La faillite du climatisme

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

La faillite du climatisme

Les points de vue exprimés dans les articles d’opinion sont strictement ceux de l'auteur et ne reflètent pas forcément ceux de la rédaction.
Publié le 12 novembre 2015
- A +

Par Francis Richard

climatisme-oyster-clubIstván Markó, professeur de chimie à l’Université catholique de Louvain, UCL, préside « un collectif de scientifiques et d’intellectuels européens qui analysent les dévoiements des sciences physiques« , The Oyster Club. Ce collectif vient de commettre un livre sur La faillite du climatisme. J’emploie le mot de commettre parce que ce livre est un crime de lèse-majesté envers la pensée unique, la pensée mainstream. En effet il montre en un minimum de pages, très denses que le climatisme conduit à la faillite dans trois acceptions du terme : scientifique, culturel, économique.

La faillite scientifique

C’est de nier les faits quand ils ne correspondent pas aux prophéties que vous avez faites et de donner des explications oiseuses pour se justifier. Mais les faits sont têtus et les mensonges répétés ne font pas une vérité, quand bien même les trompés sont nombreux et contents de l’être.

Les faits énoncés dans cet ouvrage ?

  • Le CO2 n’est pas la cause mais il peut être l’effet d’un réchauffement climatique.
  • Depuis 18 ans la température de la Terre n’a pas augmenté, bien que la proportion de CO2 d’origine anthropique ait augmenté.
  • Le CO2 est bon pour les plantes : pendant ces 18 ans la couverture foliaire a augmenté de 11% et les déserts ont reculé.
  • La banquise en arctique n’a pas disparu et se reconstitue chaque année.
  • Depuis l’ère des satellites il n’y a jamais eu autant de glace au pôle Sud.
  • Les ours blancs n’ont pas disparu comme prévu : de 5.000 individus qu’ils étaient en 1970, ils sont aujourd’hui 30.000 à 35.000, n’en déplaise au WWF.

La faillite culturelle

Faillite climat rené le honzecC’est de s’en prendre à ceux qui ne pensent pas comme vous – de les traiter, par exemple, de « négationnistes », ce qui est particulièrement élégant, compte-tenu de la connotation, ou de « connards »… -, de pétitionner contre eux pour qu’ils ne puissent plus s’exprimer librement, comme le professeur Markó en a fait l’expérience à l’UCL.

C’est, pour les médias mainstream, de prendre pour argent comptant de pseudo études concoctées par des organisations, telles que Greenpeace, le GIEC ou le WWF, qui ne sont pas le moins du monde scientifiques et qui sont, au contraire, politiques et idéologiques.

C’est de faire croire, de manière moliéresque (dans Le Malade imaginaire de Molière, le médecin incrimine le poumon de son patient, quel que soit le symptôme…), que tout est de la faute au réchauffement : « La vague de froid touchant les États-Unis ? La faute au réchauffement ! Le tsunami frappant les Philippines ? La faute au réchauffement ! »

C’est de succomber à l’idéologie écologiste :

« Selon la tradition humaniste, il faut transformer le monde. Selon l’idéologie du développement durable, il faut transformer l’homme. Selon l’humanisme, il faut responsabiliser l’individu qui exerce sa liberté (de façon à lui interdire de nuire aux biens et à la liberté d’autrui). Selon l’idéologie du développement durable, il faut « conscientiser » le citoyen afin de le convaincre d’agir de telle ou telle façon et le préparer à accepter des contraintes résultant de choix politiques décidés par d’autres que lui. »

En résumé : « L’humaniste s’attachera à consommer mieux. Selon l’idéologie du développement durable, il faut consommer moins. »

La faillite économique

C’est de croire, en Europe, et nulle part ailleurs dans le monde, ni aux Amériques, ni en Asie, ni en Afrique, ni en Océanie, qu’il est possible de pénaliser l’énergie sans pénaliser l’économie…

L’auteur collectif en fait aisément la démonstration (le lecteur la lira avec profit), à l’issue de laquelle il écrit :

« Par peur du changement climatique, on oblige les électriciens à produire de l’électricité d’origine renouvelable, qui a besoin d’être soutenue par des subsides car elle est anti-économique. Il faut par conséquent donner des financements publics aux centrales au gaz qui ne sont plus rentables, car c’est l’énergie la plus chère qui doit être utilisée. Et en sus, on doit garantir le prix de production des centrales nucléaires. »

Conclusion

Le collectif termine sur une note optimiste : « Nous vivons dans des pays libres, baignés d’une civilisation qui a inventé la science. La vérité finira par triompher, et elle balayera les adeptes de la pseudo-science climatiste. »

Certes, mais la vérité ne finira par triompher que si on se bat pour elle et pour que nos pays restent libres. Ce livre participe au combat.

Lire aussi notre dossier spécial environnement ici


Sur le web.

Voir les commentaires (63)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (63)
  • Merci Francis pour votre analyse de ce livre que je viens d »acheter en un clic ! Nou savons depuis longtemps que cette histoire de réchauffement climatique est une monstrueuse duperie, bien des ouvrages anglophones nous en avaient convaincus. Le problème est que des milliards vont être vilipendés qui seraient bien plus utiles ailleurs sans compter toutes les réglementations, autant d »atteintes à nos libertés.
    Bonne journée

    • Les réchauffistes seront un jour vilipendés (chacun son tour), en attendant ce sont les milliards qui sont dilapidés.

  • 2015 verra plus que probablement les températures de surface les plus élevées jamais enregistrées. Après 2014. Et 2010. Et 2005. Et 1998.
    Mais ferme tes petits yeux, ami lecteur. Tonton István va te raconter une belle histoire du monde merveilleux où le réchauffement s’est arrêté il y a 18 ans.

    • Votre commentaire reflète bien ce que pensent les chauffagistes escrologistes du grand public : vous les prenez pour des abrutis.

    • @VB. Toutes les prévisions du GIEC, même les plus minimalistes, sont fausses. Les faits ont balayé leurs modèles fantaisistes.

      Depuis 1998 les températures plafonnent, à un haut niveau par rapport au passé récent, mais plafonnent. Ce n’est pas tonton seulement qui le dit, c’est le dernier rapport du GIEC ! Apprend à lire VB.

      Tout au plus une augmentation ridicule qui permet aux imposteurs de tenir, pour quelques temps encore, les propos que vous tenez.

      • Plafonner (v.i.) :
        Battre record après record.

        D’après le Petit Sceptique Illustré

        • Quand on est sur un plateau, la moindre anomalie vers le haut est un record.
          Faites un dessin pour vous aider si besoin.

          • J’ai fait un dessin. Pourriez-vous m’indiquer où est le plateau de ces 18 dernières années ?
            http://imgur.com/8pNwXwE

            • N’importe qui peut faire un dessin, en général on accorde beaucoup de valeur à ceux de ses enfants à la maternelle. Ca veut dire quoi, sur le vôtre, « anomaly » ? C’est la mesure par un psychiatre avec un thermomètre médical ?

              • Vous ignorez ce qu’est une anomalie de température ? C’est étrange, l' »ouvrage récent remarquable  » que vous mentionnez plus bas y consacre huit pages. Mais peut-être ne l’avez-vous pas lu ? Notez, je vous comprends, il est fastidieux et assez mal informé.

                • Oh, si, je sais très bien ce qu’est ce que vous appelez « anomalie de température ». C’est une quantité destinée à faire apparaître des artefacts qu’on ne verrait pas sur la température elle-même, et à dissimuler un certain nombre de manipulations. Quant à affirmer que l’ouvrage dont je donne le lien plus bas serait mal informé, je peux juger par moi-même, pour avoir étudié par moi-même, car j’ai la chance d’en avoir la compétence, nombre de ses sources, qu’elles sont parfaitement fiables. Et quand on maîtrise le sujet, il n’est pas fastidieux du tout, figurez-vous.

                  • Donc selon vous un ouvrage qui attribue l’élévation du niveau des océans à la poussée d’Archimède est bien informé ?
                    Et vous parlez de maîtriser le sujet !

                    • Si c’est ce que vous avez cru comprendre du rapport, tout s’explique !

                    • Aah, peut-être que dans le monde merveilleux où le réchauffement s’est arrêté il y a 18 ans, on peut comprendre « [l]’élévation du niveau des mers est un phénomène normal, lié à la poussée d’Archimède : rien à voir avec un hypothétique réchauffement. » autrement ?

                    • Et vous en restez à l’expansion thermique des océans ❓
                      Mais ciel, grands dieux du ciel, on va tous périr noyés … 🙁

                    • VB se garde bien de proposer sa propre hypothèse, il aurait fait un bon soldat romain sous Marcus Claudius Marcellus. Ca ne l’a pas effleuré non plus qu’un docteur d’Etat en maths sous la direction de Laurent Schwartz, modélisateur de risques extrêmes et statisticien renommé, pourrait avoir compris des choses qui lui échappent.

                    • Vous devriez lire le document PDF en question. Cela vous montrerait que la question du niveau des mers n’est pas simple. Le plus simple à comprendre étant que la géométrie des océans est variable

                    • @MichelO : ce n’est pas ma propre hypothèse, mais les gens qui ont consacré des années à étudier la question s’accordent à considérer que les principales causes des changements de niveau des océans sont :
                      – la dilatation thermique
                      – l’apport d’eau douce (fonte des glaces terrestres, bilan précipitation – évaporation).
                      Moins importants et plus locaux, on peut avoir :
                      – certaines oscillation océaniques (ENSO, PDO)
                      – des changements dans la circulation thermohaline.
                      Et localement, des changements de niveaux relatifs dûs à des mouvements terrestres (subsidence, rebond isostatique).
                      Et la poussée d’Archimède n’en fait pas partie.

                      @pragmat : c’est précisément parce que la question n’est pas simple qu’il faut éviter de se fier aux opinions de n’importe qui, fût-il docteur d’Etat en maths sous la direction de Laurent Schwartz.

                    • @VB

                      Lisez : xxx.pensee-unique.fr

                      Vous comprendrez que toutes les objections au thèses retenues par le GIEC n’ont pas été sortie du chapeau par des « négationistes » ou même des scientifiques dont la spécialité n’a aucun rapport, mais bien par des chercheurs spécialistes des domaines. Le scepticisme consiste à juger ce qui semble le plus cohérent et le répéter. Les vrais chercheurs cherchent, et présentent modestement (qaund ils sont honnêtes) leurs résultats.

                    • @VB
                      Les gens qui ont consacré une bonne partie de leur carrière à la question, j’en connais et j’ai même publié avec certains comme co-auteurs, y-compris une fois ou deux sur le niveau des océans. Aucun d’eux ne se hasarderait à avancer une relation de causalité sans évidence expérimentale, mais nombre d’entre eux voient leur prudence réduite à néant par les interprétations des panels de lobbying comme le GIEC, par les médias, et leurs envies de protestation muselées par les questions de survie des financements de leur labo. En tout cas, j’ai assez travaillé dans le domaine pour vous garantir qu’une démonstration de causalité avec un seul des facteurs que vous recensez, si elle avait reçu confirmation expérimentale par des observations, ne m’aurait pas échappé. Donc pour résumer, ce seraient des explications logiques à première vue, mais malgré toutes les recherches, on n’a pu en prouver aucune.

                      Que l’on doive remettre en doute les propositions scientifiques, même d’un poulain de Laurent Schwartz, c’est une chose. Mais quand un poulain de Laurent Schwartz vous explique que les choses ne sont pas si simples et évidentes que vous l’affirmez, c’est autre chose. J’ai un peu connu Laurent Schwartz, je peux vous garantir qu’il ne choisissait pas ses poulains à la légère, qu’il savait faire paraître simples des notions bien compliquées, et que si lui ou un de ceux qu’il avait choisis vous accuse de tenir des raisonnements simplistes, vous pouvez retourner vous échiner à votre table de travail sans la moindre arrière-pensée.
                      Donc ne suivez pas vos préjugés, quand vous voyez dans l’executive summary « poussée d’Archimède » et que ça vous titille, allez lire le corps du texte correspondant, et ne vous croyez pas malin de vous moquer des écrits de tels personnages.

                    • De toute façon, si vous avez 10 mètres de dilatation thermique au milieu de l’océan, rien ne montre ni ne justifie que vous aurez 10 mètres près de la cote. Le fait que le marégraphe de Brest montre une augmentation de niveau sensiblement inférieure à celle des satellite devrait vous éclairer.

                    • « En tout cas, j’ai assez travaillé dans le domaine pour vous garantir qu’une démonstration de causalité avec un seul des facteurs que vous recensez, si elle avait reçu confirmation expérimentale par des observations, ne m’aurait pas échappé.”

                      Vos travaux sur la question sont peut-être extrêmement pertinents, mais n’ayant aucun moyen d’en juger, je me contenterai des conclusions du chapitre 13 du dernier rapport du GIEC qui résume sur base de plus de 500 références : « First, reasonable agreement can be demonstrated throughout the period since 1900 between GMSL rise as observed and as calculated from the sum of contributions. From 1993, all contributions can be estimated from observations; for earlier periods, a combination of models and observations is needed. Second, when both models and observations are available, they are consistent within uncertainties. »

                      On parle bien ici de confirmation expérimentale par les observations.

                      Il faut croire qu’elle vous a échappé.

                    • @VB « Je me contenterai du rapport du GIEC »
                      Tout est dit. Inutile de discuter contre le Livre Saint de votre foi.

                    • Vous oubliez les 500 références ! Nous attendons les vôtres. Parce que c’est facile de gonfler anonymement son CV, et de prétendre avoir « assez travaillé dans le domaine » ou de « maîtriser le sujet ».

                      Quand j’en parlais à Erwin, Max et Werner, ils étaient de mon avis.

            • Les Verts et la rigueur, ça fait deux. Ils ne connaissent que la propagande.

              C’est quoi votre courbe, aucune légende, s’il s’agit de température, laquelle, comment s’est calculé ? Collez-vous un thermomètre où je pense, diffusez la courbe c’est la même chose.

              Le GIEC admet le hiatus, pour votre information les grands organismes qui font référence en matière de température globale publient les courbes suivantes :
              http://www.woodfortrees.org/plot/hadcrut4gl/from:1997/offset:-0.26/plot/gistemp/from:1997/offset:-0.35/plot/uah/from:1997/plot/rss/from:1997/offset:-0.10

            • Attendons les résultats de l’enquête du Congrès sur la NOAA. Elle n’y échappera pas infiniment. En attendant, on se gratte la tête pour comprendre pourquoi, selon la NOAA, d’année en année, le passé est de plus en plus froid. On se demande aussi pourquoi l’écart se creuse de plus en plus entre les chiffres NOAA (pas les données brutes, les chiffres après modification) et les mesures satellites RSS ?

        • Rien qu’en France, il doit y avoir environ un millier de stations météo, fois 365 jours de l’année, donc il est parfaitement normal que des « records », ou plus exactement des extrêmes sur une durée remontant à l’installation d’une station, soient très fréquemment battus, même en l’absence de tendance à long-terme. Et en particulier, l’apparition de records nouveaux n’est pas contradictoire avec la confirmation de la nature « court-termiste » des sous-tendances observées, lesquelles sont telles qu’il en apparaît dans tout processus aléatoire, et tout à fait semblables à celles qui ont été observées par le passé à des époques où on ne peut pas prétendre que l’action de l’homme y fût pour quelque chose.

        • VB: « Plafonner (v.i.) : Battre record après record. »

          Escroquerie (n.f.): parler d’un « record mondial de 0,04°C pour l’année 2014 avec des thermomètres précis à 2°C prêt comme l’audit ici le révèle : http://www.surfacestations.org/

          Les satellites RSS n’ont pas mesurés de « record » pour l’année 2014. Le GIEC a divisé par deux ses prévisions en 7 ans et ses modèles ne collent toujours pas.

          Si les catastrophistes érigent des « bûchers » pour les hérétiques et rêvent de tribunaux climatique c’est bien qu’ils sont échec et mat coté science.

    • c’est vrai , on va de record en record depuis que l’on enregistre les températures… par contre mon thermomètre est climatosceptique , il refuse obstinément de reproduire les chiffres officiels !

    • Et pourtant la surface de banquise a progressé de 1530000 km2 ces 30 derniers jours, soit plus de 5%.
      Alors que l’on bat des records comme à Biarritz. L’un compense l’autre en partie, plus ou moins.

      Alors que, selon votre propos, l’on devrait faire une partie de Water-Polo au pole Nord, ou envoyer Nicolas faire du canoë…

    • Je vous trouve bien familier ! Êtes vous bien sûr de ne pas être un peu endoctriné ?

    • @VB: Oui, mais bien inférieur à ce que promettaient les modèles. Donc, en totale incohérence avec l’augmentation en continue du CO2. Pourquoi la conséquence du petit réchauffement par le CO2 n’enclenche toujours pas le réchauffement par la vapeur d’eau ? Est-ce que la sensibilité au CO2 ne serait-elle pas bien inférieure ?

      Dans ce cas – une augmentation régulière et minime du réchauffement, est-il efficace de perdre autant d’argent dans des éoliennes couteuses ? N’y a t il pas d’autres problèmes plus dangereux à résoudre ?

    • Hier soir à Cjul’Bju, 57 7 N, -31.8C à 21H UTC … Ce n’est pas un record, juste un exemple.

      Plus chaud là, plus froid ici.

  • Les ecolos qui, pour combattre le CO2 , en sont à privilégier l’atome, on aura tout vu !
    A qui profite le crime ?

  • Les négationnistes de la science ce sont le GIEC, les medias mainstream, les organisations écolos, les scientifiques corrompus par les subventions qui pleuvent, sans oublier les politiques manipulateurs ou qui subissent eux-mêmes la propagande.

    Un jour, il approche, il faudra régler les comptes et en tirer les leçons.

  • Une bouffée d’air frais dans ce rechauffisme insupportable et obligatoire. Ces gens sont si détestables qu’on en arrive a dire systématiquement le contraire de ce qu’ils disent. Intellectuellement ce n’est pas très satisfaisant, mais cest moins pire que se convertir comme des moutons aux thèses de la grande secte.

  • Il n’y a pas que du climato scepticisme dans cet article, j’y lis également du transito-énergo scepticisme !

    Car même si RCA il y a, on est en droit de pouvoir critiquer également les solutions mis en œuvre.

  • C’est bien de souligner les 3 aspects du problème, que les écolos ne veulent surtout pas aborder :
    – le torpillage de la vrai science,
    – l’absurdité économique,
    – la généralisation du n’importe quoi en matière de communication, de politique, d’idéologie, d’éducation qui aura forcément des conséquences dans d’autres domaines.

  • Je signale un autre ouvrage récent remarquable :
    http://www.scmsa.eu/archives/SCM_RC_2015_08.pdf

  • En regime socialiste, c’est le dirigeant politique qui etablit les verites scientifiques. Le scientifique qui contredit la these officielle du regime sera declare malade mental et interne.

    • Merci Francis pour cet article qui « ose »…

      Avez-vous pensé à envoyer un exemplaire dédicacé à Corinne Lepage ? (avant d’être sur liste noire)

  • Juste MERCI à ceux qui ont écrit ce livre et MERCI à celui qui nous le présente. Puisse la vérité triompher!

  • Bonjour LS 7 et bienvenue. C’est agréable d’avoir enfin un commentateur « rechauffiste » qui ne soit pas sur le mode agressif, et qui présente des arguments sensés de manière posée.
    Je laisserai à d’autres plus qualifiés le soin de répondre point par point, je me contenterai pour ma part de citer une phrase de votre commentaire qui, au delà de sa formulation tarabiscotée déjà symptomatique, résumé assez bien à mon sens la faiblesse épistémologique de la position « rechauffiste » et justifie l’attitude « d’agnosticisme climatique »qui est la mienne. ( j’emprunte l’expression, qui me sied tout à fait, à un commentateur sur un autre article) :

     »
    Enfin, plusieurs études ont mis en évidence l’influence de certains phénomènes ponctuels ou encore mal connus sur la tendance générale mesurée qui ne serait pas stable mais qui serait moins croissante qu’anticipée.
     »

    Plusieurs études auraient donc mis en évidence… Le fait qu’on ne comprenne pas tout et que de nombreux phénomènes nous échappent. Permettez-moi d’être sarcastique, mais des études qui concluent qu’on ne comprend pas un phénomène, je peux vous en pondre une sur commande pour demain, vous n’avez qu’à me préciser dans quel domaine, et je m’empresserai de vous démontrer par À +B que je n’y comprends rien ! 😉

    D’autre part si ces études sont sérieuses, leurs conclusions prudentes (« on ne sait pas tout ») contrastent singulièrement avec l’alarmisme politique actuel.

    • Bonjour, concernant la phrase que vous citez, « mal connaître » ce n’est pas « ne pas connaître » ou « ne rien comprendre ». « Mal connaître » cela peut signifier savoir qu’un phénomène a une influence mais ne pas savoir précisément dans quelle ampleur, manquer de données à un instant donné pour confirmer de manière rigoureuse son influence ou son ampleur, se rendre compte qu’on a surestimé ou sous-estimé certains phénomènes, bien connaître un phénomène mais en savoir moins sur les conséquences de ses interactions avec d’autres, etc. Faire de la science c’est avancer pas à pas. Dans le cas qui nous préoccupe, je fais référence au rôle sous-estimé des océans dans la capture de la chaleur. C’est typiquement un exemple de phénomène connu mais dont l’ampleur était sous-estimée.

      La prudence est nécessaire en science mais ne sera pas du même degré entre des études sur un phénomène mal connu, des études qui contrastent avec des résultats établis depuis longtemps et précisément des études confirmant des résultats déjà établis. Or à l’heure actuelle il y a tout de même certains résultats solides : lien entre CO2 et réchauffement, influence de l’Homme dans le réchauffement, réchauffement observé depuis un siècle, hausse du niveau des océans, fonte de la banquise, etc.

      • « Or à l’heure actuelle il y a tout de même certains résultats solides : lien entre CO2 et réchauffement, influence de l’Homme dans le réchauffement, réchauffement observé depuis un siècle, hausse du niveau des océans, fonte de la banquise, etc. »
        Vous appelez « solide » des résultats qui ne repose qu’intégralement sur des simulations dont les résultats sont démentis par la réalité ?
        On a pas la même notion de « solide », alors…
        * un lien entre CO2 et réchauffement ? toute l’historie climatique terrestre connue dément ce prétendu lien. Il y a bien quelques rares périodes où les deux ont évolué de conserve, mais on trouve autant et plus période où ils évoluent à l’opposé ou de façon erratique l’un par rapport à l’autre.
        * influence de l’Homme dans le réchauffement ? si vous voulez dire que les villes sont notoirement plus chaude que la même zone avant urbanisation, oui, évidement. Personne ne propose de raser les villes (Ah si pardon, les Khmers rouges, et ils l’ont fait, les cons…). Quelques travaux genre asséchement de la mer d’Aral ou du lac Tchad ou création de retenue genre « trois gorges », ont certainement un effet climatique local (voire global), aussi, mais que cet effet soit un réchauffement c’est moins sûr. En dehors de ça, aucune preuve de la moindre influence.
        * réchauffement observé depuis un siècle ? mouais, sauf que les GES n’explique absolument pas le réchauffement avant au moins 1960 (la quantité de CO2 émise étant encore négligeable) , et que ce siècle a connu de tout en matière d’évolution de la température, des hausse et des baisses sur des période de 20 à 30 ans.
        * hausse du niveau des océans ? Oui, depuis des milliers d’année (Cf. Grotte Cosquer), et prévu pour continuer encore d’autres milliers d’années. Le réchauffement actuel n’y est pour rien (aucune accélération n’est visible)
        * fonte de la banquise ? des fois oui. D’autre fois non. On a une photo d’un sous marin américain au milieu d’une mer libre au pôle nord dans les années 60. La disparition totale de la banquise a été annoncée pour 2015, résultat des courses, elle recommence à voir sa superficie augmenter…

        • « Vous appelez « solide » des résultats qui ne repose qu’intégralement sur des simulations dont les résultats sont démentis par la réalité ? » Faux, cela repose sur des modèles confirmés par des données expérimentales, des observations. Lisez le lien que j’ai cité.

          Vous aurez les réponses à vos âneries.

          • « Lisez le lien que j’ai cité. Vous aurez les réponses à vos âneries. »
            un site qui prétend que « il n’y a pas de réchauffement » est l’argument n°1 du climatoscepticisme (ce qui est évidemment faux : les sceptiques ne sont, par définition, pas affirmatifs, et il ne contestent pas non plus la hausse récente) n’est qu’une grosse ânerie en lui-même.
            J’ai vu plus loin qu’il est également négationniste (« le groenland n’était pas plus vert qu’Eric n’était rouge »)

            Si c’est les références que vous avez, tout s’explique mieux …

  • Un article du journal économique « Les Echos » de ce vendredi 13 novembre 2015 recense quelques ouvrages climato-sceptiques. Mais évidemment – on est bien en France -, c’est pour mieux les balayer d’une phrase assassine, et donner ensuite la parole aux chauffagistes patentés que sont Jouzel, Le Treut, Jancovici…

  • Pour rappel, cette vidéo (la 6e) sur la page du site web de l’Académie des Sciences :

    Observation du système climatique en permanente évolution – Mécanismes physiques et chimiques en jeu

    Intervention de Vincent Courtillot, membre de l’Académie des sciences (16 décembre 2014).

    http://www.academie-sciences.fr/fr/Colloques-conferences-et-debats-par-et-pour-la-communaute-scientifique/observation-du-systeme-climatique-en-permanente-evolution-mecanismes-physiques-et-chimiques-en-jeu.html

  • comme beaucoup (trop ?) de personnes vous confondez projection et prévision.

    • Et vous croyez qui si cette confusion n’était pas massivement entretenue par les millénaristes, on ferait une COP21 et on dépenserait des milliards de milliards dans la lutte contre ce moulin à vent ?

      • la confusion provient des révisionnistes climatiques qui soit sont trop nuls en sciences pour comprendre la différence, soit malhonnêtes pour mettre de leur côté les ignorants susnommés.

        • Ecoute Coco si tu penses que l’on va tous griller, commence par débrancher ton PC

        • Exactement. Et pourquoi se priverait ils puisqu’ils gagnent des milliards à construire d inutiles eoliennes et des gadgets électriques roulants subventionnés, à repondre à des commandes de rapports, etc.?

  • Marrant que ce soit votre niveau de reponse …

    • Flute, ce commentaire est orphelin. Le fil auquel il se rattache semble avoir disparu. Trop de flammes par L.S7 je suppose. Autant le supprimer aussi alors et ne pas en tenir compte en tout cas.

  • reprenons car on a là un bel exemple d’arguments hypercritique cher aux négationnistes (non je ne me trompe pas, je ne parle pas ici de révisionniste comme à mon habitude). D’abord j’explique ce qu’est la méthode hypercritique dont se serve les négationnistes (les vrais). Il s’agit entre autres de prendre une phrase, un évènement souvent sorti de son contexte, qui souvent n’a rien à voir avec l’enjeu du débat pour discréditer la thèse de l’adversaire.

    C’est ce que fait P ici.

    1. « comme M. Mann, niant l’optimum climatique médiéval et affirmant que jamais le Groenland n’avait mérité son nom « vert » » Donne-nous ta source, je parle de la source dans laquelle les propos ont été prononcés par l’intéressé.

    2. « affirmant que la nature ne varie pas toute seule et que sans l’Homme le climat ne varie pas. » sophisme classique de l’homme de paille, j’aimerai bien savoir qui a jamais prétendu une telle ânerie.

    3. chaotique ne signifie pas impossible d’être modélisé, tu montres une nouvelle fois tes lacunes. D’autre part tu confonds météo et climat ce qui montre une nouvelle fois ta bêtise.

    4. qui embauche ? qui fait des études bidons ? Mais qui est donc ce qui ?

    • blabla pédant digne de la maternelle supérieure et qui ne mérite qu’une réponse du même métal : cécuikidikiyé. Nous voila bien avancés ….

      1. ma source : le GIEC et la fameuse courbe de M. Mann où il n’y a pas d’optimum climatique médiéval
      2. « j’aimerai bien savoir qui a jamais prétendu une telle ânerie. » le GIEC. Toute la hausse de température depuis les années 70 est réputée anthropique, c’est donc bien que la nature est réputée n’avoir pas varier depuis 40 ans.
      3. « chaotique ne signifie pas impossible d’être modélisé, tu montres une nouvelle fois tes lacunes. »
      Boulet, c’est toi qui sors un homme de paille. J’ai dis impossible à modéliser par la méthode des perturbations, tu saisis la nuance ? Pour ta gouverne je fais moi-même de système chaotiques, évidemment qu’on peut en faire. Ce qu’on ne peux pas faire, en revanche, c’est des prédictions du genre que le GIEC prétend faire (« température en hausse de 2° »), ni même des évaluation de la possibilité qu’il y ait en moyenne plus ou moins de température plus élevées.
      « D’autre part tu confonds météo et climat ce qui montre une nouvelle fois ta bêtise.  » Je ne confond pas, boulet, je parle de météo quand il s’agit de météo, et de climat quand il s’agit de climat. Si tu ne compremds pas ça c’est que c’est toi qui confond, comme tu l’a amplement démontré en évoquant plus haut le sujet des record METEO. « ce qui montre une nouvelle fois ta bêtise.  »  »
      4. Tu poses la question sans rire ? Il y a du personnel au GIEC, tu sais ? Et si il n’y avait que là … Quand au études bidon, il suffit de consulter une liste non exhaustive de ce que le réchauffement climatique est censé provoquer / avoir provoquer (y compris la guerre en Irak et bientôt, on peut parier, les attentats de Paris) et la liste des « articles  » que les journaux on du retirer (lewandowski etc.) …
      « Mais qui est donc ce qui ? » Pour faire simple c’est TOI

      • « Toute la hausse de température depuis les années 70 est réputée anthropique, c’est donc bien que la nature est réputée n’avoir pas varier depuis 40 ans. »

        Et si la « nature » a varié mais sans tendance au réchauffement…comprenez ? 🙂
        Dire que « sans l’homme le climat ne varie pas » serait une phrase soutenu par le « GIEC » est d’une malhonnêteté sans nom…encore un climato-médiocre ! 🙂

        « ni même des évaluation de la possibilité qu’il y ait en moyenne plus ou moins de température plus élevées. »

        Bien sur qu’ils peuvent…puisque par dessus le chaos il y a le co2 et autre…
        C’est fou ces gens qui ne comprennent rien…ils vont parler d’optimum médiéval correspondant à un maximum solaire et dans le même temps dire que le chaos, la variabilité interne, rend impossible toute projection (chose que les scientifiques font pour le siècle prochain, et non prédiction).
        Quelle lourdeur…

        • Et si la « nature » a varié mais sans tendance au réchauffement…comprenez ? 🙂
          Mais oui je comprends. Par exemple (ce n’est qu’un exemple …) il est parfaitement possible, théoriquement, que l’évolution naturelle ait été très à la baisse des température, s’accélérant vers une véritable glaciation, et temporairement contrebalancé par les GES anthropique ces récentes décennies.
          C’est théoriquement possible. Ce n’est juste PAS envisagé par le GIEC. Dommage …

          « Bien sur qu’ils peuvent…puisque par dessus le chaos il y a le co2 et autre… »
          Vous n’avez juste rien compris à ce qu’est le chaos. Notion popularisée par un météorologue qui voulait des résultats plus rapides, et qui a dégradé la précision de ses données initiales pour ça, et qui a obtenu des résultats …. complétement différent. Pas juste un peu plus dans le sens du petit ajout ou de petit moins, non, complétement différent. Rien à voir.
          Continue tes études, juvénile, et comprends que Socrate avait raison.

  • il y a longtemps que l’on a compri que c’était une belle escroquerie… ça engraisse un tas de personne.. dont Mr.Hulot !!! profiteur et nous comme tout le rest sommes les portes monaies de ces personnages..

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don
2
Sauvegarder cet article

L'étau hygiéniste semble progressivement se desserrer dans le monde : aux États-Unis, les obligations vaccinales tentées par l'administration Biden ont été salement retoquées, un nombre croissant de pays laissent tomber les restrictions sanitaires dont l'aspect inopérant voire néfaste commence à apparaître à la vue de tous...

Eh oui : en témoigne le changement notable d'attitude de la plupart des laquais de l'information sur les plateaux télé ainsi que le retour de certaines personnalités raisonnables sur les ondes, le monde commence à... Poursuivre la lecture

0
Sauvegarder cet article

Par la rédaction de Contrepoints.

Il arrive souvent que, même sur ce site, des commentaires témoignent d’une certaine ignorance en matière économique.

C’est l’occasion de rappeler l’existence d’un petit livre écrit il y a quelques années par notre contributeur régulier Gérard Dréan dans le but justement de combler cette lacune.

Cet ouvrage de 230 pages vise à présenter les faits fondamentaux de la réalité économique, en se gardant bien d’entrer dans la confrontation des théories et encore plus des idéologies.

Il pa... Poursuivre la lecture

0
Sauvegarder cet article

Alors que la campagne présidentielle débute et que tous les candidats s'efforcent de construire et de communiquer leur programme, notre Président continue de soutenir successivement tout et son contraire afin d'entretenir une confusion idéologique maximale sur ses intentions, ses priorités et son projet.

Cette confusion est voulue. Elle est au coeur de la tactique de communication et de positionnement de la macronie afin de couvrir son manque de vision et de plan pour le pays.

Frustrée de ne pas pouvoir élargir son influence (mê... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles