« L’homme irrationnel » de Woody Allen

Un Woody Allen à mi-distance constante entre la légèreté, l’ironie et le plus grand sérieux.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

« L’homme irrationnel » de Woody Allen

Les points de vue exprimés dans les articles d’opinion sont strictement ceux de l'auteur et ne reflètent pas forcément ceux de la rédaction.
Publié le 31 octobre 2015
- A +

Tout le monde ne peut pas être Antigone. Rationnel, ou irrationnel, il faut être capable d’aller jusqu’au bout de sa logique ; et, avant tout, de dépasser la médiocrité.

Par Johan Rivalland

l-homme-irrationnel-de-woody-allen-photo-promo

Envie de vous distraire un peu ? Alors pourquoi pas une petite sortie au cinéma ?

« L’homme irrationnel ». Le titre me plaisait bien et j’aime partir dans l’inconnu lorsque je vais au cinéma. Pas tout à fait, car le réalisateur ne m’était pas tout à fait inconnu. Un certain… Woody Allen.

J’ai déjà traité, ici, de l’homme compassionnel, ou encore de l’homme révolté. Mais aussi des convictions irrationnelles. Que réservait donc ce titre mystérieux ? Un peu un mélange de tout cela, d’une certaine manière.

L’histoire d’un professeur de philosophie un peu dévasté, ancien idéaliste, et séducteur, à présent devenu sans illusion et pessimiste à la fois sur l’humanité et le sens de la vie. Mais aussi sur le sens de la philosophie, dont il pense avec le recul qu’elle ne s’apparente parfois qu’à de la « masturbation intellectuelle » (ici, Emmanuel Kant et sa Critique de la raison pure sont particulièrement visés).

Manifestement, ce professeur a été très inspiré par l’existentialisme de Kierkegaard, mais aussi Jean-Paul Sartre. Et Hannah Arendt continue de l’imprégner à travers son concept de « banalité du mal », de même qu’il reste fasciné par un écrivain qui, selon lui, « a tout compris » : Dostoïevski.

Une seule valeur, en fin de compte, devrait guider les êtres humains : l’action. C’est, en quelque sorte, à l’Homme de se déterminer lui-même (« l’homme est la mesure de toute chose » ?). Tout le reste ne serait que verbiage.

Ce professeur en pleine déprime et en mal d’inspiration va donc se retrouver sur un nouveau campus, où sa réputation d’esprit libre et peu conventionnel le précède. Il est vrai que l’on va constater à quel point cet homme peut être parfois, surtout sous l’influence de l’alcool, aussi excentrique, voire dangereux, qu’il est intelligent et réelle force de séduction. Y compris auprès de son jeune public estudiantin…

Je ne peux malheureusement pas en dire plus, pour ceux qui voudraient aller voir le film. Mais il s’agit d’un film à la Woody Allen, c’est-à-dire à mi-distance constante entre la légèreté, l’ironie et le plus grand sérieux. Mi-drôle, mi-sarcastique. Mi-cinéma, mi-réalité. Mi-rêve, mi-réalisme. Mi-lenteur, mi-célérité.

Avec, de manière diffuse, ses thèmes habituels, mais aussi comme toujours une vraie intrigue. Même si ce n’est probablement pas le plus grand film du réalisateur. Mais on passe toutefois un bon moment.

  • L’homme irrationnel, film américain de Woody Allen (sortie nationale le 14 octobre 2015), avec Joaquin Phoenix, Emma Stone, Parker Posey, Jaimie Blackley. Durée : 1h35min.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Le journal Le Soir a récemment publié une Carte blanche intitulée « Dans l’enseignement supérieur, ce sexisme toujours ordinaire… »

Les auteurs y indiquent qu'il serait grand temps de s'attaquer, sur les campus, au fondement des violences sexistes et sexuelles : le sexisme ordinaire. Il est question de compliments déplacés, de remarques en apparence anodines, qui seraient bel et bien du harcèlement sexiste et sexuel, et auraient un impact considérable sur la santé mentale des personnes concernées, en grande majorité des femmes. Le prob... Poursuivre la lecture

Klaus Kinzler est cet enseignant de civilisation allemande à Sciences Po Grenoble qui, rappelez-vous, a été victime il y a un peu plus d’un an d’un véritable déferlement de haine de la part d’une minorité d’extrémistes adeptes des thèses racialistes et de la cancel culture. Jusqu’à être mis à pied par la direction, étant accusé d’avoir tenu des « propos diffamatoires ». Et avoir subi des menaces de mort.

Loin de se laisser faire, ce professeur a choisi d’exprimer sa révolte et son indignation, à travers un livre dans lequel il livre sa... Poursuivre la lecture

En France, la séparation marquée entre les arts dit « libéraux » et « mécaniques » remonte à l’Antiquité. Elle est restée présente dans les esprits de nos « élites » qui vouent à la pensée un culte disproportionné aux dépens du simple bon sens. Ils perdent ainsi pied avec la réalité du monde physique pour le malheur des hommes en favorisant une idéologie déconnectée du terrain dont le fondement s’enracine dans l’Histoire.

Des origines antiques

Depuis l’Antiquité, les « arts » ont été classés selon une échelle de valeurs, mais les Grecs... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles