Crises, conflits, et krach en vue : 2016, une année mal partie…

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
explosion atomique credits Pierre J (licence creative commons)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Crises, conflits, et krach en vue : 2016, une année mal partie…

Publié le 20 janvier 2016
- A +

Par Jacques Garello.

explosion atomique credits Pierre J (licence creative commons)
explosion atomique credits Pierre J (licence creative commons)

Panique dans les bourses asiatiques, chute sur toutes les places du monde : l’année 2016 est mal partie. Conflit sévère entre l’Arabie saoudite et l’Iran : la poudrière du Moyen Orient va-t-elle exploser ? L’économie russe au plus mal, l’Amérique Latine en éruption : le commerce mondial y résistera-t-il ?

Le contexte économique mondial ne porte pas à l’optimisme. La France peut-elle en souffrir ? Chez nous, la courbe du chômage ne s’inverse toujours pas, mais un grand programme de formation est lancé. Le scénario de 2008 se reproduirait-il en 2016 ?

Contingences et permanences

En économie, la prévision conjoncturelle est l’un des exercices les plus périlleux. D’une part, il existe des « accidents », assez souvent d’origine politique, donc imprévisibles. D’autre part, la conjoncture est par définition fuyante, la volatilité économique tient à l’impossibilité de maîtriser toutes les données dans un espace sans cesse élargi. Fort heureusement, derrière la conjoncture il y a les structures, les permanences qui font une croissance durable ou accentuent une chute inévitable.

Prenons la « crise » de 2008. L’accident c’est la ruine des crédits « subprimes », la permanence, c’est la politique de facilité monétaire lancée en 2001 par crainte de voir l’économie américaine s’effondrer après les Twin Towers.

Enfin, il faut considérer que l’on confond facilement conjonctures boursière et économique. La bourse amplifie les fluctuations de la production et de la consommation. Les techniques numériques accélèrent encore l’amplification. Ce faisant, la bourse a paradoxalement un effet stabilisateur, parce qu’aggraver une baisse c’est souvent s’en mieux prévenir. Mais en sens inverse les signaux boursiers peuvent égarer les opérateurs, dont le mimétisme est redoutable.

Les accidents actuels

Le plus spectaculaire est incontestable l’effondrement des bourses asiatiques. Récemment, la place de Shanghai a plongé de 6,85% et celle de Shenzhen de 8,2%. Dans la foulée, Tokyo, Shanghai perdaient plus de 3 %. À Paris, le CAC se retrouvait juste au-dessus de 4.500 points. L’accident, c’est encore la tension très forte entre Riyad et Téhéran. L’Arabie saoudite a décapité une quarantaine de « terroristes », dont le cheik chiite Al-Nimr : la guerre de religion entre chiites et sunnites va-t-elle s’intensifier ?

Enfin, l’accident c’est aussi la dérive de la Russie et du Brésil, deux des quatre grands pays émergents. Dans les deux cas, les monnaies nationales ont perdu toute valeur, la dette extérieure s’est brusquement accrue.

Les permanences négatives

Ces accidents ont en réalité des racines profondes. La Chine est affaiblie par deux facteurs : l’un est la dictature politique, qui a mis les entreprises entre les mains de la nomenklatura communiste, ce qui ne manque pas d’entraîner corruption, irresponsabilité ; l’autre est la rapidité (mais aussi l’urgence) du développement du pays, qui crée une pression sur les approvisionnements en énergie et matières premières. La Russie n’a jamais réussi à mettre en place une production industrielle compétitive, elle n’a d’autre ressource que l’exportation de pétrole, dont les cours s’effondrent. Poutine dépense beaucoup d’argent pour financer sa politique de prestige national et d’intervention en Syrie. Mais la dépense est financée par une inflation galopante. Enfin, le Brésil, très lié à la Chine, se noie dans la corruption, le nouveau ministre de l’économie Barbosa va rompre avec la politique de Lévy, jugé trop « austère » : après une décroissance de près de 3 %, un nouvel échec est en perspective.

Les permanences positives

L’une est la révision de la politique de la Fed et la réorientation des taux d’intérêt à la hausse. Elle traduit l’optimisme des autorités monétaires américaines sur la santé de leur pays, désormais premier exportateur mondial d’énergie. Mais cette politique ne fait pas l’affaire de Mario Draghi et de tous ces Européens qui cherchent à affaiblir délibérément l’euro et en sont restés, pour l’instant, à lutter contre la déflation !

De ce point de vue, la tension permanente entre la Grande-Bretagne et la zone euro va sans doute trouver une issue, la position de David Cameron, naguère considérée comme déraisonnable, marque des points auprès de tous ceux qui estiment, à juste titre, que l’Europe de Bruxelles fait fausse route.

Allemagne, Pays-Bas, voire Italie et Espagne, retrouvent la voie d’une (faible) croissance et le chômage y est en train de se stabiliser. Une mondialisation toujours active, des produits de base et une énergie bon marché, le retour à la stabilité budgétaire : voilà sans doute la toile de fond de l’économie 2016. Reste évidemment le cas de la France : ici nous sommes en pleine aventure politique, car ce n’est ni la formation de 500.000 chômeurs ni les bienfaits de la loi Macron qui suffiront à renouer avec la prospérité.

Sur le web

Lire sur Contrepoints notre rubrique chômage

Voir les commentaires (6)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (6)
  • Merci pour ce résumé de la situation.

    « L’Arabie saoudite a décapité une quarantaine de « terroristes », dont le cheik chiite Al-Nimr »

    Pas besoin de guillemets.

    « la guerre de religion entre chiites et sunnites va-t-elle s’intensifier ? »

    C’est une erreur courante que l’on voit sur le moyen orient. Il n’y a pas vraiment de guerre entre les sunnites et les chiites. Il y a la guerre des chiites duodécimains khoménistes contre le reste du ME.

    « La Russie n’a jamais réussi à mettre en place une production industrielle compétitive, elle n’a d’autre ressource que l’exportation de pétrole, dont les cours s’effondrent. Poutine dépense beaucoup d’argent pour financer sa politique de prestige national et d’intervention en Syrie. Mais la dépense est financée par une inflation galopante. »

    Sans oublier que les jeunes éduqués des grandes villes (en général ceux que l’on peut qualifier de « progressistes » dans la plupart des pays) s’en vont. Le mélange de crise économique et de répression politique toujours plus forte leur fait perdre tout espoir dans la Russie qui n’arrive pas à tourner la page de son passé impérial pour devenir un pays normal.

    Nul doute que cela arrange Poutine et sa clique, qui en réalité n’ont pas besoin du peuple russe (ce n’est qu’un poids mort dans leurs projets) mais juste de quelques dizaines de milliers de personnes pour extraire le pétrole, mais les perspectives à long terme de ce pays semblent très sombres.

    • AlainCo (@alain_co)
      20 janvier 2016 at 10 h 17 min

      Ne pas parler de la guerre entre les wahabite saoudiens et le reste du monde musulman, qui soit se soumet, soit résiste fait preuve d’un bias plus qu’évident.

      Ne serait(ce que l’indonésie en a par dessus la tête de l’influence saoudienne dan ses affaires religieuses, qui deviennent politiques.

      Que les chiites n’aprécient pas d’être traités d’infidèles, peut aussi se comprendre, mais les sunnites aussi, peut être plus « le cul entre deux chaises » (et bien financés) n’appréient pas tous l’amitié envahissantes des émirats.

      • La grande majorité des pays arabes, si on exclu quelques dictatures en décomposition comme l’Algérie ou la Syrie, soutiennent les pays du GCC face à l’Iran. Le monde musulman se portait bien mieux avant que l’Iran commence à faire n’importe quoi dans les années 80. Pour vos chiites traités d’infidèles, on aimerait bien savoir de quoi vous parlez…

        « n’appréient pas tous l’amitié envahissantes des émirats. »

        Vous confondez tout, l’AS n’est pas un émirat…

    • Face de Rat Tisseur
      20 janvier 2016 at 23 h 39 min

      C’est une erreur courante que l’on voit sur le moyen orient. Il n’y a pas vraiment de guerre entre les sunnites et les chiites. Il y a la guerre des chiites duodécimains khoménistes contre le reste du ME.

      Et citons les appels à de EI à liquider les chiites ou qu’ils se trouvent afin de compléter votre vision idyllique de la situation.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Jean Degert.

La saison de Formule 1 s’achève cette année encore dans le Golfe persique, cette fois-ci dans trois pays différents, dont deux nouveaux au calendrier, le Qatar il y a deux semaines et l’Arabie saoudite le week-end dernier.

Le royaume dont le Prince Mohammed ben Salmane est devenu la figure à l’international, est le dernier à ouvrir ses portes aux compétitions sportives mondiales. Cette première épreuve s’est déroulée sur un circuit jugé très dangereux et dont la construction s’est achevée quasiment au dernier mo... Poursuivre la lecture

Par Natasha Lindstaedt, University of Essex. Un article de The Conversation

Ils encerclent désormais Kaboul et négocient avec le gouvernement du président Ashraf Ghani une transition pacifique du pouvoir. Leur emprise sur le pays est désormais quasi totale. Leur victoire éclair intervient à peine un mois après le retrait des troupes américaines.

Au cours des vingt dernières années, les États-Unis ont déversé des milliers de milliards de dollars sur l’Afghanistan pour chasser les talibans. Cet effort financier col... Poursuivre la lecture

0
Sauvegarder cet article

Par Yves Montenay.

Le voyage qui suit se déroule à la fin des années 1970. Les pays producteurs de pétrole n’avaient pas encore construit les forêts de gratte-ciels d’aujourd’hui, ni financé à grande échelle l’islamisme et le terrorisme international.

En 1974, j’ai fait mon premier voyage sur la Lune, c’est-à-dire en terre d’Islam, dont elle est un des symboles comme en témoignent les croissants de lune des drapeaux.

C’est l’époque du premier choc pétrolier, les prix du pétrole s’envolent et Jean, grand cadre de l’entrepr... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles