La popularité de François Hollande en forte hausse

François Hollande-Parti Socialiste-Mathieu Delmestre(CC BY-NC-ND 2.0)

Comme après les attentats de janvier, la popularité du Président regagne des couleurs. Pour combien de temps ?

Par Contrepoints

François Hollande-Parti Socialiste-Mathieu Delmestre(CC BY-NC-ND 2.0)
François Hollande-Parti Socialiste-Mathieu Delmestre(CC BY-NC-ND 2.0)

 

Un sondage BVA-Orange-I Télé révèle que l’unité nationale post-attentats a bien profité au chef de l’État. Dans un contexte de rassemblement, 33% des Français ont une bonne opinion de François Hollande, une cote de popularité en hausse de 8 points. On se souvient que le même phénomène avait été observé suite aux attentats de janvier 2015 (+10 points), mais ce rebond de popularité n’avait pas amorcé pour autant de reprise dans l’opinion à long terme.

BVA Evolution de la popularité de François Hollande

Dans le détail, il est intéressant de noter que si le regain de « bonnes opinions » à l’égard de François Hollande est lisible auprès des sympathisants de la gauche (+7 points à 63%), il est plus limité auprès de ceux de la droite (+5 points à uniquement 7% de bonnes opinions) qui demeurent très critiques à son égard.

Rappelons également qu’avec 33% de bonnes opinions, la popularité de François Hollande n’est supérieure que de 3 points au score le plus bas atteint par Nicolas Sarkozy sur la période 2007-2012 (en février et avril 2011) et se situe au niveau des scores « planchers » de François Mitterrand (31% en mars 92, en fin de mandat d’Édith Cresson) et de Jacques Chirac (32% en novembre 1995, au moment des grèves nationales). Bref, malgré ce rebond de popularité, l’actuel locataire de l’Élysée reste le Président le plus impopulaire de la Ve république.

BVA Evolution de la popularité des présidents

À titre encore de comparaison, l’effet de rassemblement semble jouer moins fortement en France qu’aux États-Unis. Au lendemain des attentats du 11 septembre 2001, la cote de popularité de Georges Bush avait progressé de 51% à 90% (source : Gallup).

La popularité du chef de l’État demeure basse mais sa stature présidentielle se renforce

Malgré une défiance importante à l’égard du chef de l’État, sa gestion de la crise terroriste semble enrichir nettement la stature présidentielle de François Hollande :

  • Pour 53% des Français, François Hollande est à la hauteur des événements ;
  • 51% des Français jugent aujourd’hui François Hollande « capable de prendre les décisions qui s’imposent », contre 47% après les attentats de janvier 2015.

Au-delà de François Hollande, Bernard Cazeneuve est la personnalité politique dont la cote d’influence progresse le plus fortement auprès des Français.

Particulièrement exposé au cours des jours écoulés, le ministre de l’Intérieur est la personnalité politique dont la cote d’influence progresse le plus nettement auprès des Français en comparaison à octobre : 39% des Français souhaitent qu’il ait davantage d’influence dans la vie politique française, soit une progression de 10 points sur cet indicateur.

Bernard Cazeneuve occupe le 3ème rang en matière de cote d’influence auprès de l’ensemble des Français, derrière Alain Juppé (56%, + 4 points) et Emmanuel Macron (44%, +2 points). Auprès des sympathisants de gauche, il occupe aujourd’hui la première place du classement des cotes d’influence (+13 points à 59%), devant Christiane Taubira (score inchangé, 55%).

Dans l’opposition, seuls Nicolas Sarkozy et François Fillon enregistrent une progression notable de leurs cotes d’influence

La cote d’influence de Nicolas Sarkozy progresse de 11 points auprès des sympathisants de la droite pour s’établir à 50%. Cette hausse est la plus forte mesurée auprès des sympathisants de la droite même si sa cote d’influence reste inférieure à celles mesurées pour Alain Juppé (63%, +2 points) et François Fillon (+9 points à 58%).

Du côté de l’extrême-droite, la cote d’influence de Marine Le Pen n’enregistre pas de progression. Si l’on pouvait faire l’hypothèse, dans un réflexe sécuritaire, d’un regain d’intérêt des Français pour le Front national, ceci ne semble pas validé par les chiffres. Auprès des Français, on observe une stagnation de la cote d’influence de Marine Le Pen (+2 points à 29%) et une légère progression de celle de Marion Maréchal-LePen (+5 points à 28%).