Pour la révolution fiscale : signez la pétition de l’IREF !

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Eugène Delacroix, La Liberté guidant le peuple, Domaine public

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Pour la révolution fiscale : signez la pétition de l’IREF !

Les points de vue exprimés dans les articles d’opinion sont strictement ceux de l'auteur et ne reflètent pas forcément ceux de la rédaction.
Publié le 9 avril 2016
- A +

Une campagne de l’IREF-Europe

Eugène Delacroix, La Liberté guidant le peuple, Domaine public
Eugène Delacroix, La Liberté guidant le peuple, Domaine public

Contribuables !

Si vous pensez que vous payez trop d’impôts et que le système fiscal français est injuste, cette pétition vous concerne.

Depuis des années, pratiquement tous les gouvernements ont fait du matraquage fiscal leur solution préférée afin d’essayer de résoudre les problèmes de ce pays. Sous le gouvernement de gauche, la hausse des impôts est même devenue un sport national !

Depuis 2012, plus de 50 nouveaux impôts et taxes ont été créés pour une hausse de la pression fiscale de plus de 50 Mds d’euros sur les ménages ! Le poids de l’impôt est devenu insupportable !

Il est temps d’en finir avec ce matraquage et de faire une vraie révolution fiscale. En baissant massivement les impôts et en rendant la fiscalité plus juste !

La meilleure solution c’est l’adoption d’un impôt sur le revenu simple, proportionnel, à deux taux seulement : 2 % (jusqu’à 8 000 euros/an) et 15 %, (au-delà de 8 000 euros/an). (Lire notre étude sur la Flat Tax)

Quels sont les avantages de ce nouvel impôt ?

1. Il s’agit d’abord d’une baisse importante de l’impôt, avec un taux maximum de 15 % alors qu’aujourd’hui, le taux d’imposition maximum peut atteindre 49 % (outre parfois des prélèvements sociaux de 15,5%) sur certains contribuables !

2. Cette nouvelle fiscalité aurait l’avantage de la clarté et de la sécurité. Tous les ans, vous savez exactement ce que vous allez payer comme impôts ! Plus de mauvaises surprises ou d’augmentations en douce ! Le taux de l’impôt reste inchangé !

3. Cette réforme de l’impôt sera accompagnée de la suppression de la quasi-totalité des niches fiscales qui profitent surtout à certaines catégories de la population ! Avec le nouvel impôt, finis les privilèges fiscaux !

4. L’impôt à deux taux serait plus simple et moins coûteux à prélever. Il ne faudra plus une armée de fonctionnaires pour s’occuper de la collecte de l’impôt !

5. Enfin, un IR à deux taux (2 et 15 %) sera plus juste car il vous laissera disposer de vos revenus, il encouragera l’initiative entrepreneuriale et le travail.
Nos revenus sont le fruit de notre travail et ils nous appartiennent !

6. Il sera également plus juste parce que tous le supporteront. Nous proposons que les deux taux de 2 et 15% soient liés de telle façon que l’un ne puisse pas augmenter sans que l’autre soit rehaussé d’autant et vice versa.
Mais nous proposons aussi que ceux qui ont des revenus modestes bénéficient d’allègements de charges sociales à due concurrence pour que leur charge globale ne soit pas alourdie.

Alors, si vous considérez que la fiscalité actuelle est injuste, si vous voulez payer moins d’impôts, et si vous voulez que tous en payent, modérément, signez cette pétition !

Pour signer la pétition, cliquer ici

Voir les commentaires (7)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (7)
  • La France a un des IR les plus bas d’Europe. Dans sa totalité l’IR ne pèse pas grand chose. A quoi bon avoir une fraction minime des prélèvements « améliorée » pour plus de justice fiscale si par ailleurs on paye d’autres formes de taxes à des taux rédhibitoires ?

    Vous ne devriez pas plutôt oeuvrer pour que les charges sociales délirantes pesant sur les rémunérations soient baissées ?

  • Argumentaire de café du commerce à peine amélioré. D’abord l’IR n’est qu’une petite fraction des prélèvements, tout juste bonne à payer les intérêts de la dette, et ensuite, toute proposition de baisse d’impôts n’est crédible qu’avec la proposition correspondante de baisse des dépenses. Mais ce genre d’article permet à son auteur de se faire un peu de pub sans frais.

  • article assez surprenant par sa contradiction interne en effet l’auteur propose une flat tax et propose immédiatement 2 taux d’impôt différent comme le système progressif actuel
    mort de rire…

    • Oui c’est assez drôle.
      Le bureaucrate ne peut pas s’empêcher de montrer sa « plus-value », même quand ça contredit ouvertement le propos !

  • Où est la flat-tax dans l’affaire? Je ne comprends pas. On reste dans la logique perverse de l’impôt « progressif ». Il faut alors qu’une certaine période se soit écoulée (généralement un an) pour savoir combien on a gagné et donc à quel taux on va être mangé. Cela suppose donc une déclaration périodique. Alors qu’avec un seul taux, on peut faire un prélèvement à la source qui tient la route, puisqu’on n’a plus à se préoccuper de savoir sur quel laps de temps l’impôt court. Facile à comprendre, pourtant, non? Le gros avantage de la vraie flat-tax, ce n’est pas sa justice, c’est sa simplicité. A partir de 2 taux, on retombe dans la complexité.

  • Avez-vous lu l’étude de l’Iref avant de parler de « café du commerce » ou d' »Ir les plus bas d’Europe » ?

    « Qu’une petite fraction des prélèvements » pour ceux qui ne payent peu ou pas. Vous oubliez la progressivité, un impôt injuste payé par une toute petite fraction des français (70 % de l’impôt sur le revenu sur le dernier décile de contribuables).

    • L’impôt sur le revenu, même payé par une petite fraction des français, ne représente que 21 % des rentrées fiscales, la plus grosse part étant la TVA. Regardez le préambule de votre feuille d’impôts qui ne va pas tarder…

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don
1
Sauvegarder cet article

Par Arnaud Pineau-Valencienne. Un article de l'IREF Europe.

En quatre décennies, le déficit public du pays devient vertigineux. Son origine remonte à la première alternance de la Ve République. La France subit par dogmatisme un chambardement en matière de gestion de ses finances publiques. Nos partenaires américains et anglais nous le ferons comprendre lors d’un somptueux dîner à Versailles par leur silence éloquent.

Les promesses démagogiques fleurissent, « flattent les mouvements d’option » et l’addition se paie immédiatement

Poursuivre la lecture

Par Francis Richard.

Ce recueil de contributions n'a pas l'ambition d'être un manuel de la gestion parfaite d'une crise. Mais il souhaite apporter un éclairage nouveau sur les mois que nous venons de vivre et les temps à venir. Les analyses des prochaines pages ont pour trait commun de se fonder sur des faits et de faire confiance davantage aux individus qu'aux gouvernements au moment de gérer les conséquences de la crise. En espérant que cet ouvrage puisse contribuer à la discussion et faire du "monde d'après", un monde de libertés !<... Poursuivre la lecture

0
Sauvegarder cet article

Par Claude Goudron.

La flat tax s'invite à l'occasion des débats pour la présidentielle 2022 et plus particulièrement chez Éric Ciotti.

Cet impôt à taux fixe modéré qui s’applique à tous est le gage d’une incontestable efficacité.

Pour ceux qui l’ignoreraient, il s'agit d'un impôt à taux unique, voire à deux taux, qui remplacerait l’impôt sur l'ensemble des revenus (travail et autres sources) devenu lourd à gérer et trop souvent l’objet de contournements.

La flat tax éviterait également de nombreuses fraudes ou mon... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles