La Fed augmente ses taux d’intérêt… et rien ne change

Les actions ne sont pas dans la tourmente, malgré les déclarations des médias.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Janet Yellen.

La liberté d’expression n’est pas gratuite!

Mais déductible à 66% des impôts

N’oubliez pas de faire un don !

Faire un don

La Fed augmente ses taux d’intérêt… et rien ne change

Les points de vue exprimés dans les articles d’opinion sont strictement ceux de l'auteur et ne reflètent pas forcément ceux de la rédaction.
Publié le 30 janvier 2016
- A +

Par Bill Bonner.

Janet Yellen.
Janet Yellen.

Le Dow a reperdu du terrain. Son effondrement va-t-il se poursuivre, après sa pause la semaine dernière ?

« Les valeurs mondiales dans la tourmente », titrait CNBC.

« Un mois après sa hausse des taux, la Fed est confrontée à une économie mondiale assombrie », suggère un article de l’AFP.

Aucune de ces deux affirmations n’est vraie. Le monde n’a pas changé de manière significative le mois dernier. Comme nous l’expliquions, la croissance économique mondiale baissait déjà à l’époque. Les junk bonds étaient en difficulté… tout comme aujourd’hui. Il n’y avait pas de véritable reprise… et il n’y en a pas plus aujourd’hui.

Les actions ne sont pas dans la tourmente, malgré les déclarations des médias. Simplement, elles baissent. Nous l’avons expliqué à un journaliste du Economic Times of India lundi :

« Inutile de trop réfléchir. Les marchés grimpent, puis ils baissent. Et lorsqu’on trafique les taux d’intérêts pour rendre l’argent moins cher qu’il devrait l’être, il y aura forcément de l’action.

La première chose qu’on obtient, c’est une hausse des cours, l’argent facile quêtant du rendement sur les marchés actions et obligations. La deuxième chose qu’on constate, c’est la baisse des cours à mesure que les booms et les bulles finissent par se corriger. Il n’y a rien de mystérieux à ça. La nuit suit le jour. Le krach suit le boom. Les contractions de crédit, avec baisse des prix, suivent les expansions de crédit ».

Le journaliste n’était pas satisfait.

Que peuvent faire les dirigeants pour empêcher un krach ? a-t-il demandé.

Nous avons souri. Il ne voulait pas aller plus loin, environ un demi-centimètre dans un sujet qui s’étend sur des kilomètres.

Dans l’esprit de la presse grand public, et de la majeure partie des investisseurs individuels, les marchés ne sont pas différents des ordinateurs.

Quand quelque chose ne fonctionne pas correctement, il doit y avoir un technicien avec la réponse. On doit pouvoir appuyer sur un bouton. Il doit exister un truc pour le faire redémarrer.

Non. On ne peut pas éternellement échapper aux conséquences de ses erreurs », avons-nous commencé.

Et puis nous nous sommes interrompus. Inutile de revenir ab ovo…  à l’œuf… pour expliquer ce marché de dindons.

Restons simples.

Pour plus d’informations et de conseils de ce genre, c’est ici et c’est gratuit

Lire sur Contrepoints tous les articles de Bill Bonner

Voir les commentaires (2)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (2)
  • En effet le marché n’est pas aussi tourmenté qu’on pourrait le penser depuis la hausse des taux directeurs de la FED mais il faut remettre les choses dans son contexte: la bourse a déjà mondialement baissé pendant les nombreuses annonces hypothétiques de cette baisse!
    C’est d’ailleurs la stratégie adoptée par Yellen, le tappering. Pour éviter une surréaction du marché à l’annonce d’une baisse de taux comme on a pu en voir par le passé à la fin d’anciens QE, elle a préparé le terrain en faisant déjà intégrer cette information aux acteurs financiers. La remontée ultra progressive des taux et le fait de le rappeler souvent pour que l’info soit bien dans les têtes permettent en plus d’éviter ce krach!

    Donc oui la remontée des taux directeurs de la FED a eu un impact sur l’économie et personne n’avait dit que ça allait entraîner quelque reprise que ce soit.

  • Les commentaires sont fermés.

La liberté d’expression n’est pas gratuite!

Mais déductible à 66% des impôts

N’oubliez pas de faire un don !

Faire un don

Depuis ma tendre enfance, on me répète qu’il faut absolument réduire les émissions de CO2. Si tel est le cas, alors les États-Unis sont un modèle à suivre. Le niveau d’émission de ce gaz a diminué de 1,6 % depuis 1990 et de presque 22 % depuis le pic de 2005.

Et comme la présente administration du pays a déclaré la guerre aux énergies fossiles, qui ont pourtant contribué à cette baisse, la prochaine étape logique serait d’encourager le nucléaire. C’est exactement ce que la législature de l’Illinois s’apprête à faire. Il ne manque que l... Poursuivre la lecture

Par Lina Kennouche.

 

Le contexte de la guerre en Ukraine a révélé l’importance de la stratégie du « hedging », une notion venue de l’univers de la finance et qui désigne une approche consistant, pour un État, à assurer sa sécurité et à préserver ses intérêts en multipliant les partenariats.

Alors que l’hégémonie des États-Unis a longtemps reposé sur l’adhésion de ses partenaires à l’agenda stratégique global américain à travers la construction d’alliances pérennes, l’ordre mondial est, aujourd’hui, de plus en plus c... Poursuivre la lecture

Malgré ce qu’on peut dire contre le pays, les États-Unis demeurent une force d’attraction pour l’immigration. Mais à moins d’être très riche ou d'épouser un Américain, d’avoir une famille déjà présente, s’intégrer à la société « légalement » semble plus difficile que d’obtenir le laisser-passer A38.

C’est pourquoi des millions de personnes tentent de traverser la frontière sud, souvent au péril de leur vie. Le titre 42, imposé par Donald Trump par « urgence sanitaire » durant la pandémie, est échu depuis vendredi matin, faisant craindr... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles