Des départements encore plus près de la faillite

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
départements français - svg wikicommons

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Des départements encore plus près de la faillite

Les points de vue exprimés dans les articles d’opinion sont strictement ceux de l'auteur et ne reflètent pas forcément ceux de la rédaction.
Publié le 25 janvier 2016
- A +

Nous sommes encore en janvier 2016 et pourtant, des départements crient famine. Oui, vous avez bien lu : l’année est à peine entamée que déjà, certains départements expliquent avoir du mal à boucler leur budget annuel. Vous êtes en France, tout va bien.

C’est en juin 2015 que je relatais les problèmes de certains départements qui s’inquiétaient alors de voir les dépenses sociales exploser. Le RSA, à leur charge, continue en effet de grossir à mesure que la situation économique se dégrade et l’État, trop heureux d’avoir laissé cette manne sociale à leur charge, n’entend pas trop les aider pour renflouer leur trésorerie.

Et ce constat d’une trésorerie de plus en plus tendue n’est pas nouveau : toujours en juin 2015 et dans sa publication officielle, l’Observatoire National de l’Action Sociale (ONAS) remarquait que 2014 n’avait pas été tendre avec les trésoreries départementales, d’autant que, malgré des « efforts de rationalisation », les dépenses avaient malgré tout augmenté de 4,3% (ce qui se traduit par 1,4 milliard d’euros en plus, tout de même). À l’époque, je rapportais les discours de la directrice de l’ONAS qui insistait sur l’aspect imprévisible de ces dépenses sociales et du RSA.

tax dollars at workMais baste, c’était en juin. De l’eau a coulé sous les ponts, des euros ont coulé dans les caisses de l’État et de ses collectivités territoriales… et de bonnes résolutions ont coulé par le fond : malgré les atermoiements des uns et des autres, la situation n’a absolument pas changé. Et lorsque l’année nouvelle est arrivée, les problèmes de trésorerie se sont à nouveau refaits sentir : quatre présidents des conseils départementaux d’Île-de-France recommencent à gémir de moins en moins discrètement.

Jean-Jacques Barbaux (Seine-et-Marne), Arnaud Bazin (Val-d’Oise), Pierre Bédier (Yvelines) et François Durovray (Essonne), élus Les Républicains, dénoncent l’asphyxie budgétaire que le gouvernement, selon eux, organiserait sciemment. Dans la foulée et pour ne pas déroger aux bonnes recettes socialistes qui veulent qu’à tout problème correspond une solution composée pour 99% d’argent de l’État et pour 1% de termes marketing vaporeux, ils se sont réunis en association pour lui demander un «pacte de solidarité». Ce pacte, c’est le 1% vaporeux, et les thunes qui vont les sortir de l’ornière, ce sont les 99% que le contribuable sera heureux (mais si) de leur filer.

Il faut dire que leur situation est inextricable, et je cite Jean-Jacques Barbaux :

«En plus de la baisse de la dotation globale de fonctionnement versée par l’État, les départements doivent affronter la hausse des dépenses sociales obligatoires, comme le RSA, ce qui nous oblige à mener des politiques d’économies.»

Aaaaararggh, il l’a dit et c’est abominable : avec ces dépenses en hausse et ces dotations en baisse, ils sont obligés de mener des politiques d’économies, par opposition à la situation antérieure où, quand l’État s’occupait des dotations, ils menaient avec une assez jolie décontraction des politiques dispendieuses, je présume. Et le problème est aigu puisque des économies « drastiques » ont été menées : 68 millions dans le Val-d’Oise, 45 en Essonne, 25 dans les Yvelines, 17,6 d’euros pour la Seine-et-Marne.

Mais le plus dur est à venir, ces économies ne suffisant pas. Parallèlement, une hausse de la fiscalité est programmée. Et là, c’est la catastrophe puisque ce sont, on l’aura compris, « des mesures impopulaires ».

Non, sans blague ?

Les présidents de conseils généraux sont maintenant confrontés à un choix de plus en plus douloureux : soit faire des économies en fermant enfin, vraiment, les robinets à subventions débiles, superfétatoires ou très en dehors des attributions normales de l’État au niveau départemental, ce qui ne manquera pas de leur mettre à dos tous ceux qui étaient en dessous de ces robinets, soit augmenter la fiscalité, ce qui revient à mécontenter tous ceux qui approvisionnent ces robinets.

La bataille promet d’être épique puisque, socialisme aidant, les deux populations sont maintenant de taille équivalente et se sont placées, l’une et l’autre, dans une étreinte aussi morbide que langoureuse : l’une, qui réclame des aides, obtient l’oreille des politiciens et accroît donc les impôts de l’autre, dont chaque membre finit par trouver la ponction trop lourde et finit par basculer du côté des aidés. De fil en aiguille, il y a bientôt plus d’aidés que d’aidants, de ponctionneurs que de ponctionnés. Et lorsque l’argent vient à manquer, quoi que les politiciens fassent, ce sera impopulaire.

Bien malheureusement pour toute notre dispendieuse troupe de présidents sans courage et sans vision de long terme, la sortie de l’étreinte ne passe en effet que par la diminution drastique des aides, et la baisse conséquente des impôts. Un tel mélange, inouï en France depuis des décennies, ne peut se concevoir. Ce sera donc la hausse d’impôts et les économies de pacotille sur les trombones, les transports en commun, l’intendance (qui suivra, vaille que vaille) ou l’infrastructure (qui tiendra bien encore quelques années).

Et pour parachever le ridicule, des négociations ont même été menées entre les départements et l’État pour tenter de « recentraliser » le RSA, c’est-à-dire de refiler la patate chaude à l’étage du dessus, étage qui nage pourtant dans le bonheur douteux de dettes déjà abyssales. Évidemment, ces négociations ont misérablement foiré.

Notons au passage que devant l’ampleur du désagrément que cette cure de minceur violente et obligatoire provoque sur le staff politique, les présidents de Conseils envisagent des « mesures de rétorsions » contre l’État et plus précisément, contre le président Hollande. La menace pourrait être un bluff, mais elle pourrait aussi s’avérer efficace puisque parmi les rétorsions envisagées, l’une d’elles serait d’imposer aux allocataires du RSA de s’inscrire à Pôle emploi. Ceci aurait un léger impact sur les chiffres du chômage et rendrait problématique l’inversion de cette courbe si chère au président, et, par conséquence, de compromettre sa candidature au renouvellement de son poste en 2017 (même si, ne soyons pas naïfs, on peut douter que Hollande s’embarrasse vraiment de ce genre de détails lorsqu’il s’agira de se représenter).

coincé

Bref, on le comprend : la situation globale est devenue extrêmement complexe et c’est un jeu de billard à bandes multiples qui se met en place. Impôts en hausse, RSA en baisse, chômage soumis au chantage des départements, dotations dans la balance, budgets des départements contre celui de l’État, et, de façon maintenant évidente, un contexte économique mondial délétère, tout est réuni pour que l’année 2016 soit particulièrement épineuse pour le pauvre président Hollande.

Heureusement, son passé parle pour lui : ♪♩ ces petites misères seront passagères, tout cela s’arrangera ♪♫ .
—-
Sur le web

Voir les commentaires (72)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (72)
  • Bonjour,
    Je suis au RSA.
    Si on me sucre le RSA autant m’euthanasier.
    Je sais que l’on nous considère tous comme des feignants, mais que l’on me propose un travail et je le prend sans rechigner de jour, de nuit, le dimanche, comme vous voulez. Nous ne somme pas la maladie mais un symptôme.

    • L’auteur ne tient pas ces propos déconsidérant les allocataires du RSA ni les libéraux en général.
      Là il parle juste de la patate chaude que l’état a refilé aux départements.

      • En effet, mais dès que l’on parle de RSA les raccourcis ont tendance à se faire rapidement. J’ai sans doute surréagit. Cette situation a tendance à laisser « à vif ».

    • Perso je ne stigmatise pas les chômeurs, je sais à quel point la situation du marché de l’emploi est difficile et je vous souhaite bonne chance dans vos recherches 🙂

      • Il n’y a aucune stigmatisation dans le fait de dénoncer une situation dans laquelle des gens toucheraient de l’argent, via la spoliation légale, sans fournir un quelconque travail en retour.

        A un moment donné, il faut avoir l’honnêteté d’appeler un « chat », un « chat ».

        • Vous allez rire (ou pas), j’aimerais payer des impôts !

          • Je ne dis pas que vous appréciez votre situation. Je dis qu’attaquer une situation n’est pas synonyme d’attaquer ceux qui en « profitent ». Dès lors, les pinces de SweepingWave me paraissent très superflus. On peut très bien déplorer cette situation sans pour autant mépriser ceux qui en vivent.

            En outre, ce n’est pas en jetant un voile pudique sur ceux qui vivent du RSA qu’on fait avancer les choses.

            Croyez le ou non, je suis très loin de vous mépriser. Les socialistes qui vous paient peuvent-ils en dire autant ? J’en doute.

            • j’ en connais malheureusement dans mon entourage . Aucune empathie sincère chez les socialistes . Lorsqu’ils sont entre eux ( pas le discours qu’ils veulent faire croire dans leurs tracts ) , il n’y a pas plus méprisants et liberticides qu’eux ! On croyait être débarrassé du cauchemar socialiste avec la fin de l’URSS , et on s’aperçoit que la France rejoint cet ancien régime à grand pas ( taxes exponentielles , interdiction de cash au-dessus de 1000 euros qui deviendront bientôt 500 puis 100 puis rien ; vote , mutuelle et bientôt appartenance syndicale OBLIGATOIRE….) . Au secours !
              Si ça continue , on sera bientôt plus libre en Chine qui n’a plus de communiste que le nom ) ou en Russie . Je pense très sérieusement à partir !

              • Ah , j’oubliais : la liberté d’expression de plus en plus bafouées ( lois Pleven et Gayssot ) ! Bientôt on ne pourra même plus poster ce que l’on pense sur les forums si ça continue . S’ils nous laissent encore le faire , ce n’est pas par amour des libertés mais uniquement parce qu’ils n’ont pas encore tous les moyens techniques et humains pour le faire . Dés qu’ils les auront , il le feront . Ils y travaillent. Surtout en Socialie !

      • merci pour votre considération. Le soucis avec les RSA/chômage longue durée, c’est que l’on se quotidiennement à l’échec et à l’exclusion. Au début, on se dit que l’on va passer outre mais c’est une érosion constante, ponctuée de fausse joie et d’espoir déçu.

      • Merci !
        Je vous donne directement la réponse que l’on me ferait : « trop vieux ». Et je n’ai que 43 ans …
        Je suis toujours soit « trop …. », soit « pas assez … »

        • 43 ans, c’est encore jeune. J’en ai vu des plus vieux dans les fast-food.

        • 43 ans, ce n’est pas vieux du tout, au contraire, je dirais même que c’est un age de maturité (Je suis un peu plus âgé que vous).
          Pour info, ici sur Lyon, on pleure pour avoir des gens dans l’hôtellerie et la restauration, et on galère beaucoup pour avoir des soudeurs et des chaudronniers. Si l’emploi ne vient pas à vous, je vous conseille d’aller plutôt vers lui. Il n’est jamais trop tard pour se former et se réorienter, même quand on croit que la vie professionnelle est derrière soi. Je ne vous dis pas bon courage, car cela ne fait qu’accroître la déprime 😉

    • Je trouve glaçant votre propos. Il y a des gens comme vous qui ont plus qu’envie de donner de leur personne, c’est incontestable. Toutefois, il y en a beaucoup trop qui vivent du système. Lequel est en train, grâce à nos doctes gouvernants absolument nuls, de s’écrouler. Si vous devez en vouloir à certains, c’est sur eu que votre opprobre doit se déverser.

      Quand un pays est « géré »par les Nuls, il ne saurait en être autrement.

      Bon courage…

      • Pour citer Coluche: « les chomeurs ne veulent pas du boulot, de l’argent leur suffirait »

        Plus sérieusement, il n’y a pas assez de travail en France, et ca c’est conjoncturel, on n’y peut rien avec la mondialisation. On ne pourra jamais avoir le cout du travail des chinois.

        Pour avoir la paix sociale, comme beaucoup de pays, on créé des focntionnaires, on donne de l’argent à ceux qui n’ont rien et on taxe ceux qui ont la « chance » d’avoir du boulot.
        Sauf que cela ne marche plus quand on est endetté! Alors la ca se gate… et on commence à y etre…

        • « Plus sérieusement, il n’y a pas assez de travail en France, et ca c’est conjoncturel, on n’y peut rien avec la mondialisation. On ne pourra jamais avoir le cout du travail des chinois. »

          Le quasi-plein emploi au Royaume-Uni est donc dû à un cout du travail à la chinoise ? Dites m’en plus…

          • Quasi pleine emploi en UK? Avec le contrat zero heure oui surement… C’est vrai qu’ils se rapprochent plus de l’esclavage des chinois ou autres pays à bas cout…
            Sauf que son taux de chomage reel en UK est plus pret des 10%!

            Comme aux USAs ou chacun sait que c’est le plein emploi… On enleve les gens qui ne pointent pas ou qui sont trop pauvres…

            • Ridicule. La caricature de ce qu’on ne connait pas.
              Ca ne tue pas, il parait, mais vous devriez faire attention, tout de meme. J’imagine que votre vision imagée et tout en nuance de la société britannique est issue de lectures assidues de sources diverses et extrêmement variées. Genre la meme dépêche AFP relayée par tous nos superbes medias subventionnés, au meme instant, et sans aucune verification, histoire de rester dans la norme intellectuelle qui fait de nous l’envie et l’admiration du monde entier.
              Oh no, wait.
              En attendant, taxer le travail a fait la preuve de son efficacité.
              Oh no, wait.
              Bref, commençons par ne plus taxer le travail, on n’est pas a l’abri d’une surprise.

              • Caricature? Pas de chance, j’ai travaillé avec contrat UK!
                Et j’ai été plus loin que Londres pour voir que l’Angleterre ne s’arretait pas à la City et aux quartiers branchés de Londres. L’Angleterre comme tous les pays européens s’est déinstrustrialisé et forcément ca a généré du chomage.
                Restez bien au cha

              • Restez bien au chaud en pensant que zero taxe sur le travail va créer des emplois.
                Croyez les chiffres que vous voulez et on verra qui se fait manipuler… En attendant bon courage à tous les chomeurs car cela ne va pas s’arranger…

                • Réduire les efforts, les adaptations, les compromis et règles de gouvernance des Anglais depuis la fin des années 70 a une forme récente de contrat qui ne concerne heureusement pas grand monde et ne les empêche pas d’évoluer ou de travailler a coté… C’est vous qui êtes dans la croyance, mon brave.
                  Et oui, il y de la destruction créatrice dans mon royaume. Pas qu’un peu. Et au final, 6 millions d’emplois marchands de plus qu’en France, et une ouverture au monde sans pareil.
                  Notre mérite est tout relatif. Le FMI a sauvé nos fesses socialistes en 1976 et le mur de la réalité a finalement été pris en compte.
                  Désolé que vous n’ayez pas plus profité de votre séjour dans mon pays, ni financièrement si vous n’aviez qu’un seul contrat zero, ni humainement, au vu de vos amères réductions.

            • On peut aussi parler de la Suisse.

              Ou mieux de Hong-Kong : Une ile sur un caillou, sans aucune ressource naturelle. Une immigration galopante. Un pays « voisin » pratiquant le dumping social.

              Toutes les conditions données comme explication du chômage en France.

              Résultat : 3,30% de chômage. Il faut dire que c’est aussi un des pays qui arrive en tête concernant l’indice de liberté. Tout comme la Suisse.

              Y aurait-il une relation de cause à effet ???

            • Blagueur va ! Les contrats zéro heure représentent seulement 2% des emplois créés. Ignorant !

              • 2%, veuillez donc donner vos sources avant de cirer à l’ignorant!
                Au fait, vous signerez un contrat zero de votre coté? Non?? Comme c’est bizarre…
                On critique mais on reste tout de meme…

                • Bien sûr que si, moi je signerais. Vous noterez d’ailleurs que c’est ce qu’ont tous les indépendants, lesquels sont des millions : l’obligation d’être à la disposition de leurs éventuels clients, et aucune garantie que ceux-ci leur donneront du travail.

                • Non je n’en prendrais, de toute façon ces contrats n’existent que pour les emplois peu qualifiés et ce n’est pas cela que je fais bien que j’y sois passé.

                  Et la source ? bbc.com->It estimated that 744,000 people, or 2.4%, of those in employment between April and June 2015, were employed on zero-hours contracts up from 624,000, or 2%, for the same period a year earlier.

                  Donc oui je le redis : ignorant :p

                  • Entre 31 et 32 millions de personnes disposant d’un emploi au Royaume-Uni, et moins de 9 millions entre 16 et 64 ans inactifs économiquement. Taux d’emploi proche de 75%, plus de 10 points de plus qu’en France. Et chez nous, on a une bonne proportion de fonctionnaires !

                  • Ah ah … bbc…
                    C’est donc comme les chiffres du chomage sur France 2 ou TF1…
                    C’est bien de croire au père Noel mais la realité est toute autre…
                    L’ignorant c’est bien vous au final, et vous anonymat ne vous protegera pas de votre betise.

                    • Il semble que vous ayez confondu le nombre de contrats avec le nombre de titulaires, chaque titulaire pouvant avoir des contrats avec plusieurs employeurs, et ne s’en privant pas puisque la moyenne est de l’ordre de deux. De telles erreurs peuvent arriver à tout le monde, ne pas les reconnaître est en revanche un signe extérieur de bêtise.

                    • Blablabla, aucune source, aucune crédibilité, que de la gueule. Les escrocs dans votre genre on les connait, aucune once d’intelligence, juste une personne rejetant toute opinion ou source qui ne correspond pas à sa vue du monde, vivant dans une bulle d’illusion et cherchant à se donner un genre rebelle qui sait mieux.

                      SweepingWave argumente et donne ses sources, ça en fait une personne bien plus crédible et respectable que vous ne le serez jamais.

                      Retournez vous coucher ou vous éduquer car y a une sérieuse défaillance intellectuelle chez vous.

            • @ Niko : Je vous conseille la lecture de cet article :
              http://fr.irefeurope.org/Royaume-Uni-pour-1-poste-de-fonctionnaire-supprime-4-emplois-crees-dans-le-prive,a3587

              « Ces emplois « précaires » (zéro-heure) ne représentent que 2,3% des emplois sur les 31 millions de travailleurs. Ils permettent de travailler en moyenne 25 heures par semaine, contre 32 heures pour les autres types de contrat. »

              « Royaume-Uni : plus de 500 000 emplois ont été créés en 2015, ce qui représente un taux d’emploi de 77.6 % contre 64 % en France. Le taux de chômage est tombé à 5.2 % contre 6 % en 2014. »

              • Le Royaume-Uni a vraiment su se remettre et se revigorer après la crise, pas étonnant que le pays nous soit passé devant économiquement, et ça va continuer.

              • un site 100% liberal dirigé par Jean-Philippe Delsol (avocats d’affaires spécialistes de l’optimisation fiscale et du subventionnement d’entreprise avec des deniers publics), forcement il fait la part belle au modele UK, peu importe les chiffres…

                veut on créer de la richesse ou de la pauvreté?

                veut on devenir comme les Pauvres Grecs ou les Anglais Pauvres?

            • Oh que voilà le bel ignare qui comme de nombreux antilibéraux utilise l’argument des contrats zéro pour tenter de disqualifier le succès britannique. Apparemment c’est raté vu tous les Français qui y vont et qui étonnamment ne reviennent pas en chialant 😉
              Eh oui vos contrats zéro heures c’est juste 2% de l’emploi c’est si ridicule que ça mérite même pas d’être cité.

              Quant aux USA oui c’est le plein emploi, de nombreuses entreprises US font état de pénurie de main d’oeuvre affectant leur business et les force à augmenter salaires et congés pour attirer des candidats. C’est du réel.

              Retournez vous faire une éducation économique et financière puis revenez vous excuser 😉

              • J’y reviens justement de UK, et bien content d’etre revenu
                Oui forcement quand on a une très formation, le modele UK est très interessant, notamment pour s’exiler et obtenir un très bon salaire, mais au vu de la pauvreté, ce modele n’est pas à idolatrer aveuglement comme vous semblez le faire

                D’une manière similaire, croire qu’il y a le plein emploi aux USAs est un non sens économique, avez vous vu les indicateurs américains? « De nombreuses entreprises US font etat de penurie » ah ah ah Et bientot vous allez me dire que le pétrole a bas cout est une aubaine pour l’économie mondiale!

                monsieur, retournez en cours et varier vos sources d’informations, croisez les indicateurs
                ne restez pas dans votre carcan d’ignorance

                • Dsl , mais effectivement , le bas coût du pétrole est une aubaine pour tout le monde . Depuis quand une baisse des prix est-elle néfaste pour l’économie? elle n’est néfaste que pour l’Etat qui récupère moins de TVA ( donc beaucoup plus de mal à diminuer la dette publique de 2100 milliards et moins d’assistanat en tout genre à donner ) , c’est tout ! Si le coût du pétrole baisse , tout baisse par répercussion ( vos habits , votre ordi, votre alimentation , etc car les transporteurs demanderont moins chers aux hyper par ex) , que vous l’achetiez à l’étranger ou non ; pas besoin d’avoir fait HESS pour comprendre cela !

      • j’en veux à ceux qui bloque les reformes (particulièrement aux syndicats) ainsi qu’aux politiques qui manque de courage.
        Ces reformes sont pour moi évidentes, plafonnement des indemnités chômage et des retraites, baisse des charges patronales, assoupissement des contrats de travail.

    • Je vous propose l’expatriation. Il n’y a pas d’avenir pour ceux qui veulent bosser en France.

    • 43 ans c’est jeune. Quel est votre profil?

    • Le probléme n’est pas le RSA.
      Je suis même pour le revenu universel, pour tous les francais (remarque après la virgule importante).

      Le problème c’est la gaspillage des impots à tous les niveaux dans nos nebuleuses administratives à potes.
      Et le fait que le seul acte de gestion de nos politiques de carrière, n’ayant jamais travaillé ni géré une société, se résume à augmenter impots, taxes, prélévements et retenues.

      • Vous ne pouvez pas dissocier RSA et impôts. Le problème est que s’il ne fallait pas prendre par les impôts de quoi verser le RSA, plus de quoi payer l’administration qui le gère, ceux à qui on aurait laissé l’argent l’utiliseraient pour s’épargner du temps en se faisant remplacer pour les tâches peu qualifiées ou pour investir dans des entreprises, ce qui créerait des emplois.

  • c’est simple pour hollande: faire croire à des efforts importants sur le budget de l’état en le transférant sur les territoires.
    Quand même insensé que ces derniers soient responsables financièrement de la politique sociale voulu par l’état. Qu’ils arrêtent tout de suite la distribution du RSA

  • Il semblerait que les temps de vaches maigres commencent, ça va souffrir ici en France.

  • Bonjour

    Je suis passé par les cases chômage puis RMI (à l’époque suite à une démission) et je m’en suis sorti. Ma période d’inactivité n’a duré « que » 11 mois. Donc, on peut trouver du boulot mais il faut prendre ce qu’on donne, sans rechigner.

    THX, c’est tout à votre honneur de chercher du travail mais il faut aussi se former. Être au RSA n’empêche pas de suivre des formations (qu’il faut certes payer de sa poche parfois) pour aller sur des marchés porteurs et qui plaisent. Par contre, mon ex est au RSA et avant RMI depuis 2003. Elle n’a jamais cherché à se former, ni même à travailler et d’ailleurs pourquoi le ferait elle ? Avec deux enfants et toutes les aides, elle a un reste à vivre d’environ 600€ par mois (loyer, assurance, EDF, GDF et téléphonie déduit) pour la bouffe et se faire plaisir.

    • bonjour,
      La formation disponible pour les chômeur représente 4.4% si je me souvient bien d’un article lu ici même je crois. Financer ma formation ? on est le 25, je suis à découvert, je dispose exactement de 461,26€ par mois (rien déduit). Je ne sais pas comment votre ex fait pour avoir encore 600€ pour la bouffe et autres.

      • Très simple: le logement est payé par l’APL. Elle n’a que 50€ de charge. La nourriture des enfants lorsqu’il y a école est prise en charge par le conseil départemental ou la commune. En effet, ils sont demi-pensionnaires et ces 2 CT offrent la gratuité aux enfants de RSAïste. A coté, de ça, elle bénéficie de paniers repas resto du cœur et sans doute d’autres associations bienpensante.

        Elle perçoit 943€ de RSA. Il faut enlever 100€ mensuel d’EDF, GDF et assurance ainsi que la téléphonie et internet. Il lui reste donc plus de 600€ mensuel. Oups j’oubliais: elle a aussi droit aux primes de Noël et de rentrée scolaire qui représentent de l’argent de poche. Croyez moi, elle n’est pas à plaindre. Toutes aides confondues, si on devait calculer le montant en euro, cela ferait plus de 1700€ net, et tout ça pour rester à la maison, à ne rien faire. Maintenant, vous comprenez pourquoi elle n’a pas envie d’aller travailler. Jamais, vu son niveau scolaire et professionnel, elle n’aura un poste avec une telle paye.

        PS: J’avais 33 ans lors de ma période RMI. Tentez mac daube et tout ce qui est resto de bouffe rapide. J’en ai vu sur Carcassonne, Narbonne et autres villes du Sud avoir bien 55 ans. Travailler pour l’Honneur et par fierté n’a pas d’age. Courage !

        • Votre ex est une assistée.

          Ce n’est pas le cas de tous les RSAïste bien sûr, THX par exemple est honnête. Mais comme vous l’avez décrit, les assistés le sont grâce à toutes les petites aides supplémentaires (cantine, APL, primes de Noël etc). Ce sont sur celles-ci qu’il faut agir en priorité.

        • Quand je lis votre commentaire, je me conforte dans l’idée du guichet unique.
          Un seule aide a un seul endroit payé par une seule entité.
          Vrai ou faux dans tous les cas c’est totalement réalisable.
          Bref ça pue , et ça me donne mal aux cœur vu les efforts que nous faisons les Tpe pour garder en vie nos famille et nos employés, j’avais oublié tous ces abus des larves de la société .
          Ne pas sombré du coté obscure est une fierté mais croyez moi ça devient pesant ….

        • Puisqu’ apparemment votre ex est une idiote ( vu son niveau scolaire elle…dites-vous ) , pourquoi dans ce cas
          êtes là êtes-vous sorti avec elle si vous êtes si intelligent? pour la rabaisser? ça a du être dur pour vous de présenter une idiote que vous semblez mépriser à votre entourage et famille !
          Je sens dans votre commentaire une aigreur et une petite vengeance pour la faire passer pour une idiote…
          Et vous , quel est votre niveau d’études , votre profession et vos revenus? ils doivent , vous êtes tellement supérieur aux autres , être très élevés !
          Que votre couple ait cassé ne me regarde pas,mais je déteste que l’on méprise les gens !
          Mon com est pour Stéphane B.

      • Bjr , je suis persuadé que vous êtes quelqu’un de bien et souffrez bien évidemment de cette situation . Il n’y a qu’une seule solution pour vous et vous le savez! RECONVERTISSEZ-vous au plus vite ,il n’y a pas d’alternative ( je l’ai fait avec succès à l’âge de 51 ans et ne suis pourtant pas qualifié ni diplômé , je suis un autodidacte ) mais je suis très pragmatique de nature !

  • Ceux inscrit au RSA ne sont pas inscrit à Pole emploi?????? j’espère que c’est une blague!!
    Ce pays est du délire…

    • Ceux qui sont inscrit au RSA doivent, en théorie, être aussi inscrits à pôle emploi mais ils ne sont pas répertoriés. Je ne sais plus quel ministre avait pondu ça. Ainsi, on peut être au RSA pendant de très longues années sans jamais être inquiétés. La recherche d’un emploi ou d’une formation n’est pas conditionné au versement du RSA. Par contre, la Loi précise que les collectivités peuvent faire appel à eux pour effectuer des travaux dans une certaine mesure. MAIS aucune collectivité ne le fait car derrière, cela signifierait pas de réélection sans compter les discours à la gomme sur le retour de l’esclavage ou les problèmes juridiques qui seraient soulevés en terme de responsabilité.

    • @PHILIPPE LUX
      Un document de pole emploi dit qu’il n’est pas nécessaire de s’inscrire au pole emploi pour
      bénéficier du rsa seulement cela est interpreter à l’inverse

  • François Hollande n’est intéressé que par sa réélection. Pour cela, il s’appuie sur une stratégie forme autour de 4 axes:
    – éviter une autre candidature a gauche
    – faire s’inverser ou au moins faire stabiliser la courbe du chômage, par tout les bidouillages statistiques qu’il pourra inventer
    – éviter que les finances de l’État ne lui pete au nez
    – enfoncer les Républicains pour se présenter comme la seule alternative face au FN

    Refiler le RSA aux département permet de remplir les deux dernier objectifs. D’une part, niveau finance, cela devrait redonner a l’État des marges de manoeuvres supplémentaires (même si minuscule). D’autres part, si les impôts locaux venaient a augmenter ou si il venait a y avoir des retards de paiement du RSA, les soldats de Hollande pourront fustiger les conseils départementaux, contrôles en majorité par les republicains, sur les plateaux télés.

  • Pour Hollande, il s’agit de tenir deux promesses essentielles :
    1- développer son programme « social »
    2- réduire les dépenses de l’état

    En réduisant les dotations aux communes, aux départements et aux régions (si tant est que la distribution se fait bien à tous les étages), on répond au point 2. Pour répondre au point 1, il suffit de déléguer l’application aux communes, départements et régions.
    L’Etat apparaît alors comme vertueux, tandis que les communes (départements, etc.) sont les vilains canards. Les fan de F. Hollande ne retiennent que le résultat : promesses tenues !

    Pour les départements, je suggère d’appliquer la méthode Hollande. Et pour les communes, de faire de même. Le contribuable a une bien meilleure visibilité de l’action de l’Etat quand c’est sa commune (proximité oblige) qui lui soutire l’argent.

  • Sauf erreur de ma part

    http://www.ifrap.org/emploi-et-politiques-sociales/rsa-non-financable-et-explosif-pour-les-departements

    Mais 2.2 Millions de personnes RSA qui vont se rajouter aux pôle emplois.

    Triste France

  • Et on va accueillir quelques dizaines de milliers de migrants en plus…

    • « on ne peut pas accueillir toute la misère du monde »

      avec l’Europe, on s’y est engagé de toute manière!

      • Avec les socialistes, de gauche comme de droite, la misère, c’est pour tout le monde, en louche de plus en plus petites. Avec de belles scenes de fraternité lors de la distribution, et l’ouverture d’esprit et du coeur qui va avec.

  • Le RSA ne devrait pas être donné sans contrepartie.
    Les propriétaire immobiliers allocataires devraient faire l’objet dune saisie conservatoire avant le premier versement.
    En outre, il devrait être remboursable in fine, et cas de manquement repris sur les successions.

  • pour toute notre dispendieuse troupe de présidents sans courage

    Comment osez vous ❓ Ils ont le courage de rester à la cantine, les repas sont si bons… C’est la fête permanente…

  • Il est malsain de donner de l’argent aux RSA à perpétuité sans qu’ils contribuent, d’une manière ou d’une autre, à la satisfaction des besoins de la collectivité. je connais des couples de RSA qui n’ont aucune intention de travailler ( jeunes, bien portants…), logés gratuitement par la commune …. mais la commune n’a pas le droit de les faire travailler sans rémunération ( aide des vieux, nettoyage rivières etc etc…) .
    Pour les collectivités territoriales il faut les faire passer à 4O heures / sem effectives ( et punir lourdement l’absentéisme non justifié) : elle coûte cher , il faudrait au moins en avoir pour notre argent.
    Le fameux  » lien social  » n’existe plus si les fonctionnaires ne font pas plus d’efforts et si les RSA sont hors société. Pourtant il y a du boulot à faire dans les communes !! Il faut reformater le logiciel et admettre enfin que toute rémunération prise sur l’argent du contribuable impose une contre partie

  • Alors on va bientôt rire ( ou pleurer ). Si le RSA n’est plus versé dans les banlieues , ça va péter pour de bon cette fois !

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Johan Rivalland.

Il est fréquent de croire que le libéralisme s’assimile aux politiques d’austérité. C’est se méprendre à la fois sur le champ que couvre cette philosophie, nullement restreinte à l’économique, mais c’est – même sur le plan économique – en avoir une vision bien terne et restrictive, pour ne pas dire peu enthousiasmante qui ne correspond pas à son esprit.

Vingtième-troisième volet de notre série « Ce que le libéralisme n’est pas ».

Le libéralisme n’est pas qu’économique

Nous l’avons évoqué à de multiple... Poursuivre la lecture

Par Olivier Maurice.

Jusqu’au 5 août 2021, le statut des Français vis-à-vis de l’emploi était simple à comprendre : soit vous aviez un emploi, soit vous n’en aviez pas. 

C’était sans doute trop simple pour l’administration française, il a donc fallu inventer un nouveau statut, réservé comme il se doit uniquement à une catégorie très particulière de la population, celle des salariés et des agents publics suspendus.

Maintenant, vous pouvez avoir un emploi, mais ne pas en avoir, ne pas travailler, sans être au chômage et êtr... Poursuivre la lecture

Par Daniel Pigeon-Angelini.

Depuis 40 ans, les politiques publiques de l’emploi tentent en vain de lutter contre le chômage en essayant d’agir sur le nombre d’emplois. C’est oublier que le vrai drame du chômage c’est sa durée. Un demandeur d’emploi le reste en moyenne 390 jours ! Chaque semaine gagnée sur cette moyenne est une victoire contre la précarité… et un gain de plus d’un milliard d’euros pour la collectivité. Et si le (ou la) futur président libérait l’accompagnement des chômeurs ?

« Contre le chômage, on a tout essayé ... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles