BCE : des rendements négatifs qui détruisent l’épargne

Pour les épargnants et les investisseurs, les rendements négatifs de la BCE ont l’effet d’une expropriation.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Euro BCE (Crédits Maciej Janiec, licence Creative Commons)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

BCE : des rendements négatifs qui détruisent l’épargne

Publié le 14 novembre 2015
- A +

Par Eberhardt Unger.

Euro BCE (Crédits Maciej Janiec, licence Creative Commons)
Euro BCE (Crédits Maciej Janiec, licence Creative Commons)

L’assouplissement quantitatif (QE) de 1 100 milliards d’euros, jusqu’à fin septembre 2016, ne déclenchera pas la hausse des prix à la consommation souhaitée par la BCE. Dans ce cas, l’avis de la BCE est qu’il pourrait y avoir encore plus de QE — ce qui poussera les taux d’intérêt directeurs en territoire négatif. Volontairement, on ignore le risque de formation de bulles et autres conséquences négatives pour l’économie.

Peu après l’annonce de la BCE, les rendements des emprunts d’État ont chuté dans toute la Zone euro. La référence en la matière est les Bunds : ils ont touché un plus bas historique à -0,32% pour les échéances à deux ans. La courbe des taux des Bunds affiche des rendements négatifs pour toutes les maturités jusqu’à six ans. Les 10 ans offrent seulement 0,5%. Même les obligations hypothécaires n’offrent que 0,5% pour les échéances jusqu’à 6 ans, et seulement 1% pour les échéances à 10 ans.

agora

Pour les épargnants et les investisseurs, les rendements négatifs ont l’effet d’une expropriation. C’est la même chose pour les investissements à long terme avec un rendement de 0,5% à 1% après déduction des taxes, frais bancaires et inflation.

Personne ne s’inquiète des épargnants, des fonds obligataires ou assureurs-vie dont les revenus dépendent des intérêts versés et dont le pouvoir d’achat est supprimé par la politique de taux zéro et de taux négatifs.

Des milliards d’intérêts ne sont pas versés et mis, à tort, à la charge des budgets publics.

Les investissements sur les marchés monétaires et obligataires, devant financer de nouvelles machines et équipements, subissent en réalité des moins-values si on tient compte de l’inflation, frais bancaires et des impôts.

Les investisseurs sont poussés vers des marchés toujours plus risqués.

La structure des taux est déformée. Les prêts ne vont plus financer l’investissement productif et prometteur, et peuvent donc déclencher de nouvelles crises. L’utilité marginale de la baisse des taux d’intérêt est déjà dépassée.

Conclusion

La BCE veut gonfler l’économie avec cette politique monétaire ultra-expansive, mais jusqu’à ce jour, nous n’avons aucune preuve que toujours plus de QE et la hausse des prix produisent, in fine, une reprise de l’économie. La politique de taux négatif peut même encourager les épargnants à garder leurs économies sous forme liquide dans un coffre.

Pour plus d’analyses et de conseils de ce genre, c’est ici et c’est gratuit

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Le marché français est en baisse de 6 % depuis jeudi.

Les actifs tangibles comme l’or et le pétrole résistent plus. L’or a baissé de 10 % depuis son record du mois de mars. Mais il affiche toujours un léger gain sur 6 mois. Et le baril de pétrole reste au-dessus des 100 dollars... bien au-dessus des niveaux de l’an dernier.

Au contraire, le marché-actions est en baisse de 12 % sur les 6 derniers mois.

La plupart des investisseurs croient sans doute à l’abandon des tentatives de normalisation de la part de le Fed. Les auto... Poursuivre la lecture

Les actions ont d’abord grimpé suite aux annonces de la Fed, cette semaine.

Certains investisseurs pariaient sur une hausse de 0,75 %. Du coup, une hausse de 0,50 % - moins que prévu - a envoyé un signal d’achat.

La Fed a peu de chances de tenir dans sa voie actuelle de hausses de taux. Même d’ici cet été, elle pourrait faire demi-tour.

Les médias parlent ces temps-ci « d’atterrissage en douceur » (en anglais, Soft landing).

Selon ce scénario, les autorités mettent fin aux mesures de soutien - taux proches de zéro ... Poursuivre la lecture

Par Tho Bishop. Un article du Mises Institute

Plus d'un mois après l'invasion de l'Ukraine par la Russie, le conflit militaire est resté un conflit régional. Si la Russie a pu fortifier ses revendications dans l'est de l'Ukraine et a progressé dans le sud, les récentes contre-offensives des Ukrainiens ont éloigné l'armée de Vladimir Poutine de Kiev. Parallèlement, les allégations de crimes de guerre commis par les forces russes pendant le conflit ont donné au président ukrainien Volodymyr Zelenskyy de nouveaux arguments dans sa campagn... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles