Moody’s pourrait abaisser la note du Brésil en catégorie « junk »

La catégorie « junk », c’est quand plus personne ne veut financer votre dette.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Marcio Cabral de Moura-Inflaçao(CC BY-NC-ND 2.0)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Moody’s pourrait abaisser la note du Brésil en catégorie « junk »

Les points de vue exprimés dans les articles d’opinion sont strictement ceux de l'auteur et ne reflètent pas forcément ceux de la rédaction.
Publié le 13 décembre 2015
- A +

Par Charles Sannat

Marcio Cabral de Moura-Inflaçao(CC BY-NC-ND 2.0)
Marcio Cabral de Moura-Inflaçao(CC BY-NC-ND 2.0)

 

D’après une dépêche de l’agence Reuters, l’agence de notation Moody’s a annoncé mercredi qu’elle envisageait d’abaisser « la note souveraine du Brésil en catégorie spéculative (junk), en arguant de la gravité de la récession en cours, de l’échec des mesures d’austérité et du risque croissant de paralysie politique ».

La catégorie Junk c’est, comme pour la Grèce, quand plus personne ne veut financer votre dette. Cela a évidemment un impact direct sur les taux d’intérêt qui explosent à la hausse et rendent la solvabilité du pays concerné encore plus hypothétique.

Plus les taux sont élevés, plus il est difficile de financer l’économie et plus cette dernière est en récession. Il s’agit de cercle vicieux bien connu.

La seule façon de s’en sortir réellement, n’est pas de payer ses dettes, encore moins de faire appel au FMI, mais tout simplement de se déclarer en faillite et de ne pas rembourser ses dettes soit de façon directe par un défaut de paiement, soit par l’hypocrite inflation.

Le Brésil disposant de sa planche à billets il a peu de chances de faire faillite tout de suite. Il y aura d’abord une fuite en avant hyperinflationiste, mais à l’arrivée dans tous les cas, tout le monde est ruiné !

Sur le web

Voir les commentaires (5)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (5)
  • Un pays plein de potentiel qui se tue à vitesse max, -4.5% de croissance au dernier trimestre connu…Chômage à 10% bientôt. Ça fait mal et ils entraînent le reste du continent avec eux.

  • Et pendant combien de temps encore la France pourra vivre sans passer par la case défaut de paiement?

    • La France est encore loin de la catégorie junk et bénéficie de la bienveillance des investisseurs lui prêtant à taux bas malgré les déficiences donc à partir de là vous avez le temps c’est pas pour demain…

      Le Brésil c’est quand même une bonne louche au-dessus de la France en termes de corruption et complexité administrative.

  • Ah ! Dilma et sa magnifique politique socialiste aura donc menée ce mays à la faillite…

  • Que le Brésil copie le Chili ou l’Uruguay et ses problèmes seront réglés…

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don
6
Sauvegarder cet article

C’est un sujet que j’ai déjà traité plusieurs fois et qui remonte à un audit de la dette française demandée en 2005 par Thierry Breton ministre des Finances sous le gouvernement de Jacques Chirac à l’ancien responsable de la BNP Michel Pébereau.

 

La situation en 2005

Le rapport, publié en 2006, indique un endettement de 1200 milliards d'euros mais il ne tient pas compte les dettes dites hors bilan qui incluent les engagements de l’État en ce qui concerne les retraites des fonctionnaires, les déficits des entreprises d’État... Poursuivre la lecture

Le ministre brésilien de l’Économie, Paulo Guedes, a tenu des propos durs envers la France lors d’une réunion des entrepreneurs à Brasilia mardi. En réponse aux critiques de Paris sur la déforestation de l’Amazonie, il a affirmé que l’économie française devient « insignifante » et a déclaré :

« Vous avez intérêt à bien nous traiter, sinon on va vous envoyer vous faire foutre ».

Des propos peu poétiques et diplomatiques, mais qui sont le symptôme d’un problème plus grave : le Brésil se détourne de l’Occident en faveur de la Chine... Poursuivre la lecture

La situation n’est pas réjouissante : alors que l’État français entend se mêler de tout et régir la vie de ses habitants presque dans ses moindres dimensions, non seulement cette prétention se fait au prix d’un endettement faramineux (choix de société, diront certains) et de déficits permanents, mais cette politique de gribouille se fait sans vision du lendemain, sans réelle perspective, et sans aucune rigueur ni efficacité.

Un constat accablant qui met en jeu tant le présent que notre avenir, qui s’en trouve lourdement hypothéqué.

... Poursuivre la lecture
Voir plus d'articles