Jacques Rueff, un libéral français

Gérard Minart sort aux éditions Odile Jacob la première biographie de Jacques Rueff : Jacques Rueff, un libéral français

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Jacques Rueff, un libéral français

Publié le 13 février 2016
- A +

Par Jean-Baptiste Noé.

Gerard minart Jacques Rueff un liberal françaisC’est la première biographie consacrée à un homme majeur de l’histoire politique et économique du XXe siècle. En 1928, il a sauvé le franc au côté de Raymond Poincaré. En 1938, il restaure l’économie française avec Paul Reynaud, après les deux années catastrophiques du Front Populaire. En 1958, il travaille avec le Général de Gaulle pour assainir les finances et solder les méfaits de la IVe République. On lui doit le franc Poincaré et le nouveau franc de 1960. Pour lui, la monnaie est l’élément central de la structure économique. Sans monnaie saine, le peuple est appauvri et le chômage se développe.

Dès les années 1960, il alerte sur les erreurs de Bretton Woods et il plaide pour la restauration d’un ordre monétaire international sain, avec notamment le retour à l’étalon-or. Personne ne l’écoute et la crise prévue se déroule : en 1971, Nixon abandonne Bretton Woods, et l’Occident connaît ensuite une inflation record et un chômage de masse.

On lui doit aussi le fameux rapport Armand-Rueff qui fait plusieurs propositions pour libérer les freins de l’expansion économique. Un certain nombre d’entre elles n’ont pas été appliquées et on en parle aujourd’hui comme de mesures urgentes à prendre.

Jacques Rueff est un praticien de l’économie mais également un théoricien. Il a beaucoup écrit, des livres, des articles scientifiques, des articles de vulgarisation. Son talent a été de savoir s’exprimer face à des auditoires variés, étrangers, connaisseurs et néophytes. Il est de ces hommes de l’ombre qui a été amené à jouer les premiers rôles. Il a également contribué à rénover l’école libérale française. Une magnifique aventure intellectuelle que décrit avec passion Gérard Minart, dans une langue simple et accessible aux non-spécialistes, sans tomber dans la facilité.

Sur le web

Voir les commentaires (3)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (3)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Le libéralisme français s'est longtemps identifié au parlementarisme comme le souligne un article de Nicolas Roussellier[1.Nicolas Roussellier, « Libéralisme et institutions », Mélanges de l'École française de Rome, 2002, 114-2, p. 629-636].

Je rappelais dans un article récent combien Benjamin Constant était indifférent à la forme apparente du pouvoir (monarchie ou république) pourvu qu'il s'agisse d'un régime « représentatif ». Défini simplement, le parlementarisme implique en effet le contrôle du pouvoir exécutif par des assemblées r... Poursuivre la lecture

Poser la question c’est y répondre : il n'en reste rien ou presque après 40 ans !

Mais quelles étaient ces grandes réformes structurelles du premier Président de gauche de la Ve République élu en 1981 ? Quatre réformes nous semblent emblématiques :

Les nationalisations des entreprises et des banques La retraite à 60 ans La réduction du temps de travail L’impôt sur les grandes fortunes (IGF)

 

Nous passons volontairement sur les réformes économiques conjoncturelles comme l’augmentation du SMIC de 10 %, le premier bl... Poursuivre la lecture

gestion finances publiques
1
Sauvegarder cet article

Par Arnaud Pineau-Valencienne. Un article de l'IREF Europe.

En quatre décennies, le déficit public du pays devient vertigineux. Son origine remonte à la première alternance de la Ve République. La France subit par dogmatisme un chambardement en matière de gestion de ses finances publiques. Nos partenaires américains et anglais nous le ferons comprendre lors d’un somptueux dîner à Versailles par leur silence éloquent.

Les promesses démagogiques fleurissent, « flattent les mouvements d’option » et l’addition se paie immédiatement

Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles