Sous-marins australiens : le contrat à 34 milliards n’en valait que 12

Le "contrat du siècle" de vente de sous-marins par DCNS à l'Australie pour 34 milliards n'est en fait que de 240 millions par an...

Par Charles Sannat.

Sous-marin
By: Maggie StephensCC BY 2.0

Cocorico, “Australie : le constructeur naval français DCNS remporte le contrat du siècle”. Mais…

Un contrat pas si extraordinaire pour DCNS

Saluons cette bonne nouvelle comme il se doit, c’est toujours mieux de vendre que de ne pas vendre. Remarquons au passage que les seuls produits que l’on vend comme des petits pains ces derniers temps sont plutôt des engins de mort pour faire la guerre.

En l’espèce, tout le monde salue la vente d’avions, de sous-marins ou autres systèmes d’armes permettant d’éradiquer de la surface de la planète des milliers d’êtres humains d’un coup, puisque là cela rapporte de l’argent et que c’est bon pour l’emploi… On nous fera tout avaler sur l’autel de l’emploi et du travail !

34 milliards bruts soit 12 en net et encore, au mieux !

Vous me direz : “Mais vous n’avez pas fini de “chagriner” à tout va, il y a tout de même de quoi se réjouir, c’est le contrat du siècle qu’on vous dit !”

Sauf qu’au mieux, il y en aura pour 12 milliards en France, le reste sera évidemment fabriqué en Australie avec les transferts de technologies idoines et nécessaires.

Ce sont des milliers d’Australiens qui auront donc droit à un travail… Remarquez, c’est quand même leur argent qui est dépensé.

Au fait, le contrat est-il signé ? Que nenni !

René Le Honzec
René Le Honzec

Pour le moment, il n’y a rien de signé, c’est juste que désormais, la DCNS est en négociation exclusive avec le gouvernement australien – ce qui est effectivement la dernière étape avant que les parties finalisent un accord éventuel ou… pas !

Histoire de doucher quelques ardeurs de communication, le premier sous-marin Barracuda australien devrait être mis en service en 2030… soit dans 15 ans, au mieux là encore. Ça relativise les choses quand même.

Enfin, pour achever les optimistes béats, le programme de construction s’étalera sur les 50 prochaines années… Soit 12 milliards divisés par 50 ans = 240 millions par an…

Avouez qu’il y a de quoi relativiser le contrat du siècle, n’est-ce pas ?

Sur le web