Climathon, semaine 44 : France Télévisions, des paroles et des actes

La COP21 se rapproche, la propagande climatique s’intensifie !

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Climathon, semaine 44 : France Télévisions, des paroles et des actes

Publié le 4 novembre 2015
- A +

Par Benoît Rittaud.
(et le jury du climathon)

Philippe Verdier photo d'écran Arnaud Dassier1

À présent que la COP21 est dans moins d’un mois, vaincre au Climathon devient de plus en plus difficile, tant les innovations de propagande climatique ont été nombreuses depuis le début de l’année. France Télévisions l’a bien compris, en mettant en œuvre ce qui est sans doute le moyen de propagande le plus abouti : faire un exemple en virant un journaliste ayant exprimé ses doutes sur la politique climatique.

Philippe Verdier, responsable du service météo de France Télévisions et auteur du livre Climat investigation (Ring, 2015), vient donc d’être licencié pour opinion climatique non conforme. Il était grand temps. Comment accepter en effet qu’un journaliste fasse une enquête dont les conclusions ne vont pas dans le sens voulu par le pouvoir ? En lourdant un mal-pensant, France Télévisions fait ainsi coup double : elle se débarrasse d’un élément susceptible de lui valoir à terme un blâme, tout en signifiant très clairement à tout autre rebelle potentiel ce qu’il en coûte de s’attaquer au Camp du Bien. Une excellente chose de faite, donc, qui aura mécaniquement l’avantage collatéral de renforcer le consensus pré-COP21 au sein de la rédaction de France Télévisions. La Pravda télévisée d’État télévision publique neutre et indépendante remporte donc haut la main le titre de vainqueur de la semaine 44 du Climathon, tout en prenant date pour le titre de Champion d’Automne qui se jouera à la fin du mois.

Les accessits

climathon rené le honzecVisiblement un rien jaloux du coup de maître de France Télévisions, Daniel Schneidermann s’est fendu d’un article presque équivoque dans Libération, dans lequel il déplore l’éviction de Philippe Verdier. Le jury a un instant craint de voir le journaliste défendre la liberté d’expression de son confrère : heureusement il n’en est rien. Daniel Schneidermann ne redoute en effet que l’ « effet Streisand » à craindre de ce coup d’éclat. Une fois son ressentiment vidé, le chroniqueur de Libération en revient ensuite aux fondamentaux de la propagande de la grande époque. Comme la France n’est pas la Russie soviétique, Daniel Schneidermann ne peut certes pas proposer la Sibérie comme lieu du goulag, mais l’idée de base d’un séjour de redressement par le travail dans un camp situé aux confins du monde et du froid n’en demeure pas moins explicite :

Mais alors, que faire [contre Philippe Verdier] ? Des solutions existent. La chaîne pourrait lui trouver une nouvelle affectation, par exemple, en vertu de ses compétences, le nommer envoyé spécial permanent dans l’Arctique ou l’Antarctique.

On reconnaît là la patte drôle et impertinente d’un journaliste qui, par ailleurs, évite soigneusement tout mot de compassion pour un confrère qui vient de perdre son emploi pour délit d’opinion. Que Stéphane Foucart en prenne de la graine.

Le Centre National de la Recherche Scientifique publie cette semaine dans son journal un long pensum article intitulé « Climat : l’heure de vérité ». Faisant fi des vingt COP passées, le sous-titre annonce : « Le point sur les enjeux de cet événement sans précédent ». Il est vrai qu’aucune des vingt premières éditions ne s’est tenue dans le Pays des Lumières, ce qui explique sans doute leur échec.

Conformément à son rôle de caution de très haute rigueur scientifique, le journal du CNRS enchaîne dans un style d’une grande retenue : « De fait, l’urgence est simplement totale » puis « si rien n’est fait, le climat de notre planète pourrait totalement déraper d’ici à la fin du siècle ». C’est ensuite aux Cataclysmes Infernaux de faire leur entrée en lice avec la terrifiante montée des flots de « 3,3 mm par an contre 1 à 2 durant les derniers millénaires » (le jury du Climathon fait comme si aucun lecteur ne pouvait déduire que la conséquence minimale de cette dernière phrase était une montée des océans de vingt centimètres par siècle sans aucune contribution anthropique depuis l’Antiquité). Vient ensuite du classique qui fait toujours plaisir :

Enfin, les océans s’acidifient à un rythme sans équivalent depuis 300 millions d’années du fait de la dissolution du CO2 excédentaire dans les eaux de surface des océans. Avec des conséquences mal connues, mais inquiétantes sur les êtres vivants.

En clair : on ne sait pas, mais ce sera sans doute terrible et il est même probable que cela se révèle encore pire que ça.

Ce texte interminable très fouillé évoque ensuite les modèles climatiques, sans oublier de mettre en exergue les deux « auxquels contribue le CNRS », et donc que le monde entier nous envie. Nous avons encore droit aux projets pharaoniques ambitieux de réduction de « 80 à 95 % » de réduction des émissions de gaz à effet de serre des pays de l’Union européenne d’ici à 2050. Enfin, l’article élargit la perspective en nous rappelant à nos devoirs de bonne moralité climatique. C’est le Très Grand Savonarole Hervé Le Treut lui-même qui élève le débat à ce niveau :

Cela ne peut pas se résumer à des gestes verts, même importants, comme fermer le robinet pendant que l’on se lave les dents.

La France Éternelle peut décidément s’enorgueillir de disposer d’un organisme scientifique dont le journal a de quoi faire pâlir d’envie le reste du monde.

Alors que les négociations pré-COP21 préfigurent un bide intégral se poursuivent et que l’affaire Philippe Verdier fait plutôt moche dans le tableau, la charge contre les climatosceptiques continue. Un nettoyage au Karcher pour effacer ces importuns revenus par le soupirail infâme du monde réel s’imposait. Emmanuelle Cosse avait bien entendu toutes les compétences pour mener à bien cette charge, toute en retenue et en nuance. Avec sa délicatesse coutumière, la doucereuse patronne d’EELV a ainsi comparé les climato-sceptiques aux

négationnistes du sida qui disaient dans les années 1990 que le sida n’existait pas.

Jugeant sûrement que les plus timorés risquaient de ne pas bien saisir le message, elle en a aussitôt remis une petite couche lyrique, franchissant joyeusement le point Godwin :

Aujourd’hui, il y a des gens qui meurent à cause du dérèglement climatique. (…) Ces discours climatosceptiques sont en réalité des négationnistes du climat.

L’ancienne activiste d’Act Up doit regretter les temps heureux où elle pouvait allégrement tartiner tout un chacun de faux sang en le traitant d’assassin, mais évidemment, avec du faux CO2, ce serait moins drôle. Il ne reste donc que les insultes, mais en bonne démocrate, elle reconnait à Philippe Verdier le droit d’écrire un livre. Elle est trop bonne. Enfin, « extrêmement inquiète » pour la COP21, la pauvre choute craint qu’on soit « à deux doigts d’un échec ». Il faut dire que

Ce n’est pas simplement un petit accord entre politiques qui se joue. C’est de savoir si oui ou non on se donne les moyens de sauver notre planète d’ici 100 ans.

Au vu de sa réussite dans les « petits accords entre politiques » au sein de son propre parti, on peut comprendre sa crainte sur la réussite d’un accord à l’échelle mondiale.

Ouest-France nous alerte sur le climat insoutenable du Golfe à l’horizon 2100. Rassurons tout de suite les lecteurs de l’Ouest : bien que ce ne soit pas précisé dans l’article, il s’agit bien du Golfe Persique et non du Golfe Normand-Breton a priori plus préservé, au moins sur ce siècle. Il faut dire que l’heure est grave. Une étude Américaine pointe que

si les émissions de gaz à effet de serre continuent à augmenter, des pics de chaleur humides pourraient dépasser la limite supportable à l’homme d’ici la fin du siècle.

Et attention : c’est la limite pour « un homme en bonne forme dans un milieu extérieur bien ventilé » qui risque d’être franchie.

Au-delà de ce seuil, le corps ne peut pas se rafraîchir et la survie en extérieur d’individus mêmes jeunes et en bonne santé est sérieusement menacée.

Voilà qui ne devrait pas rassurer les joueurs de l’équipe de France de football qui seront chargés d’aller défendre nos couleurs lors de la coupe du monde 2022 qui se déroulera au Qatar. Certains y trouveront une bonne raison d’imiter leurs prédécesseurs de celle de 2010 en Afrique du Sud : en restant dans le bus climatisé.

Les chercheurs précisent également que ces pics pourraient « avoir un impact important sur les rituels du Hajj » à la Mecque et que ces rituels « vont probablement devenir dangereux ». Sachant que des bousculades ont provoqué la mort de plus de 750 personnes au pèlerinage de 2015, on ne peut être qu’inquiet à l’idée de ce que les auteurs de cette étude entendent par « devenir dangereux »…

Toujours dans l’ouest de la France, France 3 Bretagne nous interpelle avec un titre sous forme d’oxymore : « Le réchauffement climatique s’annonce frais ». Après une lecture attentive, il ressort que, d’après des spécialistes des océans réunis à Brest (ce n’est pas précisé mais c’est a priori « une conférence de l’Académie des Sciences Européenne, l’Eurasc, qui rassemblait des spécialistes renommés, auteurs des rapports du GIEC »), le Gulf Stream, courant océanique qui nous protège de l’air froid de l’Arctique, va ralentir sous l’effet du réchauffement climatique, ce qui va conduire à l’arrivée d’air plus frais et donc à un refroidissement. C’est ce que confirme un des intervenants qui nous rassure en précisant qu’il ne faut tout de même pas « s’attendre à voir des ours blancs au large de Brest ». Dommage.

On peut tout de même reprocher à France 3 de ne pas avoir joué collectif en prévenant ses confrères qu’il va falloir ranger les tongs et sortir les moumoutes en France pour les prochaines années. En effet, la télé publique régionale met ainsi Libération quelque peu en porte-à-faux : faisant fi du ralentissement du Gulf Stream, le quotidien persiste en effet à vouloir affoler sensibiliser les populations sur le réchauffement en cours avec un article intitulé « Climat : ça se réchauffe près de chez vous ». Dans cette version locavore de la peur, innovation par rapport à son registre catastrophiste habituel, Libération tente de convaincre ses lecteurs que ça n’arrive pas qu’aux autres. Après avoir annoncé qu’« au cours du 20e siècle, la température moyenne annuelle en France a augmenté d’environ 1°C », le journal se lance dans un descriptif long et rébarbatif détaillé de l’apocalypse en cours dans les régions françaises. Flore, faune, humains, planète : tout le monde en bave. Les scientifiques ont même constaté l’augmentation des cas de diarrhée en Vendée, en Charente-Maritime et en Gironde : c’est dire l’ampleur du drame. Au passage, les agriculteurs seront peut-être surpris d’apprendre que « le changement climatique a d’ores et déjà des effets dévastateurs sur l’agriculture », alors que la France vient de battre une nouvelle fois son record de production de blé en 2015 avec 40,4 millions de tonnes récoltées. Sûrement un coup du Gulf Stream.

Sur le web

Voir les commentaires (99)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (99)
  • Celui qui dit la vérité, il doit être exécuté. Reste à M. Verdier à approfondir les fondements scientifiques du RCA, à découvrir l’absence de consensus sur le sujet et… à écrire un nouveau livre. Quant à ceux qui ont tenté d’empêcher son licenciement, il ne leur reste plus qu’à boycotter les chaînes du « service » public.

  • Excellent ! Merci pour vos articles !

  • Aaahh le Climathon. Merci pour la rigolade du matin. J’attends avec gourmandise les prochaines articles. Avec la Cop21 qui approche à grands pas (à gros sabots?) je m’attends à un feu d’artifice de propagande. Par exemple: assimiler les réfugiés Syriens à des réfugiés climatiques. Ne rigolez pas, c’est déjà fait (lien ci-dessous). Il reste un mois pour faire mieux.

    http://www.reporterre.net/Les-migrants-venus-de-Syrie-sont-aussi-des-refugies-climatiques

  • et la dernière de notre scootériste à teinture : le transfert de nos belles technologies écolo-compatibles que le monde nous envie aux pays pauvres , genre chine corée brésil inde…, la fin des brevets industriels ‘français’ vont sauver la planète…qu’il le fasse déjà pour les médicaments et la culture histoire de le voir si sa peau est à l’abri des coups de poignards dans le dos 😉

  • Quand un pays commence à mettre ses opposants à l’écart, c’est probablement qu’il y a quelque chose de pas si faux à museler.
    Point de dialogue, mais nous avons à la place du dogmatisme et de la répression. De plus lorsque je lis Cnrs, c’est déjà ce nom qui préconise l’injuste répression routière, le doute m’anime. Nous tombons bien bas.

    • Ce n’est pas un pays qui est concerné, mais la planète. Ce qui les intéresse est la mise en place d’une gouvernance mondiale. Au final, le motif importe peu et c’est uniquement pour cela qu’ils sont pressés. Dès que cette instance existera et sera dotée des pouvoirs nécessaires, on verra le discours s’infléchir. Ce sera même probablement utilisé pour crédibiliser cette nouvelle institution.

  •  » les océans s’acidifient à un rythme sans équivalent depuis 300 millions d’années du fait de la dissolution du CO2 excédentaire dans les eaux de surface des océans. Avec des conséquences mal connues, mais inquiétantes sur les êtres vivants. »

    L’après période de réchauffement est-elle en préparation?
    ont-ils des informations inquiétantes contre les prédictions du GIEC qui nécessitent de changer de dada ?

    • Les pseudo-scientifiques sont toujours repoussés jusqu’à des zones floues et invérifiables où ils peuvent déblatérer sans risque d’être contredits par la science.

      Le climat était un bon candidat pour les catastrophistes religieux, mais on commence à avoir assez de recul, ça ne colle plus et ça commence à se voir même dans la population France-Télévision. Coté événements majeurs, c’est mort aussi, on a assez de recul sur les typhons, pluies, canicules, etc.

      L’acidification catastrophique est donc le dernier refuge. C’est flou, invérifiable et on peut raconter n’importe quoi sur les terribles cataclysmes cachés sous la surface qui-arriveront-chez-toi-bientôt.

  • le CO2 permet une acidification de l’océan ?!?!?

    • Vite, une loi pour l’interdire !

    • Ben oui, pardi ! Même WIKI nous le dit… mais ne cite pas le proportions et effleure à peine l’existence de quantités astronomiques de CO2 déjà dilué … sans que ce soit en H2CO3 …

      WIKIKI dit : [[ L’acide carbonique est un composé chimique de formule H2CO3. Il s’agit d’un acide faible dont les bases conjuguées sont les anions HCO3- (bicarbonate) et CO32- (carbonate). Il se forme en particulier dans l’eau par solvatation du dioxyde de carbone :

      CO2 (aq) + H2O(l) => H2CO3 (aq),

      avec une constante d’équilibre d’hydratation valant Kh = [H2CO3] / [CO2] ≈ 1,70×10-3 à 25 °C, ce qui signifie que l’acide carbonique est une « molécule instable », très peu de molécules de dioxyde de carbone étant en fait hydratées en acide carbonique, comme dans l’eau gazéifiée et le sang. ]]
      Un auteur non identifié y ayant inscrit (sans jamais le corriger) :
      [[ Cet acide dissout le carbonate de calcium, principal composé des coquillages (le plancton lui-même souffrirait[réf. nécessaire] de cette acidification). ]]

      • The Wolff : « mais ne cite pas le proportions et effleure à peine l’existence de quantités astronomiques de CO2 déjà dilué »

        Probablement parce qu’on néglige « l’effet cocktail »… Il faudrait un gigantesque chapeau en alu aux océans. (ou quelques incantations?)

  • Vous avez di Stephane Foucart, CNRS, Emmanuelle Cosse. Miam miam, cest bon tout ça. Je vous promet qu’ils vont se surpasser.

  • Effectivement envoyer Philippe Verdier en Arctique pour nous montrer les populations d’ours polaire en augmentation et bien gras ou en Antarctique où la banquise s’épaissit serait bien intéressant !

    Dans le même ordre d’idées je propose une affectation en Corée du Nord pour Monsieur Schneidermann afin d’approfondir sa connaissance du Stalinisme…

  • Dans le genre du bêtisier aggravé, citons l’émission CdansL’air de Calvi, qui hier encore (et pour la 3e ou 4e fois sur le thème COP21 en 2015) avait assemblé un panel de 4 zéléss zozos se partageant l’appui à ces thèses imbéciles. Le tout doublé d’une séquence « témoignage de NYC » dans laquelle geignait l’hétaïre ONUsienne ( X, une amerloque) devant une meute de journaleux tous aussi peu compétents, mais chargés d’amplifier la chanson !

  • Il est incontestable que ce licenciement, tout comme toute forme de censure quelle qu’elle soit, est pitoyable et une atteinte à la liberté d’expression.

    Toujours est-il que cette pratique stalinienne n’est à dénoncer qu’au nom du droit de chacun d’exprimer ses idées, y compris nauséabonde. Sur le fond, c’est à dire sur l’idée exprimée par Mr VERDIER en elle-même, on ne peut pas défendre l’intéressée.

    Ni l’existence du réchauffement climatique, ni le fait que l’activité industrielle telle qu’elle est gérée actuellement en soit une cause notable, ne sont plus à prouver. Cet oligarchie qui aujourd’hui licencie l’un de ses présentateurs météo ment aux gens en sous-estimant les méfaits de l’activité humaine sur l’environnement, et absolument pas, contrairement à ce dont certaines personnes sont persuadées, en les sur-estimant.

    • @invite2018 :

      « Ni l’eistence du réchauffement climatique ni son origine anthropique ne sont à prouver ».

      Ben voyons…

      Puisque vous fréquentez le site contrepoints, allez donc lire les articles sur ce sujet, svp avant d’affirmer de telles bétises bien pensantes.

      • J’ai lu et continue à lire des articles de ce site sur le thème en question. Et je sais que l’opinion majoritairement exprimés par ceux-ci est la non-causalité entre l’activité humaine et les dégradations environnementales.

        Mais une thèse fausse ne devient pas vraie en étant répétée de nombreuses fois par de nombreux gens. Pensez-vous que si tout le monde venait à affirmer la possibilité qu’un triangle ait 2 angles droits, on pourrait alors tracer une telle forme géométrique?

        • En science il est possible et même obligatoire de tester les théories, pour les confirmer ou les infirmer. En religion c’est plus compliqué.

          • Sauf que le réchauffement climatique est une réalité physique et scientifique dont la preuve a déjà été faite.

            La négation de la nocivité du fonctionnement actuelle de l’industrie sur l’aire, la faune et la flore, relève quant à elle du fait de nier l’évidence, et ne peut être aucune vérité autre que religieuse.

            • Il faut aller sur le site d’invite2018, communismeblog (sic), c’est retour vers le futur, ça m’a rajeuni de 50 ans, tout y est..

              « Tandis que l’armée nord-coréenne prépare des lancées de roquettes, celle sud-coréenne envisage des tirs d’obus. Pour régler leurs différends, ces deux dictatures rivales sont prêtes à supprimer des millions de vies. »
              resic.. entre autres joyeusetés.

            • Vous mélangez environnement, réchauffement et responsabilité humaine. Vous attribuez des thèses aux septiques, qui ne font que dénoncer l’absence de certitudes et la totale impossibilité actuelle d’évaluer l’impact du CO2. Relisez un peu tous les articles de Contrepoints.

              Que le réchauffement climatique existe ou soit du à l’homme n’a aucune importance si on ne sait pas chiffrer l’influence du CO2. Et tout ce qu’on à comme chiffres, c’est un plat de spaghetti incompatible avec les observations réelles.

              Mais aujourd’hui, ce n’est pas le fait de nier, mais d’émettre des doutes – y compris sur la probité des politiciens – qui vaut un séjour au Goulag. Et pourtant, qui peut encore croire en la probité des politiciens ?

              • Quand vous qualifier les données officiels à propos du CO2 de « plat de spaghetti incompatible avec les observations réelles », vous n’avez raison que dans le sens où nul ne peut être sûr que ces chiffres ne soient pas inférieurs à la réalité. Mais on peut être sûr et certain que ces mêmes chiffres ne sont pas supérieurs à cette même réalité.

                Je suis favorable sans réserve à ce que personne, pas même les plus anticommunistes qui soient, ne soit enfermé, tuer ou condamner aux travaux forcés en raison de ses idées. Mais si dire des choses fausses ne vaut aucunement un séjour au goulag, cela vaut cependant d’être critiqué et qualifié de « personne qui dit des choses fausses ».

                • invite2018: « pas même les plus anticommunistes qui soient, ne soit enfermé, tuer ou condamner aux travaux forcés en raison de ses idées »

                  Quelle grandeur d’âme.
                  Du coup votre communisme 2.0 ne ferait que 50 ou 60 millions de morts au lieu de 100 millions.

                • invite2018 : « vous n’avez raison que dans le sens où nul ne peut être sûr que ces chiffres ne soient pas inférieurs à la réalité. Mais on peut être sûr et certain que ces mêmes chiffres ne sont pas supérieurs à cette même réalité. »

                  Non, Pragmat vous parle de ça :
                  Les modèles catastrophiste du GIEC et la réalité mesurée qui se paie votre tête depuis un bon moment :
                  http://www.drroyspencer.com/wp-content/uploads/CMIP5-73-models-vs-obs-20N-20S-MT-5-yr-means1.png

                  • Même si je ne comprend pas bien l’anglais, je vois bien que ce graphique fait référence à ce dont moi-même parlait, à savoir le réchauffement.

                    Les chiffres mesurant les catastrophes écologiques, qu’il s’agisse du réchauffement ou autres, données par le GIEC, sont inférieurs, et non pas supérieurs, à la réalité. Et donc, toute statistique qui donnerait des résultat plus bas encore, sous-estimerait elle aussi le problème.

                    • invite2018: « Les chiffres mesurant les catastrophes écologiques, qu’il s’agisse du réchauffement ou autres, données par le GIEC, sont inférieurs, et non pas supérieurs, à la réalité. »

                      Non, ce graphique est tiré des modèles du GIEC et des mesures par satellite il indique:

                      1-Que le GIEC c’est totalement planté dans ses prédictions
                      2-Que la réalité est bien plus BASSE que les prévisions catastrophique.
                      3-Que le réchauffement est anecdotique depuis 18 ans.

                    • Pour être plus précis, et faire un peu de stats.
                      1° il n’y a PAS dans l’histoire récente, de segment des séries temporelles de températures qui soit significativement différentes de ce qu’il y a pu avoir dans le passé. Donc la variation des températures depuis le début du XIXè est dans la norme des observations. Certes ça s’est réchauffé. Mais on est parti d’une des températures moyennes les plus basses de l’histoire du globe (sur les 500 millions d’années plus ou moins connues). Il y a peut-être RCA, mais il est pour le moment indétectable sur les données…. D’où l’usage permanent de modèles.

                      2° Les modèles en question sont nuls (statistiquement invalidés par les faits). Le graphe donné par Ilmryn le montre assez bien. Le GIEC lui même avait annoncé il y a 20 ans que « si on avait une période de 17 ans avec moins de réchauffement que prévu, ça montrerait que les modèles ont un problème ». On en est à 19 ans sans réchauffement détectable (léger refroidissement des températures sur les zones non peuplées, effet d’ilot urbains sur celles-ci, tendance plate au total… par sous-pondération des océans). Mais plutôt que d’admettre que leur mathémagie ne fonctionne pas, nos amis « climtologues » préfèrent se contredire et inventer des trucs physiques rigolo comme l’eau chaude qui s’enfonce sous l’eau froide (en restant chaude, bien sûr).

                      3° J’ai lu un paquet de papiers de climatologie et dans l’ensemble ils ne passeraient pas la phase de « desk rejection » dans des revues en économie ou psychométrie ou physique ou… il y a presqu’autant de « portnawak » statistique que dans les publi de médecine (et c’est pourtant un océan d’incompétence statistique).

                      4° le réchauffement « une catastrophe écologique » c’est une des plus belles bêtises de notre époque. N’importe quel paléontologue (même amateur) vous dira que les périodes où la vie animale et végétale a été la plus riche sur la planète étaient des périodes chaudes. Et que ces périodes chaudes étaient VRAIMENT chaudes. Genre plus de glace du tout sur la planète, même aux pôles ou au sommet des plus hautes montagnes. Genre des dinosaures (animaux à sang froid) vivant dans le nord de l’Alaska (où il faisait quand même parfois « frais », genre 10°c de minimales l’hiver)… D’ailleurs depuis le réchauffement récent (1970-1998) les productions agricoles ont explosé, les maladies reculé, la planète reverdi de près de 25%. Bon, ce dernier point doit aussi beaucoup à la ré-augmentation (modérée mais tellement nécessaire, on était -on est encore- dans les taux les plus bas de l’histoire du globe, 4 à 6 fois en dessous de ce dont les plantes on « idéalement » besoin, cf les serres) du taux de CO2 dans l’atmosphère

                    • Réponse à @Ilmryn pour son commentaire du 5 novembre 2015 à 14h06

                      Ce que vous dîtes « indiqué » par ce graphique n’est en fait que prétendu par ce même graphique.

                      N’importe qui peut s’apercevoir, au vu de ce qui se passe très visiblement, que la réalité climatique est plus catastrophique que les statistiques présentées par le GIEC.

                    • @Franz,

                      Il ne fait aucun doute que compte tenu de la rapidité du réchauffement, nous avons atteint un niveau dangereux pour tous les êtres vivants, humains compris. La catastrophe est certes, inévitable en toutes circonstances sur le très long terme, mais les dérives de l’industrie humaine vont la faire se produire dès le siècle prochain plutôt que dans plusieurs millions d’années.

                      Ce que dit le graphique présenté par @Ilmryn représente, non pas la réalité, mais seulement ce que dit se même graphique (l’oxymore est bel et bien volontaire de ma part, ce n’est pas une erreur de frappe).

                      La vie est plus stable dans des périodes assez chaude, mais pas à ce point. Les températures actuelles sont bien plus élevé que l’optimum.

                      Le fait que depuis le réchauffement, la production agricole et l’espérance de vie aient augmenté, constitue un acquis qui risque d’être rapidement balayé par ce vers quoi le fonctionnement actuelle de l’industrie nous emmène. Et il serait possible de créer une société qui établisse des températures convenable pour l’environnement tout en majorant la durée de vie des êtres humains et des autres êtres vivants, si on cessait de considérer comme sacrilège la diminution des profits des grands patrons.

                    • invite2018: « Ce que vous dîtes « indiqué » par ce graphique n’est en fait que prétendu par ce même graphique. »

                      Tu ne comprends même pas ce que les graphiques représentent. Tes « conclusions » devraient rester au café du commerce.

                      invite2018: « Il ne fait aucun doute que […] nous avons atteint un niveau dangereux pour tous les êtres vivants »

                      Scientifiquement non, on est dans un optimum plutôt moyen.

                      Ça fait des siècles que les incultes disent comme toi mais eux avaient au moins une excuse: en 1830 ils n’avaient pas facilement accès aux données et c’était les « intuitions » du café du commerce qui prévalait.

                      « la température se vicie rapidement; les excès climatériques deviennent habituels, les régions voient disparaître leurs cultures ancestrales; les saisons s’inversent; l’hiver surgit au printemps, le printemps arrive en hiver; la disparition des saisons intermédiaires; la fin des forets; le tarissement des sources; le déclenchement de ouragans ».
                      Fourier dans Le Nouveau Monde industriel – 1830

                    • Réponse à @Ilmryn pour son commentaire du 5 novembre 2015 à 23h02

                      Vous écrivez : « Tu ne comprends même pas ce que les graphiques représentent ».

                      D’après les dires de @Franz, cela représente l’évolution de la température de la planète dont les auteurs de ces graphique affirment connaître les chiffres. Cela correspond donc bel et bien à ce dont nous débattions.

                      Et de toutes façon, en quoi ce que dit le site sur lequel vous m’avez renvoyé(e) serait forcément vrai?

        • « une thèse fausse ne devient pas vraie en étant répétée de nombreuses fois ».Tiens, ce ne serait pas ce que font les réchauffistes !! En décembre nous aurons droit à une manipulation jamais vue jusqu’à présent lors de ce grand cirque qu’est la cop21 et après, tout ce beau monde retournera à ces petites affaires.

          • La phrase « une thèse fausse ne devient pas vraie en étant répétée de nombreuse fois » ne signifie pas « toute thèse répétée de nombreuses fois est fausse ». Il n’y a donc aucune incohérence dans mes différentes interventions.

            Et on ne peut pas nier l’évident réchauffement climatique simplement pour ne pas dire la même chose que les guignols de la COP21. Si quelqu’un qui raconte beaucoup de conneries dit en parallèle que 1 + 1 font 2, je suppose que vous ne dirait pas que ça ferait en fait 7 pour vous démarquez.

            D’autant plus que ce que font ces même guignols , c’est sous-estimer le réchauffement, et absolument pas le sur-estimer.

            • invite2018: « D’autant plus que ce que font ces même guignols , c’est sous-estimer le réchauffement, et absolument pas le sur-estimer. »

              Le Groupement Interpanel des Rigolos Eco-Communistes prévoit combien si la lutte finale n’a pas lieu ?

              2014, c’est +0,04°C, le réchauffement catastrophique est en panne depuis 18 ans.
              Le GIEC prévoit maintenant 1.3°C et ils se sont complétement planté déjà en 2007 avec leur « 2.1°C ».

              Quel est le chiffre du GIREC ?

              • Je ne vois pas bien à quoi corresponde ces 0.04°C. Il est évident que la température a augmenté de bien plus que ça en 2014, du fait de cette fonte de glace qui ne s’atténue pas.

                Encore une fois, la GIEC s’est planté sur le réchauffement, mais en donnant des chiffres inférieurs à la réalité, et absolument pas supérieurs.

                • invite2018 : « Il est évident que la température a augmenté de bien plus que ça en 2014 »

                  Absolument pas.
                  Ce sont les mesures faites par les 6000 stations de mesures, on n’a pas d’autre instruments. Les mesures par satellites RSS elles ne montrent carrément aucune augmentation.

                  C’est le sorcier Yogi qui vous a soufflé que les température avaient « bien plus augmenté » ou vous prenez des champignons hallucinogène ?

                  • Les satellites sont sous le contrôle des Etats serviteurs dévoués de la bourgeoisie, et sous la propriété de la bourgeoisie elle-même.

                    Dès lors, l’optimisme de ces données peut s’expliquer par l’intérêt qu’on les personnes aux commandes de mentir sur les résultat en minimisant les problèmes.

                    Pour répondre à votre question, ce qui m’a soufflé l’existence des catastrophes écologiques n’est ni la parole d’un sorcier, ni la drogue, mais la constatation de la fonte massive des glaces et de l’extinction d’espèces qui va avec.

                    • Les satellites sont sous le contrôle des Etats serviteurs dévoués de la bourgeoisie, et sous la propriété de la bourgeoisie elle-même.

                      Houlala ❗ va falloir la hacher menu, la bourgeoisie … 🙁

                    • invite2018: « l’intérêt qu’on les personnes aux commandes de mentir sur les résultat en minimisant les problèmes. »

                      Le marché de l’écologie anti-co2 est estimé à 8000 milliards de dollars par année (Rapport Stern) et les grandes fortunes comme Google ou Bill Gate investissent massivement sur ce créneau.

                      Pour investir plus, il attendent les résultats de la COP21 parce que les états corrompus pourraient obliger les gens à consommer leurs nouveaux produits. Une manne colossale qui ne dépendrait même plus du bon vouloir des gens et que les hyper-riches récolteraient sans difficulté avec, en prime, les applaudissements pour avoir « sauvé la planète ».

                      D’où l’importance d’exagérer, au contraire, les chiffres comme par exemple ce capteur « innocemment » placé sur un nouveau parking et qui enregistre un « réchauffement catastrophique » du parking global.
                      http://www.surfacestations.org/images/MarysvilleCA_USHCN_Site_small.jpg

                      Ma conclusion:

                      Je pense que tu es un social-traitre manipulé par la grande bourgeoisie aux ordres de la finance mondialisée qui entends pratiquer un véritable hold-up sur les richesses du peuple laborieux. Soit tu en es conscient et palpe bien le salaire de l’esclavage pour désinformer les gens, soit non, et dans ce cas, tu es trop bête et trop inculte pour t’en rendre compte.

                    • Réponse à @Ilmryn pour son commentaire du 5 novembre 2015 à 23h27

                      Si les grandes fortunes n’investissaient pas dans ce que vous appelez « le marché de l’écologie », ce serait pour laisser place à d’autres investissements qui ne leur rapporteraient pas moins de ces 8 billions de dollars. Il est donc absurde de dire qu’une exagération du problème environnemental serait bénéfiques aux profits des hyper-riches.

                      Le grand patronat fait parfois à contrecœur des choix qui ne sont pas les plus avantageuse pour ses profits, car se rend bien compte que la crédulité du peuple a ses limites. C’est uniquement pour ses raisons que les maîtres de l’économie sont contraints de rendre l’industrie un poil plus verte.

            • Je ne nie pas un changement climatique mais je réfute la cause anthropique de ce changement.Le climat a toujours eu des variations en plus ou en moins.Ce serait fort présomptueux de croire que l’humain aie autant de pouvoir.Expliquez moi l’origine de l’optimum médiévial et le petit age glaciaire qui eu cours en partie lors du règne de LouisXIV ?

              • Le climat a connu des période de réchauffement et de glaciation, mais jamais des évolutions aussi rapide.
                Les carnages qui se sont fait en l’espace de seulement 2 siècles prenaient à la Préhistoire plusieurs dizaines de millénaires.

                Quand à l’ère glaciaire qui a eu lieu sous Louis XIV, elle est, comme vous l’avez d’ailleurs qualifié mot pour mot, petite, c’est à dire qu’elle n’a rien avoir avec ce qui se passe actuellement.

                Vous pouvez remettre en cause le fait que l’activité humaine soit l’unique cause des variations climatiques, mais vous ne pouvait nier ni qu’elle en soit une des causes, ni qu’elle en soit la seule cause évitable. Je précise que je ne préconise pas de vivre comme au Paléolithique, mais de remplacer cette industrie polluante par une industrie plus écologiques, laquelle aura néanmoins pour effet inévitable de faire diminuer les sacro-saints profits du grand patronat.

                • invite2018 : « Quand à l’ère glaciaire qui a eu lieu sous Louis XIV, elle est, comme vous l’avez d’ailleurs qualifié mot pour mot, petite, c’est à dire qu’elle n’a rien avoir avec ce qui se passe actuellement. »

                  Le petit age glaciaire a vu une baisse de ~1°C alors que nous vivons 0.8°C depuis 100 ans.

                  Tu racontes vraiment n’importe quoi gamin.

                  • Ces 0,08°C ne repose sur rien d’autre que des sources telles que le graphique partial vers un lien conduisant vers lequel vous m’avez renvoyé(e).

                    Même si nul ne connait l’ampleur exacte du réchauffement, on est sûr qu’elle est encore plus élevée que les 4°C annuels qu’une partie de l’oligarchie a été forcée d’admettre à contrecœur. La rapidité de la fonte des glaces en est une preuve.

                    • on est sûr qu’elle est encore plus élevée que les 4°C annuels

                      Saperlipopette, on va tous bientôt flamber à cette vitesse : 40 degrés en 10 ans, on est tous morts vivants…
                      Vite, tous au pôle sud, viiiiiiiiiite ❗

                    • MichelC: « 40 degrés en 10 ans, on est tous morts vivants… »

                      Il mérite un « cinglé d’Or » de l’année celui-là : )

                      On a eu des incultes et des idéologues enragés, mais lui les dépasses tous de deux têtes.

                • Ah, ben si…
                  Le climat a déjà varié plus rapidement que dans les 100 dernières années. Pratiquement d’un facteur 1.5….

                  Mais comme vous dites (ou plutôt votre maitre à penser, Goebbels) « Plus le mensonge est gros, et plus les gens y croient ». Ou « un mensonge répété 10 fois reste un mensonge, 1000 fois et il devient une vérité ».

                  • Vous écrivez : « Le climat a déjà varié plus rapidement que dans les 100 dernières années ».

                    Des civilisations autant voir plus avancées que la nôtre ont peut-être existé avant l’humanité. Dans ce sens, votre phrase pourrait très bien être vraie.

                    Mais hors périodes industrielles, il n’y a jamais pu y avoir de variations d’une telle rapidité.

                    • invite2018 : « Des civilisations autant voir plus avancées que la nôtre ont peut-être existé avant l’humanité.  »

                      Probablement des reptiliens pourvu de vaisseaux et d’armes lasers qui ont fait disparaitre toute trace géologique de leur présence, mais ils sont maintenant déguisés en hyper-riche.

                      invite2018 : « il n’y a jamais pu y avoir de variations d’une telle rapidité. »

                      +4°C global de plus dans dix ans comme vous le prétendez plus haut, C’est dur à battre effectivement.

                      Vous alignez les imbécilités démesurées avec un tel aplomb… Je n’ai jamais vu ça. LOL !!!

                    • C’est beau, la foi… parfois !

                      Mais c’est de la foi, pas de la science.

                      Et la logique semble vraiment vous faire défaut dans les affaires de foi.

                    • @Ilmryn,

                      Ce que vous écrivez est-il une ironie destinée à dire que l’idée selon laquelle l’espèce humaine ne serait pas la première à avoir construit une civilisation depuis ces 4 milliards d’années d’existence de vie sur Terre serait farfelu? Si oui, qu’est ce qui vous fait penser cela?

                      On n’a pas connaissance de tout ce qui aurait pu exister depuis les débuts de la planète. L’âge du genre humain est estimé à un maximum de 10 millions d’années, l’espèce homo sapiens est encore plus récente, alors que la vie en général sur Terre en est peut-être à plusieurs milliards d’années. Il n’est donc pas impossible qu’il y ait eu par le passé des espèces autre que la nôtre qui aient pu faire ce que l’on a fait.

                      Je précise par ailleurs que je n’affirme pas que de telles civilisations ont forcément existé. Je dis juste que ce n’est pas impossible.

    • « Ni l’existence du réchauffement climatique, ni le fait que l’activité industrielle telle qu’elle est gérée actuellement en soit une cause notable, ne sont plus à prouver. »

      Il faudra juste penser à fournir un jour les preuves en question, histoire de ne pas entretenir une confusion inutile à ce sujet. Notez-le dans votre agenda, sinon vous allez encore oublier.

      • Les preuves sont toutes trouvées : l’usage massive d’énergies fossiles (faite dans le but de minimiser les coûts de production et donc de maximiser les profits des milliardaires) extrait une quantité de ressources des sol supérieure à celle maximale supportable, et rejettes du carbone ainsi que diverses particules dans l’air, ce qui détruit entre autres la couche d’ozone.

        • Magnifique démonstration, merci. Vous m’avez convaincu.

        • mais alors, mais alors, on va tous bruler en enfer ???

          c’est décidé, j’arrête de respirer.

          • Pour ne plus détruire l’environnement sans cesser de respirer ni frapper le pouvoir d’achat des classes moyennes et plus pauvres, il reste la solution consistant à piocher dans les sacro-saints portefeuille des grands patrons, lesquelles patrons concentrent la majorité des richesses sans représenter un millième de la population mondiale.

            Si chacune des 500 personnes les plus riches du globe gagnait mensuellement, au lieu de plusieurs centaines de millions de dollars comme actuellement, seulement vingt mille dollars (ce qui leur laisserait encore un confort que peu de gens ont) on pourrait augmenter le train de vie de l’ensemble des autres êtres humains tout en soulageant la biosphère (soulagement qui serait dû à une baisse de plus de moitié la consommation globale de ressources).

            • C’est la lutte finaaaaale!

            • Et pour ceux qui gagnent vingt mille dollars par mois,je propose qu’ils n’en gagnent plus que 5000Je vois que vous avez d’excellentes solutions camarade invite2018.Le grand soir est pour bientôt !!

            • invite2018 : « soulagement qui serait dû à une baisse de plus de moitié la consommation globale de ressources »

              On ne voit pas très bien le rapport entre la rémunération des patrons et la consommation globale de la population mondiale.

              Mais bon, si les communistes étaient intelligent ça se saurait.

              • La rémunération des grands actionnaires correspond à la consommation des grands actionnaires, et la consommation des grands actionnaires fait partie de la consommation globale de la population mondiale et en représente plus de la moitié.

                Voilà donc le rapport entre la rémunération des grands patrons et la consommation globale de la population mondiale. Tout correspond.

                • invite2018: « et la consommation des grands actionnaires fait partie de la consommation globale de la population mondiale et en représente plus de la moitié. »

                  La consommation énergétique mondiale est de 13,37 milliards de tonne équivalent pétrole.
                  Elle sert à l’agriculture, au transport, à la construction et à l’industrie qui fabrique des tonnes de produits pour les populations, dont l’ordinateur qui vous sert à débiter des âneries.

                  Vous pensez vraiment que ce sont les quelques milliers de yachts & ferrari des plus riches qui consomment SEPT MILLIARDS de tonnes de pétrole ?

                  Ce n’est pas pour rien que le communisme à fait autant de morts et de misère: vous êtes complètement idiots.

                  • invite2018: « la consommation des grands actionnaires [..] représente plus de la moitié. »

                    (avec la voix de Homer Simpson) :

                    -« Salut, je suis un grand actionnaire, et j’aimerais un millions de tonne de pétrole pour faire le plein de ma Mercedes »
                    -« Bon alors moi, il me faudrait un milliard de tonne, c’est pour chauffer ma grande maison »

                    MUAHAHAHA la barre de rire. : ) J’espère que vous avez 8-12 ans, sinon c’est navrant.

                    ———————————————————-
                    Bill Gate n’a PAS 70 milliards d’argent de poche et sa consommation personnelle ne représente strictement RIEN en rapport de la population mondiale.

                    La quasi totalité de leurs richesse sont investie dans des entreprises qui versent des salaires, Des centaines de millions de gens vivent directement ou indirectement de cet argent investi.

                    L’argent de Bill Gate est entre autre dans Ecolab, FedEx, Caterpillar, Four Seasons Hotels and Resorts, Fomento Económico Mexicano, la Canadian National Railway, le géant de l’automobile AutoNation, Berkshire Hathaway Inc, Walmart, Coca Cola, FCC / Fomento de Construcciones y Contratas SA (construction), Givaudan (parfumerie), Waste Management Inc

                    etc. etc.

                    • 1/

                      Votre satire par du principe que le milliardaires ne pourrait avoir qu’un seul véhicule et qu’une seule maison. Mais comme l’ultra-richesses permet de posséder seul des millions d’immeubles et des centaines de millions de véhicules, alors les consommations d’énergies de cette ampleur ne sont pas irréalistes.

                      Les chiffres officiels de la richesse des quelques 500 personnes les plus riches sont calculées après déduction des salaires et des dons. Votre commentaire ne relativise donc en rien la fortune de la haute bourgeoisie.

                      2/

                      Et quand Gates investi dans une entreprise, il ne fait qu’investir dans l’une de ses propres entreprises, et donc placer son patrimoine pour le grossir davantage.

                      Ce que met l’actionnaire dans les entreprise n’est pas quelque chose que l’actionnaire ne possèdent plus, dans la mesure où l’actionnaire est propriétaire des entreprises. Il ne fait donc que prêter à lui-même.

                      Et il est inutile de me répondre que les profits serviraient aussi à payer les salariés, pour la simple et bonne raison que la valeur du profit est par définition obtenue après déduction des salaires.

                    • « Mais comme l’ultra-richesses permet de posséder seul des millions d’immeubles et des centaines de millions de véhicules »

                      Il y a des gens dedans.
                      Ta diminution de 50% de la consommation c’est en supprimant toutes les maisons et tous les véhicules de milliards de personnes.

                      Misère, famine, centaine de millions de morts.
                      Le communisme habituel quoi.

                    • @Ilmryn

                      Je parlai d’une diminution de la consommation des milliardaires, pas de celle des classes moyennes, encore moins des plus pauvres.

                      La grandes majorités des biens immeubles sont destinés, non pas à servir de domicile à des gens, mais à être des résidences secondaires habituellement vide et à la seule disposition de riches propriétaires, et surtout de l’entretien de l’armement, destiné à protéger les intérêts économiques des grands industriels.

                      En quoi la diminution de cela reviendrait-elle à supprimer maisons et véhicules de milliards de gens?

                  • La richesses de milliardaires tels que par exemple Dassault, Mittal ou Gates va bien au-delà de quelques milliers de yachts et voitures.

                    Les hyper-riches possèdent chacun des millions d’immeubles à leur disposition dont la construction et l’entretien ont un impacte écologique considérable. Sans parler de l’entretien de l’armement militaire, qui ne protèges que les intérêts des grands patrons, et qui consomme énormément de ressources.

                    Ce qui est sert aux classes moyennes et plus pauvres ne constitue qu’une minorité de la consommation totale.

                    • « Les hyper-riches possèdent chacun des millions d’immeubles à leur disposition »

                      Vous participez au CocoThon ? Vous êtes bien parti pour gagner, bravo !

                    • Pourquoi recourir à un argumentaire bidon autour d’un supposé dérèglement climatique d’origine patronale, simplement pour nous resservir des simagrées anti-capitalistes éculées? Tenez-vous-en au discours d’origine, il est largement assez nauséabond sans en plus devoir y ajouter des pelletées de sujets à la mode.

                    • invite2018 : « Ce qui est sert aux classes moyennes et plus pauvres ne constitue qu’une minorité de la consommation totale. »

                      Ils habitent les « millions d’immeubles » et consomment pour se chauffer, se nourrir…. Ce sont eux qui utilisent vos 7 milliards TEP.

                      Vous êtes sous tutelle ? Dans un institut spécialisé ?

                      Deeggs : « Vous participez au CocoThon ? Vous êtes bien parti pour gagner, bravo ! »

                      C’est bien au delà de ça, soit ce type est vraiment cinglé, soit c’est un master troll qui s’amuse à raconter des absurdités.

                    • @Ilmryn

                      Vous écrivez : « Ils habitent les « millions d’immeubles » et consomment pour se chauffer, se nourrir »

                      Encore une fois, il y a ce que consomme la quasi-totalité de la population et ce qui n’est à la disposition de personne d’autre que les ultra-riches. Les 500 personnes les plus fortunés consomment à elles seules plus que tout le reste de l’humanité réuni.

                      Ce qui est consommé pour nourrir, chauffer, loger et soigner l’ensemble de la population mondiale ne représente que la minorité de la consommation total, le reste étant concentré par un seul être humain sur 20 millions.

          • Oui, on va tous brûler en enfer, comme des poulets à la broche.
            C’est trophorrible.
            Ou noyés comme des poissons par la monstrueuse dilatation instantanée des océans.
            Exit l’attraction terrestre.
            🙁

    • @2018

      Avez vous lu verdier ?
      Car il est en fait très mesuré sur le sujet, et il n’est pas certain que l’on puisse le cataloguer de climato sceptique.

      Tout au plus peut on le soupçonner de critiquer le giec sur certains points, et d’avoir oser dire que si il existe des inconvénients au réchauffement, on peut aussi trouver quelques avantages

      • Verdier est peut-être moins radical que certaines personnes particulièrement extrêmes dans leur négation de l’existence même des problèmes environnementaux, mais il réfute tout de même l’incompatibilité du niveau des sacro-saints profits du grands patronat avec la réussite de la lutte contre l’ultra-pollution. Il reste donc tout au moins quelqu’un dont des thèses sont fausses.

        Il est cependant vrai que ce journaliste n’est pas l’unique personne à mériter des reproches pour minimisation du danger, et je déplore que tant de tribuns ayant soutenu les mêmes inepties sur le sujet aient été pardonnés juste en raison du fait qu’ils fussent classés à gauche. Mais s’il est certain que ce n’est pas que la position de Verdier qui doit être critiquée, il n’en demeure pas moins que c’est entre autres elle.

        • invite2018 : « Il est cependant vrai que ce journaliste n’est pas l’unique personne à mériter des reproches pour minimisation du danger »

          GIEC en tête !

          En 2007 dans l’AR4 ils nous promettent avec 95% de chance 2.1°C d’augmentation et ceux qui qualifiaient ce chiffre de douteux étaient des « négationnistes vendu au lobby pétroliers ».
          (Les catastrophiste des médias prenaient carrément le 5% de chance de 2007 pour nous annoncer 3.5°C. mais passons)

          Dans l’AR5 de 2014, on est à 1.3°C, le GIEC de 2014 est un repère de « négationnistes vendu au lobby pétroliers » pour le GIEC de 2007.

          Et 1.3C° c’est dans l’hypothèse d’un DOUBLEMENT du CO2…

          • ce qui est remarquablement clair c’est le flou, ce ne sont pas vraiment des probabilités ‘ de quoi??) , pas vraiment des marges d’erreurs…ce sont des résultats de modèles..
            et il ne faut jamais oublier que peut importe la probabilité si le pire ne peut pas être écarté par les scientifiques alors il faut agir…
            les politiques sont le contraire de courageux…ils adorent se référer à la science qui si elle se trompe dira « eh on a jamais dit que c’était 100% certain », mais que c’est ce qu’on fait de mieux en prenant en compte ce qu’on sait quantifier… la possibilité de variabilité naturelle importante doit inquiéter un peu je présume.

        • Vous vous êtes relu? Avez-vous réalisé qu’au fil de la discussion votre belle déclaration initiale (défense de la liberté d’expression) fait place à une vision nettement moins libérale? Pression sociale (religieuse? car parler du devoir de pardonner ou non selon les fautes… hum…) ou coercition vous me direz ce qui vaut mieux.

          • Quand j’utilisais le terme « pardonner », il ne s’agissait que d’un abus de langage. Je déplorait que parmi celles et ceux reprochant à la droite de dire des conneries, beaucoup refusent de faire les même reproches à des gens de gauche disant pourtant les mêmes conneries.

            Je signale par ailleurs que la liberté d’expression implique que chacun puisse exprimer n’importe quelles idées sans risquer aucune condamnation judiciaire, mais pas sans risquer de subir de critiques, cela n’aurait pas de sens. Et dire de quelqu’un disant quelque chose d’évidemment faux « cette personne dit quelque chose d’évidemment faux » n’est pas antilibéral.

            • Qu’est-ce qui est faux ?
              Qu’il y a un gros demi degré de réchauffement compte tenu de la précision possible, depuis 1880 ?
              Que c’est dans le prolongement de la sortie du petit age glaciaire ?
              Qu’il a fait aussi (ou plus) chaud à l’optimum médiéval, à l’empire romain, à la période minoenne ?
              Qu’il a fait maintes fois bien plus chaud dans un passé récent (à l’échelle de l’âge la planète) ?
              Qu’il y a eu des milliers de ppm de CO2 sans catastrophe ?
              Que l’écart entre les températures et les modèles de scénarios du GIEC se creuse de plus en plus ?
              Que l’écart entre les satellites (lancés pour surmonter l’imprécision des mesures de surface) et les mesures de surface se creuse de plus en plus ?
              Que nul ne comprend plus quelles sont les modifications ajoutées aux mesures de surface et pour quelles raisons ? Et pourquoi elles tendent à refroidir le passé et réchauffer le récent ?
              Que si on remonte, dans les données satellites, d’aujourd’hui au premier point passé où on trouve un réchauffement significatif, on doit revenir plus de 18 ans en arrière ?
              Que des annonces de mois ou années « les plus chauds » sont faits en permanence sur des différences de centièmes de degré (sur une moyenne planétaire !), c’est à dire sans mentionner la marge d’erreur (et la science alors ?)
              Qu’un réchauffement a aussi des effets bénéfiques ?
              Que les énergies « renouvelables » ne permettent pas de faire baisser les émissions de CO2 ?
              Que le CO2 n’est pas un polluant ?
              Qu’un chiffre martelé de 97% de consensus ne résiste à aucune analyse ?
              Que le GIEC est une organisation politique de l’ONU (comme la commission des droits de l’homme qui vient de nommer à sa tête l’Arabie Saoudite) et non scientifique ?

              • Je vais reprendre point par point.

                « Il y a un gros demi degré de réchauffement compte tenu de la précision possible, depuis 1880 » : c’est vrai. Et pas qu’un demi d’ailleurs. Et je n’ai jamais écrit le contraire.

                « C’est dans le prolongement de la sortie du petit âge glaciaire » : tout dépend ce que vous entendez par là. Il est certain que le réchauffement ne fait pas que compenser les ères glaciaires, et fait bel et bien atteindre des températures insupportable pour la biosphère.

                ‘Il a fait aussi chaud à l’optimum médiéval » : c’est faux, et il n’y avait aucune extinction massive d’espèces comparable à ce qu’on constate en ce XXIème siècle.

                « Il a fait maintes fois bien plus chaud dans un passé récent » : c’est peut-être vrai, mais cela faisait suite à un processus plus long, et la tendance s’inversait une fois un certain niveau atteint. De nos jours, la sur-production est en voie de faire perdurer le réchauffement jusqu’à la grande catastrophe. Vous me direz peut-être que notre extinction est naturellement prévu en raison de catastrophes naturelles inévitable, mais cela pourrait n’arriver que dans des dizaines de millions d’année, tandis que l’activité humaine risque quant à elle de prendre toutes nos vies avant le prochain millénaire.

                « Il y a eu des milliers de ppm de CO2 sans catastrophe » : c’est peut-être vrai, mais cela ne relative rien. Les ppm de CO2 sans catastrophe sont accompagnés d’autres ppm de CO2 qui ne sont quant à elles pas sans catastrophe.

                « L’écart entre les températures et les modèles de scénarios du GIEC se creuse de plus en plus » : c’est surement vrai. Mais cet écart se creuse de plus en plus dans le sens où les chiffres du GIEC sont de plus en plus petits par rapport aux chiffres réels, et absolument pas dans le sens inverse.

                « L’écart entre les satellites (lancés pour surmonter l’imprécision des mesures de surface) et les mesures de surface se creuse de plus en plus » : c’est surement vrai, mais ces écart entraine des erreurs dans le sens où les catastrophes sont sous-estimées, et non pas sur-estimées.

                « Nul ne comprend plus quelles sont les modifications ajoutées aux mesures de surface et pour quelles raisons ». En réalité, on comprend parfaitement pourquoi les politiciens minimise davantage l’ampleur de la catastrophe : cela sert de prétexte pour continuer cette pollution folle qui arrangent les profits de leurs maîtres, à savoir les propriétaires des grands groupes industrielles et financiers.

                Au vue des fontes de glaces constatées, on peut savoir que s’il y a des marges d’erreur, c’est dans le sens de la sous-estimation par rapport à la réalité, et non dans l’autre sens.

                Un réchauffement n’a d’effet bénéfique que si on part d’une température de base d’une certaine froideur. Or, la température étant actuellement assez chaude, chauffer encore plus n’apportera aucun bienfait. Et les variation climatiques sont de toute façon globalement néfastes.

                Remplacer les énergies fossiles par celles renouvelables permettrait de réduire la consommation de carbone, même si la mesure ne serait pas forcément suffisante. Après, il est vrai que si on utilise le renouvelable en plus du fossile plutôt qu’en substitution, on ne résoudra rien, mais ça, c’est un autre débat.

                Je doute que le CO2 ne soit pas un polluant. Toujours est-il que l’industrie ne rejette pas que cela, mais également toutes sortes de particules, parmi lesquelles beaucoup sont polluante. Cela ne remet donc pas en cause le fait que l’activité humaine soit bien cause de la pollution.

                « Un chiffre martelé de 97% de consensus ne résiste à aucune analyse ». Diverses analyses ont été faites, parmi lesquelles beaucoup sont bidon. Et les chiffres en question résistent forcément aux analyses bidons. Et s’il est certain que les données officielles sont fausses, c’est uniquement dans le sens où elles sous-estiment le problème.

                « Le GIEC est une organisation politique (comme la commission des droits de l’homme qui vient de nommer à sa tête l’Arabie Saoudite) et non scientifique » : c’est parfaitement vrai, et je n’ai jamais dit le contraire. Mais encore une fois, l’ignorance de ce même GIEC se traduit par une minimisation de l’ampleur des dégâts, et aucunement par une exagération. On ne peut pas nier une évidence juste pour ne pas dire la mêmes choses que ces guignols oligarques.

                • invite2018 : « Les chiffres du GIEC sont de plus en plus petits par rapport aux chiffres réels »

                  Non.
                  Il n’y a que deux mesures de la température globale: Les 6000 stations de mesure météo et les satellites RSS. Ils indiquent que tu racontes n’importe quoi.

                  Tu te bases sur les données de ton thermomètre rectal pour infirmer ces mesures ou c’est le sorcier Yogi qui te la dit ?

              • Vous faites une réponse quasi complète contre laquelle seul une personne de mauvaise foi peut continuer à argumenter. Mais il y en a qui, opérés de la honte, s’accrochent comme un mollusque à son rocher… seulement la mer s’est retirée mon gars, et pour longtemps à mon avis

      • gc: « Tout au plus peut on le soupçonner de critiquer le giec sur certains points, et d’avoir oser dire que si il existe des inconvénients au réchauffement, on peut aussi trouver quelques avantages »

        La religion ne souffre absolument aucune remise en cause aussi minime soit-elle.

      • En fait Verdier est un réchauffiste classique, mais il se méfie des superstructures étatiques et supra-étatiques telles le GIEC dont il juge qu’elles ne font que gaver des intérêts particuliers (chercheurs, entrepreneurs connivents des « énergies vertes », politiciens) au lieu de lutter contre le problème du réchauffement (que lui, Verdier, considère comme très grave et devant être le sujet numéro 1, même s’il peut avoir des cotés positifs).

        Résultat on le traite de « climatosceptique » dans les médias, comme on dit qu’un chat à la rage, pour le noyer. La réalité c’est qu’il viré d’une télé d’État pour méfiance envers les bienfaits de l’État… Assez logique, finalement, et sans lien avec le climat ou la météo. Leviathan, acculé, peinant à soutirer toujours plus de ressources à ses serf, se défend avec l’énergie du désespoir… quitte à provoquer des « effet Streisand », mais quand on panique, on n’est souvent plus très logique.

  • Les océans ne sont pas acides ( PH d’environ 8 ) et la consommation de toutes les énergies fossiles présentes sur la terre ne ferait pas passer ce PH en dessous de 7. Par ailleurs, l’augmentation du CO2 a aussi des effets positifs ( croissance des algues …) qui ne sont jamais mentionnés.Les études disponibles sur les phénomènes chimiques et leurs conséquences sont très contradictoires et il est bien trop tôt pour tirer des conclusions définitives

  • Il est bien ce invite2018, il a le courage d’exprimer clairement la vraie motivation derrière cette affaire. C’est tout à son honneur.

    • Effectivement.
      Si les réchauffistes pouvaient tous l’admettre aussi clairement : ils s’en foutent du climat, et particulièrement des températures. L’important c’est de pouvoir instaurer une dictature socialiste mondiale.

  • Encore un très bel article.

  • Arrgh mon message s’est perdu ailleurs… Je le remet donc à sa place:

    En fait Verdier est un réchauffiste classique, mais il se méfie des superstructures étatiques et supra-étatiques telles le GIEC dont il juge qu’elles ne font que gaver des intérêts particuliers (chercheurs, entrepreneurs connivents des « énergies vertes », politiciens) au lieu de lutter contre le problème du réchauffement (que lui, Verdier, considère comme très grave et devant être le sujet numéro 1, même s’il peut avoir des cotés positifs).

    Résultat on le traite de « climatosceptique » dans les médias, comme on dit qu’un chat à la rage, pour le noyer. La réalité c’est qu’il viré d’une télé d’État pour méfiance envers les bienfaits de l’État… Assez logique, finalement, et sans lien avec le climat ou la météo. Leviathan, acculé, peinant à soutirer toujours plus de ressources à ses serf, se défend avec l’énergie du désespoir… quitte à provoquer des « effet Streisand », mais quand on panique, on n’est souvent plus très logique.

    • Dans la vidéo de présentation du livre de Verdier sortie AVANT son licenciement il y a un passage COLLECTOR que vous devez voir:

      http://www.inumaginfo.com/climatinvestigationphilippeverdierring-01102015-721.html#contenu2

      Mettez à 14mn15 et profitez ! ça ne dure que 40 seconde mais si ça n’illumine pas votre cœur de libéral, rien ne le fera !

      • Hé oui… « Le service public audiovisuel en France n’est pas libre »…

        « Radio Paris ment, Radio Paris ment, Radio Paris est… étatisée ! »

        • Moi, j’aime bien Verdier, ce mec à des couilles et un cerveau.

          Il est socialement au milieu de tous ces gens, il les fréquente, discute, est soumis toute la journée a une propagande moraliste sans faille. C’est très difficile d’aller à contre-courant.
          Et pourtant, il doute, s’interroge, il est hérétique et le fait savoir publiquement en étant pleinement conscience qu’il risque de se mettre tous ses amis gens à dos voir de se faire virer.

          C’est intellectuellement honnête et courageux et il est jeune encore.

          Là, il vient probablement de perdre ses dernières illusions sur l’état (il s’en doutait vu sa dernière phrase) , il ne lui manque pas grand chose ; un livre, une discussion pour passer libéral.

  • Comme vous le notez dans un passage, on ne peut qu' »admirer » la compassion et la solidarité des confrères de M’ Verdier.
    Dégoûtant.

  • Sur le fond il n’y a rien d’étonnant: France Télévision agit comme s’il s’agissait d’un fonctionnaire ayant brisé l’obligation de réserve. Ils ont une mission de service public pour l’état. Rien d’autre.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Le 14 octobre 2022, deux « militantes écologistes » – c'est la formule quasiment consacrée – ont jeté le contenu de deux boîtes de conserve de soupe sur les Tournesols de Vincent Van Gogh, à la National Gallery de Londres.

Elles sont membres du mouvement Just Stop Oil, lequel a revendiqué le forfait. Leur objectif principal : obtenir l’arrêt immédiat de tout nouveau projet pétrolier ou gazier.

« Qu’est-ce qui vaut le plus : l’art ou la vie ? » a été le début d'un discours incohérent, tenant du mille-feuille argumentatif, que l'o... Poursuivre la lecture

0
Sauvegarder cet article

Le dernier-né des rapports régulièrement consacrés à la question de l’audiovisuel public nous vient du Sénat. Il n’échappe pas à la règle propre à ce type d’exercices : comme ses (trop) nombreux prédécesseurs, ce document constate la gestion défaillante des sociétés de l’audiovisuel public, et propose comme d’habitude une augmentation du financement public et une nouvelle version du mécano institutionnel. Sans oublier, bien sûr, de prévoir la création de plusieurs  commissions et autres missions de préfiguration chargées de donner suite à ses... Poursuivre la lecture

Par Nicolas Lecaussin. Un article de l'Iref-Europe

Steve Koonin, scientifique et ancien conseiller climat d’Obama, auteur d’un essai présenté récemment par l’IREF, vient de publier un article dans le Wall Street Journal dans lequel il fait un résumé du dernier rapport du GIEC qui est beaucoup moins catastrophique que ne l’ont fait croire la plupart des médias et des politiques. C’est important car ce rapport devrait retenir toute notre attention. Il sera un élément crucial lors de la prochaine Conférence des Nations-Unies sur les chan... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles