Aubry, Hollande, Macron : qui dans une primaire à gauche ?

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Martine Aubry, Parti socialiste(CC BY-NC-ND 2.0)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Aubry, Hollande, Macron : qui dans une primaire à gauche ?

Publié le 28 février 2016
- A +

Par la rédaction de Contrepoints.

Martine Aubry, Parti socialiste(CC BY-NC-ND 2.0)
Martine Aubry, Parti socialiste(CC BY-NC-ND 2.0)

 

Le dernier sondage BVA-Orange-iTélé dresse un panorama politique des personnalités que les Français voudraient voir figurer dans une primaire à gauche.

58% des Français et particulièrement les sympathisants de la gauche, sont favorables à une primaire commune à l’ensemble des partis de gauche.

Sur le plan politique, le principe de cette primaire séduit majoritairement les sympathisants des différentes sensibilités de la gauche : ceux du Parti socialiste (69% y sont favorables) mais aussi ceux d’Europe-Écologie-les-Verts (75%) et ceux de formations à « gauche du PS » (LO/NPA/Parti de gauche/PC : 59%).

Une primaire où les sympathisants de la gauche aimeraient prioritairement retrouver des personnalités connues.

Corps électoral de référence de cette possible primaire, les sympathisants de la gauche manifestent majoritairement le souhait que Martine Aubry soit candidate (62%) tout comme Christiane Taubira (53%). Ils expriment également l’intention assez nette de voir candidater Jean-Luc Mélenchon (49%), Arnaud Montebourg (47%) et Benoît Hamon (47%) tout comme Manuel Valls (46%), François Hollande (42%) et Olivier Besancenot (44%).

Plus particulièrement, chez les sympathisants socialistes, le souhait de voir Manuel Valls participer à la primaire est très important (64%). Le souhait d’une candidature du Premier ministre devance dans cette population celui relatif à Martine Aubry (59%) et François Hollande (55%).

Pour chacune des personnalités suivantes, souhaiteriez-vous la voir participer à une primaire commune de l’ensemble des partis de gauche pour désigner leur candidate à l’élection présidentielle de 2017 ?

sondage1

 

Seuls 20% des Français souhaitent que François Hollande soit candidat à l’élection présidentielle de 2017, contre 40% pour Manuel Valls et 33% pour Martine Aubry.

Manuel Valls dispose d’un soutien plus fort des sympathisants socialistes qui sont 54% à souhaiter sa candidature contre 48% pour Martine Aubry et 49% pour François Hollande.

La candidature de François Hollande à sa réélection n’est aujourd’hui souhaitée que par 1 Français sur 5 (20%, -2 points par rapport à janvier).

Martine Aubry est la seule des trois personnalités dont la candidature est souhaitée par une majorité de sympathisants de la gauche : 56% souhaitent la voir candidate contre 38% pour Manuel Valls et 35% pour François Hollande. Cette avance de Martine Aubry s’explique par les opinions très défavorables au couple exécutif exprimées par les sympathisants de partis de la gauche « hors PS » (LO/NPA/Parti de gauche/PC /EELV). Seuls 13% d’entre eux souhaitent notamment que François Hollande soit candidat, 16% que Manuel Valls le soit contre 67% pour Martine Aubry.

Voir les commentaires (6)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (6)
  • Sur les 16 noms de « gauche » ,ou supposé telle, aucun ne présente un intérêt quelconque …
    Malheureusement c’est la même chose à ce qu’il est convenu d’appeler « la droite »

    Il serait d’un intérêt capital de compter les votes blancs comme un suffrage exprimé car c’est un suffrage exprimé ….. et je me prends à rêver Blanc 51% Tartempion 25% et Untel 24%

    Vous verriez que, même avec un résultat de ce genre, cela ne ferait réfléchir aucun de nos actuels politiques ou supposé tels.

    En outre deux mandats maximum et allez voir ailleurs.
    Finies ces réélections à vie qui sclérosent tout notre système politique. Il n’y a qu’à lire les mirobolantes cotes de popularité de tous ces pieds nickelés

  • Que les Français soient favorables à une primaire devrait interroger sur l’élection du Président au suffrage universel. Autrefois, on nous présentait comme des abominations les pays où on ne pouvait élire que des candidats choisis par le Parti, et je pense qu’on avait raison, même s’il y a plusieurs partis.

  • On prend les mêmes et on recommence…avec ceux-là mêmes qui conduisent la France au désastre. Le vrai et seul problème est qu’il n’y a aucun leader en France, à gauche ou à droite peu importe, capable de définir un chemin crédible (c’est-à-dire sans promesses ridicules ou illusoires) vers quelque chose de mieux pour les Français, et de le mettre en pratique. Et même si ce politicien exceptionnel existait, les intérêts de caste et la surenchère démagogique feraient qu’ils ne serait pas élu. Conclusion : seule une révolution ou une guerre permettra le changement, la destruction créatrice, mais elle coûtera cher.

  • C’est dommage que les « jeux de massacre » aient disparu des fêtes foraines. Au moins chacun aurait pu s’exprimer.

  • Le Drian absent des sondages, et pourtant …

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don
0
Sauvegarder cet article

Par Nicolas Lecaussin. Un article de l'Iref-Europe

[caption id="attachment_253628" align="aligncenter" width="640"] By: Rémi Noyon - CC BY 2.0[/caption]

La France est décidément un pays à part, et sa gauche un mouvement politique bien particulier. C’est le sentiment que nous avons ressenti suite aux débats entre les candidats à la primaire de la gauche. Tous font confiance à l’État et à l’Administration. Ils promettent à tout-va, du revenu universel à l’héritage universel. Ils se fichent du niveau confiscatoire de la fiscalité e... Poursuivre la lecture

0
Sauvegarder cet article

Par Yves Pozzo di Borgo. Un article de Trop Libre

[caption id="attachment_188680" align="aligncenter" width="640"] démocratie périclès credits tim brauhn (licence creative commons)[/caption]

Mon premier constat sera d’observer qu’avec les primaires, et la focalisation de notre vie politique sur cet exercice démocratique au moins un an avant le terme institutionnel du mandat du président de la République, nous sommes passés insensiblement du quinquennat au quadriennat. Autant dire, en un peu plus d’une décennie, d’un mandat de se... Poursuivre la lecture

Par Alexandre Mancino.

[caption id="attachment_161436" align="aligncenter" width="660"] Vote élections urne (Crédits JaHoVil, licence CC-BY-NC-SA 2.0), via Flickr.[/caption]

Les primaires de la droite et de la gauche semblent s’être normalisées dans le paysage politique français. Alors que Donald Trump vient d’accéder à la présidence des États-Unis et que le Royaume Uni s’apprête à sortir de l’Union européenne, il est urgent de refonder la manière de faire de la politique, en s’éloignant de toute idéologie partisane.

Un cadr... Poursuivre la lecture
Voir plus d'articles