BCE : des rendements négatifs qui détruisent l’épargne

Pour les épargnants et les investisseurs, les rendements négatifs de la BCE ont l’effet d’une expropriation.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Euro BCE (Crédits Maciej Janiec, licence Creative Commons)

La liberté d’expression n’est pas gratuite!

Mais déductible à 66% des impôts

N’oubliez pas de faire un don !

Faire un don

BCE : des rendements négatifs qui détruisent l’épargne

Publié le 14 novembre 2015
- A +

Par Eberhardt Unger.

Euro BCE (Crédits Maciej Janiec, licence Creative Commons)
Euro BCE (Crédits Maciej Janiec, licence Creative Commons)

L’assouplissement quantitatif (QE) de 1 100 milliards d’euros, jusqu’à fin septembre 2016, ne déclenchera pas la hausse des prix à la consommation souhaitée par la BCE. Dans ce cas, l’avis de la BCE est qu’il pourrait y avoir encore plus de QE — ce qui poussera les taux d’intérêt directeurs en territoire négatif. Volontairement, on ignore le risque de formation de bulles et autres conséquences négatives pour l’économie.

Peu après l’annonce de la BCE, les rendements des emprunts d’État ont chuté dans toute la Zone euro. La référence en la matière est les Bunds : ils ont touché un plus bas historique à -0,32% pour les échéances à deux ans. La courbe des taux des Bunds affiche des rendements négatifs pour toutes les maturités jusqu’à six ans. Les 10 ans offrent seulement 0,5%. Même les obligations hypothécaires n’offrent que 0,5% pour les échéances jusqu’à 6 ans, et seulement 1% pour les échéances à 10 ans.

agora

Pour les épargnants et les investisseurs, les rendements négatifs ont l’effet d’une expropriation. C’est la même chose pour les investissements à long terme avec un rendement de 0,5% à 1% après déduction des taxes, frais bancaires et inflation.

Personne ne s’inquiète des épargnants, des fonds obligataires ou assureurs-vie dont les revenus dépendent des intérêts versés et dont le pouvoir d’achat est supprimé par la politique de taux zéro et de taux négatifs.

Des milliards d’intérêts ne sont pas versés et mis, à tort, à la charge des budgets publics.

Les investissements sur les marchés monétaires et obligataires, devant financer de nouvelles machines et équipements, subissent en réalité des moins-values si on tient compte de l’inflation, frais bancaires et des impôts.

Les investisseurs sont poussés vers des marchés toujours plus risqués.

La structure des taux est déformée. Les prêts ne vont plus financer l’investissement productif et prometteur, et peuvent donc déclencher de nouvelles crises. L’utilité marginale de la baisse des taux d’intérêt est déjà dépassée.

Conclusion

La BCE veut gonfler l’économie avec cette politique monétaire ultra-expansive, mais jusqu’à ce jour, nous n’avons aucune preuve que toujours plus de QE et la hausse des prix produisent, in fine, une reprise de l’économie. La politique de taux négatif peut même encourager les épargnants à garder leurs économies sous forme liquide dans un coffre.

Pour plus d’analyses et de conseils de ce genre, c’est ici et c’est gratuit

La liberté d’expression n’est pas gratuite!

Mais déductible à 66% des impôts

N’oubliez pas de faire un don !

Faire un don

De nombreux commentateurs économiques pensent que l'augmentation de la quantité de monnaie peut relancer une économie. Ils se fondent sur l'idée qu'avec plus d'argent en poche, les gens dépenseront davantage, et les autres suivront, car ils considèrent que la monnaie est un simple moyen de paiement.

Article original paru sur Mises Institute.

Or, la monnaie n'est pas un moyen de paiement, mais un moyen d'échange. Elle permet seulement à un producteur d'échanger son produit contre le produit d'un autre producteur.

Selon Mur... Poursuivre la lecture

Charles-Henri Colombier est directeur de la conjoncture du centre de Recherche pour l’Expansion de l’Économie et le Développement des Entreprises (Rexecode). Notre entretien balaye les grandes actualités macro-économiques de la rentrée 2024 : rivalités économiques entre la Chine et les États-Unis, impact réel des sanctions russes, signification de la chute du PMI manufacturier en France, divergences des politiques de la FED et de la BCE...

 

Écarts économiques Chine/États-Unis

Loup Viallet, rédacteur en chef de Contrepoints... Poursuivre la lecture

L'influent économiste Olivier Blanchard (ancien économiste principal au FMI) avait prévu, un peu imprudemment, que les taux d’intérêt (réels) allaient rester faibles et inférieurs aux taux de croissance réels pour les 20 prochaines années, et cela pour tous les pays (cf. PIIE, Reexamining the economic costs of debt, O. Blanchard, Nov. 2019). Donc inutile de procéder à un ajustement, la dette publique allait décliner par enchantement.

Pour M. Blanchard, les taux étaient sur une tendance séculaire à la baisse depuis le XIVe siècle… Dans ... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles