La pénurie de développeurs est bien réelle en France

Une étude montre que la pénurie de développeurs dans les entreprises de technologie est bien réelle en Europe, et que la France a sa carte à jouer.

La pénurie de développeurs est une réalité en Europe. Le moteur de recherche d’emplois, Indeed, s’est penché sur le sujet et a publié une étude riche d’informations et de données concrètes. Chez Altaïde nous ressentons depuis longtemps cette pénurie sur la plupart des postes de développeurs.

Par Jacques Froissant.

 

La pénurie de développeurs en France est réelle
By: garycycles8CC BY 2.0

L’étude qui porte sur la France, le Royaume-Uni, l’Irlande, les Pays-Bas et l’Allemagne, permet d’avoir des données chiffrées concrètes sur cette pénurie de développeurs que certains continuent à nier. Depuis 2010, le nombre de personnes travaillant dans les sciences et les technologies en Europe, a augmenté de manière prodigieuse. Rien que pour l’année 2011, on peut constater au Royaume-Uni une augmentation de 34% de ces profils, par rapport à l’année précédente.

Une augmentation heureuse au premier abord, puisque le nombre de postes à pourvoir dans ces métiers s’est lui aussi accru. Malencontreusement, ces deux tendances ne progressent pas au même rythme.

35 offres d’emploi en Allemagne pour un candidat

En effet, la quantité d’offres d’emploi est nettement supérieure à la demande qualifiée. Une pénurie qui subsiste partout en Europe, mais principalement en Allemagne, où le ratio offres d’emploi / nombre de candidats potentiels est hyper défavorable : 35 offres d’emploi pour un candidat !

Malgré cela, les candidats cherchant un poste à l’étranger se tournent plutôt vers le Royaume-Uni ou l’Irlande, qui ont donc le meilleur ratio offre/recherche.

Pénurie de développeurs : la position de la France s’améliore

Le marché français serait quant à lui, plus équilibré que ses voisins et présenterait un avenir réjouissant. Des données recueillies par e-Skills for Jobs in Europe, placent la France en tant que premier fournisseur de diplômés de premier cycle en informatique. De surcroît, le système fiscal français est perçu par les entrepreneurs du secteur de la technologie comme « extrêmement favorable aux startups » (Financial Times)1. Enfin, Paris est la ville de France comptant le plus d’offres d’emploi dans la technologie, mais est également la destination favorite des candidats : l’écart entre la demande des entreprises et l’intérêt des candidats diminue donc dans cette ville.

 Les chiffres clés sur l’avenir des technologies en France

  • L’écart entre la demande des entreprises et l’offre candidats s’est réduit de 8%, le marché français est donc légèrement moins en pénurie. Les efforts de communication autour de l’emploi dans les technologies commencent à attirer plus de jeunes dans les formations, mais le chemin est encore long.
  • C’est en France que les investissements dans l’éducation sont les plus importants (6,3% du PNB vs 6% pour le reste de l’Europe
  • La France est le pays européen qui a le plus de diplômes en informatique (selon e-Skills for Jobs in Europe, cité dans l’étude)
  • La France se place septième dans le classement des pays les plus productifs au monde (productivité horaire)
  • Un tiers des entreprises non-américaines présentes au CES Las Vegas 2016 étaient françaises

Pour voir l’étude complète c’est ici.

Sur le web

  1. Note de Contrepoints : plus probablement un impact du Crédit Impôt Recherche (CIR) que de la fiscalité légendaire française