L’électorat français s’extrême-droitise-t-il ?

Peut-on parler de la radicalisation d’une partie de l’électorat après les régionales ?

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Front National Philippot Briois credits Le Cain (licence creative commons)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

L’électorat français s’extrême-droitise-t-il ?

Publié le 16 décembre 2015
- A +

Par Éric Verhaeghe.

Front National Philippot Briois credits Le Cain (licence creative commons)
Front National Philippot Briois credits Le Cain (licence creative commons)

À l’issue des élections régionales de dimanche, certains ont affirmé que l’électorat français « s’extrême-droitisait ». Il n’était donc pas inutile de faire un petit rappel des voix collectées par le Front National depuis les élections de 2002.

Voici le graphique que ce petit historique donne :

Extrême-droite

Le graphique montre l’évolution des suffrages recueillis par le Front National depuis 2002. Avant l’arrivée à la présidence de Marine Le Pen, le parti n’avait jamais dépassé les 5,25 millions de voix (premier tour de la présidentielle).

Depuis l’arrivée de Marine Le Pen à la présidence, le parti améliore globalement ses scores, et flirte avec la barre des 6 millions de voix, voire la dépasse. Toutefois, il n’est pas évident de distinguer « l’effet Hollande » et « l’effet Marine » dans cette évolution. La hausse globale des scores constatée depuis 2012 peut tenir de ces deux effets cumulatifs.

Au vu des courbes, en tout cas, il est difficile d’évoquer une radicalisation massive de l’électorat qui reste, notamment aux municipales, régulièrement réticent vis-à-vis d’une « contamination » globale par le FN.

L’électorat d’extrême-gauche

Parallèlement, il est impressionnant de constater que l’électorat d’extrême gauche s’est effondré durant ces dix dernières années, et tout spécialement depuis 2012.

En 2007, les listes d’extrême gauche avaient obtenu au premier tour des présidentielles environ 3,3 millions de voix. En 2012, ce score était monté, au premier tour des présidentielles, à 4,6 millions de voix (soit 1 million de voix de moins que le FN). Au premier tour des législatives de 2012, le score de l’extrême gauche était ramené à 2 millions de voix environ (le Front de Gauche n’atteignant même pas les 1,8 million de voix). Au premier tour des municipales de 2014, l’extrême gauche n’avait pas atteint le million d’électeurs, et aux européennes, les listes Front de Gauche et d’extrême gauche avaient plafonné à 1,5 million d’électeurs, quand le FN s’approchait des 5 millions…

Aux régionales de 2015, la gauche de la gauche est passée au laminoir. L’agrégat de l’extrême gauche, du Front de Gauche et du Parti Communiste a plafonné à 1,2 million de voix.

Le paradoxe de l’extrême gauche

Tout le paradoxe de la situation repose bien entendu dans la différence de représentation politique entre les deux forces. S’il est faux de soutenir que l’électorat français soutient massivement l’extrême droite, il est en revanche vérifiable que la dynamique électorale du FN n’a aucune commune mesure avec celle de l’extrême gauche. Pourtant, le Front de Gauche dispose d’un groupe à l’Assemblée Nationale et d’un autre au Sénat.

C’est le paradoxe français : le système électoral y sur-représente les forces les moins vivaces, et y sous-représente les plus dynamiques.

Il faut peut-être se demander si cette distorsion n’est pas, à terme, porteuse de risque.

Sur le web

Lire sur Contrepoints tous les articles d’Éric Verhaeghe

Voir les commentaires (17)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (17)
  • Cet article oublie que le FN n’a d’extrême droite que le nom..sur de nombreux points il est d’extrême gauche. Les différences entre Marine et Mélenchon sont ténues..

    • Entre la Marseillaise et l’Internationale, il y a quand même une légère différence et Mélanchon est simplement un peu plus à gauche que ceux qui nous gouvernent et dont l’idéologie, grâce à l’arnaque du « politiquement correct », imprègne également ce qu’on appelle « la droite » ou du moins une part importante de celle-ci.

      J’ai connu l’époque, pas si lointaine, où le RPR avait les yeux de Chimène pour le Labour anglais et aurait volontiers suivi Tony Blair à la place de Chirac.
      Si nos partis politiques avaient été britanniques, le PS se situerait à l’extrême gauche du parti travailliste, dans ce courant que les britiches appellent le « Old Labour » tandis que le RPR.UMP.LR aurait sa place au centre de l’actuel Labour

  • Il faudrait classer à l’extrême gauche les voix écologistes dont l’idéologie est massivement anti libérale et ultra étatique.

    Mais ne faudrait il pas aussi classer à l’extrême gauche les voix du FN, car leur programme l’est précisément ?

  • Je suis contre les idées et le programme mortifère du FN. Toutefois je trouve choquant que l’auteur, dont j’apprécie habituellement les écrits, puisse parler de « contamination » FN. En effet les quelques 7 millions d’électeurs ne sont là aussi pas plus respectés que par les médias traditionnels que par les politiques.

    C’est une autre façon (même si c’est entre guillemets, le mot est prononcé et écrit) de les considérer comme des pestiférés. C’est inadmissible… C’est sans doute ça le « vivreensemble » de nos chers gouvernants socialos !

  • Tant qu’on s’occupera du FN alors qu’ils n’ont eu aucune région, et que l’on ne s’occupera pas de ceux qui sont aux tetes des régions (en bien ET en mal) on arrivera à rien.
    Les électeurs du FN diront, à juste titre, vous ne pouvez pas les critiquer puisqu’ils ne dirigent pas…. et ils auront raison, j’aurais presque préféré que le FN gagne 2 régions pour que les électeurs nationaux puissent prendre en compte l’interet médiocre de cette offre politique… tout comme le reste de l’offre politique (UMPSFN) afin que les Français puissent enfin comprendre qu’il va falloir retourner la table à un moment.

    Mais tachons d’arreter de faire en sorte que le FN se victimise en l’accusant de tous les maux alors meme que ceux qui nous ont foutu dans un tel bazar ce sont bien l’UMP et le PS… personne d’autres. Le fait que nos entreprises aient le plus de charges en Europe ce n’est pas le FN mais l’UMP et le PS, le fait qu’on soit le 2eme pays le pire d’Europe en terme de chomage c’est pas le FN, mais l’UMP et le PS… Le FN ajouterait a cela les clivages continuels dans notre pays… mais déjà abattons l’arbre qui nous gene la vue plutot que de vouloir empecher a tout prix la plantation d’un autre arbre….

    Vous n’arriverez JAMAIS a convaincre quelqu’un a qui on dit « tu n’est responsable d’aucun de tes problemes, la cause ce sont les autres »… JAMAIS, peut importe les arguments… j’en ai vu des « un peu liberaux » me dire qu’ils votent FN… car il est plus facile de croire que le probleme c’est l’autre, que de se remettre en question.

    Et j’insiste lourdement, mais tant qu’aucune offre politique différente ne verra le jour, on restera a voter pour le PS ou l’UMP…. et bien les citoyens continuerons a s’abstenir et par la meme laisser le FN s’approcher des portes du pouvoir. Il faut que les VRAIS démocrates (donc pour de la votation, du référundum), et les libéraux se rassemblent… et s’engagent… a changer les choses… mais ne s’engagent pas seulement a mettre 5 commentaires sur internet. Le PLD c’est cool, mais c’est trop historiquement collé à l’UDI pour etre viable, ca reste pour certains, une antenne de l’UDI, antenne de l’UMP… et ca on en veut plus.

    Je vois la campagne de 100% citoyens en Rhone Alpes, ou le manque de moyens et le manque d’implications des votants (dont je fais parti je ne me suis pas investi) qui viennent se plaindre qu’il n’y avait pas de bulletins dans leur bureau de vote… alors meme qu’ils auraient pu en apporter. Il faut que nous nous réveillons, nous libéraux pour former un vrai parti, ou chacun s’implique, chacun investi un peu de son argent… mais pour cela il faut un mouvement citoyen… un mouvement auto financé…. mais tant que cela restera vide de réalisation, en 2017, on aura un taux d’abstention record et un vote FN record…. pour aboutir de toute facon au destin de la France… un pays pauvre et replié sur lui-meme.

    • Notre système électoral n’est-il pas fait justement pour que les petits partis n’émergent pas?

    • nous libéraux pour former un vrai parti, » « ou chacun s’implique, chacun investi un peu de son argent… » »
      si vous êtes en quête d’une communauté , vous n’avez pas choisi la bonne idéologie 🙂

    • « Vous n’arriverez JAMAIS a convaincre quelqu’un a qui on dit « tu n’est responsable d’aucun de tes problemes, la cause ce sont les autres »… »
      Moi, j’ai plutôt l’impression que la majorité des gens pensent qu’ils ne sont responsable de rien, que ce sont les autres les fautifs … et c’est pour ça qu’ils n’avancent pas d’ailleurs (on n’a plus de chance de se changer que de changer les autres).

  • Réduire les idées de l’extreme droite aux votes FN ne correspond pas à la réalité.

    Les idées du FN se caractèrisent par une culture de la peur et de la haine, avec en solution le repli sur soi, le retour vers un passé idéalisé, une promotion nationaliste….

    Cette droite identitaire, nationaliste, anti européenne déborde largement sur les 2/3 des electeurs LR…

    Que quelqu’un me dise la différence entre wauquiez, Ciotti, Estrosi, sarkozy et marine Lepen ?

    Mise à part des éléments de langage… rien sur le fond…

    Je pense que ce courant pèse entre 30 et 40 % des électeurs

    La sociale démocratie / democratie chretienne se différentient par la conviction que la solution est dans une europe plus forte, et un zeste d’audace sociétale… C’est une frange de la population plus ouverte vers le monde extérieur, plus consciente de nos forces, plus confiante dans notre avenir.
    Ce courant pèse 20 à 30 % des electeurs

    Le collectivisme socialisant, fondé sur un égalitarisme illusoire recueille encore 5 à 10 % des electeurs….

    Il reste 20 à 30% qui passeraient de l’un à l’autres… et qui finalement décideront …

    La question à poser reste : combien de temps les démocrates chretien et social démocrate se neutraliseront stupidement chacun plus ou moins minoritaires dans leurs partis respectifs : PS et LR, ?

    • La différence est que marine n’a jamais gouverné.
      Les autres ont montré qu’une fois aux manettes ils n’étaient pas très différents des socialistes ou de ceux que vous appelez démocrates chrétiens ou socio-démocrates. (Ces distinctions étant complètement artificielles et ne servant qu’au jeu du placement sur l’échiquier électoral.)

      Malheureusement, il n’y a pas de personnalité importante pour représenter autre chose que le socialisme teinté de rouge, vert, rose, bleu ciel, ou bleu marine, en France.
      (Le dernier étant alain madelin, mais qui n’a jamais réussi à fédérer suffisamment autour de lui)

  • La confusion est extrêmes entre les extrêmes et les milieux :

    – un commentateur affirme qu’il n’y a aucune différence entre l’ED et l’EG.
    – un autre, entre D et ED
    – encore un autre, entre V et EG

    Comme les Verts ont un accord avec la G, je peux en conclure que la somme de l’avis des commentateurs est que EG = G = D = ED, mais surtout ALL L (libéraux).

    Bref, un avis global égocentriste, partagé tous les militants de tous les autres partis.

  • Il est plus intéressant de voir l’effondrement de l’extrême gauche qui a fait tant de mal à notre pays et dont la minorité agissante est toujours hyperactive au contraire de la droite complexée qui elle ne se sert pas de la rue comme variable d’ajustement. C’est de ça dont il est question. La fameuse paix sociale qui est le fait de bandes de voyous que de vrais démocrates.
    Les graves événements récents sont la pour souligner l’impréparation de la France par ceux qui nous gouvernent depuis trop longtemps

  • La droite et la gauche font le lit du FN qu’ils prétendent combattre.
    Entendu ce matin Raffarin: « il faut des réponses sur le chômage pour contrer la montée du FN ».
    Autrement dit, un chômeur peut se dire que grâce au FN, on va (peut-être) s’occuper des problèmes d’emploi dans ce pays.
    Lamentable…

  • Je répond à la question indirectement en en posant d autres : combien valez – vous , quelle valeur vous donne la justice celle qui est rendue au nom du peuple ? ce n’ est pas une question de peu d’ importance c’ est aussi la valeur des gens que vous mandatez ( élisez ) ! alors combien ? allez osez un nombre ! bon vous ne savez pas et pourquoi vous ne savez pas ça n’ a pas d’ importance votre valeur ?
    70 000€ Tribunal correctionnel Dieppe Décembre 2015 affaire quad
    Possible que des gens se sentent humiliés de valoir si peu dans la républ socialococo……et s’extremdroitise

  • « Il faut peut-être se demander si cette distorsion n’est pas, à terme, porteuse de risque. »

    Celle-là est bien bonne quand même.

    Le système politique est moribond, plus personne n’as confiance dans les élus (13%), la situation économique est dramatique, les « élus » ne représentent plus personne mais légifèrent, prélèvent et gouvernent comme une aristocratie mafieuse et autiste depuis longtemps.

    Le FN engrange parce que l’extrême gauche y est passé en masse de même que tout ceux qui sont totalement dégoutés de cette mafia.

  • Fn= Mélanchon l’immigration massive en mois…Les Français viraient-il nationaux -socialistes? Le rôle du FN est celui de feu le PCF c’est à dire parti des classes populaires….Tant que l’on aura pas compris cela…Je précise que le programme de ce parti est une véritable catastrophe…

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Alessandro Mazzola. 

 

Giorgia Meloni, 45 ans, leader du parti d’extrême droite Fratelli d’Italia, se prépare à présider le 68e gouvernement italien depuis la Seconde Guerre mondiale, qui sera le gouvernement le plus à droite depuis Benito Mussolini.

La coalition dans laquelle sa formation tient le premier rôle a en effet obtenu près de 44 % des suffrages (plus de 26 % pour Fratelli d’Italia, 9 % pour la Lega de Matteo Salvini et 8 % pour Forza Italia de Silvio Berlusconi) aux législatives tenues ce 25 septembre.... Poursuivre la lecture

Par Kevin Brookes.

À la suite des élections présidentielle et législatives de 2022, de nombreux commentateurs ont mis en avant le clivage entre les ruraux et les urbains pour rendre compte des résultats du vote.

Ce discours médiatique est produit principalement par des commentateurs qui pointent depuis des années, cartes à l’appui, le fossé – croissant – entre le vote des grandes villes et le vote d’une « France périphérique ». Il y aurait une opposition politique entre une France des métropoles, multiculturaliste, gagnante de l... Poursuivre la lecture

Durant des décennies, la droite a été considérée comme une. La montée en puissance du Front national devenu Rassemblement national, dans la seconde partie des années 1980, a modifié cette approche en mettant l'extrême droite en regard de la droite.

 

Petite(s) histoire(s) des droites

Ce premier paragraphe a largement été inspiré par Les grands textes de la droite et de la gauche ainsi que par Qu'est-ce qu'un méchant réac ?

Les divisions à droite sont anciennes, profondes et récurrentes. Les travaux historiques ont la... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles