Pour qui votent les gays ?

Mariage homosexuel gay

Vote-t-on différemment parce qu’on est gay ? Les résultats étonnants d’une enquête CEVIPOF.

Par Alexis Vintray.

 

Gay Pride Flag - Crédit photo : Kellie Parker via Flickr (CC BY-NC-ND 2.0
Gay Pride Flag – Crédit photo : Kellie Parker via Flickr (CC BY-NC-ND 2.0

L’orientation sexuelle impacte-t-elle les convictions politiques des Français ? Les préjugés sont nombreux sur la question mais les études universitaires bien plus rares.

Les homosexuels votent comme tout le monde

Une étude du CEVIPOF sortie le 3 février (étude détaillée dans le lien) vient éclairer la question avec intérêt, en soulignant que, non, « la question des droits des homosexuels ne constitue manifestement pas […] le déterminant direct du comportement électoral. […] Les couples homosexuels témoignent bien, d’un point de vue électoral, d’une forme de normalisation politique. » Autrement dit, l’orientation sexuelle ne joue qu’à la marge sur le vote en France.

Pour parvenir à cette conclusion, Sylvain Brouard a comparé le vote des couples mariés hétérosexuels et homosexuels lors des dernières élections régionales de décembre 2015 :

Vote au premier tour des régionales pour les couples mariés, selon l'orientation sexuelle (Crédits CEVIPOF, tous droits réservés)
Vote au premier tour des régionales pour les couples mariés, selon l’orientation sexuelle (Crédits CEVIPOF, tous droits réservés)

Pour les principaux partis, la différence est, au maximum, de 10% entre le vote des couples mariés hétérosexuels et celui des couples mariés gay. Les couples mariés gays ne votent donc pas sensiblement différemment des couples mariés hétéros.

Le PS bénéficie légèrement du mariage pour tous

Une homogénéité qui cache quelques légères différences. Ainsi du PS, dont les résultats électoraux chez les gays sont légèrement supérieurs à ses résultats chez les hétéros (25,9% contre 23,5%). Le PS a tiré profit du mariage pour tous uniquement à la marge comme le souligne l’auteur de l’étude : « si le vote PS a bien été surreprésenté lors du premier tout des élections régionales parmi les couples mariés homosexuels, les résultats sont loin de soutenir l’hypothèse d’un soutien électoral massif pour le PS parmi les bénéficiaires du mariage pour tous : le PS est le troisième parti en termes de proportion de suffrages rassemblés quelle que soit l’orientation sexuelle des couples.»

Et les conclusions sont les mêmes en regardant l’ensemble de la gauche : « Le même constat s’impose plus largement pour la gauche qui n’a recueilli, dans ses diverses composantes, que 34,7% des suffrages parmi les couples mariés homosexuels, un demi-point de plus seulement que parmi les couples mariés ou pacsés hétérosexuels. À première vue, ni le Parti socialiste ni la gauche plus largement n’ont bénéficié, aux élections régionales 2015, d’un avantage électoral décisif parmi les bénéficiaires du mariage pour tous. »

De quoi faire sourire sur les arguments avancés à droite sur le mariage pour tous, présenté comme une mesure clientéliste, ou, à l’inverse, à gauche chez Terra Nova

Le FN, premier parti chez les couples mariés homosexuels

Le FN est quant à lui le premier parti chez les couples mariés homosexuels. Un résultat qui s’explique partiellement, selon Sylvain Brouard, par la surreprésentation des hommes dans les couples gays, alors que les hommes votent plus FN que les femmes. Mais ce n’est qu’une partie de l’explication, puisque les hommes gays mariés votent plus FN que les hommes hétéros mariés (et l’inverse pour les femmes), comme l’illustre le graphique ci-dessous.

Vote au premier tour des régionales selon l'orientation sexuelle (Crédits CEVIPOF, tous droits réservés)
Vote au premier tour des régionales selon l’orientation sexuelle (Crédits CEVIPOF, tous droits réservés)

Autre facteur qui peut jouer dans le cas du FN, « la présence avérée de certains d’entre eux au sein de la direction frontiste, le ralliement spectaculaire de certains activistes gays au FN ou la discrétion de Marine Le Pen sur le mariage pour tous ». Une surprise pour l’auteur de l’étude que ce succès du FN pour agréger vote gay et vote des « parties les plus homophobes de l’électorat français qui le soutiennent depuis le milieu des années 1980. »

Les Républicains, à la traîne chez les gays

Les Républicains sont ceux qui perdent le plus : de 30,3% des voix chez les couples mariés hétérosexuels, ils tombent à 26,7% chez les mêmes couples homosexuels. Une conséquence possible de l’opposition au mariage pour tous, parfois très virulente, d’une partie de la droite de gouvernement.

Un révélateur de la normalisation de l’homosexualité en France

Au final, « l’orientation sexuelle en elle-même n’a d’effet [statistiquement significatif] que dans un seul cas. À agglomération de résidence, âge, éducation et revenu par unité de consommation égale, les répondants d’un couple homosexuel ont des chances plus élevées de voter PS, lorsque l’effet du genre du répondant est contrôlé. En moyenne, les répondants des couples homosexuels ont une probabilité de voter PS supérieure de 5% »

Sylvain Brouard estime que l’étude est : « un signe de succès du mariage pour tous, dans le sens où la normalisation des homosexuels est désormais avérée, politiquement parlant. Si [le mariage pour tous] dernier visait à normaliser la place des homosexuels dans la société, les couples homosexuels témoignent bien, d’un point de vue électoral, d’une forme de normalisation politique ».

À lire aussi :