Les années américaines 1980-2010 : infâmie ou miracle ?

Ces 30 années ont été les témoins du plus grand succès social de l’histoire de l’humanité.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Echelles Mobiles-joli matin(CC BY-NC 2.0)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Les années américaines 1980-2010 : infâmie ou miracle ?

Les points de vue exprimés dans les articles d’opinion sont strictement ceux de l'auteur et ne reflètent pas forcément ceux de la rédaction.
Publié le 1 novembre 2015
- A +

Par Bernard Zimmern

Echelles Mobiles-joli matin(CC BY-NC 2.0)
Echelles Mobiles-joli matin(CC BY-NC 2.0)

 

Les années 1980-2010 figurent dans le panthéon des égalitaristes comme T. Piketty & Co. comme les années d’infâmie : après s’être stabilisées depuis la guerre, les inégalités ont commencé à s’accroître en 1980 et les riches n’ont cessé de devenir plus riches, mais également les pauvres de s’appauvrir.

Le patrimoine du 1% les plus riches s’est ainsi accru de 30% du patrimoine total en 1980 à 33% en 2010, tandis que le patrimoine des 10% les plus pauvres tombait de 3% à 2,5% du patrimoine total.

La conclusion n’est-elle pas évidente ? Les riches se sont enrichis aux dépens des pauvres.

La réalité est à l’opposé : au lieu d’être des années d’infâmie, ces 30 années ont été les témoins du plus grand succès social de l’histoire de l’humanité, la sortie de la misère d’une trentaine de millions d’immigrés grâce à la création d’emplois d’entrepreneurs qui, par la même occasion, sont devenus riches.

La montée des inégalités observée par les égalitaristes résulte de la méthode de calcul qui fait croître les indices d’inégalité sous l’effet de l’immigration et de la multiplication des entrepreneurs qui, en prenant des risques, ont créé en 30 ans 50 millions d’emplois supplémentaires.

D’un côté, l’accroissement de la population fait que le 1% des plus riches a crû de 2,6 millions à 3,7 millions de personnes et accru donc leur patrimoine sans même qu’ils s’enrichissent.

De l’autre, faire entrer 15 millions de Latino et Africains pauvres et sans éducation, a appauvri en apparence le décile le plus pauvre (30 millions de personnes) même si, pour ces 15 millions, c’était sortir de la misère.

C’est ce que montre la vidéo ci-dessous qui reprend une approche nouvelle des inégalités présentées au colloque de l’IRDEME : « L’imposture Piketty : les riches sont–ils le problème ou la solution ? »

L’histoire des années 1980 à 2010, vue à travers les lunettes des égalitaristes, est travestie.

Sur le web

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Taxation des superprofits, blocage des prix, contrôle des loyers…

À droite comme à gauche, la pensée magique s’est substituée au raisonnement économique, et le populisme étatiste semble désormais innerver l’intégralité d’un débat public parasité par les passions les plus diverses. Pourtant, au nom de la lutte contre la paupérisation, toutes les politiques publiques ne se valent pas, loin de là.

L’économiste Thomas Sowell rappelle dans Basic Economics (Basic Books, 2015) que sur le sujet comme ailleurs, il faut bien distinguer le... Poursuivre la lecture

Laetitia Strauch-Bonart
1
Sauvegarder cet article

Cet essai de Laetitia Strauch-Bonart, rédactrice en chef au journal Le Point, vient utilement alimenter le débat sur ce qui caractérise l’évolution historique vers la France d’aujourd’hui, tout en posant un diagnostic approfondi et des réflexions d’avenir quant aux voies à emprunter pour espérer s’engager vers de meilleures orientations.

Suite et fin de notre premier volet…

 

Inégalités à la française et incivisme

Loin de l’obsession égalitariste des Français, invalidée par les chiffres et les faits, les vraies inéga... Poursuivre la lecture

Chères lectrices, chers lecteurs, à la suite de mes quelques lectures des livres de l'économiste Thomas Sowell, m'est venue l'envie de vous faire un petit résumé de ces quelques clichés de gauche que nous avons l'habitude d'entendre un peu partout dans nos médias, et que Sowell aborde abondamment dans ces différents ouvrages.

 

Il faut se dépêcher d’agir

C’est probablement un slogan très à la mode depuis deux ans, souvent associé avec celui consistant à ajouter « si cela peut sauver ne serait-ce qu'une seule vie. »

L... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles