Ted Cruz et John Kasich unissent leurs efforts pour bloquer Donald Trump

Les deux candidats veulent empêcher le milliardaire d’obtenir les 1237 délégués nécessaires pour remporter l’investiture républicaine.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Ted Cruz By: Jamelle Bouie - CC BY 2.0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Ted Cruz et John Kasich unissent leurs efforts pour bloquer Donald Trump

Publié le 25 avril 2016
- A +

Par Daniel Girard, depuis Boston, États-Unis.

Ted Cruz By: Jamelle BouieCC BY 2.0

 

L’establishment républicain la réclamait depuis des mois : l’alliance stratégique du sénateur texan Ted Cruz et du gouverneur de l’Ohio John Kasich pour contrer efficacement Donald Trump. Le milliardaire est le seul candidat qui peut encore obtenir les 1237 délégués requis pour remporter l’investiture avant la convention de juillet. Donald Trump en compte 845 contre 559 pour Ted Cruz et 148 pour John Kasich. Il reste 672 délégués répartis dans 15 États à distribuer. Donald Trump doit en obtenir 392 pour atteindre le seuil de 1237. Ni Ted Cruz ni John Kasich ne peuvent atteindre cette barre.

Une alliance stratégique essentielle

Mardi le 26 avril, 172 délégués seront distribués dans cinq États du nord-est des États-Unis et les sondages placent déjà Donald Trump en tête partout. Il est probable qu’après le dépouillement du vote, mardi soir, le milliardaire aura creusé encore plus son avance contre ses adversaires. L’alliance stratégique était devenue une question de survie pour Ted Cruz et John Kasich, et ils en ont fait l’annonce tard dimanche soir.

Les deux candidats ne pourront pas freiner Donald Trump dans le Nord-Est, mais ils ont accepté de se concerter pour les primaires de l’Indiana (3 mai), de l’Oregon, (17 mai) et du Nouveau-Mexique (7 juin). John Kasich s’est engagé à laisser le champ libre à Ted Cruz pour l’Indiana, un État qui accorde l’essentiel de ses 57 délégués au candidat qui finit en première place (winner-take-all). En Indiana, la division du vote se faisait clairement à l’avantage de Donald Trump. En échange, John Kasich ne sera pas sur les bulletins de vote en Oregon (28 délégués) et au Nouveau-Mexique (24 délégués). Réactions rapides (intertitre) Le directeur des médias sociaux de Donald Trump, Dan Scavino, a réagi rapidement à l’alliance en soulignant qu’elle unit deux candidats mathématiquement éliminés qui cèdent au désespoir. Donald Trump a enchaîné avec une réaction similaire peu de temps après.

Plusieurs partisans de Donald Trump se sont dit fouettés par cette alliance et estiment qu’elle pourrait en fait donner plus d’énergie aux républicains qui en ont soupé des manoeuvres de l’establishment.

C’est là l’ironie suprême de la candidature de Donald Trump. L’establishment républicain a convaincu Ted Cruz et John Kasich de travailler de concert pour écarter l’outsider du GOP, Donald Trump. Cela ne fait que renforcer la conviction des partisans du milliardaire que les dés sont pipés dans cette course à l’investiture. Ce n’est pas le cas, bien sûr, mais les ténors du Parti républicain ne font rien pour contrer cette impression. Bien au contraire.

Voir les commentaires (3)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (3)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Elon Musk, PDG notamment de Space X et Tesla, ne laisse personne indifférent. Et comme toute personne avec un tel niveau de popularité, on aime s’imaginer à quoi ressembleraient ses politiques s’il pouvait en promulguer.

Elon Musk président : le positif

Il est certain qu'à l’instar de Donald Trump, ses tweets alimenteraient les medias d'informations de par leur mordant – mais aussi, pour Musk, leur classe.

Récemment, la sénatrice Elizabeth Warren – qui embrasse les wokes sans s’en cacher – et d’autres collègues se sont indignés ... Poursuivre la lecture

Par Alexis Vintray.

Les élections présidentielles américaines de novembre 2020 ont défrayé la chronique par le refus du Président sortant d'admettre sa défaite. Contestation allée jusqu'à une absence de Trump à la passation de pouvoir, une absence inédite depuis largement plus d'un siècle.

[related-post id=384333 mode=ModeSquare]Aujourd'hui encore, certains partisans de Trump et l'ancien Président lui-même continuent à promouvoir ce Big Lie (Le grand mensonge) et tentent de renverser le Président légitimement élu, et ce malgré l... Poursuivre la lecture

Par Pierre-Guy Veer.

Pour la seconde fois en autant de tentatives, les démocrates ont échoué à faire condamner Donald Trump dans le cadre d'une destitution. Le second procès visait à l'empêcher de se représenter dans une future élection en le condamnant pour « incitation à l’insurrection. »

Considérant ses nombreuses inepties sur Twitter, on n’a montré aucun de ses messages disant cela noir sur blanc. Par contre, son support tacite des émeutiers ne laisse aucune place au doute. Et si la chronologie des évènements de l’émeute est... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles