La seule banque qui respecte les règles d’endettement

Est-ce que Citigroup serait une banque au comportement exemplaire ?

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Money savings-Licence Creative Commons

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

La seule banque qui respecte les règles d’endettement

Publié le 17 janvier 2016
- A +

Par Jean-Pierre Chevallier

Money savings-Licence Creative Commons
Money savings-Licence Creative Commons

 

Citigroup1 est depuis le 1° trimestre 2015, la première et la seule grande banque (de la liste des banques systémiques mondiales) à respecter la règle prudentielle d’endettement préconisée par ce bon vieux Greenspan à savoir un leverage réel inférieur à 10 correspondant à un ratio Core Tier 1 réel supérieur à 10 %, en progression par rapport aux précédents trimestres et sans tricher,

Document 1 :

J-P Chevallier
J-P Chevallier

La performance est absolument remarquable !

Document 2 :

Les dirigeants de Citigroup ont entrepris des restructurations énergiques en sortant de la banque les activités les moins rentables (le total des actifs baisse) et en diminuant les coûts, ce qui conduit à des bénéfices record de 17,24 milliards de dollars en 2015. Une réussite parfaite !

Comme je l’ai déjà écrit : « Partout dans le monde, les autres grandes banques ne respectent pas les règles de bonne gestion prudentielle d’endettement, ce qui est particulièrement dangereux.

La situation est encore pire dans la vieille Europe comme le montrent les chiffres des leverages réels et le blocage du marché interbancaire dans la zone euro.

Les dirigeants des big banks américaines too big to fail ont très bien compris qu’il fallait qu’elles respectent cette règle prudentielle d’endettement préconisée par ce bon vieux Greenspan à savoir un leverage réel de 10,0 au maximum correspondant à un ratio Core Tier 1 réel de 10,0 % au minimum sans qu’il soit nécessaire de la faire passer en tant que règle impérative, c’est-à-dire en tant que loi.

Il est très instructif de constater qu’en Europe, c’est le contraire qui se passe : les dirigeants des big banks too big to fail ont réussi à faire adopter des réglementations absconses qui les arrangent, en particulier avec ces actifs pondérés des risques.

Comme les Européens lambda ne comprennent rien à ces problèmes bancaires fondamentaux, personne (ou presque !) ne réagit comme il aurait fallu le faire.

Pour l’instant, tout va bien, enfin presque, apparemment, en Europe. »

Sur le web

  1. Le dernier rapport financier est disponible ici.
Voir le commentaire (1)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (1)
  • Bonjour,

    Comment voulez-vous que le « citoyen Lambda » comprenne quelque chose quand vous même vous exprimez dans un langage abscons!
    Expliquez a Lambda les termes techniques et Sapiens comprendra

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Geert Noels est ce qu’il est convenu d’appeler en Flandre, een bekende Vlaming, un Flamand influent. Licencié en sciences économiques appliquées de la Haute École de Commerce d’Anvers et titulaire d’un MBA de la K.U. Leuven (la section flamande de l’Université catholique de Louvain), en 2009, à la suite de la crise, il a fondé et dirige la société de gestion de patrimoine Econopolis. Il s’est fait connaître du public grâce à un premier livre, Econochoc, vendu à plus de 100 000 exemplaires, et en tant que leader d’opinion dans différents média... Poursuivre la lecture

Par Corentin de Salle.

Corentin de Salle relit Smith sur les grandes entreprises qui sont « sauvées » par les autorités, « too big to fail » dit-on aujourd’hui. Pourquoi ces sauvetages et ce « statut » sont-ils profondément injustes, et profondément contraires à la vision libérale ?

Déjà à son époque Smith vitupère contre ces grandes « compagnies » protégées par leurs rapports incestueux avec le pouvoir politique. Déjà à l’époque, la connivence entre économique et politique permet la privatisation des profits mais… la collectivi... Poursuivre la lecture

0
Sauvegarder cet article

Par Eric Verhaeghe.

Si la Deutsche Bank entraînait l’économie mondiale dans un nouveau désastre, nous pourrions en rire (jaune), car il s’agirait bien d’une très ironique revanche de l’histoire. L’Allemagne si superbe épuiserait de cette façon le filon qu’elle creuse depuis sa réunification : celui d’un appauvrissement artificiel de ses concurrents européens jusqu’à sa propre destruction.

La Deutsche Bank, joyau allemand…

La Deutsche Bank n’est pas seulement la première banque allemande. C’est aussi un établissement symbolique, ... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles