Einstein et les ondes gravitationnelles

Quand Einstein doutait des ondes gravitationnelles, dont l’existence vient d’être constatée en septembre 2015…

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Einstein Graffiti crédits kennysarmy (CC BY-NC-ND 2.0)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Einstein et les ondes gravitationnelles

Publié le 5 mars 2016
- A +

Par Philippe Guglielmetti.

Einstein Graffiti crédits kennysarmy (CC BY-NC-ND 2.0)
Einstein Graffiti crédits kennysarmy (CC BY-NC-ND 2.0)

En recherchant où et quand Einstein avait prévu l’existence des ondes gravitationnelles dont tout le monde parle, je suis tombé non seulement sur son article en allemand de 19181, mais aussi sur un court article qui en retrace l’historique2.

En fait, Einstein s’était planté deux ans plus tôt dans un autre article3. Il y avait développé une approximation linéaire de la solution des équations de la relativité générale en considérant la gravitation par analogie avec l’électrodynamique : il considérait alors (comme moi jusqu’à aujourd’hui…) qu’une masse accélérée générait une onde gravitationnelle comme une charge électrique génère une onde électromagnétique.

Ensuite il s’est aperçu que ce n’était pas ça : il faut que « quelque chose tourne ». Les ondes gravitationnelles sont produites lorsque le moment d’inertie, ou plus précisément le moment du quadrupôle gravitationnel qui le généralise, varie brutalement.

Einstein et les autres physiciens ont vite remarqué que l’amplitude de ces ondes, si elles existaient, était extraordinairement faible. À tel point qu’Einstein lui même se mit à douter de leur existence.

En 1935, il soumit à Physical Review un article intitulé « Do gravitational waves exist ? » coécrit avec Nathan Rosen dans lequel il exposait ce qu’il écrivit à son ami Max Born4:

Avec un jeune collaborateur, je suis arrivé à un résultat intéressant : les ondes gravitationnelles n’existent pas, bien qu’elles aient été supposées certaines en première approximation. Ceci nous montre que les équations de champ de la relativité générale, non linéaires, peuvent nous en dire plus, ou plutôt nous limiter plus que nous pensions jusqu’ici.

Mais Physical Review refusa son article, ce qui créa une petite crise entre l’un des physiciens les plus réputés et l’un des principaux journaux scientifiques de l’époque.5. Einstein et Rosen publièrent donc leur article dans un journal moins connu[-] et en édulcorant un peu leurs conclusions définitives, ce qui fait qu’on a un peu oublié les doutes du génie devant les conséquences de son œuvre.

Sur les résultats récents de LIGO je vous recommande :

Pour ma part, j’avoue qu’en écrivant cet article il y a pile deux ans, je ne pensais pas qu’on arriverait à détecter des ondes gravitationnelles à la surface de notre planète. Je m’attendais à ce que des instruments affranchis des vibrations parasites de notre environnement soient indispensables. Je me suis trompé.

Sur le web

  1. Albert Einstein, “Über Gravitationswellen” Sitzungsberichte der Königlich Preußischen Akad. der Wissenschaften, 1918.
  2. Wolfgang Steinicke, “Einstein and the Gravitational Waves,” Astron. Nachrichten, vol. 326, no. 7, pp. 640–641, 2005.
  3. Albert Einstein, « Näherungsweise Integration der Feldgleichungen der Gravitation« , Sitzungsberichte der Königlich Preussischen Akademie der Wissenschaften Berlin, 688–696. 1916.
  4. Kennefick, D. (2005). Einstein versus the Physical Review Physics Today, 58 (9), 43-48 DOI: 10.1063/1.2117822 (pdf).
  5. A. Einstein and N. Rosen, « On gravitational waves, » J. Franklin Inst., vol. 223, no. 1, pp. 43–54, Jan. 1937.
Voir les commentaires (3)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (3)
  • J’ai toujours été convaincu et je suis toujours convaincu qu’il n’y a pas d’ondes gravitationnelles, dans le sens ou une masse qui se déplace ou tourne sur elle-même (et si elle n’est parfaitement sphérique) ne fait que déplacer son champ de gravité, le déplacement du champ de gravité étant un fait un changement de la valeur du champ en un point de l’espace du au mouvement d’une masse. Donc l’image de la pierre jetée dans l’eau n’est pas correcte, il faudrait plutôt parler d’une masse d’eau se déplaçant dans une masse d’eau. Il y a cumul en chaque point de la valeur du champ des deux masses en ce point à un instant T et le mouvement d’une masse change la valeur de cumul en chaque point parce que la masse entraine son champ avec elle. Mais « visuellement » cela donne l’impression d’une propagation d’une onde, d’où la confusion.

    • « J’ai toujours été convaincu » … par qui ?
      S’il y a un sujet sur lequel il faut bien se méfier des intuitions et des analogies, c’est bien celui des ondes gravitationnelles : comment visualiser une déformation de l’espace lui-même ?
      Ni mon article ni aucun de sérieux ne mentionne « l’image de la pierre jetée dans l’eau », mais votre « masse d’eau se déplaçant dans une masse d’eau » n’est pas meilleure car elle suggère une onde de compression (longitudinale), alors que les ondes gravitationnelles sont transversales : comme les ondes électromagnétiques, ce sont des ondes transversales qui déforment le champ dans les directions perpendiculaires à la propagation de l’onde…
      Lisez https://fr.wikipedia.org/wiki/Onde_gravitationnelle et les références données de l’article, vous verrez qu’il faut (hélas) un bon bagage en maths (que je n’ai pas) pour prétendre « comprendre » les ondes gravitationnelles

  • Moi aussi quand je me déplace ,les ondes tournent autour de moi.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don
0
Sauvegarder cet article

Albert Einstein est né le 14 mars 1879 à Ulm, dans le Wurtemberg, il y a donc 143 ans. J'avais écrit un article pour UN Special, magazine des fonctionnaires internationaux à Genève, fondé en 1949 et maintenant disparu, dans lequel j'ai laissé quelques traces. 

L’Année internationale de la physique, dans laquelle nous sommes [l'article est de 2005], marque le centenaire de l’Année miraculeuse d’Albert Einstein et le cinquantenaire de sa mort, survenue le 18 avril 1955 à Princeton, dans le New Jersey.

En 1905, Einstein publie dans... Poursuivre la lecture

Quel modèle de croissance pour demain ? C'est pour répondre à cette question que Philippe Charlez sort ce mois-ci aux éditions Jacques-Marie Laffont L'utopie de la croissance verte. Les lois de la thermodynamique sociale. Philippe Charlez est ingénieur des mines (Faculté polytechnique de Mons, Belgique), docteur en physique et spécialiste de l'énergie internationalement reconnu. Il écrit pour Contrepoints, Atlantico, Valeurs actuelles et Opinion Internationale. Il est expert des questions énergétiques de l'Institut Sapiens.

Votre livre... Poursuivre la lecture

0
Sauvegarder cet article

Par Kevin Pimbblet. Un article de The Conversation

Combien pèse un kilogramme ? 1 000 grammes ou 2,20462 livres. Mais d’où vient cette valeur et comment chacun peut-il être sûr d’utiliser la même mesure ?

Depuis 1889, les pays membres de la Conférence générale des poids et mesures se sont mis d’accord pour utiliser un bloc de métal standard, conservé près de Paris, pour définir le kilogramme. Mais bien que le bloc moderne soit stocké dans un environnement hautement contrôlé, son poids peut légèrement varier car l’usure lui fait ... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles