Moody’s pourrait abaisser la note du Brésil en catégorie « junk »

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Marcio Cabral de Moura-Inflaçao(CC BY-NC-ND 2.0)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Moody’s pourrait abaisser la note du Brésil en catégorie « junk »

Les points de vue exprimés dans les articles d’opinion sont strictement ceux de l'auteur et ne reflètent pas forcément ceux de la rédaction.
Publié le 13 décembre 2015
- A +

Par Charles Sannat

Marcio Cabral de Moura-Inflaçao(CC BY-NC-ND 2.0)
Marcio Cabral de Moura-Inflaçao(CC BY-NC-ND 2.0)

 

D’après une dépêche de l’agence Reuters, l’agence de notation Moody’s a annoncé mercredi qu’elle envisageait d’abaisser « la note souveraine du Brésil en catégorie spéculative (junk), en arguant de la gravité de la récession en cours, de l’échec des mesures d’austérité et du risque croissant de paralysie politique ».

La catégorie Junk c’est, comme pour la Grèce, quand plus personne ne veut financer votre dette. Cela a évidemment un impact direct sur les taux d’intérêt qui explosent à la hausse et rendent la solvabilité du pays concerné encore plus hypothétique.

Plus les taux sont élevés, plus il est difficile de financer l’économie et plus cette dernière est en récession. Il s’agit de cercle vicieux bien connu.

La seule façon de s’en sortir réellement, n’est pas de payer ses dettes, encore moins de faire appel au FMI, mais tout simplement de se déclarer en faillite et de ne pas rembourser ses dettes soit de façon directe par un défaut de paiement, soit par l’hypocrite inflation.

Le Brésil disposant de sa planche à billets il a peu de chances de faire faillite tout de suite. Il y aura d’abord une fuite en avant hyperinflationiste, mais à l’arrivée dans tous les cas, tout le monde est ruiné !

Sur le web

Voir les commentaires (5)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (5)
  • Un pays plein de potentiel qui se tue à vitesse max, -4.5% de croissance au dernier trimestre connu…Chômage à 10% bientôt. Ça fait mal et ils entraînent le reste du continent avec eux.

  • Et pendant combien de temps encore la France pourra vivre sans passer par la case défaut de paiement?

    • La France est encore loin de la catégorie junk et bénéficie de la bienveillance des investisseurs lui prêtant à taux bas malgré les déficiences donc à partir de là vous avez le temps c’est pas pour demain…

      Le Brésil c’est quand même une bonne louche au-dessus de la France en termes de corruption et complexité administrative.

  • Ah ! Dilma et sa magnifique politique socialiste aura donc menée ce mays à la faillite…

  • Que le Brésil copie le Chili ou l’Uruguay et ses problèmes seront réglés…

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Les dépenses publiques n’ont cessé d’augmenter depuis un siècle. Elles sont financées de deux façons : les prélèvements obligatoires (impôts et cotisations sociales) et les emprunts publics. Comment ont évolué ces trois masses financières colossales depuis le début du XXe siècle ? La réponse est bien connue : ça monte, ça monte. Mais comme les arbres ne montent jamais jusqu’au ciel, il faudra bien mettre fin un jour à cette évolution suicidaire. 90 % du PIB de dépenses publiques, c’est le totalitarisme. Nous étions à 62 % en 2020. Jusqu’où no... Poursuivre la lecture

Le 9 janvier 1822 marque le début de l'indépendance du Brésil. Fico ! Un mot, un seul, et tout a basculé ce jour là . « Se é para o bem de todos e felicidade geral da nação, diga ao povo que fico » proclame Dom Pedro. Ce qui donne en bon français approximativement : « puisque c'est pour le bien de tous, dites au peuple que je reste ». Ce « je reste » (Fico) jeté à la face du Portugal était l'aboutissement d'un processus déclenché plusieurs années auparavant.

L'indépendance brésilienne est la plus originale du continent américain. Les h... Poursuivre la lecture

Par Nathalie MP Meyer.

Quiconque pense que l’État doit intervenir massivement dans l’économie d’un pays sera certainement enchanté d’apprendre que la France jouit du privilège ambigu d’avoir reçu l’une des plus mauvaises notes du récent rapport Fraser 2021 sur la liberté économique au regard du critère « taille de l’État ». Avec un petit score de 5/10, elle occupe le 155ème rang sur 165 pays étudiés, en proche compagnie de véritables titans de la prospérité et de la liberté comme le Venezuela ou la Libye.

Car bien sûr, toute per... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles