Et si on empêchait les terroristes de gagner leur combat ?

Que veulent les terroristes de Daesh, l’État Islamique en Irak et au Levant ?

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
JE PROTEGERAI LES POPULATIONS code du soldat credits Serge Klk (CC BY-NC-ND 2.0)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Et si on empêchait les terroristes de gagner leur combat ?

Publié le 17 novembre 2015
- A +

Par le Parisien libéral.

JE PROTEGERAI LES POPULATIONS code du soldat credits Serge Klk (CC BY-NC-ND 2.0)
JE PROTEGERAI LES POPULATIONS code du soldat credits Serge Klk (CC BY-NC-ND 2.0)

Le cauchemar qui a frappé les Xeme et XIeme arrondissements de Paris, ainsi que le stade de France, vendredi soir, aura déclenché des réactions variées.

Mais, pour la plupart, elles sont inquiétantes, et elles ne vont même pas dans le sens d’une réaction appropriée face au terrorisme. Pire, dans certains cas, elles aboutissent à valider le combat que mènent les terroristes.

Que veulent les terroristes de Daesh, l’État Islamique en Irak et au Levant ?

Est-ce que, comme Claude Robert, on peut penser que « peut-être payons-nous également le côté « va-t-en guerre  »  de notre Président, qui, bien que totalement tétanisé à l’idée d’engager la moindre réforme désagréable sur le plan économique, n’a pas hésité une seconde à se lancer dans des aventures militaires au Mali et en Syrie… des aventures d’autant plus dangereuses que la France s’y trouve plus ou moins seule… »

Ou bien au contraire, faut-il se dire, comme Nathalie MP, que « ni Hollande, ni Obama, ni Merkel ne sont coupables d’avoir, par leurs politiques maladroites au Moyen-Orient ou en Afrique, déclenché la réaction en chaîne du terrorisme islamiste qui nous frappe » ?

La réponse importe, car, dans un cas, nous sommes dans le cadre d’une réponse à une attaque alors que dans l’autre, on a affaire à des individus non rationnels. Mais dans les deux cas, il y a une chose que l’on sait : le mode de vie des civils occidentaux attise leur haine. Quand des imams, ici en France, disent, par exemple, que la musique est la créature du diable, ou quand l’objectif affiché de Abou Bakr al-Baghdadi est d’établir un califat entre l’Irak et la Syrie, on se dit que, clairement, leur vision du monde, et la nôtre, sont clairement incompatibles.

Du coup, puisque malgré le fait que nous vivons, comme le rappelle Nathalie MP, dans une société ouverte, imparfaite (lois mémorielles, loi Renseignement, magouilles politiciennes) mais ouverte, faut-il que nous acceptions que la France glisse doucement mais sûrement vers le type de société dont rêvent les leaders de Daesh ?

Faut-il rappeler à certains politiciens français, de droite comme de gauche, qui saluent l’état d’urgence ou rêvent d’emprisonnement préventif, qu’en France, on ne met pas les gens en prison de manière préventive, car notre pays n’est pas la Corée du Nord ou Cuba. Étant donné que nous sommes, malgré tout, attachés à divers degrés, à la démocratie, on doit admettre que notre liberté a un prix, c’est celui du risque. Il n’y a que dans les États policiers que la sécurité est totale.

À chaque fois que nous votons des Loi Renseignement, à chaque fois que nous envoyons notre armée bombarder des pays étrangers sans même avoir demandé l’avis du parlement, n’abandonnons pas nos valeurs ?

Un autre point : le mythe de l’unité nationale. Il paraît qu’au nom de celle-ci, nous sommes censés abandonner tout esprit critique et approuver sans réserves les décisions de Hollande et Valls.

Pourtant, vendredi, et bien que nul ne puisse dire si quelque chose aurait pu empêcher les attentats de survenir, étant donné la détermination des terroristes prêts à mourir, souvenons-nous quand même du fait que non seulement Valls disait, il y a peu : « La France a désormais un cadre sécurisé contre le terrorisme » et que tout récemment, Hollande voulait renforcer les contrôles aux frontières. Le fait est que, manifestement, les autorités se sont lourdement trompées d’outils de lutte contre le terrorisme en assignant à l’armée des tâches de vigile, en mettant les citoyens sous surveillance généralisée ou en refusant le débat sur la liberté du port d’armes.

Les faits sont là. La France a été attaquée. Mais il est temps de passer de l’émotion à la réflexion. Et avant cela, associons nos prières en direction des familles et amis des victimes.

Sur le web

Voir les commentaires (24)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (24)
  • Au départ il y a le fait que nous occidentaux ne connaissons rien ni à l Islam ni à sa tradition et que nous projectons nos mécanismes de pensée sur des musulmans qui ont la leur bien distincte. Une minorité extreme est capable de part et d autre de penser comme celui d en face.
    A force de lire depuis près de 10 ans les documents des chercheurs et historiens en islamologie, je suis stupéfait de me rendre compte que l Islam est le résultat d une prise de pouvoir de royaumes arabes chrétiens (hérétiques ismaélites, ils se nommaient ainsi au début), au détriment des Byzantins et des Perses ( défaits par les Byzantins), á l endroit exact où se trouve aujourd hui Daesh, qui semble être une sorte de réplication de ce qui s est passé en 630.
    Et les fondamentaux des textes Chrétiens hérétiques de cette zone ( gnostiques, aryens, elkasaite, docetistr, montaniste, etc…) contiennent un rejet de l Hellenisme et de sa modernité, qui était á l époque l équivalent de la Globalisation d aujourdhui. En 2015, les ferments de ce rejet de l ouverture restent actif dans ce Christianisme Ismaélite aux couleurs manichéennes ( Mani est un prophète du sud est de l actuelle syrie, qui semble avoir été le modèle de prophète Mahomet).

    Bref, la compréhension des ressorts psychologiques de ces gens est beaucoup plus facile, quand on connait les èlements constitutifs de leur histoire, légendes et traditions.
    On ne peut fair l èconomie de cela.

  • Quel blabla… désolé.

  • « en refusant le débat sur la liberté du port d’armes »
    Vous voulez en libéraliser l’usage ?
    Tenez, pour rire :
    Alsace: un collégien de 12 ans tué par balle dans un bus scolaire
    http://www.lefigaro.fr/actualite-france/2015/11/16/01016-20151116ARTFIG00338-alsace-un-collegien-de-12-ans-tue-par-balle-dans-un-bus-scolaire.php

    • Oui et? C’est donc la faute de l’arme à feu?
      Si il se serait fait tué par un caillou ramassé dans la rue, faut-il interdire les cailloux?

      Tenez, juste pour rire:
      La suisse est un des pays européens où les armes à feu sont les plus présente: je n’ai pas encore entendu parlé de boucherie de masse par arme à feu…

      Au passage, libérer l’usage n’est pas un permis de tuer mais de se défendre. Après, vous pouvez toujours appeler la police en même temps de vous faire agresser, c’est votre choix et votre droit 😉

    • C’est bien pour ça que je ne suis pas pour le port d’arme par n’importe qui (d’ailleurs le tireur avait-il un permis de port d’arme?)
      C’est bien la preuve au contraire qu’une petite arme de poing est très efficace « au contact » car discrète et manœuvrable contrairement à un FA.
      Et qui parle de laisser tout le monde s’armer ; il y a de nombreuses personnes en France ayant un permis de « port d’arme », il suffirait déjà que ces personnes les portent sur eux lorsqu’ils vont dans des endroits où il y a foule, comme en service permanent. Le commissaire qui était de passage devant le Bataclan a dégommé un de ces sous-porcs avec une pétoire et a ainsi sauvé la vie a quelquessssssssssssss (au moins) spectateurs. Tout seul il a été obligé de se replier devant le feu nourri… En tout cas ça en faisait un de moins. C’est vrai ? c’est pas vrai ! En tout cas c’est plausible.
      Je répète que je ne suis pas pour un port général d’une arme mais j’essaie de faire fonctionner MON neurone loin de toute propagande.
      Le fanatisme est la seule forme de volonté qui puisse être insufflée aux faibles et aux imbéciles… Donc dans un mois ou deux on nous aura fait oublier tout ça… et nous serons tous cloisonnés !!!!!!!!!!!

    • C’est arrivé il y a quelques mois à peine: 2 islamistes se pointent à une convention spéciale « caricatures du prophète » au Texas, et sont abattus sans avoir fait de victime. http://www.therebel.media/islamists_attack_texas_free_speech_event_shot_dead

      Armer les civils, ça fonctionne.

  • C’est bien la preuve que la législation actuelle ne sert a rien, si un gosse de 13 ans peut se promener avec un flingue.

    un indice: vous allez aussi trouver des enfants qui s’entretuent a l’arme blanche, poussent leur camarades/freres/soeurs/cousins du balcon…. votre solution c’est quoi ?

    • laurent75005 n’a pas de solution à proposer, ni même de réflexion à produire, il ne fait ici qu’exprimer son émotion bruyamment pour reconnaître et se sentir accepté parmi les siens, exactement comme mes perruches poussent en continu des cris pour se signaler l’une à l’autre dès qu’elles sont séparées.

      Je remets ici cet extrait du témoignage de David, 23 ans et survivant par miracle du Bataclan: « Imagine-toi, l’impuissance. J’aurais eu une arme, j’aurais tiré, plutôt qu’être devant une fenêtre en attendant de crever » (http://www.lepoint.fr/societe/au-balcon-du-bataclan-david-impuissant-et-en-rage-14-11-2015-1981721_23.php)

      La Police devrait pouvoir former au tir et aux règles de droit qui encadre la légitime défense et les arrestations citoyennes n’importe quel résident français sans casier judiciaire ni historique de délinquance qui en fait la demande, et ainsi les autoriser individuellement au port dissimulé d’arme à feu. Rien que ça serait un progrès considérable.

  • Même si les méchants auront tjs des armes comme dirait l’autre blague américaine Trump, plus de flingues en circulations c’est aussi plus de risque d’utilisation à tort ou à raison. On ferait mieux de former les gens au secourisme plutôt qu’aux armes à feu, ça réglerai énormément de pb déjà.

    Nous ne sommes pas de far west, je propose le port de l’épée pour rester dans notre culture.

    • « On ferait mieux de former les gens au secourisme plutôt qu’aux armes à feu »

      Parce qu’on ne pourrait pas faire les deux ?
      Parce qu’une formation au secourisme va protéger les gens des terroristes ?
      Essayez de produire une réflexion qui va un peu plus loin que « bouh les armes c’est mal ».

      Et pour votre culture, les armes à feu sont apparu en Europe vers le XIVeme siècle.

    • Pourquoi ne pas faire comme au service militaire : former les gens aux premiers secours, à la manipulation des armes et au tir. Et ensuite libre à chacun chacun d’acheter une arme ou pas (peut-être à condition d’avoir un casier vierge et pas de troubles psychiatriques, mais on peut supposer que cela serait intégré dans la formation mentionnée ci-avant), d’aider son voisin en cas d’attaque ou pas.

      Mais d’un coup la probabilité d’une attaque baissera. La probabilité qu’elle dure baissera encore plus. Et les chances d’avoir des civils survivants augmentera.

      • Bof. Je suis plus que perplexe quand il s’agit de corréler sécurité et port d’arme et d’autant plus lorsque l’on parle des problématiques d’attentats-suicides (cf. les attentats de Beyrout). Peut être que le « sentiment » de sécurité serait renforcé mais pas la sécurité à proprement dite.
        Le port d’arme est autorisé aux US. Qu’en est-il du niveau de criminalité, des homicides ? De plus il me semble que les US sont souvent confrontés aux problématiques de tueries de masse (actes de folie non idéologiques/politiques) par leurs propres citoyens.
        A la rigueur le « sentiment de contrôle » sur sa propre sécurité serait renforcé (encore que si chacun se sait armé ça pourrait rendre tout le monde paranoïaque…) mais l’impact d’une telle mesure sur la sécurité réelle est totalement illusoire.

  • A propos du port d’armes, je me souviens que pendant la Guerre d’Algérie 90% des civils (dont mon père) étaient tous armés (illégalement) pour circuler en ville et sur le lieu de travail dès lors que le FLN a commencé avec les attentats contre les personnes lambdas aux terrasses des cafés.
    Les gens n’avaient plus confiance en la protection de la police ou de la gendarmerie.

  • Etre armé à et près de son domicile oui, être individuellement armé dans le métro me semble plus hasardeux. Serez-vous certain qu’il n’y aura pas de djihadiste dans votre voiture ? Par contre des sociétés privées pour la sûreté seraient sans doute plus efficace (vigilantes au bon endroit) et moins chèrs que la coûteuse armée du ministère de l’Intérieur : deux cent cinquante mille hommes !

  • L appel à l unité nationales est une astuce de toute la classe politique pour retrouver sa légitimité perdue ,ou obtenir l accord de tous .Heureusement que la France a eu ses résistants qui ont refusé l’ unité nationale !
    Non je n approuve pas les décisions du gouvernement et je veu pouvoir le dire

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Klaus Kinzler est cet enseignant de civilisation allemande à Sciences Po Grenoble qui, rappelez-vous, a été victime il y a un peu plus d’un an d’un véritable déferlement de haine de la part d’une minorité d’extrémistes adeptes des thèses racialistes et de la cancel culture. Jusqu’à être mis à pied par la direction, étant accusé d’avoir tenu des « propos diffamatoires ». Et avoir subi des menaces de mort.

Loin de se laisser faire, ce professeur a choisi d’exprimer sa révolte et son indignation, à travers un livre dans lequel il livre sa... Poursuivre la lecture

Par h16.

Il y a un an, Samuel Paty était décapité par un terroriste islamiste déclenchant une sorte de consternation de la classe politique et médiatique, la colère du peuple français et la résignation du corps enseignant qui, de PasDeVague en PasDeVague, sentait bien que cela devait arriver un jour ou l'autre.

De façon traditionnelle, des hommages furent donc rendus ce vendredi 15 octobre dans les établissement scolaires de la République. Heureuse surprise (c'est en tout cas ainsi qu'elle est présentée par le ministère de l'Édu... Poursuivre la lecture

Par Olivier Maurice.

Elles ne sont plus très nombreuses, les personnes qui ont connu la guerre. La guerre, la vraie, celle de 1914-1918, celle de 1939-1945, celle de Corée, d’Indochine, du Vietnam, d’Algérie ou d’ailleurs. Celle qui dévore, brûle, détruit, ravage. Celle où des gens tuent des gens parce qu’ils en ont à la fois le droit et le devoir. Celle où la mort est partout.

Cette guerre, nous ne la voyons plus que dans les jeux-vidéo, les images d’archive et des fictions cinématographiques. Parfois aussi dans quelques images... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles