Interdiction de l’affichage de pré-enseigne : liberticide et ruineux

L’interdiction des pré-enseignes publicitaires pénaliseront d’abord les petits entrepreneurs. Illustration.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
publicité par Mermet circa 1880 - cc by 2.0 - trialsanderrors

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Interdiction de l’affichage de pré-enseigne : liberticide et ruineux

Publié le 23 décembre 2015
- A +
publicité par Mermet circa 1880 - cc by 2.0 - trialsanderrors
publicité par Mermet circa 1880 – cc by 2.0 – trialsanderrors

Contrepoints a évoqué en septembre l’une des dernières avanies que l’État va faire subir aux petits commerces ruraux : l’interdiction de l’affichage de pré-enseigne publicitaire.

Parce qu’un exemple est plus parlant que trois pages de théorie, voici un article paru dans la presse régionale (Maine Libre), qui illustre parfaitement ces effets pervers. Il évoque les effets de la loi pour un restaurateur d’un village de 500 habitants dans la Sarthe, dont 10% du chiffre d’affaires provient de ces préenseignes indiquant son établissement situé à l’écart des grands axes. Quand on sait que la marge nette d’un établissement de ce type représente en général moins de 5% de son CA, la perte est tout à fait significative. L’homme emploie 9 personnes, il devra peut être réduire la voilure et restructurer son équipe. Le gouvernement prétend lutter contre le chômage mais chaque mois, il promulgue des lois qui ont pour effet de l’augmenter…

pre enseigne rené le honzecRappelons le contexte : l’entrée en vigueur, le 13 juillet de cette année, d’une nouvelle loi sur l’affichage, votée du temps du gouvernement précédent, la loi Grenelle de l’Environnement, du très regrettable Jean-Louis Borloo. Vous voyez qu’une fois de plus, le clivage gauche droite est parfaitement suranné, les liberticides sont partout.

Cette loi énonce que tous les panneaux de « pré-enseigne » des commerces et autres activités sont interdits hors agglomération et dans les villes de moins de 10 000 habitants n’appartenant pas à une grande agglomération, introduisant au passage une inégalité devant la loi entre petites et grandes communes. Les dérogations seront accordées au compte-goutte par les préfets ou les maires de communes s’étant dotées d’un règlement local de la publicité, et ne concerneront que les monuments historiques, les manifestations temporaires (concerts, événements sportifs, braderies, fêtes de village, etc) et les commerces dédiés à la vente de produits du terroir.

Bref, la supérette ou le restaurant de petit bourg qui voulait faire savoir à l’automobiliste de passage sur la déviation dudit bourg qu’il pouvait y manger peuvent aller se faire voir, ou plutôt ne plus se faire voir : si la loi est appliquée dans toute sa rigueur, il leur sera impossible d’avertir le chaland de leur présence.

Sera-t-elle appliquée ? L’article du Maine Libre semble indiquer que oui. Rappelons que 600 000 à 1 million de panneaux devraient être effacés du fait de la loi, si elle est appliquée avec zèle.

Eh oui, dans cette France que d’aucuns qualifient d’ultra-libérale, l’État multiplie les tracasseries et attentats à la liberté d’entreprendre, sous les encouragements de la partie de l’électorat acquise à l’anticapitalisme teinté de vert, et dans l’indifférence d’une majorité silencieuse car trop lasse de compter les coups, et qui se contente de chercher à surnager, sans trouver l’énergie de remettre en cause les fondements du système.

Voir les commentaires (23)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (23)
  • Est-ce que Marc Veyrat, dont l’établissement est pourtant isolé au possible, a besoin de pré-enseigne? Il ne me semble pas. Si le monsieur de l’exemple doit compter sur la sienne c’est peut-être simplement parce qu’il est mauvais. C’était une occasion rêvée de se remettre en question mais c’est juste devenu une nouvelle occasion de se plaindre. Symptomatique.

    • Marc Veyrat ne fait justement pas partie de ces « petits entrepreneurs » mentionnés par l’article, et qui seront les premiers à être pénalisés par cette loi. De plus, vous n’avez aucune preuve que lesieur Veyrat n’a pas posé de pré-enseigne, ne serait-ce qu’à ses débuts.

      Votre commentaire, qui trahit le fait que vous n’avez absolument pas lu l’article, ou alors rien compris, est juste insupportable de mauvaise foi.

      • Ce que j’ai compris, c’est surtout que si ces dispositifs ont peut-être eu leur utilité il y a cinquante ans pour attirer trois pigerons dans un bouiboui de province au moment du passage du Tour de France, en 2015 ce brave patron ferait mieux de s’adapter et d’investir son temps et son argent à se positionner sur TripAdvisor, Facebook et consorts (si ce n’est pour rendre son établissement plus attractif).
        En tout cas si avec la publicité gratuite qu’il vient de se faire ses affaires finissent par péricliter comme il le craint, c’est vraiment que le problème su situé ailleurs qu’autour de sa malheureuse affiche. Sub out d’un moment un certain degré de darwinisme dans le monde du commerce est bénéfique pour tout le monde.

        • Sans doute, et rien ne me dit que ce restaurateur, pour en rester à cet exemple, n’a pas déjà des comptes facebook, tweeter et tripabusor tout autour du ventre. Mais si vous aviez lu l’article, vous sauriez que ces enseignes lui amènent jusqu’à 10 % de sa clientèle, constituée justement des gens de passage, qui ne viennent pas là pour faire du tourisme, et qui autrement auraient poursuivi leur route sans s’arrêter à cette enseigne.
          C’est une autre clientèle que celle que l’on trouve dans tripabusif ou n’importe quelle agence de voyage en ligne, et par les temps qui courent, en France où les petits entrepreneurs ploient sous les charges sociales, et surtout en hôtellerie où la marge est faible, la pérennité de l’entreprise se joue justement sur ces 10%.

          Si vous aviez mieux lu l’article vous l’auriez déjà compris.

    • pure spéculation…peut être qu’il est bon et que cela va empêcher son établissement de marcher et peut être et surtout que hors le fait qu’une restaurant tourne .. »être bon » ne veut strictement rien dire…

      que ce doit être confortable …bien fait pour lui en somme.

    • N’importe quoi , vous ne connaissez pas l’utilité d’une pré-enseigne ! Qui est le roi de la pré-enseigne? McDonald’s ! Ils s’en sortiraient très bien sans, mais ils savent l’utiliser et en profitent. Certains business ont une dépendance plus ou moins grande vis-à-vis des pré-enseignes. C’est noté dans l’article, mais vous avez plus envie de vous exprimer que de comprendre.

      D’ailleurs, les PE sont un élément marketing comme d’autres. Votre commentaire est donc aussi stupide que « si amazon doit compter sur internet, c’est peut-être simplement parce qu’ils sont mauvais ».

    • Jimmy
      La publicité c’est de l’information. L’information est nécessaire au consommateur pour ses actes d’achat.
      Cette information circule par divers canaux : medias, affichage, réseaux, PLV, bouche à oreille.
      Contrairement à une idée reçue la publicité permet de faire baisser le coût des produits en sécurisant le prix par rapport au volume de production escompté (par la publicité justement) mais surtout de permettre un meilleur choix suivant les critères de qualité prix, tout le monde n’ayant pas les mêmes besoins.
      Si c’était le cas, des produits moins chers se vendraient sans publicité… mais ça n’existe pas car le coût de la publicité (20% environ) est largement compensé par la baisse du coût de production.
      La meilleure publicité est la qualité du produit par rapport a un besoin et donc la publicité ne fait pas vendre n’importe quoi. Il n’y a pas de publicité dans les régimes communistes car il n’y a pas de concurrence.

      A vous lire, tous les produits faisant appel à la publicité sont donc mauvais puisqu’ils devraient se suffire à eux mêmes !

      D’autre part, ces affichages étant sur des lieux privés (la DDE déposant ceux installés sur le domaine public) je ne vois pas ce que vient faire cette réglementation édictant la façon dont tout un chacun souhaite administrer et tirer profit de sa propriété.

      Lors de vos prochains déplacements demandez vous pourquoi vous vous êtes arrêtés à telle boulangerie, station service, marchand de fruits et légumes en bord de route, resto rapide ou cabane à frites etc…

      D’autre part et l’article le note bien, ces principes vont s’appliquer dans les campagnes, là où justement on cherche à lutter contre la désertification…. tout en la provoquant par des lois débiles.

  • dans l’article, il est dit 203 euros par jour d’astreinte et par panneaux si il ne retire pas ses panneaux ! il en a 4, 800 euros d’amende par jour !
    une seule solution : qu’il ferme son restaurant, qu’il licencie son personnel qui ira voir les glorieux législateurs pour retrouver un autre boulot, qu’il laisse la mairie du village se débrouiller avec l’amortissement des travaux engagés et qui était couvert par le loyer du restaurant, et qu’il aille reprendre une auberge en suisse, là il aura le droit de travailler comme bon lui semble.

  • De 600000 à un million de panneaux ! Ces seuls chiffres donnent la dimension de l’envahissement de nos paysages par ces
    dispositifs , parfois accumulés et donc illisibles . Souvent sans élégance ,ils auraient été mieux supportés s’ils avaient fait preuve de recherche esthétique et aussi de … discrétion en évitant les sites sensibles .

    • Sûr que les publicités que personne ne peut voir sont à privilégier ! Qui décide de l’esthétique d’une départementale, d’ailleurs ? Sans doute la communauté de communes, qui prélève une taxe sur les enseignes et paie une employée à vérifier que tous sont en règle avec le produit de cette taxe (mais c’est la nièce du premier adjoint, laquelle échappe ainsi au chômage qui frappe le pays…).

    • Il y a 950 000 km de routes communales et départementales en France, soit au max 1 panneau tous les KM.
      Effectivement, nous sommes envahis et merci au législateur de nous avoir enfin rétabli le paysage vierge pour admirer nos éoliennes qui étaient cachées par ces panneaux.
      Sirius où les ravages de la religion ecolo.

      • Il est peu pertinent de calculer le nombre de panneaux au KM ,car ils sont le plus souvent accumulés dans des sites propices .
        Les publicitaires ne vont pas gaspiller leur argent à placer des installations loin des lieux fréquentés .
        Quant aux éoliennes ,tout à fait d’accord pour les éliminer de nos paysages .
        La pub saccage les paysages de proximité ,les éoliennes se chargent des lointains .

    • MISE AU POINT
      La loi grenelle 2 interdit les pré-enseignes dites dérogatoires (situées hors agglomération) jusque alors (et ce avant le 13 Juillet 2015), autorisées dans la limite de 3 par établissement, et situées à moins de 5 kilomètres de l’entrée de l’agglomération ou est située l’établissement.
      Cette loi datant de novembre 1979, n’a jamais été respectée. Il est courant de voir des dizaines de panneaux pré-enseignes concernant le même établissement, installées en toute impunuté à l’extérieurs des agglomérations!
      Le fameux législateur n’a pratiquement jamais agi pour limiter ou supprimer ces infractions, d’où le tolé général de certaines associations et élus anti pub, qui n’ont rien d’autre à faire de leur vie…
      La solution était de faire respecter la loi existante, ce qui aurait déjà permis de faire démonter au moins plus des 2 tiers des dispositifs !!!!!
      En attendant, les pénalisés seront les plus faibles (Garages automobiles, petits restaurants et hotels, produits locaux non situés à proximité de la route , entreprises locales…) Les grosses enseignes (Mcdonald’s, Casino, Carrefour, Leclerc, Intermarché, Hotels Mercure, Campanille, Concessions Automobiles ……) s’en relèveront .

      On peut se poser la question de savoir à quoi servent nos élus…et si le loobying n’est pas une imagination…

      TC ( dirigeant d’une entreprise de publicité extérieure et propriétaire de nombreux panneaux de types pré-enseignes… )
      Nous concernant : De nombreux panneaux démontés, des milliers d’euros de chiffre d’affaire en moins, et pas de résultat sur l’ exercice 2015 (donc pas d’impôts à encaisser pour l’état) … évidement pas d’embauche de prévu, mais on va quand même s’en sortir.

  • Je me fais l’avocat du diable mais, au XIXème siècle, cette manière de faire sa pub est-elle encore bien utile ? Si je cherche un gastro pour déjeuner fissa dans un bled paumé, je peux désormais demander à mon smartphone de m’en trouver un dans les environs. Avec guidage GPS en prime bien sûr. Je parie qu’il y a déjà 95 applications qui proposent ce service. Si votre restaurateur campagnard n’y figure pas, c’est sans doute qu’il a un chouia de retard sur le monde. Sans compter que l’information délivrée est beaucoup plus riche qu’un panneau en bord de route, invisible de nuit d’ailleurs.

    • Tout à fait, mais ce n’est en rien à l’Etat et une loi d’imposer le smartphone comme seul outil de promotion.
      On peut aussi rajouter que cette loi date de plusieurs années, et je crois pouvoir dire que pas un des créateurs de cette loi n’imaginaient cette interdiction car le smartphone et la 4G allaient permettre la chose.
      D’autre part, le restaurateur allergique au smartphone doit aussi pouvoir exister et se défendre et mourir économiquement et non réglementairement.

  • Je me pose toujours la question : y a-t-il plus bête et contre productif qu’un écologiste qui veut légiférer ? Jusqu’ici je n’ai pas trouvé…

  • On s`en contrefiche que ces panneaux soient une bonne methode marketing ou non, que ce soit une methode moderne ou ancienne. Non, simplement l´etat n´a pas a venir donner son avis dessus.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Patrick Carroll. Un article de la Foundation for Economic Education

La deuxième plus haute juridiction de l'UE s'est prononcée contre Google la semaine dernière après que la société a fait appel d'une amende de 2,8 milliards de dollars infligée dans le cadre d'une affaire antitrust en 2017.

Selon CNBC :

« Cette décision intervient après que la Commission européenne [...] a déclaré en 2017 que Google avait favorisé ses propres services de comparaison de prix et a infligé à la société une amende de 2,42 milliards d'euro... Poursuivre la lecture

Par Jean-Paul Laplace.

Lundi 4 janvier, l’activité reprend, morose, après un nouvel an sous contrainte, petite fête dans le respect des injonctions sanitaires. « Il est 5 heures, Paris s’éveille » chantait Jacques Dutronc, heure matinale où s’activaient, parfois depuis plusieurs heures, ceux qui choisissent, préparent, façonnent les produits et les mets que nous aurions pu déguster en toute insouciance.

Aujourd’hui l’habitude est là qui les tient en éveil. La fermeture administrative des bars et restaurants, effective depuis fi... Poursuivre la lecture

SKI
0
Sauvegarder cet article

Par Francis Richard.

Les hommes de l'État ne savent pas quoi inventer pour punir les Français qui ne sont pas sages, c'est-à-dire ces grands et petits enfants qui ne comprennent pas que ce qu'ils décident est toujours pour leur bien et qu'ils doivent se montrer obéissants et soumis comme des moutons à qui on ne permet que de gémir, ce qui est sans conséquences : Bêle toujours, tu m'intéresses !

Bien sûr, dans un État nounou, il y a toujours des chouchous : ceux qui ont le droit sanitaire de manifester en rangs serrés ou d'emprun... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles