L’islam radical, d’Antoine-Joseph Assaf : un livre à lire pour y voir clair

Une étude dense et érudite sur l’islam radical d’aujourd’hui.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

L’islam radical, d’Antoine-Joseph Assaf : un livre à lire pour y voir clair

Publié le 16 janvier 2016
- A +

Par Francis Richard.

l'islam radical antoine assafAujourd’hui qui ne se pose pas de questions sur l’islam, et plus particulièrement sur l’islam radical ? Le livre d’Antoine-Joseph Assaf décevra inévitablement ceux qui ont sur le sujet des opinions tranchées au cimeterre, ceux qui ne cherchent pas à comprendre, ceux qui ne font pas dans la nuance, ceux qui prétendent savoir et qui sont ignorants de leur ignorance.

De ce livre dense, très dense même, foisonnant, qui témoigne de grandes connaissances sur le sujet, que peut-on retenir ?

  • que l’islam radical n’est pas chose nouvelle
  • que la donne a changé après le 11 septembre 2001
  • que l’islam pourrait très bien s’accomplir

L’islam radical n’est pas chose nouvelle pour Antoine-Joseph Assaf

La succession du Prophète ne s’est pas faite sans divisions, celle, notamment, entre sunnites et chiites. Et pourtant c’est sous les premiers califes que l’islam a connu une expansion phénoménale dont la nostalgie nourrit aujourd’hui encore l’islamisme :

« D’un côté, il y a la certitude, et de l’autre, la force et la détermination. La certitude du messager de Dieu dans l’exercice de sa mission et la force armée qui n’hésite pas à s’affirmer par le glaive après la parole. »

Dans cette partie historique, Antoine Assaf parle du rêve fracassé de Lawrence d’Arabie qui aurait bien voulu unifier le royaume arabe, de l’esprit radical du wahhabisme qui n’aurait pas connu de succès sans l’appui de la famille Saoud, de la confrérie des Frères musulmans qui a prôné la résurrection de « l’idée d’un djihad incarné, réel, charnel et combatif pour atteindre la libération ultime. »

Dans cette même partie, Antoine Assaf parle de l’alliance entre Adolf Hitler et Hadj Amin al-Husseini (Le Grand Mufti de Jérusalem), du sionisme, du renfort de trente mille musulmans à la machine de guerre nazie, de la lettre de lord Balfour à lord Rothschild publiée en 1917, de la création d’Israël, des guerres israélo-arabes, de la paix avec l’Égypte, de la guerre au Liban et des guerres du Golfe.

La donne a changé après le 11 septembre 2001

La source du problème, selon Antoine Assaf ? Elle se trouve dans la crise qui agite le Proche-Orient depuis la création d’Israël : « L’évolution de l’histoire a ramené le peuple juif en Terre sainte, et ce retour d’un peuple opprimé a perturbé le cours de l’histoire des pays arabes, qui essayaient de renaître après la chute de l’Empire ottoman ».

Avec les attentats du 11 septembre, « l’islam radical a voulu faire trembler les États-Unis et les atteindre au cœur. En fait, le géant n’a tremblé que pour faire trembler plus encore le monde qui l’entoure, ce monde qu’il domine par des influences directes et indirectes ». À partir de cette date-là, l’islam radical s’est mondialisé et la riposte à l’islam radical s’est elle-même mondialisée.

Depuis le 11 septembre, il y a eu l’intervention en Afghanistan, la troisième guerre du Golfe en Irak, la guerre au Liban entre Israël et le Hezbollah, les printemps arabes, la guerre en Syrie et le rôle de l’Iran au Proche-Orient. Et, en toutes ces circonstances, l’islam radical est présent, avec des fortunes diverses, tissant sa toile d’araignée…

Ce qui est certain, c’est que l’avenir du monde est incertain… et que nombre d’États jouent double jeu face à Daech : l’Arabie Saoudite en le finançant tout en étant l’alliée des États-Unis, la Turquie en ne le considérant pas comme un ennemi, l’Iran en le laissant se développer tout en proposant de participer à une coalition pour le combattre…

L’islam pourrait très bien s’accomplir

Pour cela – pourquoi pas – il faudrait :

  • que les textes ne soient pas considérés comme trop sacrés : « L‘islam se radicaliserait encore plus dangereusement et plus militairement s’il ne sortait pas de l’exégèse absolue, qui est l’expression de la mort que donne la lettre quand elle étouffe l’esprit. »
  • que l’homme reste libre « dans son acceptation comme dans son refus de Dieu » : « Cette liberté même est le signe de la divinité en nous. »
  • que le droit humain et le droit divin ne soient pas confondus : « C’est de cette confusion que viennent les attitudes obscurantistes, qui poussent les chefs radicaux à s’obstiner, au mépris de toute évolution dans l’histoire, à déclarer valides et applicables de nos jours des préceptes qui ont géré une société tribale médiévale sous la forme d’une législation absolue (charia). »

Antoine Assaf espère en un monde « qui verrait un certaine esprit de profondeur, un esprit tenace cherchant à temps et à contretemps les vraies finalités de l’œuvre commune de la raison dans l’histoire ».

À la fin de son essai, pour illustrer son propos, il évoque l’évêque d’Hippone : « Saint Augustin méditant sur l’histoire a souligné dans sa Cité de Dieu comment « deux amours ont donc bâti deux cités : l’amour de soi jusqu’au mépris de Dieu, la cité terrestre ; l’amour de Dieu jusqu’au mépris de soi, la cité céleste » ».

Il ajoute : « Il a également conçu qu’on ne pouvait comprendre la paix ni la réaliser qu’en la définissant comme étant la tranquillité du de l’ordre, ordre sans lequel le monde des hommes et l’univers tout entier sombreraient dans un chaos où Dieu serait pour toujours absent. »


Sur le web

Voir les commentaires (20)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (20)
  • On ne comprend pas si l’on parle de l’islam radical ou du terrorisme, car le terrorisme est un mouvement très récent. Il serait bon d’avoir une explication qui colle avec le timing. Ce n’est que dans les années 80 que l’on a vu les premiers attentas arriver. Peut être serait il bon de revenir sur l’histoire du moyen orient autour de ces dates pour comprendre ce qui arrive ?

  • L’islam pourrait s’accomplir si… i n’était pas l’islam . On pourrait dire la même chose du communisme ou du nazisme. Avec des si on mettrait Paris en bouteille. Si en 1400 ans l’islam n’a pas réussi à créer un monde de paix, de développement, de justice, de liberté , d’innovation, de plaisir de bien être , de respect des autres etc…. c’est tout simplement que quelque chose bloque. Le problème fondamental est que changer les textes pour l’islam n’est pas possible ( à la différence du christianisme qui lui peut évoluer) car il est supposé être transmis par Allah, donc parfait ( comme si Allah pouvait écrire des textes!) . Toutes les tentatives ont échoué et ce partout dans le monde , quels que soient les nombreux pays, quelles que soient les ethnies, les peuples, les langues. L’islam ne peut subsister que si il s’accroche aux valeurs occidentales pour s’alimenter . Même les pays riches ne réussissent pas à développer un système durable et satisfaisant.

    • @prolux : « christianisme qui lui peut évoluer » : oui , mais plus encore que cela : il est bâti POUR évoluer , c’est un des message du christ et c’est bien pour cela entre autre qu’il a été tué : il bousculait toutes les certitudes, les coutumes , les règles , a mis chacun et chacune libre et en responsabilité devant ses propres choix.

  • Ce que l’islam radical ou non à le plus besoin, que ça soit pour ses amis ou ses ennemis, c’est qu’on ne fasse pas un sujet par semaine sur son sujet… Surtout sur contrepoints qui a selon moi plus vocation à parler d’économie, d’apprentissage, d’éducation,…

    • @liberte adorée Euuuh , ce n’est pas la faute de contrepoints si des terroristes se réclamant de lui font sauter des gens innocents tous les jours … Et j’imagine que la première liberté est de parler de ce que l’on veut dans un journal ?

      • 50.000 français meurent chaque année à cause de l’alcool, soit mille fois plus que le terrorisme islamique…. Et zéro article qui en parle, que ça soit sur les médias mainstream (ce qui pourrait se comprendre c’est pas consensuel de comparer les 2) mais contrepoints….
        Et je ne vais pas parler des 70.000 du tabac, les morts liés aux stups, les assasinats,… Bref toutes les causes quii tuent bien plus que le très médiatique terrorisme islamique.

        Arrêtez de toujours rapporter ce vieux theme du « la liberté c’est de parler de ce que l’on veut » que je vous opposerais à « et c’est la première liberté que de dire que d’après moi on en parle trop, et que de ne relayer que ce que les médias trad font, je perds l’intérêt d’un petit média alternatif » bref mon opinion quoi.

    • justement c’est bien d’avoir une pluralité de sujet et puis sur l’économie, l’apprentissage et l’éducation le fond des article et souvent homogène du coup on ne sort pas vraiment des sentiers battus.

      • Plutôt d’accord avec vous, mais je ne me plaint pas qu’on en parle, mais que chaque semaine il y a un ou deux articles sur le sujet, on va vite faire le tour…. Il y a d’autres sujets. Ceux dont j’ai parler étaient suivis de 3 petits points, sous entendu, tous les sujets de la planète.

        • +1

          Puis les articles sur l’islam font partie de se qui se fait de plus conformiste en ce moment, on est très loin de sortir des sentiers battus.

  • L’Islam est par définition « Radical », car il n’est pas seulement religieux, mais avant tout politique et totalitaire.
    Le coran est un tissus, de n’importe quoi, de violences, et de contradictions.
    Définir un texte incohérent comme source unique, à l’exclusion de tout autres, pour organiser la vie sur la planète entière, est une démence ultime et l’absolu du totalitarisme.
    Tant qu’on a pas intégré cette réalité, il est vain de disserter sur la différence entre le nazislamiste méchant , et son complice gentil, et vice versa.

    • Non certaines formes de l’Islam plus radicales que d’autres l’on emportées sur les autres.

      Le Wahhabisme ne serait jamais développé dans la région sans une de circonstance entre pouvoir religieux et politiques locaux.
      Historiquement l’Islam était pratiquée de manière très hétéroclite dans la péninsule arabique, syncrétisme, courants philosophiques avec multitude de traditions et coutumes dans le cadre de la tribus du clan ou de la citée.

      La vision de l’Islam prôné par les monarchies du golfe et plus largement du moyen orient n’a jamais été majoritaire.
      Le salafisme ou retour soit disant au vrai islam est un courant apparu au haut moyen âge et qui s’est quasiment éteint au bas moyen âge, les pratiques dans la région étaient pour schématiquement simplifier « libéral », et le cadre d’interprétation de cette religion était limité à des aires très réduite.

      C’est en partie avec l’affaiblissement de l’empire Ottoman qui était multinational et pluri-ethnique et la construction des Etats que les courants les plus rigoristes de l’Islam ont pris de l’ascendant.
      Avant les Saoud la majorité des Oasis de la région étaient plutôt soufis.

      Le fondateur du wahhabisme était haïs des tribus locales des membre de sa famille l’accusaient de faire du rigorisme et de l’extrémisme un des pilier de l’Islam, les Saoud se sont servis de lui pour conquérir la péninsule arabique et mettre au pas les tribus locales, d’ailleurs tout monuments, sépulture ou lieux de cultes ne correspondant pas à l’interprétation de cette Islam étaient purement rasé avec des lieux saints déjà historique dans la religion musulmane.

      D’ailleurs le fondateur du wahhabisme a proclamé une fatwa rendant la rébellion au prince et le non respect de la « vrai religion » illégal, ce qui lui a permis de conquérir et d’assoir par la force sa doctrine.
      C’est une sorte de millénarisme se retour au  »vrai » islam qui n’a existé que brièvement et s’est retrouvé revigoré avec l’Etatisation de la région et la chute des Ottomans.

      Sous l’empire Ottaman, la pratique de l’islam était plus tolérante ainsi que le regard des autorités bien plus libéral dans les 16-17 et 18ème siècle qu’aujourd’hui le dualisme chiite/sunnite était dilué dans un agrégat de pratiques et traditions très diverses.

      • A qui voulez vous faire croire encore une fois que le Wahabisme serait lié au terrorisme.

        Encore une fois, aucun mouvement terroriste n’est wahabite.

        Pour le terme radical, c’est un terme forcement péjoratif et l’article semble inclure tout ceux qui font de l’Islam politique, en ce sens, le Maroc, Oman Idabiste ou n’importe qu’elle régime ou la charia a une importance serait « radical ».

        Votre vision est aveuglé par la haine envers l’Arabie Saoudite, on ne sait pourquoi?

        Vous affirmé en gros que le califat Ottoman était la religion modéré et les Saoud la religieux immodéré qui aurait reversé les Califes, mais en plus du fait que ce n’est pas l’Arabie Saoudite qui a lançé le mouvement, mais que ça c’est fait en de nombreux endroit en même temps doit on vous rappeler que même du temps du calife il y a avait de nombreux Etats musulmans.

        Si je suivait votre raisonnement pourquoi plus l’Arabie Saoudite que Oman ou le Maroc qui avait une veille monarchie islamique national?

        De plus le califat Ottoman est hérité par abdication des califes Abbassides, Califes qui ont fait tombés les Omeyyades à cause justement selon eux de leurs manque d’orthodoxie.

        Je ne vois pas en quoi le califat d’Istenbul était modéré, ni en quoi il était contre les nations, il avait des relation avec de nombreux Etat et l’alliance n’était pas entre un savant et un roi, mais le savant était le roi lui même.

        Un peu comme le pape à l’époque des Etats pontificaux.

        • Pas à vous j’en ai bien conscience encore que vos raccourcis simplistes témoignent de la faiblesse de votre argumentaire…
          En dehors d’assertions que vous présentez comme véridique j attend une contre argumentation un peu plus poussé et factuelle.

          Aucun mouvement terroriste n est Wahabbites?
          Ou avez vous que j identifié un mouvement terroriste au wahhabisme?
          Le wahhabisme n’est qu un nominatif des intellectuels orientalistes du 18eme pour nommer les nouveaux adeptes de mouvements ils se reclament eux même hanbalites, hanbalisme école la plus rigoriste de l’Islam.

          Pour le reste votre commentaire ne contredit en rien mon propos qui se limite au moyen orient. Le Maroc a ma connaissance n’a pas imposé par la force sa doctrine.

        • Prouvez moi le contraire alors que le wahhabisme n’a in fine aucun lien direct ou indirect avec la diffusion historique de l’islam radical et de mouvements utilisant le terrorisme pour diffuser leur idéologies.

          Bah je n’ai personnellement aucun problème avec l’AS c’est juste que je trouve ridicule et hypocrite tout cette campagne de dénigrement de l’Iran alors qu’on est allié à un l’AS qui a une vision de l’islam bien plus rigoriste et plus ancienne.
          D’ailleurs la levée des sanctions même si elle est loin de régler la majorité des contentieux entre l ‘Iran et l’Occident est une bonne chose et un joli pied de nez au pays du Golfes et de la région.

        • « Votre vision est aveuglé par la haine envers l’Arabie Saoudite, on ne sait pourquoi ? »

          l’AS a aidé les USA à faire tomber l’URSS en faisant chuter les cours du pétrole. C’est une alliance qui fonctionne depuis longtemps (d’abord avec la France puis avec les USA). On comprend pourquoi il est primordial pour certains pays de la faire capoter. Il y a déjà eu beaucoup de propagande dans le monde arabe pour que l’AS lâche l’occident à cause des palestiniens, maintenant c’est l’inverse.

          • Mdr pourquoi cette obsession de l’URSS ça devient du complotisme, vous la voyez partout ou, vous pensez que tous ce qui ne pense pas où ne raisonne pas comme vous sont des nostalgiques de la guerre froide?
            Faudrait penser à changer de logiciel un de ces 4, n’en déplaise à votre vision bien binaire du monde.
            Je crois qu’il n’ y a pas un seul de vos commentaire sans Poutine, Staline, URSS et communiste, seriez vous êtes un coco refoulé?
            Bref la fin de l’histoire c’était un conte de fée.
            Et puis parler de l’URSS pour parlez de la Russie encore une preuve d’un amateurisme non dissimulé, vous avez la prétention de parler de sujets que vous ne maîtrisez guère le tout avec un parti pris bien comique.
            « L’AS à aidé les USA a faire tomber l’URSS »:…merci pour cette contribution.
            Le fait que vous rameniez tout à l’économique et d’une piètre manière montre clairement votre incompréhension de la dimension politique dans le système international.

    • Nazislamisme…
      Allez comme ça je vais jouer à la preuve par 3, car à affirmations vide, il faut y opposer la preuve par 3.
      J’ai 3 amis musulmans, qui ne veulent ni faire péter la France, ni me transformer en musulman, bref parfaitement discret.
      Je pense que si vous me trouvez 3 nazis qui peuvent en faire autant que mes 3 amis musulmans, alors ça serait un scoop. Si on part de ce principe, alors je peux dire que vous êtes un naziespritcritique… Les qualificatifs à référence historique sont souvent la preuve d’un vide sidéral d’arguments comme le célèbre « cela me rappel les heures sombres de l’histoire » l’argument socialiste par excellence.

  • Euh, islam radical ? Il y avait un article érudit sur Contrepoints l’autre jour qui disait qu’on ne pouvait pas parler de l’islam en général mais qu’il fallait distinguer les uns des autres, les écoles différentes, les courants, etc. Ici, ce n’est plus le cas ?

    • +1 l’Islam radical c’est un processus politique et qui a finit par imprégner de manière sociétale le monde musulman.
      Encore une fois des processus politique telles que l’ étatisation de la régions, l’instrumentalisation des rivalités locales par les pays vainqueurs de la région au lendemain de la seconde guerre mondiale sont aussi des causes à mettre en avant.
      Le soutien des occidentaux au rebellions locales contre les Ottomans a eu pour conséquence l’accession au pouvoir de personnes rejetant clairement tout interprétation philosophique de la religion ou pratique hétérodoxes ne correspondant pas à leur  »vrai islam ».
      La haine entre sunnites et chiites étaient au départ une querelle dynastiques c’est devenu un prétexte à des enjeux politiques et géopolitique avec la fragmentation de la région en Etat donc les frontières était purement artificiel ce qui a eu pour conséquence la soumission des population a telle ou telle pratique ne correspondant en rien à la réalité ethnico-religieuse.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Mettons nous un instant à la place d’un Vladimir Poutine. Il faut bien comprendre qu’il lui est impossible de perdre cette guerre, puisqu’une défaite en Ukraine ouvrirait une boîte de Pandore extrêmement dangereuse pour l’unité de la fédération de Russie face aux velléités d’indépendance que pourraient manifester certaines républiques du Caucase entraînant de facto un effet domino sur d’autres républiques à forte population musulmane.

Pour l’instant, une certaine stabilité des relations entre le Kremlin et ses inféodés prévaut (Tchétch... Poursuivre la lecture

2
Sauvegarder cet article

Aujourd’hui, le terme croisade est passé dans le langage courant pour désigner une action militante : croisade contre le tabagisme, contre l’installation d’un champ d’éoliennes, pour une alimentation bio dans les cantines scolaires… En Occident, la référence religieuse aux croisades, l’histoire de ces croisés du Moyen-Âge partis libérer la Terre sainte, est oubliée ou enfouie dans nos manuels scolaires.

Mais pas dans l’imaginaire musulman ! Et pas seulement chez les islamistes radicaux, chez qui le souvenir des croisades est sans cesse... Poursuivre la lecture

Par Olivier Maurice.

Elles ne sont plus très nombreuses, les personnes qui ont connu la guerre. La guerre, la vraie, celle de 1914-1918, celle de 1939-1945, celle de Corée, d’Indochine, du Vietnam, d’Algérie ou d’ailleurs. Celle qui dévore, brûle, détruit, ravage. Celle où des gens tuent des gens parce qu’ils en ont à la fois le droit et le devoir. Celle où la mort est partout.

Cette guerre, nous ne la voyons plus que dans les jeux-vidéo, les images d’archive et des fictions cinématographiques. Parfois aussi dans quelques images... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles