Les années américaines 1980-2010 : infâmie ou miracle ?

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Echelles Mobiles-joli matin(CC BY-NC 2.0)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Les années américaines 1980-2010 : infâmie ou miracle ?

Les points de vue exprimés dans les articles d’opinion sont strictement ceux de l'auteur et ne reflètent pas forcément ceux de la rédaction.
Publié le 1 novembre 2015
- A +

Par Bernard Zimmern

Echelles Mobiles-joli matin(CC BY-NC 2.0)
Echelles Mobiles-joli matin(CC BY-NC 2.0)

 

Les années 1980-2010 figurent dans le panthéon des égalitaristes comme T. Piketty & Co. comme les années d’infâmie : après s’être stabilisées depuis la guerre, les inégalités ont commencé à s’accroître en 1980 et les riches n’ont cessé de devenir plus riches, mais également les pauvres de s’appauvrir.

Le patrimoine du 1% les plus riches s’est ainsi accru de 30% du patrimoine total en 1980 à 33% en 2010, tandis que le patrimoine des 10% les plus pauvres tombait de 3% à 2,5% du patrimoine total.

La conclusion n’est-elle pas évidente ? Les riches se sont enrichis aux dépens des pauvres.

La réalité est à l’opposé : au lieu d’être des années d’infâmie, ces 30 années ont été les témoins du plus grand succès social de l’histoire de l’humanité, la sortie de la misère d’une trentaine de millions d’immigrés grâce à la création d’emplois d’entrepreneurs qui, par la même occasion, sont devenus riches.

La montée des inégalités observée par les égalitaristes résulte de la méthode de calcul qui fait croître les indices d’inégalité sous l’effet de l’immigration et de la multiplication des entrepreneurs qui, en prenant des risques, ont créé en 30 ans 50 millions d’emplois supplémentaires.

D’un côté, l’accroissement de la population fait que le 1% des plus riches a crû de 2,6 millions à 3,7 millions de personnes et accru donc leur patrimoine sans même qu’ils s’enrichissent.

De l’autre, faire entrer 15 millions de Latino et Africains pauvres et sans éducation, a appauvri en apparence le décile le plus pauvre (30 millions de personnes) même si, pour ces 15 millions, c’était sortir de la misère.

C’est ce que montre la vidéo ci-dessous qui reprend une approche nouvelle des inégalités présentées au colloque de l’IRDEME : « L’imposture Piketty : les riches sont–ils le problème ou la solution ? »

L’histoire des années 1980 à 2010, vue à travers les lunettes des égalitaristes, est travestie.

Sur le web

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Le mois de novembre a été un mois « extrêmement doux, sec et ensoleillé », caractérisé par « un important déficit de précipitations, une température moyenne au-dessus des normales et un ensoleillement généreux », plaçant ce mois « au huitième rang des mois de novembre les plus chauds depuis le début du XXe siècle ».

C’est ce que l’on pouvait lire… il y a un an, lorsque le mois de novembre 2020 était la star des émissions de grande écoute en même temps que le deuxième confinement et les prédictions apocalyptiques de la seconde vague.Poursuivre la lecture

Par Olivier Maurice.

Jusqu’au 5 août 2021, le statut des Français vis-à-vis de l’emploi était simple à comprendre : soit vous aviez un emploi, soit vous n’en aviez pas. 

C’était sans doute trop simple pour l’administration française, il a donc fallu inventer un nouveau statut, réservé comme il se doit uniquement à une catégorie très particulière de la population, celle des salariés et des agents publics suspendus.

Maintenant, vous pouvez avoir un emploi, mais ne pas en avoir, ne pas travailler, sans être au chômage et êtr... Poursuivre la lecture

Par Emmanuel Martin.

Il y a tout juste cent ans Lénine initiait une « Nouvelle Politique Économique », après quelque trois ou quatre années de catastrophe collectiviste suite à la Révolution rouge en Russie. Il s’agissait d’éviter l’écroulement de la nouvelle Union soviétique, en acceptant un compromis : la réintroduction très partielle de la propriété privée et du commerce. Ces mesures, ainsi que le marché noir, mais évidemment aussi une effroyable et impitoyable répression permettra de faire tenir le système durant près de soixante-d... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles