L’Europe au défi des populismes

Le rejet de l’économie de marché, le refus de la mondialisation, la volonté de retour à une société nationale et souveraine caractérisent le populisme européen.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Meeting Front National 1 mai 2012 credits Blandine Le Cain (CC BY 2.0)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

L’Europe au défi des populismes

Publié le 13 février 2016
- A +

Par Vincent Feré.
Un article de Trop Libre

Meeting Front National 1 mai 2012 credits Blandine Le Cain (CC BY 2.0)Partout en Europe les Européens se défient de l’Union européenne. Affaire ukrainienne, guerre en Syrie, terrorisme, crise des migrants, faibles performances économiques : sur tous ces sujets l’Europe peine à parler d’une seule voix et sème le trouble dans les opinions publiques. Sur tous ces sujets, l’Europe ne parvient pas à apporter de réponse politique commune. Plus grave encore, au lieu d’être gagné par un nouvel élan communautaire, le Vieux Continent est comme frappé de paralysie tandis que les pays membres sont travaillés par une crise identitaire et que certains, toujours plus nombreux, voient dans le repli national un remède : partout en Europe, les populismes de gauche ou de droite remportent des succès grandissants. L’Union européenne doit relever urgemment leur défi mais il n’est pas sûr que la réponse puisse se contenter d’être économique.

La montée continue des populismes

Front national en France, Ligue du Nord en Italie, Parti de l’indépendance au Royaume Uni, la liste est longue des partis populistes de droite en Europe que vient compléter celle des partis populistes de gauche : Podemos en Espagne, Mouvement 5 étoiles en Italie… Un même fond commun les caractérise : le rejet de l’économie de marché, le refus de la mondialisation, la volonté de retour à une société nationale et souveraine. Partout en Europe ces partis connaissent une progression régulière : le FN est ainsi le premier parti de France aux dernières élections régionales sans pour autant accéder au pouvoir. Mais au cœur de l’Europe, en Pologne, le vote récent d’une loi permettant la mainmise sur les médias du parti populiste au pouvoir – le PiS du Président Duda – a suscité une vive inquiétude au sein de l’Union. Ne s’agit-il pas en effet d’une remise en cause des valeurs libérales constitutives du modèle européen ? C’est en tout cas au nom de ces valeurs que l’Union européenne a réagi et le vice-président de la Commission Frans Timmermans a rappelé que « la liberté et le pluralisme des médias sont cruciaux dans une société pluraliste et un État respectueux des valeurs communes sur lesquelles l’Union est fondée ». Ajoutons que le populisme gagne une partie de la jeunesse, celle-là même qui devrait s’enthousiasmer pour le projet européen : ainsi, dans la perspective des élections européennes de 2014, le FN, le FPÖ autrichien, le Vlaams Belang flamand et les Démocrates suédois avaient constitué une plateforme, la Youth European Alliance For Hope.

Le populisme serait-il l’avenir de l’Europe et sa fin annoncée ?

Crise économique ou malaise identitaire ?

L’explication la plus commode et la plus fréquemment avancée à cette montée des populismes renvoie aux fragilités économiques du Vieux Continent. Si elle reste la première économie mondiale, l’Europe durement frappée par la crise peine en effet à redémarrer, en dépit de performances supérieures en 2015 à celles des années précédentes. Ainsi avec 0,5% de croissance dans la zone euro au troisième trimestre 2015, les experts s’accordent à dire que « le secteur manufacturier a encore pas mal de chemin à faire avant de se rétablir » ( Rob Dobson ). S’agissant de l’emploi, le taux de chômage moyen, 9,5%, cache de profondes disparités puisqu’il varie de 4,5% en Allemagne à 25,2% en Grèce en passant par 7,8% en Pologne et 10,8% en France. Mais fait significatif et trop peu souvent souligné, il n’y a pas de corrélation simple entre populisme et situation économique. La preuve, au Danemark, lors des élections législatives du 18 juin 2015, le parti populaire de Kristian Thulesen Dahl est arrivé second avec 21,1% des suffrages dans un pays qui ne compte que 6,3% de chômeurs.

En réalité les pays européens sont en proie à un malaise identitaire qui renvoie à leur faible conscience européenne. La crise des migrants agit de ce point de vue comme un révélateur : l’Europe en tant que telle n‘est pas pensée comme une terre de migrations – ce qu’elle est par son histoire – et l’afflux des migrants est d’abord perçu comme un défi lancé à chaque pays en particulier. D’où la volonté de fermer les frontières, de se replier sur soi : un formidable tremplin pour les populismes. Mais le plus inquiétant est finalement que cette crise européenne affecte désormais certaines élites – Michel Rocard a ainsi déclaré à Bruxelles en novembre 2015 : « l’Europe c’est fini, on a raté le coche » – et certains pays qui ont été à l’origine du projet européen, la France au premier chef – 58% des Français déclarent que leur appartenance européenne affecte peu leur identité personnelle -.

Pourtant l’Europe est à un tournant de son histoire et pour reprendre la formule de Walter Veltroni à Bruxelles en novembre dernier : « il faut terminer la fabrication de l’avion ou arrêter ». Pour lui l’alternative est claire : repli identitaire ou États-Unis d’Europe, ceux-là mêmes que Victor Hugo invoquait dans un célèbre discours en 1849. À quelle condition ?

Faire des Européens

Si l’on suit les analyses de Miroslav Hroch dans Social preconditions of national revival in Europe, l’Europe en est restée à la fin de la phase B, celle de militants appartenant à l’élite, oeuvrant pour la mise en place d’une construction politique, celle-ci n’étant qu’ébauchée. De fait en la matière, pour reprendre la métaphore de Walter Veltroni, il manque encore « les ailes et surtout le pilote ». Et l’avion Europe risque d’autant moins de décoller qu’il n’a guère le soutien de ses passagers ! Dans le fond, l’Union européenne peine à atteindre la phase C de Hroch qui se caractérise par l’appui des masses à la création d‘un État national. Le principal échec de l’Europe est en effet précisément de ne pas avoir su entraîner les peuples. Certes l’Europe est une remarquable construction technocratique, la monnaie unique une réussite finalement assez peu contestée. Mais l’euro n’a pas fait naître le sentiment d’un destin commun. Finalement, l’une des explications possible de la crise européenne est sans doute qu’on a négligé la phase A de Miroslav Hroch, la « phase désintéressée », littéraire, culturelle, historique, celle qui selon la célèbre formule de Renan permet la « possession d’un riche legs de souvenirs », condition selon lui de « la volonté de continuer à faire valoir l’héritage qu’on a reçu indivis ». Il est donc permis de penser que d’une certaine façon l’avion Europe a été monté à l’envers. Ce n’est évidemment pas une raison pour arrêter sa construction ou le démonter. La leçon de l’histoire n’en est pas moins claire : la question identitaire doit être traitée d’urgence au niveau communautaire. Le défi qui attend l’Europe est donc culturel et politique avant d’être économique si l’on veut que le jour vienne où « toutes les nations du continent sans perdre leurs qualités distinctes et leur glorieuse individualité se fondent dans une unité supérieure et continuent la fraternité européenne » (Victor Hugo).

On connaît la célèbre formule prêtée de façon erronée à Massimo d’Azeglio au XIXème siècle : « nous avons fait l’Italie, maintenant il faut faire des Italiens ». On pourrait la retourner dans le cas de l’Union européenne et affirmer qu’il est urgent de faire des Européens si l’on ne veut pas que l’Europe se défasse !

Sur le web

Lire sur Contrepoints notre dossier spécial populisme

Voir les commentaires (68)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (68)
  • En ce sens Erasmus est plutôt une bonne initiative mais trop peu répandue, il faudrait créer des Erasmus dans bien d’autres domaines, pourquoi pas un Erasmus pour les écrivains, chefs cuisiniers, politiciens, journalistes, bref créer des liens via les contacts et les voyages. J’ai rencontré des Européens durant mes voyages et stages et ce fut une belle expérience qui apporte beaucoup.

    Ce qu’il faut aussi c’est un Président de l’Union Européenne élu par les citoyens des Etats membres avec campagnes électorales où les candidats sillonneraient l’UE pour gagner les votes comme actuellement aux USA, ça aussi créerait un sentiment d’appartenance.

    Politiquement le mieux à faire pour faire barrage aux extrêmes est la méthode David Cameron : Il a rétabli une économie forte, mis des limites à l’immigration extra européenne.
    En France c’est ce qu’il faut, si un candidat fait cela le FN perdra son attrait comme l’UKIP au RU.

  • Bref j’espère que le beau projet européen survivra, un retour en arrière serait déprimant et surtout vu l’incompétence de nos politiciens ce serait une catastrophe : N’ayant plus à respecter certains niveaux de déficits publics ils pourraient dépenser comme des marins bourrés, sans les lois européennes sur la libre concurrence ils pourraient balancer des subventions à des entreprises proches du pouvoir pour les favoriser…etc..

    Bref, vive l’Union Européenne! Et espérons que nos amis anglais resteront avec nous.

  • on nous a hameçonné en nous prométtant emploi , sécurité , justice et patati et patatin couffin……finalement , c’est le contraire qui se passe ; ils ont construit une europe dont les habitants ne sont que les serviteurs d’une élite toujours fauchées , qui vivent dans leur sphères sans plus s’occuper de nous ; qui nous imposent ce dont nous ne voulons pas ; il ne faut pas s’étonner du résultat ;

  • On assuste à l’échec de l’Europe des technocrates. Les hommes ne sont pas des concepts que l’on organise à loisir.

    • Jésus et Mahommet ne seraient sans doute pas d’accord, ils les ont organisé facilement et ont su créer les 2 plus grandes sectes de l’histoire humaine.

      • Jésus n’a rien « organisé », Mahomet, oui. C’est la papauté et le clergé, les religieux en fait, qui ont organisé, et quand Jésus parlait d’Eglise, il ne désignait pas du tout ce genre d’organisation de pouvoir.

        • « quand Jésus parlait d’Eglise, il ne désignait pas du tout ce genre d’organisation de pouvoir. »

          +1000

          A garder à l’esprit quand on voit tout les bricolages fait par ces organisations. C’est à mon avis ce qui pousse tout un tas de gens à rejeter la spiritualité.

  • Bruxelles est d’ailleurs un joli choix de capitale pour l’UE : jolie, remplie d’Européens, assez dynamique, multilingue.
    Je la préfère nettement à Paris.

    • Ville fascinante c’est vrai, et l’Union Européenne y est pour beaucoup dans sa transformation car de ce qu’on m’a dit ce n’était pas très beau il y a de ça 20 ans alors que maintenant le centre-ville a été piétonnisé notamment.
      J’en garde un beau souvenir en tout cas, pas la plus belle ville d’Europe (je préfère Vienne et Amsterdam) mais jolie et pleine de charme malgré tout, un bon choix pour héberger l’UE donc.

  • Bel exemple de proposition constructiviste qui n’a rien à envier à l’homme nouveau communiste.
    Une gentille élite auto proclamée,auto légitime, qui sait ce qui est bon pour le « peuple », et qui doit imposer ses desseins à celui-ci et le transformer. Permettez que je sache ce qui m’est bon …Il est possible d’améliorer les échanges économiques, encore faudrait-il que beaucoup de pays dynamisent la leur . La culture est en perpétuelle échange depuis des siècles en Europe, ce qui à produit un caractère commun, à une multitude de particularismes qui évoluent sans cesse. L’Europe économique et culturel existe de fait, elle n’as pas besoin d’un carcan politique technocratique. Chers messieurs « touchés du doigt divin » songez à laisser faire les »humbles » ; les populismes qui vous font peur perdraient de leur attrait.
    Quant aux migrations cet auteur à sa recette simpliste très généreuse, qui doit faire « joli » dans les » amphis ». Le monde n’est pas peuplé de « bisounours » pleins de bonnes intentions.

    • Quand vous parlez d’améliorer les échanges économique vous voulez dans doute dire qu’il faut les torpiller un peu moins…Car la principale occupation de tous les technocrates d’Europe (et du monde bien sur) consiste à emmerder les monde et rendre les choses simples difficiles.

  • Pouah impossible en France, le nationale socialisme a succédé au socialisme.
    A force de jouer au apprenti. Les privilèges sont de retour et le sacro saint état est de retour. Et avec ce qui risque d arriver ca va pas s arrangé. .

  • Le populisme, c’est quoi exactement? C’est quand on écoute le peuple plutôt que ceux qui savent? C’est bien ça?

    • Non, absolument pas. Le populisme c’est quand on se sert des bas instincts pour arriver au pouvoir.
      Quand les gens ont peur, quand ils cherchent un bouc émissaire idéal..etc..il ne faut pas répondre à la haine il faut leur faire comprendre que soient ils se trompent soient qu’ils valent mieux que ça.

      Le populisme c’est naze donc, c’est pourri, ces sentiments n’ont jamais mené à quoi que soit de bon dans l’Histoire.

      Répondre au peuple ce n’est pas conforter ces instincts mais leur offrir de vraies réponses, ce que ces parties nationalistes n’ont pas.

  • Au delà de la problématique identitaire, un état souverain a surtout la liberté de faire les lois qui lui conviennent, voir de pouvoir adapter les lois à la spécificité des problématiques de son pays. L’UE restreint cette liberté d’agir par des normes qui doivent convenir à l’ensemble des pays concernés. Si l’UE était plus souple pourquoi pas, mais ce n’est pas le cas (ce qui est peut-être une des raisons du problème).

    N’est-ce pas une contradiction d’un point de vue libérale de remettre en question cette liberté d’action, ou de ne pas la voir ?

  • Le populisme turc …
    Bébé kurde assassiné par les forces turques :
    https://twitter.com/Furiouskurd/status/698563889730990080
    Combien de temps le twitt restera-t-il ❓ La censure turque va s’activer… 🙁

    Quand un enfant se noie, la on s’émeut. Autrement rien ❓ Honteux 🙁

  • C’est beau un libéral qui voudrait que les États se limitent aux pouvoirs régaliens mais qui est un défenseur de l’Euro.
    Dites-moi, battre monnaie, c’est si secondaire comme pouvoir ?

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

La victoire écrasante de l’union des droites en Italie ce dimanche inquiète autant qu’elle réjouit. La percée de la droite radicale incarnée par Giorgia Meloni suit de près celle des démocrates de Suède (SD) survenue deux semaines auparavant. En France, la gauche hurle au (post)fascisme et l’extrême droite reprend espoir, y voyant une victoire par procuration. Le centre technocratique accuse le coup également mais dissimule mal son malaise.

La semaine dernière, madame Meloni a bénéficié d’un soutien particulièrement inattendu (et invol... Poursuivre la lecture

uerss
14
Sauvegarder cet article

La chute de l’UERSS

Article disponible en podcast ici.

 

De l'UE à l'UERSS

Il faut se remémorer l'UE libérale. Son histoire commence avec la communauté européenne du charbon et de l’acier en 1951. Son but figure dans le titre : créer une solidarité autour du charbon et de l’acier pour accroître les économies de chacun.

Cette vision libérale centrée sur l’économie est arrivée à son maximum avec Shengen en 1985 et l’ECU (ancêtre de l’euro) en 1979. L’UE voulait que l’argent, les citoyens, les entreprises et les idées circulent le plus li... Poursuivre la lecture

union européenne
3
Sauvegarder cet article

La gestion de la crise énergétique actuelle, la planification écologique, ou encore les récentes manifestations d’agriculteurs aux Pays-Bas posent de plus en plus la question du bien-fondé des politiques européennes. Si cela est particulièrement notable depuis la guerre en Ukraine, la plupart des pays européens subissent aujourd’hui les conséquences d’un système énergétique européen fragilisé depuis plusieurs années par des politiques expérimentales et des investissements dans des sources d’énergies peu fiables et résilientes.

L’engoue... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles