Panique injustifiée sur le pétrole

Pourquoi se lamenter de la baisse des prix du pétrole ?

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
pétrole-antoine moens de hase-(CC BY-NC-ND 2.0)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Panique injustifiée sur le pétrole

Les points de vue exprimés dans les articles d’opinion sont strictement ceux de l'auteur et ne reflètent pas forcément ceux de la rédaction.
Publié le 22 janvier 2016
- A +

Par Yves Montenay.

pétrole-antoine moens de hase-(CC BY-NC-ND 2.0)
pétrole-antoine moens de hase-(CC BY-NC-ND 2.0)

Le 15 janvier 2016, le pétrole est tombé en dessous des 30 dollars. Cette baisse a donné lieu à une série d’articles très alarmistes des médias internationaux économiques et financiers, alors que la grande presse se félicitait du gain pour le consommateur français. Ces articles alarmistes ont semé la panique et les marchés ont fortement baissé.

Les alarmistes soulignent à juste titre que de nombreux pays producteurs seront déstabilisés : l’Algérie, l’Iran, l’Irak, le Venezuela, l’Angola, le Nigeria, la Russie, etc. Leur message est que la déstabilisation d’autant de pays importants ne peut que bouleverser l’économie mondiale.

Cette déstabilisation devait de toute façon arriver

Il y a du vrai, mais il faut remarquer que la plupart de ces pays ont une gouvernance calamiteuse depuis longtemps, qui les avait déjà profondément déstabilisés. Les populations y ont accumulé une profonde exaspération pouvant de toute façon mener à une issue violente. Il vaut peut-être mieux que des changements y aient lieu le plus tôt possible. Or des prix élevés ne font que retarder l’échéance et les enfoncer davantage, tout en ponctionnant les revenus non seulement des Occidentaux, mais surtout, on l’oublie, ceux des plus pauvres, indiens par exemple.

Remarquons que cette déstabilisation a son exacte contrepartie positive dans les économies du reste du monde, puisque la somme qui manque aux uns bénéficie aux autres. Cela devrait nous consoler et éventuellement permettre quelques secours aux populations concernées, quoiqu’en ce domaine il faille soigneusement veiller à ce que l’argent ne soit pas détourné.

Et est-ce vraiment mauvais pour la planète ?

pétrole rené le honzecUne autre raison avancée pour regretter la baisse des prix du pétrole est que cela en facilitera la consommation et retardera son remplacement par des sources d’énergie « décarbonées ». C’est vrai, mais il y a d’une part une solution, celle d’une « taxe carbone », directe ou indirecte via un marché mieux organisé que celui qui est en train de s’effondrer en Europe. D’autre part, au-delà de cette solution technique, il y a la nécessité d’une certaine indépendance vis-à-vis des pays producteurs, ne serait-ce que pour éviter une certaine mendicité (les Marocains comprendront, qui subissent cette dépendance). Et on peut espérer que cette nécessité jouera en faveur des « vraies » solutions écologiques.

Remarquons notamment que les premières réactions des pays producteurs ont été de limiter (enfin !) le gaspillage de leur propre production en augmentant le prix dérisoire que payaient leurs citoyens. Et des pays consommateurs ont fait de même, profitant de ce que la baisse des cours compensait plus ou moins celle des subventions. Dans le premier groupe, il y a l’Arabie, dans le second, le Maroc et l’Indonésie.

Parmi ces « vraies » solutions écologiques, il y a le solaire qui a fait de grands progrès en prix de revient, le nucléaire (pas de CO2, pas de revenus allant vers le terrorisme), l’hydraulique en Afrique et autres pays du Sud (mêmes raisons, et plus, c’est du « renouvelable »). Cela sans parler de ce qu’on invente tous les jours, notamment en économie et stockage d’énergie, dont la mise en œuvre sera l’équivalent d’immenses gisements de pétrole.

Parmi les « fausses » énergies alternatives, il y a les « pièges à subventions » que semblent être les éoliennes, et que sont certainement les biocarburants de première génération, qui détruisent des aliments et dépensent davantage d’énergie qu’ils n’en produisent.

C’est également bon à terme pour la sécurité de tous

Par ailleurs, il n’est pas mauvais que diminuent des recettes pétrolières qui ont financé et financent encore souvent le terrorisme, via l’Arabie, la Syrie, l’Irak et peut-être demain la Libye ! Quant aux autres dépenses de ces États, ce ne sont pas les meilleurs investissements pour la planète (j’y ai travaillé, et peux témoigner que les robinets en or ne sont pas une image) sans parler des « gros salaires pour ne rien faire » des nationaux, de la corruption et des « fuites financières » qui pourrissent le monde entier.

Finalement, je ne vois pas pourquoi on se lamente de cette baisse des prix du pétrole, le raisonnement économique et politique étant appuyé par le sécuritaire et surtout par la morale !

Sur le web

Retrouvez sur Contrepoints notre rubrique pétrole

Voir les commentaires (31)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (31)
  • la baisse du prix du pétrole est gravissime , on ne pourra plus financer les exportations vers les pays pétroliers…moins de consommateurs , moins de travail , plus de révolutions de palais , le monde est au bord du chaos !

    • J’espère que vous êtes ironique, marre de ces catastrophistes ambulants qui mentent et prennent plaisir à saper le moral des autres car ils ont une vie pourrie…..

      • le chaos n’est pas la fin du monde mais la naissance d’un nouveau . cela ne peut pas se faire sans casser quelques pots lorsque la transition est rapide .

  • La baisse du prix du pétrole est une excellente chose, dans les pays développés nous pouvons respirer et cela renforce nos économies et notre consommation intérieure grâce à un gain de pouvoir d’achat, très bon pour nous.

    C’est aussi très bon pour l’avenir de certains pays producteurs qui, voyant le danger, ont décidé de commencer leur diversification économique et fiscale et les rendront moins vulnérables et ouverts. L’ouverture du capital de Saudi Aramco dans qqs mois le prouve, plus d’ouverture de leur secteur privé et aux investisseurs étrangers est bon pour tous.
    Ceux qui ne se diversifieront pas regretteront, lez autres seront soulagés.

    Regardez le Texas : Ravagé par la crise pétrolière des années 80 il a fortement diversifié ses activités par la suite, lui permettant d’avoir une croissance de 1,3% et de créer 144 000 emplois malgré la forte chute de l’emploi et de l’investissement pétrolier en 2015 dans un Etat où cela reste une activité majeure, hors des pays comme le Venezuela, la Russie ou l’Algérie ne peuvent en dire autant.

    C’est bon pour nous et renforcera les pays producteurs à long terme tout en menant à une plus grande ouverture économique générale. De plus cela permet de saper nombre de dictatures ?

    Cela est une excellente chose et je me réjouis fortement de ces bas prix en espérant qu’ils continuent longtemps.

    • « L’ouverture du capital de Saudi Aramco dans qqs mois le prouve »

      Aramco signifie « Arab american oil company », on a affaire à un rétropédalage. Au début l’idée c’était de se servir de cette entreprise pour industrialiser tout le monde arabe (pas juste l’AS) mais le plan a été abandonné en cours de route quand la région est devenue instable. Dans les années 50, Aramco construisait des écoles, en finissait avec la malaria dans les pays arabes, diffusait des cours d’anglais à la télé et des films produits dans le monde arabe (surtout des films égyptiens).

  • Les gains apportés par les exportations vers les pays pétroliers sont très inférieurs aux économies réalisées .
    Cette baisse du pétrole est une formidable opportunité pour toutes les entreprises (sauf les entreprises pétrolière s)et un apport de pouvoir d’achat des consommateurs des pays non producteurs .

    • C’est la même opportunité pour toutes les entreprises. Les françaises qui ne sont déjà pas compétitives, et qui se sont orientées vers l’écologique pour rester dans les bonnes grâces du pouvoir, un peu moins que les autres…

  • Exact, c’est une bonne nouvelle 🙂

  • partant du principe que les revenus tirés du pétrole ne servent même pas au population qui vivent dans la misère mais uniquement à enrichir une poignée d’individus qui se servent de cet argent pour fomenter des guerres , je suis d’accord avec l’auteur de l’article ;

  • « l’Algérie, l’Iran, l’Irak, le Venezuela, l’Angola, le Nigeria, la Russie »

    Si ces gens ne sont pas compétitifs, alors ils sont parasitaires. Vivement que le marché purge tout ça.

    • Ce ne sont pas les gens de ces pays qui ne sont pas compétitifs, mais leurs dirigeants. Le pari que ça va en mettre en place de meilleurs reste osé.

      • « Le pari que ça va en mettre en place de meilleurs reste osé. »

        Au moins les anciens auront ce qu’ils méritent.

      • Euh, tous ont une grosse partie de la population travaillant dans le secteur public, souvent à rien faire et des entreprises privées très peu compétitives et à part en Russie et à un moindre degré Venezuela le niveau d’instruction y est bas.

        Tous ces peuples ne sont pas compétitifs il a raison. En Algérie et Arabie Saoudite c’est même très alarmant !

        • « Euh, tous ont une grosse partie de la population travaillant dans le secteur public, souvent à rien faire et des entreprises privées très peu compétitives »
          Ca m’évoque un autre pays…

      •  » Ce ne sont pas les gens de ces pays qui ne sont pas compétitifs, mais leurs dirigeants. Le pari que ça va en mettre en place de meilleurs reste osé.  »

        Il serait plus juste de dire que ce sont leur économie qui ne le sont pas. Il suffit de voir dans quelle rangs se trouvent ces pays dans le classement des pays les plus compétitifs.

        D.J

  • De mon côté je ne suis pas du tout d’accord avec l’auteur qui ne regarde qu’un seul côté des choses et c’est dommage car il ne met pas en lumière la totalité de ce qui se passe en ce moment.

    Déjà pour clarifier les choses je vais mentionner que je travaille dans l’industrie pétrolière donc je suis plutôt bien placée pour savoir de quoi je parle.

    Il faut bien comprendre que les prix très bas du baril de pétrole sont une catastrophe pour l’industrie O&G. Ca n’impacte pas uniquement les companies pétrolières comme j’ai pu le lire mais également tous leurs sous-traitants et il y en a énormément (et j’en fais partie).
    Des centaines de milliers de personnes ont perdu leur emploi dans le monde depuis 1an et demi et ça continue à un rythme éffréné.

    Les dictatures ne s’en mettent pas beaucoup moins dans les poches avec un prix bas, elles créent simplement plus de taxes pour maintenir leurs revenus et en redistribuent aussi moins à l’extérieur donc pour eux ça ne change quasiment rien.

    L’auteur parle aussi des technologies alternatives décarbonées. Il faut savoir que la majorité de ces alternatives ne sont malheureusement pas encore matures et ne pourraient en aucun cas compenser le pétrole au jour d’aujourd’hui.

    J’aimerai aussi mentionner que la très grande majorité du prix à la pompe revient dans les poches de l’Etat français et certainement pas aux petroliers.
    Pour info le prix du baril est passé de $120 à $35 en 1-2ans. Avez-vous vu le prix de votre litre d’essence diminuer de 4 fois sa valeur dans le meme temps? Je ne crois pas.

    Pour ceux qui se diraient : elle est pro-pétrole. Ce n’est pas le cas. Seulement on fait avec ce que l’on a à disposition à l’instant T. Et le pétrole reste aujourd’hui une substance indispensable à notre vie. Le pétrole ne sert pas uniquement à nous chauffer, nous déplacer…, il rentre dans la composition de millions de choses de notre quotidien. Les energies décarbonées ne pourront jamais produire des plastiques…

    • « Déjà pour clarifier les choses je vais mentionner que je travaille dans l’industrie pétrolière donc je suis plutôt bien placée pour savoir de quoi je parle. »

      Euh non, ça nous informe juste que votre raisonnement est biaisé par vos intérêts.

      « Les energies décarbonées ne pourront jamais produire des plastiques… »

      Ben si. CQFD.

      • Mes intérêts???? Je n’ai pas d’actions en bourse dans le milieu de l’O&G, juste mon boulot. Et concernant le boulot je n’ai pas fait toute ma jeune carrière dans l’O&G loin de là donc je ne vois pas le propos. Je mentionnais juste ça pour dire que comme je bosse dans ce milieu en ce moment je vois ce qu’il se passe de l’intérieur.

        Et oui on peut produire des plastiques à base végétale merci, je regardais les choses de manière beaucoup plus globale : les engrais, pesticides… sont produits dans des usines qui utilisent des dérivés de pétrole pour fonctionner, et les tracteurs qui sont dans les champs ils fonctionnent avec quoi à votre avis!!!!

    • Sans vouloir vous offenser, pour les économistes spécialistes du sujet, il ne fait aucun doute que la baisse du pétrole est une bonne chose pour l’économie en Europe Même aux USA, où il y a le gaz schiste et donc l’on pourrait croire que c’est une mauvaise chose pour eux, la baisse du pétrole est globalement une bonne chose pour l’économie américaine. Bien sûr, cela est une mauvaise chose pour l’économie des états pétroliers aux USA mais si on prends les USA dans leur globalité c’est une bonne chose.

      Les pays pétroliers souffrent (pour la plupart) de la maladie hollandaise. https://fr.wikipedia.org/wiki/Maladie_hollandaise
      Quand un pays dépent économiquement d’une ressource naturelle, c’est un désastre économique à long terme. Faire dépendre son économie des revenus tirés de ressources naturelles et c’est la ruine assuré. C’est à eux à diversifier leur économie. S’ils ne le font pas, tant pis pour eux.
      Ces dictatures (Algérie,..) ne sont pas stables, elles achètent la paix sociale grâce au pétrole. Tôt ou tard, cela finira mal pour eux.
      Je suis pas d’accord avec vous pour dire que cela n’a rien changé pour ses dictatures. Certaines sont en véritable difficulté à cause de la diminution des prix. L’un des avantages avec les prix bas, c’est que les monarchies du golfe ont moins de fric pour répandre le salafisme dans le reste du monde.

      Pour la seconde partie de votre commentaire, sur le fait qu’il n’y a pas encore d’alternative au pétrole et sur le fait que la majorité du prix payé à la pompe va à l’état, je suis totalement d’accord avec vous

  • Ça devrait être bon puisqu’on a bâtit notre civilation sur l’énergie bon marché mais en pratique on voit que quelque chose ne va pas, la croissance ne repart pas, il y a donc un problème.

  • la hausse du pétrole est une bonne chose pour toto et une mauvaise pour lulu…et la hausse du pétrole serait…..

  • Je me rappel comment on nous avait promis dans la période de 2008 à 2011 avec la hausse du baril du brut frisant les 114 dollars que c’était bel et bien la fin du pétrole bon marché et parce que que l’on avait atteint ce fameux pic pétrolier qui allait rendre la demande plus forte que la production et qu’une grosse crise pétrolière pointait son nez.

    Bref les oiseux de mauvais augures se sont plantés en beauté. Ils cherchent à nous dire maintenant que le pétrole bon marché nous amène vers une catastrophe.

    D.J

    • et c’est ce qui s’et passé. le prix du pétrole il est aussi dans les impots qui ont fait disparaitre la demande (chomage). il faut surtout regarder les volumes. en France (mais c’est vrai partout en europe) nous sommes passé de 2M de barils à 1.600.000 depuis 2007 en capacité d’importation. la baisse des coûts vient du ralentissement de la Chine et d’un contre choc (investissements multiplié par 5). mais ce dernier ne sera pas suffisant pour qu’on remonte au niveau de consommation de 2007. et il sera suivis d’un contre-contre-choc pétrolier…. tout simplement parce que les investissements auront baissés.

      la dynamique du pétrole conventionnel avenir est baissière mais avec des fluctuations. si vous regardez uniquement quand ça remonte vous finirez par croire qu’il y a une forte croissance. le déni sert à rien. c’est un défi qui exige que nous mutions grâce à des systèmes plus sobres avec des populations qui arrêtent de grossir de manière déraisonnable.

  • L’analyse de l’auteur et celle de minipouce29 sont plutôt complémentaires que contradictoires, une baisse de prix faisant obligatoirement des gagnants (consommateurs) et des moins heureux (producteurs, sous-traitants, etc).

    Là où minipouce29 a raison, c’est sur l’illusion de vouloir remplacer le pétrole (haute densité énergétique continue) par les moulins à vents et autres pseudo-énergies moyenâgeuses faiblement concentrées et intermittente : le seul projet éolien et solaire qui fait sens économiquement est la corde à linge.

  • (je precise que je travaille dans le section de l’O&G)

    La production journaliere de pétrole est de 90 000 000 barils/jour. Une baisse du baril de 100$ à 30$ a donc permis d’économiser (ou en perte) de 6.3 Milliards de $ par jour, soit 23 000 Milliards de $ par an.

    Ou sont passés ces milliards? Enlevés de la poche des dictateurs? Un peu peux etre?
    Non, cela traduit une baisse de la croissance mondiale. L’économie a besoin d’argent frais pour continuer.
    Cette baisse va t-elle creer plus d’emploi qu’elle n’en détruit en France? Pas sur du tout. Les societies de transport de font pas embaucher à tour de bras si l’économie est ralentie. Moins d’investissements sont les futurs chomeurs de demain…

    Alors oui ca fait plaisir de payer moins cher à la pompe, comme cela faisait plaisir au gens d’acheter des trucs pas cher made in China, sans ce soucier de l’avenir.

    Oui le pétrole est de l’energie concentrée, sans autre equivalent pour le moment.
    Attention aux siresnes de la COP21…

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Depuis son investiture l’an dernier, Joe Biden fait paraître Gaston Lagaffe comme un habile funambule jonglant sans se blesser avec des tronçonneuses. Non seulement il gâche tout ce qu’il touche sans en assumer la responsabilité au moins partielle, mais il rappelle la grande hypocrisie des médias quand vient le temps de rapporter les actions d’un président « du bon côté. »

En effet, alors que tout édit du méchant homme orange était perçu comme (insérer variant du fascisme à la mode), la même action effectuée par un démocrate est estimé... Poursuivre la lecture

En politique, on adore exagérer ses exploits et minimiser ses échecs. Mais avec les démocrates de Joe Biden, cette minimisation fait place au déni, voire aux #fakenews que les vérificateurs de faits auraient vite étiqueté comme tel s’ils avaient été réalisés par les Républicains.

En ce mois de l’histoire des femmes, il était évident qu’on mentionnerait le mythique écart salarial entre hommes et femmes, qui atteint 17 % selon les statistiques projetées partout le 15 mars, jour officieux pour l’égalité salariale.

Si écart il y a v... Poursuivre la lecture

À la fin du mois de février 2020, le monde redécouvrait le spectre lointain et oublié des pandémies qui avaient décimé tant de populations dans l’histoire de l’humanité. Deux ans plus tard, une autre plaie oubliée s’abat sur le continent européen, la guerre.

Dans les deux cas, afin de lutter contre ces fléaux, l’arme économique et financière est de sortie. Une première arme commune à ces deux épisodes malheureux, l’argent magique et les taux négatifs, un autre virus qui a infecté les banques centrales depuis des années et dont on ne s’... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles