L’union européenne est un boulet économique

prison credits Aapo Haapanen (licence creative commons)

Faut-il sortir de l’Union Européenne ? Qui a intérêt à y rester ?

Par Jacques Garello

prison credits Aapo Haapanen (licence creative commons)
prison credits Aapo Haapanen (licence creative commons)

Il serait peut-être temps pour les pays européens de sortir de l’Union Européenne. L’Union n’a plus aucun intérêt politique et représente un boulet économique. Ce n’est pas nouveau, mais les négociations menées (avec succès, dit-on) autour du Brexit ont mis en relief une fois de plus ce que l’Union Européenne a d’inefficace et de dangereux.

Les libéraux ont toujours plaidé pour une Europe espace, et contre une Europe puissance. Les Français avaient rejeté le traité de Maastricht à l’occasion du referendum de septembre 1992, mais la classe politique a ignoré le verdict populaire et a fait ratifier le traité par le Parlement : belle illustration de la démocratie « représentative » ! J’avais, comme bien d’autres, plaidé pour le NON, en mauvaise compagnie de la gauche non socialiste et des souverainistes.

État européen

L’opposition de Margaret Thatcher et des libéraux européens était simple : nous ne voulons pas voir resurgir au niveau de Bruxelles un État que nous essayons de diminuer au niveau national. Mais on comprend le point de vue des politiciens français, de Mitterrand à Chirac : nous récupérons à Bruxelles le pouvoir que nous sommes en train de perdre chez nous parce que la mondialisation est là, nous obligeant à renoncer à notre dirigisme traditionnel, et nous mettant en concurrence avec le reste du monde, essayons au moins de la neutraliser sur notre continent : il nous faut parler d’une seule voix.

L’alternative était l’Europe ouverte, sans rivage ni frontière, un espace de libre échange, entraînant libre circulation des biens et services, des entreprises, des hommes, des capitaux.

Au fond on retrouvait en 1992 le choix qui n’avait pas été fait dans le traité de Rome : planification centralisée et droit européen contre grand marché et mutuelle reconnaissance des normes.

Le week-end dernier les Anglais ont forcé les autres à choisir, ils ont obtenu en leur faveur au moins une exception : ils ne seront pas obligés d’accepter un nouveau pas que l’Union ferait dans le sens de l’intégration politique. On s’achemine ainsi vers une Europe occidentale à trois vitesses : celle des pays hors de l’Union (Suisse, Norvège), celle des pays de l’Union qui n’iront jamais plus loin (Royaume Uni), celle des pays de l’Union Européenne politique, de plus en plus centralisée.

Cette division n’a aucun sens et ne peut être durable pour de nombreuses raisons. L’une est la contagion de la position anglaise. Polonais, Hongrois, Baltes et Scandinaves sont tentés de l’imiter. L’autre est la division au sein des unionistes : les Allemands et Hollandais ne veulent pas aller plus loin, une autre encore est la diversité croissante des membres de l’Union, avec l’extrémisme grec et les intérêts de nouveaux venus (Roumanie, Bulgarie, Croatie) ; une autre enfin est l’attitude à tenir face à la Turquie et à l’immigration. L’Union Européenne est sur la corde raide.

Le noyau dur, une solution ?

Une solution, très souvent évoquée est celle du « noyau dur » : resserrer l’Union entre un petit nombre de pays, acceptant d’abandonner davantage de compétences au bénéfice de Bruxelles. On reviendrait à l’Europe des Six, des Huit, ou des Douze, qui pour autant n’était pas le paradis. Mais quel sens donner à l’Union dans ces conditions ?

L’autre solution est d’en rester là – c’est ce que souhaitent les Allemands. Une autre solution est de revenir à une zone de libre échange, dans l’esprit de la Communauté Économique Européenne (mais sans les politiques communes).

Quelle que soit la solution, elle doit recevoir l’assentiment des peuples concernés. Or, il n’y a aucune unanimité dans un sens ou dans l’autre. On va le voir sans doute en Angleterre, ou en Écosse, même si l’accord actuel implique le statu quo de l’Union. Par ailleurs, même en renonçant aux politiques communes, il y a au moins un domaine où la souveraineté est illusoire : c’est celui de la monnaie. Le sort de l’Union est donc lié au sort de l’euro. Ici, pour maintenir à l’euro une valeur internationale, il faudrait écarter les Grecs et ceux qui se font financer par la Banque Centrale Européenne.

Ainsi, dans les mois à venir, peut-être avant juin et le référendum britannique, la question sera de plus en plus pressante : faut-il sortir de l’Union Européenne ? Qui a intérêt à y rester ?

Seuls ceux qui vivent de l’Europe, au détriment de ceux qui payent les impôts et subissent les normes. À coup sûr, beaucoup de Français.

Sur le web