Un si dangereux silence, de Harry Koumrouyan

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Un si dangereux silence, de Harry Koumrouyan

Publié le 23 janvier 2016
- A +

Par Francis Richard.

Un si dangereux silence Harry KoumrouyanLe 24 avril 1915, à Constantinople, capitale de l’empire ottoman, 600 notables arméniens sont assassinés sur ordre du gouvernement. C’est le début d’un génocide, aux victimes innombrables, et d’une diaspora, pour les survivants.

Les règles d’or des survivants, selon Becca Simonian : « Règle numéro 1, pas d’archéologie dans le passé de peur qu’il ne t’enterre. Règle numéro 2, qui découle de la première), avance quoiqu’il arrive. Un avenir meilleur t’attend. »

La fratrie Simonian – Kevork, Aram et Becca – émigre et s’installe à Genève. Kevork en part quelque temps après, pour le Brésil. Seul Aram est marié, à Victoria. Ils ont deux enfants, Anoush et Arthur. Becca est, semble-t-il, une célibataire endurcie.

Quand le récit commence, Arthur, qui vit à New-York, se rend à Genève. Sa sœur l’a prévenu que leur père n’a plus longtemps à vivre. Mais il arrive trop tard. Comme le lui dit Anne, qui n’a plus voulu être appelée Anoush : « Tu n’y es pas parvenu. »

Dix-huit ans plus tôt, Anne s’est mariée avec Éric Landolt, un avocat genevois. Elle a fait sa rencontre à la clinique un jour où, médecin, elle était de garde. Cycliste, Éric avait été renversé par un automobiliste. Son accident était heureusement sans gravité.

Éric et Anne ont un fils, Joseph, qui leur a donné bien du souci. Ni l’un ni l’autre ne s’occupaient de lui. Ils l’avaient confié à une jeune femme brésilienne, Lolo, qui était préoccupée par ce garçon solitaire, pouvant être tour à tour timide et agressif avec les autres enfants.

Dans Un si dangereux silence, Harry Koumrouyan raconte l’histoire, avant et après le décès d’Aram, de cette famille arménienne, hantée par un passé, vécu ou transmis, et il le fait avec un vrai talent de conteur et de lecteur des âmes.

Au cours de leur vie de descendants directs de survivants du génocide, Anne et Arthur essaient de prendre leurs distances avec cette Arménie, qu’ils ne connaissent pas, mais dont ils éprouvent et redoutent la présence invisible et silencieuse.

Dans son cahier bleu, dans lequel il note ce qu’il apprend de la vie, Joseph résume très bien les sentiments mélangés que son oncle Arthur peut avoir, s’il a pu prendre goût aux déplacements, sans doute parce que ce sont déjà les siens :

« On est à la fois de partout et de nulle part. La famille Simonian s’est habituée à l’immigration. Au départ, c’était la survie ; ensuite, on choisit. On a une valise prête dans le couloir ; on n’attend pas d’être chassé pour partir. »

Il apprendra plus tard que sa mère, lorsqu’elle était âgée de vingt-six ans, a renoncé à un fiancé ottoman, Mehmet, après avoir tenté d’annoncer à ses parents son mariage avec lui, un 24 avril… Sa « mère-maman-Anoush-Anne, maintenant je ne sais plus très bien » ne lui en aura jamais vraiment parlé…

Il comprendra en mûrissant, grâce à une rencontre déterminante, qu’il n’est pas « besoin de choisir entre les différents lieux, entre le passé et le présent » :

« Ne pas les séparer, au contraire, les réunir. Ajouter, jamais soustraire. Éviter le confinement. Confinement, quel mot affreux, cousin d’isolement, de fermeture. On nous a virés de nos terres. Sans pitié et sans espoir de retour. Tant pis, car aujourd’hui, le monde nous appartient. »

Découvrant peu à peu les secrets familiaux, il pourra se dire que le silence n’est décidément pas une réponse aux interrogations et qu’il peut même s’avérer dangereux s’il est employé… sans modération.

Sur le web

Lire sur Contrepoints notre dossier spécial lecture

Voir le commentaire (1)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (1)
  • Tout le monde oublie le génocide assyrien qui est très méconnu. Pourtant, ce génocide a éradiqué 75 % des assyriens. Est ce parce que ce génocide a été fait par des musulmans alors que les assyriens sont chrétiens ?

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

En France, il faut davantage d'enseignants, il faut davantage de juges, il faut davantage de policiers, il faut davantage d’informaticiens, davantage de plombiers et on pourrait allonger la liste…

Et cela pour d’excellentes raisons que nous allons rappeler, car des problèmes à résoudre sont très importants. Mais ces revendications se terminent par des demandes de moyens financiers… alors que la question n’est pas là.

Les raisons de recruter sont excellentes

Il n’y a pas assez de profs ? C’est vrai, il y a encore des classes surc... Poursuivre la lecture

Nouvelle année est souvent synonyme de nouvelles résolutions. Comme la perte de poids semble toujours aussi populaire, je vous invite à l’appliquer plus largement et ainsi diminuer votre consommation… d'État.

Oh, je ne propose pas une utopie à la Galt’s Gulch. Néanmoins, voyez comment de nombreuses vies peuvent s’améliorer à mesure que le périmètre d’action de l’État diminue.

Éducation

En effet, au début de la troisième année du « deux semaines pour aplanir la courbe », beaucoup d'enfants ont pris un sérieux retard dans leur app... Poursuivre la lecture

0
Sauvegarder cet article

« Projet contre projet » a déclaré Bruno Le Maire. Il a sans doute raison. Le choix des Français en avril 2022 sera largement déterminé par leur opinion sur les projets des candidats, c’est-à-dire sur la crédibilité et la qualité de ces projets, et en particulier sur leur précision.

Valérie Pécresse a été très précise sur certains de ses projets, et très vague sur d’autres.

Le programme migratoire de Valérie Pécresse

Pour le contrôle de l’immigration, elle a tenu compte de l’avis de son directeur de campagne, Patrick Stefanini,... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles