La Fed augmente ses taux d’intérêt… et rien ne change

Les actions ne sont pas dans la tourmente, malgré les déclarations des médias.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Janet Yellen.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

La Fed augmente ses taux d’intérêt… et rien ne change

Les points de vue exprimés dans les articles d’opinion sont strictement ceux de l'auteur et ne reflètent pas forcément ceux de la rédaction.
Publié le 30 janvier 2016
- A +

Par Bill Bonner.

Janet Yellen.
Janet Yellen.

Le Dow a reperdu du terrain. Son effondrement va-t-il se poursuivre, après sa pause la semaine dernière ?

« Les valeurs mondiales dans la tourmente », titrait CNBC.

« Un mois après sa hausse des taux, la Fed est confrontée à une économie mondiale assombrie », suggère un article de l’AFP.

Aucune de ces deux affirmations n’est vraie. Le monde n’a pas changé de manière significative le mois dernier. Comme nous l’expliquions, la croissance économique mondiale baissait déjà à l’époque. Les junk bonds étaient en difficulté… tout comme aujourd’hui. Il n’y avait pas de véritable reprise… et il n’y en a pas plus aujourd’hui.

Les actions ne sont pas dans la tourmente, malgré les déclarations des médias. Simplement, elles baissent. Nous l’avons expliqué à un journaliste du Economic Times of India lundi :

« Inutile de trop réfléchir. Les marchés grimpent, puis ils baissent. Et lorsqu’on trafique les taux d’intérêts pour rendre l’argent moins cher qu’il devrait l’être, il y aura forcément de l’action.

La première chose qu’on obtient, c’est une hausse des cours, l’argent facile quêtant du rendement sur les marchés actions et obligations. La deuxième chose qu’on constate, c’est la baisse des cours à mesure que les booms et les bulles finissent par se corriger. Il n’y a rien de mystérieux à ça. La nuit suit le jour. Le krach suit le boom. Les contractions de crédit, avec baisse des prix, suivent les expansions de crédit ».

Le journaliste n’était pas satisfait.

Que peuvent faire les dirigeants pour empêcher un krach ? a-t-il demandé.

Nous avons souri. Il ne voulait pas aller plus loin, environ un demi-centimètre dans un sujet qui s’étend sur des kilomètres.

Dans l’esprit de la presse grand public, et de la majeure partie des investisseurs individuels, les marchés ne sont pas différents des ordinateurs.

Quand quelque chose ne fonctionne pas correctement, il doit y avoir un technicien avec la réponse. On doit pouvoir appuyer sur un bouton. Il doit exister un truc pour le faire redémarrer.

Non. On ne peut pas éternellement échapper aux conséquences de ses erreurs », avons-nous commencé.

Et puis nous nous sommes interrompus. Inutile de revenir ab ovo…  à l’œuf… pour expliquer ce marché de dindons.

Restons simples.

Pour plus d’informations et de conseils de ce genre, c’est ici et c’est gratuit

Lire sur Contrepoints tous les articles de Bill Bonner

Voir les commentaires (2)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (2)
  • En effet le marché n’est pas aussi tourmenté qu’on pourrait le penser depuis la hausse des taux directeurs de la FED mais il faut remettre les choses dans son contexte: la bourse a déjà mondialement baissé pendant les nombreuses annonces hypothétiques de cette baisse!
    C’est d’ailleurs la stratégie adoptée par Yellen, le tappering. Pour éviter une surréaction du marché à l’annonce d’une baisse de taux comme on a pu en voir par le passé à la fin d’anciens QE, elle a préparé le terrain en faisant déjà intégrer cette information aux acteurs financiers. La remontée ultra progressive des taux et le fait de le rappeler souvent pour que l’info soit bien dans les têtes permettent en plus d’éviter ce krach!

    Donc oui la remontée des taux directeurs de la FED a eu un impact sur l’économie et personne n’avait dit que ça allait entraîner quelque reprise que ce soit.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Vibhu Vikramaditya.

L'annulation de l'arrêt Roe v. Wade est une décision historique qui confirme le principe le plus élevé d'une république. Une république naît de la liberté d'association, de la même manière que les individus se regroupent pour former une famille, que celles-ci se regroupent pour former une communauté et que les communautés se regroupent pour former une société.

Dans une situation idéale de gouvernance fondée sur la loi, ceux qui donnent la loi et ceux qui la respectent doivent être les mêmes, car ce n'est ... Poursuivre la lecture

Aux États-Unis comme ailleurs, la novlangue corrompt de plus en plus le langage. Sous l’impulsion de la mouvance woke, on s’efforce de complètement redéfinir des mots afin d’excuser leurs pires exactions.

On croyait le secteur de l’économie protégé de ces inepties. C’est grandement sous-estimer la stupidité des politiciens…

En effet, selon les définitions classiques, les États-Unis sont entrés en récession après un second trimestre de croissance négative du PIB. Ce fut le cas depuis des décennies, y compris sous la présidence de... Poursuivre la lecture

Par Julien Pomarède.

« Régénérée », « revitalisée », « ressuscitée » : les adjectifs ne manquent pas pour qualifier le retour de premier plan de l’OTAN depuis le début de l’agression de l’Ukraine par la Russie le 24 février 2022.

L’idée d’une renaissance de l’OTAN tire sa crédibilité d’un constat simple. Après deux décennies d’errements dans le bourbier afghan, l’Alliance retrouve sa mission historique : dissuader une attaque conventionnelle d’un État tiers – qui plus est de l’ancien ennemi, la Russie – contre ses membres.

<... Poursuivre la lecture
Voir plus d'articles