est que le rendemen... Poursuivre la lecture

Dès qu’il s’agit du Brexit, cet affront fait à l’Union européenne, la pensée désidérative ou wishful thinking décide dans la plupart des rédactions de l’angle des articles et de la titraille.

Tout se passe comme si la ligne éditoriale dépendait de croyances basées sur ce qui est agréable à imaginer pour un globaliste opposé par principe aux nations libres, plutôt que sur des faits réels, vérifiables ou rationnels. À la moindre occasion, les politiques et les médias mainstream voient poindre la fin du Brexit. Mais la Grande-Bretagne ne ... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles