Fed : Janet Yellen et la bombe des taux directeurs

By 509th Operations Group [Public domain], via Wikimedia Commons

Fed : la bombe qui va faire exploser une bulle obligataire de 100 000 milliards de dollars.

Par Simone Wapler.

By 509th Operations Group [Public domain], via Wikimedia Commons
By 509th Operations Group [Public domain], via Wikimedia Commons
Qu’ont vraiment ressenti le colonel Paul Tibbets et ses onze camarades, l’équipage d’Enola Gay qui largua la première bombe nucléaire sur Hiroshima le 8 août 1945 ? Ont-ils eu des malaises ? Personne ne le saura vraiment. Il n’y avait pas de caméra embarquée.

En revanche, nous pouvons voir Janet Yellen en mission, en train de lâcher la bombe qui va faire exploser une bulle obligataire de 100 000 milliards de dollars.

Il vous suffit de regarder cette vidéo du 24 septembre 2015 dans laquelle la présidente de la Fed déclare que oui, le relèvement du taux directeur sera pour la fin de l’année. Elle peut à peine parler. Elle est prise de nausée.

Janet Yellen a eu un malaise. Pourquoi ? Peut-être a-t-elle compris qu’elle a signé l’arrêt de mort du système monétaire et financier actuel. Peut-être a-t-elle un cœur, après tout…

Car Janet Yellen serait ainsi celle par qui la Grande Apocalypse Financière va arriver, une bombe auprès de laquelle la faillite de Lehman Brothers ressemblera à un pétard de sale gosse.

Cette explosion aura des conséquences politiques majeures

Bien sûr, comme pour Hiroshima, Janet Yellen n’est pas totalement responsable. Elle pense avoir une mission, une noble mission. Janet Yellen n’est que le dernier bipède au bout d’une longue chaîne d’irresponsables, possédés par des fausses croyances.

Ensuite, contrairement à Hiroshima, il n’y aura pas de corps instantanément carbonisés ; il y aura une lente agonie. Préparez-vous à une agonie de trois ou quatre ans.

100 000 milliards de dollars de mauvais crédit vont partir en fumée. Le désastre a logiquement frappé d’abord les plus faibles, les obligations dites à haut rendement (high yield ou junk bonds). Ces obligations sont émises par des entreprises engagées dans de mauvais projets car la Fed a triché sur les taux d’intérêt, a inondé les marchés financiers d’argent gratuit, ce qui a poussé vers les investissements à risques.

wapler

Janet Yellen sait qu’elle vient d’appuyer elle-même sur le bouton Déflation. Le mauvais génie, le pire ennemi de ceux qui la payent (les banquiers et leurs amis les politiciens), va sortir de la lampe.

Il ne s’agit pas de la bonne déflation, celle qui conduit à une baisse des prix à la consommation car on produit plus et mieux grâce à des investissements judicieux.

Il s’agit de la déflation qui va faire s’effondrer les mauvais investissements et la mauvaise dette. Cet effondrement entraînera aussi celui de l’épargne qui se trouve par malheur enchaînée à ces crédits pourris.

Voilà la mécanique infernale que la Fed a enclenchée.

Une hausse du taux directeur de la Fed signifie que le crédit va se renchérir

Ceux qui sont embourbés dans des mauvais crédits vont soit les rembourser soit faire faillite.

Dans les deux cas des dollars sont détruits. Car lorsque vous remboursez un prêt, cela signifie que l’argent qui vous sert au remboursement est retiré du circuit économique (inversement lorsque vous obtenez un prêt, de l’argent qui n’existait est injecté dans le circuit économique).

Il y a donc moins de dollars disponibles.

Le dollar se renchérit selon le principe économique que ce qui se raréfie se renchérit. Certes, ce principe n’est vrai que si la chose qui se raréfie est également utile… mais vous me ferez la grâce d’admettre que la monnaie est utile.

Ceux qui ont emprunté en dollar mais vivent dans une autre monnaie que le dollar se retrouvent en difficulté en raison du change, puisque le dollar monte. Ils cherchent à rembourser ou font faillite.

Vous reprenez au point 4, et vous répétez le processus jusqu’à écœurement.

Vous comprenez ainsi pourquoi :

– Les matières premières s’effondrent et le courtier numéro UN mondial Glencore est en difficulté ; il y a eu des surinvestissements dans ce domaine pour répondre à de la surconsommation en raison du crédit facile.
– Les bourses des pays émergents s’effondrent ; les dollars fuient ces pays dont beaucoup sont également mis à mal par la baisse des matières premières et de leur monnaie.
– Les obligations émises par les petits pétroliers américains qui produisent du pétrole à 60 $ pour le revendre à 40 $ s’écroulent.
– Les actions du S&P 500 plongent : trop d’entreprises s’amusaient à racheter leurs propres actions avec du crédit pas cher.
– M. Patrick Drahi, le Jean-Marie Messier d’aujourd’hui, a du mal à se refinancer.
– Des gens vont perdre leur emploi puisque des entreprises vont faire faillite.
– Des mauvais crédits à la consommation, automobile, étudiant, immobilier ne seront pas remboursés.
– La crise économique va s’intensifier.
– Les budgets des États vont devenir hors de contrôle.
– 100 000 milliards de dollars vont partir en fumée.

À ce stade, j’ai trois bonnes nouvelles :

– Janet Yellen perdra son emploi.
– Le système monétaire actuel, qui repose sur de la dette et qui nous rend esclaves d’une banque centrale, sera détruit. Sa disparition entraînera celle de toute une classe de parasites qui ont la prétention inouïe de contrôler les agissements économiques de milliards d’individus.
– Cette Grande Apocalypse Financière va prendre un peu de temps car elle sera combattue par les banques centrales. Probablement au moins trois ans. Du temps que vous pourrez mettre à profit pour ne pas vous retrouver laminé comme ceux qui n’auront rien vu venir, et organiser votre épargne pour la mettre à l’abri de la déflation.

Pour plus d’analyses et de conseils de ce genre, c’est ici et c’est gratuit