CGT et gouvernement : ces as de la censure

La tendance à la censure devient de plus en plus forte en France, et après le gouvernement lui-même, la CGT n'est pas en reste.
Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Liberté d'expression (Crédits :Demeure du chaos matttdotorg, licence Creative Commons)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

CGT et gouvernement : ces as de la censure

Les points de vue exprimés dans les articles d’opinion sont strictement ceux de l'auteur et ne reflètent pas forcément ceux de la rédaction.
Publié le 27 mai 2016
- A +

Il y a quelques jours, Facebook publiait un état des lieux assez alarmant sur la censure que les gouvernements lui imposent sur son application. Malheureusement, cette tendance des uns et des autres à vouloir faire taire ceux qui émettent des avis contraires semble actuellement se répandre.

Les exemples se multiplient et ne rassurent pas.

Dans le monde de l’art, un récent rapport montre une augmentation inquiétante du nombre d’artistes tués ainsi qu’une augmentation des actes de censure. Le rapport étant mondial, je tiens tout de suite à préciser qu’il ne s’agit pas de l’abomination habituelle du turbolibéralisme débridé qui vise à priver de revenus l’un ou l’autre artiste sursubventionné français puisqu’on parle ici de vraie censure, de vrais artistes poursuivis et, au final, de vrais morts.

Si l’on reste en France, la violence est heureusement moins présente, mais on retrouve toujours cette forme plus ou moins subtile de censure, le cas récent du groupe Eagle of Death Metal venant ici à point nommé pour illustrer mon propos : si, bien sûr, les organisateurs d’un concert ou d’un festival ont tout à fait le droit de déprogrammer un groupe qui ne leur plairait plus, on ne peut s’empêcher de noter les raisons, parfaitement idéologiques, qui poussent au retrait de ce groupe spécifique, un peu comme si les organisateurs découvraient subitement que le leader ne tient pas un discours assez Charlie-compatible pour eux. Oh. Zut.

Bien évidemment, si les tentatives d’étouffement d’un discours qu’on n’aime pas ne prenaient que cette tournure en France, le pays serait exemplaire puisqu’alors, chacun pourrait pratiquement s’exprimer comme il l’entend. Malheureusement, on en est loin comme je le notais en introduction en parlant de Facebook.

Ainsi, à l’instar d’une Arabie Saoudite qui, il y a une semaine, a décidé de couper net la messagerie interne de Facebook, la France semble ne pas s’embarrasser de droits de l’Homme et autres chartes encombrantes lorsqu’il s’agit d’aller censurer l’un ou l’autre contenu sur le réseau social, au point de devenir le principal acteur de cette censure. Pour une fois que la France est très loin devant les autres pays, ce n’est malheureusement pas pour un fait très glorieux.

censure fb

En réalité, ce qu’il faut bien comprendre, c’est que cette censure n’est pas du tout un comportement déviant de la part du gouvernement ou des petits kapos du Camp du Bien qui se caractérisent justement par l’utilisation assez massive de ces procédés visant à étouffer toute pensée dissidente : c’est un comportement assumé, délibéré, voulu. Et pire que tout, c’est que cette censure, trop fréquemment actée par le gouvernement, n’est pas un comportement spécifique à ce dernier mais est maintenant ancré dans d’autres institutions publiques, à commencer par les organisations syndicales devenues mafieuses.

la cgtCet aspect délibéré et parfaitement assumé trouve d’ailleurs son illustration pas plus tard qu’hier, jeudi 26 mai 2016, où tout le pays a pu assister, en grandeur réelle, à une censure de fait par un groupement d’intérêts particuliers, par l’utilisation de la force, sans que l’État ne soit intervenu d’une façon ou d’une autre (pour favoriser ou empêcher cette censure). On apprend en effet qu’après que plusieurs titres ont refusé de publier en pleine page une vibrante tribune de Philippe Martinez, l’inénarrable secrétaire général à la stalinienne moustache, la CGT a intégralement bloqué la parution des quotidiens nationaux à l’exception bien sûr de L’Humanité qui s’est gracieusement plié à ses injonctions (et qui n’a absolument rien à faire de ses lecteurs, puisque cette rédaction est payée par le contribuable).

censure cgt livre

Non, je n’enjolive pas les faits, je n’exagère pas : la CGT a imposé la publication d’une tribune de Martinez, sous menace d’empêcher la parution papier des journaux. Ceux qui ont refusé (la presse nationale, essentiellement) n’ont donc pas pu paraître. Dans un pays qui se gargarise de son respect des droits fondamentaux, de sa liberté d’expression et du respect des individus, voilà qui est particulièrement intéressant et qui ne peut déclencher que la consternation de la part des observateurs réguliers de notre vie sociale à la française.

En outre, on aurait pu s’attendre au déclenchement d’un scandale national, avec des éditos enflammés, des prises de parole des politiciens pour fustiger cette prise de contrôle de la presse par la CGT, cette dénonciation d’un comportement digne d’une mafia. Il n’en fut rien.

Côté politicien, chacun aura compris que le but n’est surtout pas de cogner sur la CGT. En paralysant le pays, le syndicat savonne la planche d’un gouvernement qu’une bonne partie de la gauche ne peut plus encaisser et que la droite a tout intérêt à asticoter autant que possible, ce qui explique pourquoi, actuellement, tous ses ténors, lorsqu’ils s’expriment (et encore le font-ils fort timidement), se contentent de s’emporter contre un gouvernement qui fait n’importe quoi, n’importe comment, qui est impuissant et dépassé. Sur la CGT, rien à dire, c’est du velours.

Côté presse, toute dénonciation un peu trop virulente entraînera d’autres disparitions des kiosques de leurs numéros. Pour la façade, quelques protestations, molles, seront émises, mais en définitive, tout le monde sait fort bien ce qui se trame ici, et nous sommes en France après tout : la CGT, qui n’est en réalité qu’assez peu concernée par la Loi Travail tant ses militants sont très majoritairement dans le secteur public, fait simplement de la retape publicitaire pour gagner quelques nouveaux adhérents qui, jusqu’à présent, allaient à la concurrence, et les dommages collatéraux qu’elle commet dans son Happening Barbecue sont, à la limite, « de bonne guerre ». Rien de grave, circulez, il n’y a rien à voir.

la cgt dialoguePourtant, cette nouvelle démonstration de toute la nuisibilité de la CGT suffirait, dans n’importe quel pays ayant les pieds sur terre, les yeux en face des trous et deux onces de bon sens, à signer sa dissolution et l’envoi de la bande de malfrats qu’elle représente devant les tribunaux de la République. Si l’on devait ajouter à ce dernier forfait lamentable toutes les veuleries, toutes les bassesses, tous les détournements, tous les petits arrangements mafieux dont la centrale est une habituée, ce mouvement criminel aurait été dissous depuis des décennies, avant même qu’il ne se lance dans le recel, le trafic d’alcool ou d’armes comme il en a fait l’expérience ensuite. Dans un pays normal dirigé par un président normal qui dissout les milices d’extrême-droite, les coteries mafieuses d’extrême-gauche seraient aussi dissoutes, CGT en premier.

Et plus à propos, la décontraction qui entoure cette censure scandaleuse (et pour tout dire, typiquement soviétique) et le reste des comportements de censeurs qu’on observe partout dans le pays indiquent malheureusement que le peuple français, ses élites, ses dirigeants, sa classe jacassante jusqu’au moindre ouvrier ont complètement perdu le sens des valeurs. Tous les jours des exemples me parviennent de faits divers scandaleux, de comportements consternants passés au rang d’habitudes par lâcheté, jm’enfoutisme ou résignation. Chaque jour amène son lot d’abandon de l’un ou l’autre des principes qui firent, jadis, la grandeur de ce pays.

Aujourd’hui, qu’un droit aussi fondamental que celui de s’exprimer, librement, ait ainsi disparu dans le brouhaha des bienpensances, dans le silence de l’auto-censure, ou dans la censure active des nervis syndicalistes indique mieux que tout autre signe que ce pays n’a plus aucune limite idéologique et qu’il s’apprête donc, psychologiquement, à tout accepter même et surtout le pire parce qu’il ne s’est plus fixé aucune limite au-delà de laquelle il peut se dire qu’enfin, trop, c’est trop.

Ce pays est foutu.

Voir les commentaires (24)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (24)
  • Attention h16, la censure vous guette …

    • Je suis d’accord dans l’ensemble. Je ne le suis pas dans le cas du concert de Verdun. Une génération de Français, Anglais, Canadiens, Africains, Americains, Allemands… atrocement broyée dans une guerre sans doute inutile. Je ne connais pas ce musicien et surtout je n’ai rien contre lui.
      Faut il célébrer ce centenaire ? Je n’en suis même pas sûr, tant il y a à ce propos, de politique politicienne, de communication assourdissante. En tout cas cela appelle du recueillement, du silence et en tout cas une kermesse géante.

  • « indique mieux que tout autre signe que ce pays n’a plus aucune limite idéologique »
    Merci. Le malaise résumé en une phrase.

    Au sein d’une molle dictature bureaucratique, les mafias autorisées sont les dépositaires légaux de la violence – ou plutôt, de la terreur.

    Question: une class action contre la CGT est elle possible? Combien de lois sont bafouées chaque jour par ces chemises brunes, heu, pardon, rouges?

    • La grêve politique effectuée par les imbéciles de la CGT étant clairement à but politique est illégale. Alors tant qu’à être dans l’illégalité, certains grands groupes pétroliers ou quelques géants dont les services sont très perturbées (comme Amazon) pourraient appliquer des mesures de sanction à l’encontre de l’ensemble des syndiqués de la CGT. Pour 1 personne de la CGT qui fait grêve illégalement, l’ensemble – je dis bien l’ensemble – des militants de ce syndicat dans ladite entreprise se verraient supprimer 1 mois de salaire à chaque jour de grêve.

      C’est dur et c’est illégal – comme les méthodes de la CGT en somme – mais on verra à quel point ils seront communistes et solidaires les uns envers les autres une fois qu’ils n’auront plus rien à manger.

      • La grêve politique effectuée par les imbéciles de la CGT étant clairement à but politique…snif, un chaton est mort 🙂

  • Belle charge, virulente, argumentée et sensée. Merci de souligner le rôle de parasite de la CGT. Quand un parasite infeste un organisme, le plus élémentaire bon sens consiste à l’en extraire…

  • Heureusement qu’à la CGT ils sont trop primitifs pour vous mettre un cheval de Troie sur le site.
    Ils l’auraient sans doute fait déjà, s’ils savaient comment l’implémenter.
    En ce qui concerne la presse officielle, aucun souci; de toute façon qui la lit encore ?

  • Concernant Facebook, l’identité et le CV de son dirigeant en France est peut-être un indice…

  • Voyons, un pays où le pouvoir exécutif peut ordonner des assignations à domicile sans se justifier, où la presse est censurée si elle n’accepte pas de participer à la propagande, où les stations essence sont vides, où les émeutes violentes mettent quotidiennement le feu aux rues… Vénézuéla en fin de course ? Bahreïn ? Soudan ? Non non, France 2016.

    C’est pas comme si on n’avait pas prévenu que la France dévalait la route de la servitude depuis déjà des années, hein.

  • Si on en est là c’est parce que les gouvernements successifs ont encouragé la CGT à mener son action destructrice. Un petit jeu où chacun pouvait jouer son rôle de manière prévisible. La CGT fait partie du dispositif PS-LR sinon il serait bien facile de la ramener à sa juste place ( arrêt des subventions, poursuites pour les actions illégales, laisser s’exprimer les contre pouvoir …).Il faut dire que dans les postes de pouvoir ( même les grosses boîtes du CAC 40) il y a beaucoup de nostalgiques de leur jeunesse communiste/maoiste/troskyste …
    Cela crève les yeux : il y a acharnement contre les patriotes,  » l’extrème droite  » ( qui ont le pouvoir de mettre Valls en transe) les souverainistes et une grande bienveillance ( pour ne pas dire parfois une alliance) avec la gauche de la gauche , comme ils disent ( pour ne pas parler d’extrême gauche).
    En fait, la CGT fait le job qu’attend le gouvernement : justifier le fait que les réformes ne sont pas possibles, car le gouvernement ne veut surtout pas réformer , dans son propre intérêt.

  • C’est pas bien de bloquer la parution de la presse française : en effet, par solidarité avec le peuple vénézuélien en manque de PQ, nous nous devons de leur envoyer nos journaux papier, y compris (et surtout) sans les lire.

  • Depuis environ un an, j’ai remarqué que beaucoup de publications adoptaient un système de censure automatique. Peu importe finalement le contenu, un robot cégétiste élimine le commentaire sur la base d’un algorithme socialement inadapté, qu’il soit juste ou délirant.

    • Pourquoi croyez-vous que Rand a été quasi interdite de publication en France pendant près de 50 ans ?

      • Vous répondez à une question que je m’étais souvent posée, n’ayant connu « The Fountainhead » qu’en anglais (et vu, quand même, « Le Rebelle » de King Vidor) sans comprendre pourquoi ce livre n’était pas traduit…

  • J’habite en Roumanie. Imaginer qu’un syndicat bloque la diffusion des journaux est impensable. Ici, on s’est battu pour sortir du communisme et les seuls communistes qu’on trouve sont des fonctionnaires français.

  • C’est le pouvoir en place qui protège la CGT car cela fait partie de leur dispositif.La CGT fait ce qu’ils n’osent pas faire officiellement ( à cause de l’europe, des US), ce qui explique l’extraordinaire bienveillance à leur égard.Sans aides de l’état et sans cette connivence avec le pouvoir la CGT serait out depuis bien longtemps.Le fond marxiste /communiste de beaucoup de nos dirigeants et hauts fonctionnaires explique bien des choses.

  • Comme vous le notiez hier avec optimisme: »plus que 6 ans »… À condition d’une Pentecôte avec langues de pute euh de feu et tout, ou carrément une Parousie. Au moins.

  • J’adhère à la conclusion « ce pays est foutu ». Je le pense depuis bientôt vingt ans, j’avais encore un espoir. Aujourd’hui j’en suis sûr.

  • la censure n’est rien d’autre qu’un symptôme d’une peur engendrée par un excès de communication entre les hommes. avant on avait peur de son voisin, on construisait des murs pour s’en protéger , aujourd’hui notre voisin est anonyme et c’est multiplié par des millions …ce monde est devenu schizophrène et cela n’ira pas en s’améliorant. bienvenue dans la cité de la peur , même un agent de police a peur de faire son métier d’arrêter un voleur , incroyable !

  • Peut être devrait-on susurrer à l’oreille de notre Président (Normal) Bien Aimé (presque copyright Groland), d’aller lancer ses molosses fiscaux et sociaux dans les comptes et pratiques du Comité d’Entreprise Central de EDF (voire d’autres bastions cégétistes, si affinités) ?
    Sait-on jamais ?
    Un peu (très peu) de courage … pour une fois (diraient les mauvaises langues). 🙂

  • Ouais et on fait quoi bah rien , comme d hab . Tous le monde tire le drap la couette . somme arrêté de travailler donc de payer des charges et autre impots bah il se passera 1 ans peut être 2 et le pays sombra dans le chaos. En attendant rien ne se passera alors viver sur la bête en attendant ce jour ou peut être les gens comprendront que la liberté est fondamental .
    A dans 10 ans

  • hollandouille veut tout recuperer ,mais ….

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

À la suite de la décision du gouvernement de remonter de 20 TWh l’Accès Régulé à l'Électricité Nucléaire Historique au profit de ses concurrents directs, l’État privera EDF de 8 milliards de recettes qui viennent s'ajouter aux 14 milliards qu'il a déjà mis sur la table depuis septembre pour rendre presqu’indolore l’accroissement des prix de l’énergie devenus fous depuis l’été 2021. Générosité envers les plus démunis affirmeront les uns, câlinerie électorale à trois mois de la présidentielle chuchoteront les autres. Le « quoi qu’il en coûte » ... Poursuivre la lecture

Par Alain Mathieu.

Jean-Pierre Farandou, le pdg de la SNCF a déclaré : « C’est le moment de réinventer le modèle TGV. »

La situation de la SNCF n’est pas brillante : des grèves à répétition, 14 milliards d'euros par an de subventions payées par les contribuables, une dette gigantesque, dont 63 % repris par les contribuables (soit 2200 euros pour chaque contribuable à l’impôt sur le revenu), des retards fréquents, des TER remplis à 25 %, etc.

Pourquoi Jean-Pierre Farandou ne réinventerait-il pas la SNCF, en s’inspirant de... Poursuivre la lecture

0
Sauvegarder cet article

Par Nathalie MP Meyer.

Souvenir de mon adolescence. Je suis en classe de première. En cet automne 1977, notre ville est en pleine effervescence car la pièce de Victor Hugo Hernani va être créée au Centre d’action culturelle local avant de poursuivre sa carrière à Paris. Effervescence littéraire, bien sûr, pour la plupart des spectateurs, et aussi pour nous, les élèves, car notre géniale et adorable professeur de Français a eu l’heureuse idée de nous faire assister à une représentation.

La censure politique de la culture

Mais eff... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles