[Mise à jour] Utopie libérale : l’imagination contre le pouvoir

Le pendant de l’utopie libérale, c’est l’idéologie social-démocrate.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Liberté (Crédits Scarleth Marie, licence Creative Commons)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

[Mise à jour] Utopie libérale : l’imagination contre le pouvoir

Publié le 1 janvier 2016
- A +

Republication de l’article « Le rôle de l’utopie libérale » publié le 24 octobre 2015.

Par Gabriel Lacoste

Liberté (Crédits Scarleth Marie, licence Creative Commons)
Liberté (Crédits Scarleth Marie, licence Creative Commons)

 

« Cette affirmation est utopique, donc elle n’est pas valide. » Voilà un raisonnement qui mérite une brève réflexion. Lorsque nous parlons société, nous utilisons souvent l’imagination pour proposer des alternatives à « l’ordre actuel ». Parfois, celles-ci n’existent pas dans le monde, mais seulement dans nos esprits. Le libre-marché, le communisme et la démocratie peuvent tous fonctionner de cette manière. Ils pointent alors un idéal à partir duquel la réalité est critiquée. Les énoncés « mais ceci n’est pas du libre-marché ! », « l’URSS n’était pas du vrai communisme ! » ou « notre système n’est pas authentiquement démocratique ! » n’ont de sens que dans ce contexte. Ils signifient « ce sont des idéaux, pas des réalités ». L’usage péjoratif du terme utopique rejette ce comportement comme étant puéril. Nos fantaisies mentales n’auraient de valeur que si elles se réfèrent à de l’existant.

Cette objection est la plus sérieuse contre le libéralisme économique. Peu importe notre approche, nous nous butons inévitablement à une frontière. Au-delà, aucune société n’a été aussi responsable que nous le voudrions avec son portefeuille. Certains secteurs comme l’éducation, la police, les routes et la santé n’ont jamais ressemblé à un marché purifié de la planification politique. Les meilleurs systèmes que nous y observons sont sociaux-démocrates, même s’ils incluent quelques éléments de choix monétaires. Dans ce cas, nous sommes condamnés à défendre la liberté pour la vente d’appareils électroménagers ou de tondeuses, mais non pour ce qui est au cœur d’une société. Comment surmonter ce défi ?

Démasquer l’idéologie

Premièrement, nous devons comprendre comment nos adversaires partagent la faute. Très peu décrivent la réalité sans user d’imagination. Nombreux sont ceux qui confondent l’étude des faits avec un enchantement du monde autour de nous. Sous prétexte de s’en tenir à ce qui a lieu, ils fabulent. Un chat affamé est un chat affamé et non un esprit séducteur poilu en manque d’affection. De la même manière, une taxe est une prise d’argent sans consentement et non un don à la société. Une élection est un choix confus, limité et contraignant plutôt que l’expression d’une volonté libre et claire. Les illusions de ce genre sont constantes lorsque nous parlons des autorités politiques. Sa réalité est voilée d’un écran de vocabulaires mystificateurs.

Imaginer un monde meilleur est peut-être un problème, mais regarder le monde actuel et le décrire comme s’il était merveilleux l’est davantage. Le pendant de l’utopie, c’est l’idéologie. Ceux qui s’y opposent sont les premiers à être dupes de ce petit jeu de l’esprit. En fait, l’utopie sert à contrer cette supercherie. C’est en imaginant une réalité différente de la nôtre que nous la dépouillons de ses fables. Par exemple, raconter l’histoire d’un marché de la justice où les postes de police nous vendraient des protections en situation de concurrence a une fonction pragmatique : montrer comment la monopolisation actuelle de la violence possède des attributs néfastes. L’imagination d’alternatives combat l’imagination du réel.

Défaire un système de croyance

Deuxièmement, nous devons comprendre comment notre pensée fonctionne comme un système et non comme un ensemble de croyances isolées les unes des autres. Au même titre que les astronomes d’antan percevaient le système solaire comme un mouvement autour de la Terre, nos sociologues d’aujourd’hui interprètent l’harmonie en société comme un mouvement autour des institutions politiques. Peu importe si nous discutons d’éducation, de santé, de pauvreté ou de routes, c’est le point focal autour duquel l’analyse converge. La plupart des libéraux partagent ce dogme. Ils conçoivent plus aisément l’existence de systèmes harmonieux complémentaires, mais placent encore l’État au centre de leur réflexion. C’est pourquoi ils acceptent de monopoliser par la force les fonctions vitales dites « régaliennes ».

Cette incapacité de réfléchir en dehors du paradigme dominant nuit au libéralisme. Le premier obstacle à nos idées, c’est précisément cette « astronomie » de l’harmonie humaine. Tant et aussi longtemps que l’essentiel de ce rôle, la composante « régalienne », appartient à une autorité centrale, il est quasiment impossible de montrer à quelqu’un que la maladie, l’ignorance ou la pauvreté seraient mieux combattues sans elle. La foi en l’État-Providence est un ensemble que nous ne pouvons pas défaire morceau par morceau. La manière la plus efficace de la déconstruire est d’attaquer directement son fondement : la croyance selon laquelle la civilisation tourne autour du pouvoir politique. En compromettant sur ça, les libéraux échoueront toujours sur le reste, car tout discours collectif gravite autour de ce seul et unique énoncé. Le reste en découle logiquement, tel un algorithme impitoyable.

Comment y parvenir ? Par l’utopie. Imaginer un monde où le centre de l’humanité, les lois et la générosité, ne dérivent pas d’institutions démocratiques mais marchandes montre comment notre compréhension de la civilisation est fondamentalement défaillante. Nous pouvons alors établir un changement de paradigme, à la manière de Copernic. Par ce détour, les marchés seront enfin conçus pour ce qu’ils sont : un lieu d’harmonisation des volontés. Les forces politiques apparaîtront alors clairement et sans nuances comme des lieux de confusion et de conflits où prospèrent des charlatans vindicatifs. Une fois ce mouvement de pensée complétée, il est beaucoup plus facile de modifier nos croyances particulières relativement aux écoles, aux hôpitaux, à la pollution, au commerce, aux routes et ainsi de suite.

Le critère de la vraisemblance

Troisièmement, il faut préciser que l’utopie ne doit pas être démontrée, mais seulement apparaître vraisemblable. Le but n’est pas de tout changer en un jour, mais de regarder systématiquement la réalité présente à la lumière d’un idéal qui la contredit. Le chemin pour l’incarner dans la réalité, lui, peut être graduel et prudent. Cependant, pour espérer des progrès dans cette direction, il faut que les bases de ce projet soient relativement bien ancrées dans une certaine réalité.

Les utopies libérales sont supérieures à celles des socialistes sur ce plan. Ces derniers rêvent de transformer l’humanité en une gigantesque tribu solidaire soudée ensemble par des liens quasi-familiaux. Rien dans le monde ne va dans cette direction. Cette fantaisie, loin d’orienter la société vers un idéal enchante des relations de contrôle arbitraires entre des gens qui ne se connaissent pas. Le socialisme n’est qu’idéologie. La même chose n’est pas vraie chez les libéraux. Les lieux de commerce qui relient des individus sans la supervision d’une autorité centrale sont présents autour de nous. Ils fonctionnent très bien. S’en servir pour construire une utopie ne réinvente pas les lois de l’humain, mais prend simplement les secteurs les plus civilisés de notre société, puis les déplace en imagination au centre de notre système plutôt que de les tolérer seulement en périphérie.

L’avenir d’une telle utopie

Un idéal doit porter un espoir. Sinon, il s’éteint. Le socialisme démocratique mourra pour cette raison. Ses institutions ne nous promettent plus rien. Son ambiance est celle d’une agonie menaçante. Qu’en est-il d’une société de marchés prospères et sans État ? Selon moi, il y a matière à rêver.

L’histoire humaine a vécu récemment un changement de paradigme. Avant, notre conception de l’harmonie humaine gravitait autour de Dieu. Des institutions concrètes en découlaient : les églises. Graduellement, la modernité a vu ce mode d’organisation se déplacer en périphérie au profit des institutions démocratiques, qui en ont occupé le centre et récupéré les fonctions. Le mouvement qui va de la renaissance à aujourd’hui se résume dans cette révolution « cléricale ». Ce phénomène n’a pas été purement intellectuel. L’apparition de nouveaux moyens de communication et de transport ont graduellement permis l’apparition d’une sphère de socialisation indépendante de la messe, favorisant l’éclosion d’une laïcité de plus en plus affirmée.

J’imagine assez aisément comment un libéralisme apolitique peut triompher lentement en suivant ce modèle. Nous apprenons à penser de plus en plus en dehors de l’école et du milieu de travail, deux lieux où l’État nous influence via les professeurs et les autorités syndicales. Cet effritement du contrôle politique sur nos esprits favorisera peut-être le dépérissement du système de pensées qui l’anime. Qu’est-ce qui prendra la place ? Logiquement : l’individu et ses réseaux d’activités marchandes.

Cette analyse va dans le sens de l’histoire. Elle est la continuation d’un seul et même phénomène : « la mort de Dieu ». Nos descendants ne feront alors peut-être plus la différence entre le personnage de Dostoïevski qui s’exclamait tragiquement « Si Dieu n’existe pas, tout est permis » et celle de nos contemporains qui disent « Si l’État du Peuple n’existe plus, ce sera le chaos. » Au fond, l’humanité peut mieux vivre en se passant de la figure paternelle, voilà tout.

Ayons le courage d’être visionnaires.

Voir les commentaires (12)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (12)
  • Tous les pères de cette terre et du ciel ne sont pas des pères fouettards.
    Un père aimant et exigeant stimule l’imagination!

  • Franck ABED le 1 janvier 2016 à 20 h 20 min
    Répondre
    Bonsoir,

    Je trouve intéressant que le libéralisme – pensée gauchiste – ne soit appliqué nulle part ou presque. Pourquoi ? Tout simplement car ce n’est pas possible. Le libéralisme est une utopie dangereuse à l’instar de toutes les pensées de gauche (socialisme, communisme etc).

    Cordialement,

    Franck ABED

    • Le libéralisme n’est absolument pas une idée gauchiste, c’en est même exactement l’inverse. Ce n’est pas non plus une utopie au sens étymologique du terme, l’article décrit d’ailleurs très bien ce paradoxe et ce besoin d’utopie chez l’être humain, qui nuit fortement au libéralisme.

      Soit vous ne comprenez pas le fondement du libéralisme, soit vous vous faites abuser par les gauchistes qui depuis des années, pervertissent le libéralisme en essayant de le réduire dans des dogmes positivistes qui conduisent tous à des contradictions.

      Le libéralisme est largement appliqué et violemment combattu sur toute la planète, que ce soit en économie, en sociologie, en psychologie, en éducation, en philosophie…

      Je suis très étonné ayant vu votre blog et votre bio, que vous n’ayez pas plus creusé le sujet, ne serait-ce que d’un point de vue purement historique.

      • C’est p-ê liberal au sens américain. Là il aurait raison.

      • Cher Monsieur,

        J’ai bien évidemment creusé le sujet… C’est bien mal me connaître de croire que je prends parti sans étudier à fond…

        Je suis allé deux fois à l’Université d’Automne en Economie Autrichienne organisée par Cécile Philippe (Directrice de l’Institut Economique Molinari). J’ai lu des livres sur l’économie et le libéralisme. Je suis par ailleurs professeur d’histoire-géographie. Je peux donc dire sans être taxé d’incompétence que le libéralisme, historiquement et dans ses fondements est une idéologie de gauche.

        Bien cordialement,

        Franck ABED

        • Je n’ai pas parlé d’incompétence, évitez svp les hommes de paille.

          Le libéralisme n’est pas une doctrine, il ne s’étudie pas dans un institut ou dans les livres d’histoire.

          C’est un principe philosophique appliqué à la vie publique : celui d’admettre que les autres pensent différemment.

          Pour un chrétien cette affirmation coule de source : les idées des hommes ne sont pas de près ou de loin les idées de Dieu.

          Le gauchiste perdu dans la contemplation de son moi intérieur, ne peut imaginer le monde autrement que selon ses idées, il ne peut imaginer le monde sans ordre, il ne peut admettre la transcendance : il ne peut être libéral, ou ne peut l’être qu’à un certain point : ses certitudes l’empêcheront toujours d’admettre la magie du monde, de s’effacer devant le doute.

    • Dans mes réflexions tordues, je vois la pensée libérale comme l’expression du doute, la gauche comme l’expression d’un désir d’harmonie qui serait plus conforme à ce qui nous traverse les tripes (ou tout simplement la révolte). Comme il y a tellement d’imaginaires collectifs à déconstruire (y compris le libéralisme lui-même ou vu comme tel), je ne vois aucune incohérence à ce que le libéralisme puisse être vue par certains, et à une époque plus que d’autres, un courant de gauche.

      • Le problème est que vous utilisez la définition autoproclamée de la gauche : celle d’être le camp du bien, le camp de ceux qui veulent changer les choses et veulent un monde meilleur. Ce qui n’est pas typique de la gauche, même le plus conservateur des réactionnaires veut un monde différent de celui dans lequel il vit et l’imagine forcément meilleur.

        Cette rhétorique est du pur marketing : elle n’a de but que de faire croire à chaque électeur, contribuable, esclave potentiel qu’il est de gauche : qui voudrait d’un monde « pire » ?

  • L’idéologie se nourrit des émotions, or les émotions évoluent actuellement majoritairement à cause du facteur technologique et des connaissances, devenus accessibles.
    Je ressens une tendance vers l’individualisme, donc un rejet du dogme de pouvoir, qui nécessite les autres pour exister.
    Il n’y a quère plus que la culture de la dépendance affective qui nourrisse le pouvoir.
    Comment cela se traduira en terme d’idéologie, j’en sais rien.

  • Le libéralisme est effectivement une utopie s’il est envisagé comme la disparition des règles régissant la vie en société.
    Le libéralisme comme doctrine politique et économique doit être vu comme une méthode d’élaboration et de mise en application de règles qui soient acceptées par une majorité de citoyens après un débat démocratique suivi d’un vote des citoyens concernés dans une aire géographique donnée.
    Par exemple, dans les cantons de la confédération Suisse, on pourrait parler d’économie libérale à partir du moment ou les citoyens ont été appelés à se prononcer librement sur la règlementation à appliquer.
    A l’opposé, la France n’est pas un pays libéral car les consultations électorale sont principalement destinées à donner un pouvoir en blanc à des Énarques dont le rôle consiste à penser et à agir pour le compte des français.

    • Le libéralisme ne considère pas la disparition des règles sociétales, ça c’est l’anomie ou l’anarchie, mais la libéralisation (la reconnaissance et l’épanouissement de la liberté) de l’individu au sein de la société.

  • « Elle est la continuation d’un seul et même phénomène : « la mort de Dieu » » :

    Dieu n’est pas en train de mourir. Le concept de Dieu est tout simplement en train de se moderniser. D’abord, il a eu l’existence de plusieurs Dieux, chacun se répartissant la tâche du fonctionnement des divers phénomènes naturels, qui ont été remplacés par un Dieu unique créateur de la nature mais moins intervenant, laissant la nature opérer par elle-même. Ce Dieu unique est actuellement en train d’évoluer pour devenir la nature elle-même « Gaya la mère nature », un Dieu plus présent, plus palpable, toujours puissant car la nature est puissante, mais plus vulnérable car l’homme se doit de la protéger contre sa propre action. Une nouvelle église est en train de se développer pour coordonner les actions de l’homme face à cette nouvelle incarnation de Dieu.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

J’ai eu l’occasion d’aller à l’European Liberty forum, dirigé par l’Atlas Network, qui a eu lieu la semaine dernière à Varsovie. Ce congrès a réuni de nombreux think tanks libéraux et prolibertés européens et nord-américains.

Ce forum a montré un point : le libéralisme n’est pas mort en Europe, il est bien vivant et bien actif. Malgré la guerre dans le pays voisin, la détermination des organisations défendant la liberté était bien présente.

En cela, l’European liberty forum a été une expérience rafraîchissante et très inspirante... Poursuivre la lecture

Par Samuele Murtinu. Un article de l'IREF Europe

Le « néolibéralisme », c’est-à-dire la version du capitalisme démocratique moderne qui met en scène des marchés et des échanges guidés par de puissantes institutions publiques mondiales, ne doit pas être confondu avec la vision libérale classique de la société libre formulée par Adam Smith, John Stuart Mill, Lord Acton ou F. A. Hayek. De nombreux problèmes associés au néolibéralisme sont en fait le résultat d’une intervention trop lourde de l’État, de la recherche de rentes et d’autres f... Poursuivre la lecture

Frédéric Passy est né il y a 200 ans, le 20 mai 1822. Le premier prix Nobel de la Paix est aujourd'hui quelque peu oublié. Il fut pourtant une des dernières grandes figures du libéralisme français.

Mais si nous célébrons aujourd'hui le bicentenaire de sa naissance, le 12 juin marquera aussi le 110e anniversaire de son décès. Cet homme modeste et ordonné aurait voulu ainsi concentrer les hommages posthumes qu'il ne s'y serait pas pris autrement.

Yves Guyot dans son hommage au cimetière résume d'ailleurs sa vie en une phrase :

... Poursuivre la lecture
Voir plus d'articles