Présidentielle : Mélenchon talonne Hollande

Publié Par Contrepoints, le dans Politique, Pushmobile

Par la rédaction de Contrepoints.

Mélenchon

Mélenchon By: Blandine Le CainCC BY 2.0

Un sondage BVA1 de juin 2016 pour Orange et Presse Régionale fournit les intentions de vote pour les élections présidentielles de 2017 au premier tour et, en fonction du résultat, au second. Quelle que soit la configuration, François Hollande arriverait désormais à peu près à égalité avec Jean-Luc Mélenchon dans un contexte d’opinion dominé par les grèves, la menace terroriste, la crise des migrants et l’immigration.

Deux gauches au coude-à-coude

Quatre hypothèse sont testées par l’institut de sondage correspondant aux quatre hypothèses d’issue de la primaire à l’UMP et de ses conséquences sur les autres candidats aux présidentielles, notamment François Bayrou. On remarquera que dans tous les cas, François Hollande ne se qualifie jamais pour le second tour.

Dans la première hypothèse, Alain Juppé est candidat pour Les Républicains. Conséquemment, François Bayrou n’est pas candidat, contrairement aux trois autres hypothèses. François Hollande arriverait troisième ou quatrième ex-aequo avec Jean-Luc Mélenchon, derrière Marine Le Pen.

Intentions de vote au premier tour de la présidentielle de 2017 - cas Juppé candidat - Juin 2016

Intentions de vote au premier tour des présidentielles de 2017 – cas Juppé candidat – Juin 2016

Dans la seconde hypothèse, c’est Nicolas Sarkozy qui est candidat. Si cette candidature n’a que peu d’impact sur les positions respectives de François Hollande et Jean-Luc Mélenchon, elle place le candidat des Républicains derrière Marine Le Pen et porte François Bayrou, alors candidat, à égalité avec François Hollande.

Intentions de vote au premier tour de la présidentielle de 2017 - cas Sarkozy candidat - Juin 2016

Intentions de vote au premier tour des présidentielles  de 2017 – cas Sarkozy candidat – Juin 2016

Dans la troisième hypothèse, Bruno Le Maire est candidat. La répartition reste alors assez similaire à celle de la deuxième hypothèse, tout comme pour l’hypothèse 4 faisant de François Fillon le candidat des Républicains.

Intentions de vote au premier tour de la présidentielle de 2017 - cas Le Maire candidat - Juin 2016

Intentions de vote au premier tour des présidentielles de 2017 – cas Le Maire candidat – Juin 2016

Intentions de vote au premier tour de la présidentielle de 2017 - cas Fillon candidat - Juin 2016

Intentions de vote au premier tour des présidentielles de 2017 – cas Fillon candidat – Juin 2016

Dans tous les scénarios possibles, nous avons donc deux gauches au coude-à-coude mais surtout deux gauches éliminées directement. Surtout, dans n’importe quelle hypothèse, François Hollande gagne très peu (+0.5%) ou perd (2%) des intentions de vote, alors que Jean-Luc Mélenchon en gagne dans tous les cas 2% par rapport à Mai 2016.

Présidentielles 2017 : la droite en force ?

Dans tous les scénarios ici envisagés, la droite reste la seule qualifiée pour le second tour avec dans tous les cas un candidat Les Républicains et Marine Le Pen. Plus dur pour la gauche, en cas de candidature, François Bayrou talonne les candidats du Parti Socialiste et du Front de Gauche, de sorte qu’il reste possible qu’il soit le troisième homme de cette élection. Au second tour, Marine Le Pen est donnée perdante dans tous les cas.

Intentions de vote selon différentes hypothèses au second tour des présidentielles de 2017 - juin 2016

Intentions de vote selon différentes hypothèses au second tour des présidentielles de 2017 – juin 2016

On remarquera qu’au premier comme au second tour, seul Alain Juppé semble être en mesure de minimiser le résultat de Marine Le Pen ainsi que la part de personnes sans intention de vote, restant assez élevée dans tous les cas. Quoi qu’il en soit, les résultats prêteraient au Front National un score bien plus élevé que celui obtenu lors de sa dernière présence au second tour des présidentielles en 2002.

Loi travail, immigration, terrorisme : des boulets pour Hollande ?

La motivation des intentions de vote est principalement partagée entre les trois sujets que sont les mouvements sociaux, le terrorisme, la crise des migrants et l’immigration. Plus spécifiquement, les électeurs potentiels de Jean-Luc Mélenchon sont plutôt sensibles à la loi Travail et aux mouvements sociaux là où ceux de Marine Le Pen sont plus attentifs aux questions migratoires et de terrorisme. Les électeurs de François Hollande sont sensibles au terrorisme et ceux d’Alain Juppé (pour le moment, donné vainqueur des primaires à droite) plus attentifs aux mouvements sociaux mais aussi au terrorisme et assez peu à l’immigration.

François Hollande ne convainc pas grand monde. Sa propension à se faire des ennemis dans tous les compartiments du spectre politique se ressent dans les sondages. Plus que tout, ce qui ressort, c’est la montée de Jean-Luc Mélenchon qui bénéficie des mouvements sociaux et du rejet de la loi Travail. Marine Le Pen continue de progresser lentement, sauf face à Alain Juppé où elle régresse, bénéficiant quant à elle de la crise des migrants et du terrorisme.

François Hollande n’est même plus certain d’arriver dans le trio de tête alors qu’auparavant, il était donné troisième (ce qui constituait déjà un très mauvais résultat pour un président sortant) et susceptible de progresser avec le lancement non officiel de sa campagne.

Quoi de plus logique ? Ceux qui voulaient une politique de gauche sociale n’ont pas eu satisfaction. Ils se tournent vers Jean-Luc Mélenchon. Ceux qui voulaient une politique plus centriste, voire plus libérale, se tournent vers François Bayrou ou la droite. Ceux qui continuent à avoir peur de l’Autre et à prioriser la sécurité face au terrorisme ou à la délinquance se tournent vers l’extrême droite. François Hollande a passé quatre années à semer les graines du mécontentement général. Il risque une douloureuse récolte dans un an.

  1.  Enquête BVA-Salesforce pour la Presse Régionale et Orange réalisée par Internet du 10au 12 juin 2016. Échantillon de 910 personnes inscrites sur les listes électorales, issues d’un échantillon représentatif de 1001 Français âgés de 18 ans et plus. La représentativité de l’échantillon a été assurée par la méthode des quotas appliquée aux variables suivantes : sexe, âge, profession de la personne de référence du ménage, région et catégorie d’agglomération. Les intentions de vote qui figurent dans ce rapport reposent, pour chaque hypothèse, sur la base des personnes inscrites sur les listes électorales, certaines d’aller voter et ayant exprimé une intention de vote. Les résultats d’intentions de vote ne constituent pas un élément de prévision du résultat électoral. Ils donnent une indication significative de l’état du rapport de forces à un an du scrutin, en fonction des différentes hypothèses envisagées pour le premier et le second tours. La notice de cette enquête est consultable à la commission des sondages qui la rend publique sur son service de communication en ligne.
  1. Finalement, j’ai l’impression qu’Alain Juppé est un « non choix ». Il gagnerait simplement parce que les copains électeurs socialistes du PS et de LR ne veulent pas de Marion Anne Perinne.
    On aura donc une nouvelle fois un « non président ».
    La question qui se pose est de savoir si ce pseudo front républicain est un déni de démocratie ou un exemple de démocratie. Franchement, je ne trouve pas de réponse évidente…

    1. Le gros de l’avance de Juppé vient de l’absence de la candidature Bayrou. Avec un Macron le remplaçant sur commande Hollande, il arriverait probablement lui aussi en deuxième position au premier tour.

      1. Comme vous l’évoquez, il est évident que la démarche de Macron est téléguidée et construite en étroite collaboration avec Hollande.
        La candidature probable de Macron pour 2017 est initiée, organisée et planifiée en totale complicité avec Hollande. L’objectif étant d’annoncer une candidature Macron d’ici la rentrée dont l’objectif sera de ratisser au maximum les voix du centre mou UDI Modem et LR et PS hostiles à Hollande. Hollande se repositionnant plus à la gauche du PS. Ainsi au 1er tour le candidat de la droite aura moins de voix que Hollande qui sera au 2nd tour face à MLP.

        1. Après la déchéance de nationalité et la loi travail, vous croyez encore que les stratégies hollandaises peuvent réussir à autre chose qu’à faire rigoler un peuple qui en a bien besoin ?

    2. Exactement, Juppé c’est un « non choix »

  2. si hollande se ramasse une branlée magistrale en 2017 , il peut toujours se recaser en devenant curé ; chaque fois qu’il fait un discours , j’ai l’impréssion d’être dans une église ;

    1. Église execrée, alors…

  3. Bonjour

    Imaginez un second tour Le Pen-Melenchon 🙁

    1. La pensée m’a traversé l’esprit en lisant l’article. Immédiatement après je me suis vu sombrant dans mon canapé le soir des résultats, demandant à ma femme si on pouvait quitter la France AVANT le second tour… L’image de Mélenchon prenant la tete du front républicain… Alors que c’est être est ignoble. Je ne vais pas en dormir de la nuit.

      1. Rassurez vous. Vous aurez MLP et Hollande au second tour, c’est malheureusement une certitude aisée à expliquer.

  4. Pas de quoi se rouler par terre !!!!!!!
    Mourir de la peste hollando-mélanchonniste ou du choléra sarkozyste …. est-ce un choix ?!?!?!

  5. En cas de candidature Juppé, Hollande lui enverra Macron dans les pattes pour remplacer Bayrou. Il aurait donc au final un score du même ordre que celui des autres candidats de droite. Quand au vote Mélanchon, il faut voir ce que cela donnera quand la campagne battra son plein. Il n’est épaulé par aucun parti et il est plus que probable que les communistes l’abandonneront en rase campagne pour les trente deniers de la garantie socialiste de renouvelé leurs sièges de députés en 2017 … De plus, la nouvelle loi électorale anti-petit candidat lui sera nécessairement défavorable.

    1. Pas évident. Quand on connaîtra le résultat des primaires LR, il sera sans doute trop tard pour démarrer.

  6. bah ça va ouvrir des perspectives stratégiques rigolote, genre : voter Mélenchon pour bien fusiller Hollande

  7. Est-il si évident que Bayrou obtienne le même score selon que c’est Sarkozy ou un autre candidat qui représente la droite?
    Ce sondage de toutes façons n’a aucune de valeur prédictive, comme tous les sondages. Ne serait-ce que parce qu’il ne tient pas compte des petits candidats qui ramassent peu de voix mais dont le total n’est pas négligeable.
    Je me demande parfois si le but n’est pas de promouvoir le candidat de l’oligarchie, Juppé…

    1. Pas de Nicolas Hulo dans cette étude ?

      Globalement, Mélanchon ne fait pas progresser la gauche extrémiste. c’est l’effondrement du PS qui le porte à égalité avec Hollande, et surtout, il progresse en phagocytant les autres courants de la gauche extrémiste notamment le parti anticapitaliste qui en 2007 avait recueilli 4,08 % à l’élection présidentielle. Il pourrait perdre des voix si Nicolas Hulo se présente

      1. Mélanchon perdra des voix si Nicolas Hulo se présente, mais c’est surtout hollande qui va en perdre à mon humble avis.

  8. De toute façon ce sont des plans sur la comète, la CGT va faire un coup d’état cette été et embastiller toumou à Brégançon.. LOL

  9. Bon, la gauche ne dépasse jamais les 40%, FN + LR ça fait 50%, plus Bayrou on arrive à 60 %. si avec ça on ne casse pas les reins à la gauche de façon à sauver la France c’est que les leaders de droite sont des traîtres. Il faut éradiquer cette nuisance à jamais qui détruit la France depuis 40 ans.

Les commentaires sont fermés.