Québec : les souverainistes face à « l’argent »

Qu’a fait le mouvement souverainiste depuis vingt ans pour gagner la confiance et le soutien de ceux qui ont du succès ?

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Drapeau Québec (CC, abdallahh)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Québec : les souverainistes face à « l’argent »

Les points de vue exprimés dans les articles d’opinion sont strictement ceux de l'auteur et ne reflètent pas forcément ceux de la rédaction.
Publié le 4 novembre 2015
- A +

Il y a vingt ans, 50,6 % des Québécois répondaient « Non » à la question référendaire. Cet anniversaire a remis l’Indépendance du Québec à l’avant-scène de l’actualité et les commentaires, qui fusent de toutes parts, oscillent entre la nostalgie et la rancœur, la résignation et la persévérance. Mais une question hante tous les souverainistes convaincus : « La prochaine fois sera-t-elle la bonne ? »

Par Nathalie Elgrably-Lévy.

Drapeau Québec (CC, abdallahh)
Drapeau Québec (CC, abdallahh)

Dans une déclaration fracassante dont le mouvement souverainiste porte encore les séquelles, Jacques Parizeau avait attribué la défaite référendaire à l’argent et au vote ethnique. Du point de vue strictement statistique, cette affirmation est évidemment fausse. De nombreux Québécois «de souche» et non fortunés avaient également décliné l’invitation du PQ.

Or, qu’ont fait le PQ et le mouvement souverainiste depuis vingt ans pour gagner la confiance et le soutien de ceux qui ont du succès ?

Mais du point de vue idéologique, voire philosophique, elle est fondée. L’«argent» et les nouveaux immigrants étaient effectivement hermétiques au projet souverainiste. Jacques Parizeau a peut-être manqué d’élégance dans sa formulation, et il a certainement mal choisi son moment, mais son diagnostic était avéré.

Face au constat, il aurait été logique que le PQ s’adonne à un examen de conscience. Quand un pan de la société rejette une option, lui faire tout simplement porter le blâme est stérile, voire contre-productif. Pour espérer que la prochaine fois soit la bonne, le mouvement souverainiste aurait donc dû s’ingénier à comprendre pourquoi certains ont résisté à l’appel du PQ, et à identifier ce qu’il avait à accomplir pour rallier les récalcitrants. Cela a-t-il été fait ?

Prenons le cas de l’«argent». Par ce terme, M. Parizeau visait les «riches». La richesse étant l’expression matérielle du succès professionnel, il admettait implicitement que le projet indépendantiste rebutait les Québécois les plus productifs, ceux qui réussissent ce qu’ils entreprennent.

Fardeaux plus lourds

Or, qu’ont fait le PQ et le mouvement souverainiste depuis vingt ans pour gagner la confiance et le soutien de ceux qui ont du succès ? L’effort et la prise de risque sont-ils mieux récompensés ? Les fardeaux fiscal et bureaucratique ont-ils été allégés ? Pas du tout ! Ils se sont même alourdis.

Selon les statistiques les plus récentes du ministère des Finances du Québec, qui datent de 2012 !, les contribuables appartenant au quintile supérieur, soit les 20 % des plus riches, ont touché 51,3 % des revenus et ont payé 70,2 % des impôts. Quelques mois avant le référendum de 1995, ce quintile payait 64,6 % des impôts.

En matière de fiscalité des entreprises, le portrait est similaire. Les entreprises québécoises assument les coûts fiscaux les plus élevés au pays avec 5,1 % de la valeur de la production brute, contre 4,1 % au Canada. Elles doivent également composer avec le poids de la paperasse, la multiplication des réglementations et un environnement économique hostile aux affaires.

Des vaches à traire

Au lieu de respecter ceux qui gagnent, de valoriser la réussite et d’encourager l’initiative, l’État québécois voit les riches et les entrepreneurs comme des vaches à traire. Faut-il être surpris qu’ils refusent de lui donner plus de pouvoir ?

Le référendum de 1995 a été perdu à cause de l’argent. Mais les souverainistes en ont-ils tiré une leçon ? Ont-ils compris que tant que l’État restera accroché aux mamelles de la classe productive, celle-ci craindra l’indépendance ? On ne donne pas les coudées franches à celui qui veut s’approprier le fruit de notre travail !

Sur le web

Voir les commentaires (3)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (3)
  • Nathalie Elgrably-Lévy est une néolibérale. Elle est affligée d’un double standard qui rend incohérent le principe de non-agression et de libre marché. Pour elle, quand on prend de force aux riches pour donner aux pauvres, c’est illégitime. Jusque là, c’est cohérent.

    Le problème, c’est que pour elle, si vous êtes capables de corrompre les politiciens, les juges, que vous manipules les médias et l’opinion public, que vous mentez pour aboutir à vos fins et que vous tirez profit directement ou indirectement d’actes d’agression, des guerres à l’étranger ou des manipulations des prix à travers la géopolitique d’interventionnisme étatique, tout ce que vous faites est très bien. Aucun problème.

    Nathalie Elgrably-Lévy ne connait probablement rien au sujet du système Bretton-Woods, du « Nixon Shock » et n’a certainement jamais remis en perspective la notion de « libre marché » dans le contexte d’une banque centrale qui émet en monopole des devises fiduciaires à cours forcé. Donc elle ne tient aucunement compte de l’échelle macro: tout l’aspect des marchés internationaux, des guerres de ressources, du pétrodollar, des manipulations des changes flottants, etc…

    D’où sa fixation presque compulsive sur les dettes d’état et sur la fiscalité à petite échelle. Puis sa vénération aveugle des « grands entrepreneurs » qui sont des modèles de réussite, peu importe si leur succès repose de manière directe ou indirecte sur du « corporate welfare ».

  • @rlaroche
    Pouvez vous étayez vos vomissures avec des faits? Personnellement je crois qu’elle a plus de crédibilité qu’un rlaroche.

  • De quel «argent» parlait Jacques Parizeau? Je ne pense pas que c’était celui des «riches», mais plutôt celui du gouvernement fédéral que celui-ci a déversé illégalement et allègrement dans le Comité du Non, au mépris de la loi référendaire québécoise (voir le rapport Grenier). Mais où était donc Nathalie Elgrably-Lévy en 1995?

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Le Canada traverse une importante crise de la représentation qui a culminé en février dernier durant la révolte des camionneurs. Si la confiance d’une partie de la population envers la classe politique est chancelante, sa confiance envers les médias traditionnels est en chute libre, la montée dudit « complotisme » étant la plus forte manifestation de cette récente rupture. Au Québec, 50 % des gens croient aujourd’hui que les journalistes cherchent délibérément à les tromper, selon un sondage de la firme Edelman, publié fin mars dernier.

<... Poursuivre la lecture

Si le vote des Français en France concentre logiquement toute l’attention, celui des Français à l’étranger donne des éléments sur la mentalité des expatriés, émigrés voire des binationaux. Un vote qui peut toutefois avoir une certaine importance.

Le vote des Français à l’étranger a représenté 500 000 votes sur 1,4 million d’inscrits (un taux de participation de 35 %). 45 % ont voté pour Macron et 22 % pour Mélenchon, Zemmour faisant 8 % et Le Pen ne représentant que 5 %.

Ces chiffres méritent d’être étudiés de plus près, car ils... Poursuivre la lecture

Des histoires surprenantes et riches d'enseignement surviennent au Québec, durant cette pandémie.

À l’approche des fêtes, le chef de cette province avait des comportements erratiques, il promettait des rassemblements familiaux jusqu'au moins 20 personnes. Soudainement, les médias y vont de nouvelles affolantes sur la croissance du nouveau variant omicron. Les pages du Journal de Montréal étaient particulièrement alarmantes. Il a donc réduit à 10 cette limite, le temps d’un réveillon. Une fois la fête finie, il y est allé de la fermetur... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles